l'atelier pédagogique

l'enseignement à l'école primaire dans ses évolutions

Je reste dubitatif lorsque l’on présente voire oppose des tâches dites de « bas niveau » à d’autres qui seraient de « haut niveau ».
Il n’est pas de mécanique pure qui n’engage pas de véritable activité intellectuelle… pourvu qu’on éclaire un peu les choses.

Ce qui serait grave, ce serait de s’en tenir aux tâches dites de bas niveau sans rien élucider, sans expliciter, sans projet, sans recherche de sens.

Le code devient du bas niveau si on ne classe pas, ne montre pas les régularités, ne questionne pas…

C’est valable avec le code en lecture, le Bled en gammes décrochées du sens, la mémorisation sans explicitation… toutes activités où l’on peut faire et même réussir sans comprendre…reste qu’on ne saura guère transférer seul et que la stabilisation sera éphémère.

Nous avons besoin de ces repères, de ces automatismes mais nous devons éviter qu’ils nous piègent.

Nous devons nous poser la question de la culture, de la connaissance, du savoir à transmettre et partager pour nous relier dans le projet citoyen… nous devrions mieux nous poser la question de l’intelligence à développer – que faisons-nous vraiment des potentialités intellectuelles de chacun ? – et de notre représentation du savoir (sociale, psychologique, cognitive).

Appelons les fées Simplexité et Systémique sur le berceau de l’apprentissage !