l'atelier pédagogique

l'enseignement à l'école primaire dans ses évolutions

On sait que les filles réussissent mieux à l’école. Les garçons éprouveraient plus de difficultés à se conformer au monde scolaire. Causes génétiques ? psycho-cognitives ? sociales ? culturelles ?
Tout se mêle probablement à des degrés divers. Au Canada, une expérimentation travaille sur la problématique du modèle masculin à l’école. En effet, il faut aussi à nombre de garçons dépasser l’idée que la lecture « serait pour les filles ».

L’un de nos enjeux complexe est à la fois de tenir compte des spécificités de chacun des deux sexes mais aussi d’apprendre à les dépasser.

Dans le même ordre d’idée, l’analyse des sollicitations de l’enseignant selon qu’il s’adresse aux filles ou aux garçons est très intéressant : quels élèves convoque-t-on au tableau pour quel domaine et quel type d’activité ?

Une collègue conseillère pédagogique avait observé lors d’un relevé méthodique, qu’une maîtresse lors d’une leçon de mathématique sollicitait plutôt les garçons pour la réflexion et les filles pour le « secrétariat » des travaux (elles écrivent bien). Distinction des rôles non pensée par la maîtresse qui n’aurait en rien voulu promouvoir de telles « ségrégations », mais qui s’étaient instaurées implicitement dans la classe…

Sur ces questions, observer et interroger nos pratiques quotidiennes peut être révélateur.