l'atelier pédagogique

l'enseignement à l'école primaire dans ses évolutions

La mémorisation est peut-être la musculation du cerveau. Elle donne aussi la possibilité de mettre en réserve ces ressources dans lesquelles il y aura bonheur à puiser… non pas pour briller en société mais lorsqu’il faudra pouvoir faire écho et relier les éléments face à de nouvelles découvertes…

Avec le « ça me rappelle … » « c’est comme… »la mémoire aide à différencier et relier, à interpréter… « je me souviens que.. ça ne peut pas être… ».

Enigme d’un cerveau probablement sous exploité, le travail de la mémoire n’est pas forcément la répétition dépourvue de sens. Pour bien mémoriser à l’école il faut élucider, accompagner de métaphores visuelles, auditives ou mentales, mettre en scène la pensée… Hiérarchiser, associer, classer… le travail de la mémoire  doit être un travail intelligent.

Reconnaître, se rappeler, pouvoir laisser aussi « le pilotage automatique » faire à sa place…

Pour cela, l’école doit oser structurer, entraîner… en séquences brèves et collectives ou face à l’ordinateur, en utilisant des référents et des repères très balisés… en laissant les élèves dire comment ils mémorisent…

La perméabilité de la mémoire enfantine, ou plutôt son élasticité devrait très tôt se trouvée valorisée. Il suffit de voir à l’école maternelle la vitesse à laquelle les comptines sont engrangées…

Les adultes à leur tour pour mieux comprendre, pourraient se confronter à la question en travaillant cette mémorisation pour eux-mêmes à l’instar de la marche à pied…

No Comments :(

Your must be logged in to comment.