Les favelas au Brésil

 Le Brésil est un pays émergent majeur. Malgré tout, il y a de fortes inégalités socio-spatiales: on peut voir d’un côté les grands buildings du centre des affaires et de l’autre les favelas. Un pays émergent est un pays pauvre mais qui connait un fort enrichissement. Les favelas sont des bidonvilles (quartiers très pauvres, dont les maisons sont faites avec des matériaux de récupération). Le Brésil comporte également de grandes métropoles (grande ville qui influence l’espace qui l’entoure). Les trois métropoles : Rio-de-Janeiro, Sao Paulo et Belo Horizonte forment un triangle industriel.

 Sao Paulo.

Le Brésil possède aussi la plus grande forêt du monde : l’Amazonie. L’Amazonie regorge de ressources naturelles. Cependant la déforestation y est très rapide est a un impact négatif sur l’environnement. La partie sud du Brésil est beaucoup plus peuplée que le reste du pays. On y trouve aussi un fort développement humain: c’est un foyer de peuplement (une région où sont concentrés de nombreux habitants). Le Brésil possède plusieurs de façades maritimes qui permettent l’exportation et l’investissement de pays étrangers par voie maritime.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/e2/Br%C3%A9sil_Carte_du_vignoble.jpg

On va maintenant vous parler des bidonvilles, les favelas.

La favela de Vidigal

Dans les favelas, de nombreuses personnes pauvres, voire misérables, disposant donc de très faibles moyens matériels et financiers, ont dû se loger dans des habitats précaires construits par eux même à l’aide de matériaux de récupération, sur des terrains qui ne leurs appartiennent pas. Ils occupent donc illégalement des espaces physiques défavorisés. Ces habitats de fortune tantôt en brique et parpaing, tantôt en planches. surmontés de tôles cabossées, côtoient des bâtiments en dur qui abritent parfois des petits commerces, épicerie, boucherie etc …De plus, les favelas, sont souvent accrochées aux pentes escarpées des hauteurs dans le centre de la ville ou sur des des terrains inondables. Bien entendu cela entraîne des risques indéniables d’inondation, d’éboulements,de glissement de terrain qui peuvent être meurtriers. Les grandes villes du brésilienne son occupées de manière inégale sur 50 % de la superficie du pays. La très grande pauvreté est un problème majeur pour beaucoup de citadins qui fréquemment doivent se satisfaire d’emplois précaires sans aucune qualification. A cette grande pauvreté , s’ajoute la violence, créant un sentiment général d’insécurité, alimenté par le fait que les quartiers déshérités sont souvent contrôlés par des gangs de trafiquant de drogues notamment. Les favelas sont aussi appelées « ville dans la ville », Ainsi, chaque favela s’équipe peu à peu, disposant d’un réseaux commercial et de sa propre organisation sociale.

De nombreux habitants du bidonville de Vila Autodromo de Rio de Janeiro vivent là depuis plus de 40 ans. Ils vont bientôt être contraints de partir car cette zone va être utilisée pour les jeux Olympiques de 2016, afin d’accueillir des athlètes et des journalistes. Mais pourquoi les plus riches seront autorisés à y rester ? (En cliquant sur le mot « partir », vous trouverez un lien sur un reportage qui illustre ce problème.)

Ce qui montre les inégalités socio-spatiales, c’est que d’un côté il y a les riches qui vivent dans le luxe alors que de l’autre il y a les favelas où l’on vit dans la pauvreté.Pain de Sucre

Jordan-Mathias 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *