l'atelier pédagogique

l'enseignement à l'école primaire dans ses évolutions

A l’heure où bien des familles se trouvent des excuses pour favoriser l’évasion des enfants avant la fin de l’année, à l’heure où un certain relâchement semble atteindre parfois même le bon élève soudain chatouillé par une ambiance « pré-vacancière »… Qui vient avec la plus grande régularité ? qui se rapproche ostensiblement du tableau ? Qui  » s’incruste » diraient même certains maîtres dépités et étonnés ?

Celui dont l’oeil brille trop, le chahuteur de service, celui qui n’a pas semblé tout au long de l’année témoigner d’un enthousiasme formidable pour la classe et encore moins fait d’effort. Celui dont l’oeil narquois, encore cet oeil, vous inquiétait par ses réparties. Celui dont vous pensiez qu’il n’aimait guère l’école et vous avec, incarnation de tout ce qui fait repoussoir au « cancre scrupuleux »…

Celui dont vous auriez pensé qu’à la moindre occasion il aurait pris le chemin des écoliers ou aurait préféré des escapades dans la poussière ensoleillée aux bancs de votre école … même engagée dans l’ultime répétition du spectacle ou dans des conseils ardents pour la sixième…

Il est là pourtant. Il ne vous quitte pas des yeux. Il est ultra-présent. Il est même capable de vous réclamer du travail et témoigne soudain d’un attachement pour la classe, pour l’école…

Et vous découvrez qu’il a peut être appris plus que prévu, qu’il en sait peut-être un peu plus long sur des sujets étonnants, qu’il a aimé votre leçon d’histoire et l’expérience en sciences et surtout qu’il n’a pas fini d’apprendre, qu’il veut bien apprendre et que le drame pour lui ce sont les vacances. Ce vide devant lui.

Apprendre l’inquiétait mais ne plus pouvoir le faire l’inquiète plus encore.

Il y a un peu moins d’élèves dans la classe, vous échangez avec lui et vous comprenez mieux que le masque provocateur ne faisait que cacher la mésestime de lui-même et la peur d’apprendre qui est à l’enfant du siècle bien plus forte que la peur du loup.

Alors qu’allez-vous faire de cette présence, de cette insistance ?

Il y a certainement des projets à imaginer pour lui, peut-être un interlocuteur à rencontrer, peut-être lui dire aussi ce que vous ressentez de cette capacité d’apprendre… Que voudrais-tu revoir et mieux comprendre avant de partir ? Et le stage cet été ne serait-il pas utile aussi ? Et l’an prochain comment commencer l’année ?

Et vous illustrerez concrètement le mot d’éducabilité…

One Comment

  1. Comme ce que vous dites est vrai, et surtout comme vous le dites bien. Merci pour eux, pour ces élèves qui voudraient être insaisissables…mais qui meurent d’envie du contraire…

Your must be logged in to comment.