l'atelier pédagogique

l'enseignement à l'école primaire dans ses évolutions

Les lecteurs attentifs du bulletin officiel n°31, auront noté le terme d‘inclusion utilisé dans l’appellation des CLIS où le le i d‘intégration devient donc le i d’inclusion.

Il ne s’agit pas juste d’un snobisme sémantique ou d’un jeu sur les mots.

La loi n°2005-102 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées posait déjà le principe du droit à la scolarisation de tous les élèves…

Parfois encore dans une école, emploie-t-on le terme « d’intégration »…

S’intégrer c’est faire preuve de sa capacité à s’adapter au système. Lorsque le système intègre, il « concède » à l’individu le droit de rejoindre le groupe.

Lorsque le système vient inclure l’individu, il l’accepte comme un tout. L’inclusion n’est pas seulement « absorbante » mais en quelque sorte « additive ». Etre inclus, c’est être là « comme on est » , au même titre que les autres.

Des compensations sont parfois nécessaires. Mais osons dire que la systématisation de la revendication par exemple d’une aide individualisée peut parfois favoriser des logiques « intégratives » plutôt que des logiques « inclusives ».

Débat complexe, où chacun doit être accompagné dans ses représentations et sa relation au handicap.

Sur bien des plans je me sens handicapé. Etre handicapé me contraint d’aborder les choses autrement. Et je me demande si au final, ce n’est pas aussi un atout, lorsque je sais dépasser la situation initiale… mais cela est une autre question… quoique… 🙂