Les Primates menacés d’extinction

La Planète des Singes  est menacée !

les Primates sont en voie de disparition: d’après 31 primatologues dont les travaux sont parus dans la dernière édition de la revue américaine Science Advances, environ 60% des Primates sont menacés de disparition.

Les activités humaines non durables sont majoritairement responsables de  l’extinction des primates : destruction de la forêt résultant des pressions économiques,  impacts de la chasse et  commerce illégal des singes …

Comment améliorer la survie des Primates  dans le futur ?

Quels sont les  multiples facteurs anthropiques qui mettent en péril les Primates dans le monde ?

La disparition imminente des populations de Primates

Primates

Répartition géographique des espèces de primates. Les chiffres inscrits sur la carte de chaque région indiquent le nombre d’espèces existantes présentes. Les barres en bas montrent le pourcentage d’espèces menacées d’extinction en vert et le pourcentage d’espèces avec des populations en déclin dans chaque région en rouge

 LesPrimates sont présents dans quatre régions – les Neotropiques (171 espèces), l’Afrique continentale (111 espèces), Madagascar (103 espèces) et l’Asie (119 espèces) et sont présents naturellement dans 90 pays.

Les menaces à l’égard des primates sont très répandues: 87% des espèces sont menacées à Madagascar, 73% en Asie, 37% en Afrique continentale et 36% dans les Néotropiques

Des zones hautement prioritaires pour la conservation des Primates: les deux tiers de toutes les espèces de Primates se trouvent dans seulement quatre pays: le Brésil, Madagascar, l’Indonésie et la République démocratique du Congo (RDC)

Photos de Primates sélectionnés de chaque grande région du monde. Etat de conservation et crédits photographiques : (A) Singe à nez singe d’or (Rhinopithecus roxellana), en voie de disparition, P. A. Garber. (B) Lemur à queue annulaire (Lemur catta), en voie de disparition, R. A. Mittermeier. (C) Udzungwa colobus rouge (P. gordonorum), en voie de disparition (Crédit photo: Thomas Struhsaker, Université Duke). (D) Javan slow loris (Nycticebus javanicus), en danger critique d’extinction (Photo: Andrew Walmsley, Andrew Walmsley Photography). (E) Orang-outan de Sumatra (P. abelii), en danger critique d’extinction (Photo: Perry van Duijnhoven). (F) Le singe nocturne d’Azara (Aotus azarae), Préoccupation mineure [Crédit photo: Claudia Valeggia (Université Yale) / Projet singe hibou, Formosa-Argentine].

les facteurs qui menacent les Primates:

L’UICN indique que les principales menaces pour les espèces de Primates sont :

  •  la perte d’habitat due à l’agriculture (76% des espèces)
  •  l’exploitation forestière(déforestation) 
  • la récolte du bois (60%)
  • l’élevage (31%)
  •  la chasse et le piégeage (60%)
  •  la perte d’habitat due à la construction de routes et de chemins de fer
  •  le forage de pétrole et de gaz, l’exploitation minière(2 à 13%)
  • Les productions agricoles industrielles néfastes; par exemple, les plantations d’huile de palme
  • les menaces émergentes comme la pollution et le changement climatique

voir le dossier de l’UICN/ Primates en péril

Figue. 5 Signal phylogénétique  du risque d’extinction chez les primates du monde. Répartition des valeurs des menaces (catégories de la Liste rouge de l’UICN) pour 340 espèces de primates. . Les données pour l’Afrique incluent Madagascar. Catégories de la Liste rouge de l’UICN: CR (En danger critique d’extinction), EN (en danger), VU (Vulnérable), NT quasi menacée) et LC (préoccupation mineure)

Malgré l’extinction imminente d’un grand nombre de primates du monde,  la conservation des Primates n’est pas encore une cause perdue.

http://www.dailymotion.com/video/x3p5wpq

Le monde sera bientôt confronté à un événement d’extinction majeur si une action efficace n’est pas mise en œuvre immédiatement.

Les déclins de la  population des Primates  peuvent encore être inversés.

Tout dépendra de la rapidité  de notre réaction  et de la mise en œuvre des décisions prises ; il faudra guider les efforts de conservation et  sensibiliser le monde entier au  sort des primates.

Les solutions durables doivent  répondre aux interdépendances sociales, culturelles, économiques et écologiques qui sont à la base de la conservation des Primates.

Il est grand temps de réagir..

« Soyons conscients de la grande valeur des singes, nous qui appartenons, comme eux, à la famille des hominidés. Nous partageons 98,8 % de l’ADN avec les chimpanzés par exemple! Les grands singes sont des animaux charismatiques, emblématiques de la forêt tropicale: on parle d’espèces «parapluie» pour signifier qu’ils sont les protecteurs des autres bêtes, les véritables rois de la jungle! Ce sont ses jardiniers: en répandant les graines des fruits dont ils font leur nourriture, ils contribuent à la régénération des forêts, une action essentielle au vu des changements climatiques qui les menacent. Elles sont, nous le savons, les poumons de la Terre, qui nous permettent, à nous aussi humains, d’y vivre. Faute de quoi, la planète des hommes entrera en voie d’extinction. »Shelly Masi, Primatologue, Maitre de Conférence du Muséum National d’Histoire Naturelle et Vice-President de la Société Francophone de Primatologie (SFDP), Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) – Sorbonne Universités

sources partielles de l’ article

France : les oiseaux nicheurs en déclin

La mise à jour de la Liste rouge nationale des oiseaux nicheurs entre 2008 et 2016 montre un déclin des oiseaux nicheurs :

La situation s’est aggravée pour 48 des 284 espèces recensées sur le territoire métropolitain : un tiers des espèces des oiseaux nicheurs est désormais menacé, contre un quart en 2008 !

Seulement 15 espèces ont vu leur statut s’améliorer .

Oiseaux nicheurs :quelles sont les raisons de leur déclin?

  • l’intensification des pratiques agricoles et la régression des prairies naturelles:

Il y a moins de jachères et de chaumes disponibles pour nourrir les oiseaux comme le Chardonneret élégant, le Verdier d’Europe et le  Serin cini ( leur déclin s’est sévèrement aggravé en 10 ans )

Verdier d’Europe  Auteur  Andreas Trepte, www.photo-natur.net. Creative Commons Attribution-Share Alike 2.5 Generic

 

  • La dégradation des habitats des milieux humides :

Le  Blongios nain (un petit héron) a vu ses effectifs réduits de moitié en l’espace de 12 ans ; il est  désormais « En danger »

La population nicheuse de la Bécassine des marais est aujourd’hui réduite à moins de 50 oiseaux , elle est classée « En danger critique ».

  • l’artificialisation des berges et de la pollution de l’eau réduisent les ressources alimentaires :

le Martin-pêcheur d’Europe est désormais placé dans la catégorie « Vulnérable »

.la Pie-grièche à poitrine rose est maintenant classée « En danger critique » et menacée de disparition

Pie- griéche à poitrine rose

Quelles sont  les actions de conservation menées sur le terrain pour la sauvegarde des oiseaux nicheurs ?

En voici quelques exemples :

  • La loi de 1976 a permis d’interdire progressivement la destruction de nombreuses espèces et de favoriser le développement d’espaces protégés.
  • Les actions de protection des zones humides ont amélioré la situation de quelques échassiers (  Crabier chevelu,  Spatule blanche)
  • Programmes de réintroduction de certaines espèces( Vautour Moine dans les Grands Causses)

 Ces actions ne sont pas suffisantes, elles doivent être renforcées

pour écarter le risque de voir disparaitre ces oiseaux nicheurs en France.

Il est grand temps de tirer la sonnette d’alarme. qu’attendons nous pour réagir plus efficacement ?

Publication, résultats détaillés et bilan des évolutions entre 2008 et 2016 disponibles sur :
www.uicn.fr/liste-rouge-oiseaux.html

inpn.mnhn.fr/actualites/lire/6961

 Communiqué de presse (septembre 2016)
Tableau synthétique avec catégories et critères
• Synthèse des changements de catégories entre 2008 et 2016
• Publication : UICN France, MNHN, LPO, SEOF & ONCFS (2016). La Liste rouge des espèces menacées en France – Chapitre Oiseaux de France métropolitaine. Paris, France.

Source partielle de l’article UICNImage de prévisualisation YouTube

UICN: le nouvel or vert ….

La liste verte de l’UICN, le nouvel or vert ...

Cinq parcs naturels français viennent d’être placés vendredi 14 novembre 2014 sur la liste verte des espaces protégés de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Ce sont:

Ils font partie des 23 premières aires protégées inscrites lors du sixième congrès mondial des parcs, réuni à Sydney (Australie) du 12 au 19 novembre.5355-031Parc de Pyrénées

La Liste Verte des Aires Protégées de l’UICN ?

« C’est un nouveau système de labellisation de la qualité de la gestion et de la gouvernance des aires protégées, sur la base de critères définis à l’échelle mondiale. Elle vise à reconnaître, encourager et célébrer les aires protégées qui réalisent une conservation efficace de la nature, des écosystèmes associés et des valeurs culturelles. » source UICN

programmes-UICN1-1024x663@ UICN

Les outils de connaissance de l’UICN?

  •  La liste rouge nous sensibilise aux espèces et écosystèmes menacés. Elle permet de mettre en œuvre des actions pour leur conservation.
  • La liste verte encourage une approche positive de la gestion pour la conservation de la Nature.

Voir le communiqué de presse de l’UICN :GreenList_WPC