B.A.A.BA

arts appliqués

1 Le langage classique de l'architecture

Partie 1

L’antiquité grecque et romaine

PDF : L’antiquité grèco-romaine

Extrait de vidéo : l’idéal de régulation antique et rapport au corps humain : le Parthenon

La codification du langage classique de l’architecture

L’architecture classique se définit par utilisation des invariants : ordres antiques, rapport harmonique des éléments. Vitruves, architecte romain du Ier siècle avant JC dans « De Architectura » répertorie les 3  ordres principaux dorique, ionique corinthien, auxquels il donne une personnalité, qui sera reprise et exploitée à la Renaissance : vigueur masculine du dorique, élégance féminine du ionique, le corinthien correspondant à la gracilité de la jeune fille, et cite l’ordre toscan.  En 1400, Léon Battista Alberti, ajoute l’ordre composite associant ionique et corinthien.

Les proportions des colonnes s’évaluent au nombre de diamètre contenu dans la hauteur : la colonne dorique en compte de 4 à 8, la colonne ionique jusqu’à 9, la colonne corinthienne en compte 10, l’ordre toscan 7.

   Les 5 ordres selon Serlio

En se référant à « De Architectura » et à partir de leurs observations des temples, théâtres, arcs de triomphe  et des thermes antiques, les architectes de la Renaissance vont fixer, codifier dans des traités,  la grammaire de l’idéal antique, le langage classique de l’architecture : en 1537, Sebastiano Serlio, en 1562, Vignole, en 1570 Palladio.

Déjà les romain avait remplacé le système poteau/poutre des ordres grecs par une combinaison de la colonne et de l’arcade comme au Colisée ou dans l’Arc de Constantin.Arcature ionique du Colisée

Arcature ionique du Colisée

1ère Renaissance, Quattrocento

Palais Rucellai d'Alberti à Florence, mil. XVeColisée, Rome, Ier S ap. JC

 

pour animer la façade du palais du Rucellai, (vers 1450 à Florence) Alberti applique la superposition des ordres et l’association de l’arc en plein cintré et inspiré du Colisée.

Comparaison entre l'Arc de Contantin et le Temple Malatesta d'Alberti
Comparaison entre l’Arc de Contantin (315 ap JC) et le Temple Malatesta d’Alberti à Rimini (XVe S), Quattrocento

Haute Renaissance

Au Cinquecento (Haute Renaissance), la grammaire classique atteint son aboutissement esthétique : ordres, colonnes détachées, engagées, pilastres, arcs, entrecolonnements (pycnostyle d’un diamètre et demi, systyle, eustyle, diastyle de 3 et l’aréostyle de 4), entablements créent des jeux d’ombre et de lumière, des rythmes et des proportions qui régulent harmonieusement l’édifice.

Tempietto, Bramante, 1502, Rome

Le Tempietto diastyle (entrecolonnement de 3 diamètres) de Bramante, 1502, Rome, Haute Renaissance

Proportions du Tempietto de BramanteProportions du Tempietto de Bramante

Palais Chiericati, Palladio, Vicence, 1551-54

Palais Chiericati, Palladio, Vicence, 1551-54

utilisation des invariants du langage classique de l’architecture, orchestré sur un rythme de plein et de vide. Le doublement des colonnes aux angel du pavillon de l’étage prolongé dans la colonnade de la galerie assure la stabilité de la façade, qui est la juxtaposition de 4 rectangles tracé selon le nombre d’or.

Vidéo Palladio : Villa Barbaro

Distorsions des codes

Cependant au Cinquecento, certains architecte vont apporter au latin classique de l’architecture une dimension expressive plus théâtral ou romantique.

Michel Ange

Niche de la Chapelle des medicis, Michel Ange, Florence, 1521-24

Niche de la Chapelle des Medicis, Michel Ange, Florence, 1521-24Bibliothèque laurentienne, Michel Ange, Florence, 1525-34

Bibliothèque Laurentienne, Michel Ange, Florence, 1525-34

Ordre colossal des absides de Saint Pierre de Rome, Michel Ange

Ordre colossal des absides de Saint Pierre de Rome

Jules Romain

Appareil rustique, Jules Romain
Appareil rustique

Bibliographie : Le langage classique de l’architecture, John Summerson, Ed Thames & Hudson

Maniérisme et Baroque

La façade du Louvre le projet du Bernin, 1665 et la réalisation de Le Vau, Le brun et Perrault, 1667-72

Invité par louis XIV, le cavalier Bernin, proposera un projet pour la façade du Louvre, qui ne sera pas accepté, jugé trop « baroque. On lui préférera une façade plus classique dans le goût raisonnable français.

 

Exercice écrit

Dans quelle mesure l’architecture étudiée emprunte le langage classique de l’architecture ou s’en éloigne ?
Groupe de 2
Texte de 1500 signes ( 25 lignes environ) comprenant :
– une introduction posant les invariants du langage classique de l’architecture et présentant la problématique,
– la description de l’édifice (dénotation),
– sa connotation (rapport au passé, au préent et à l’avenir, emprunts, inventions, avec citations d’exemples renseignés),
– et une synthèse, reprenant les éléments mis en évidence précédemment et répondant à la problématique posée.

 1 San Giorgio Maggiore, Palladio, Venise, 1565-1610

2 Façade du Gesú, Giacomo Della Porta, Rome, 1571
3 Sainte Marie de la Paix, Pierre de Cortone, 1610
Rome, Pierre de Cortone, Église de saint Luc et Martine, Triomphe de la divine Providence au Palais Barberini, Façade de l'église de Sainte Marie de la Paix
4 Place de Saint Pierre de Rome, Le Bernin
5 Façade des jardins de Versailles de Le Vau et Jules-Hardouin Mansart, 1669,1678

6 Façade de la Cour carré du Louvre de Pierre Lescot et Jean Goujon, 1546

7 La Villa Rotonda de Palladio, 1566-71

8 Théatre olympique de Palladio à Vicence, 1580

9 San Andrea del Quirinal du Bernin, 1578

10 Le Val de Grâce, François Mansart et Lemercier, 1645

11 Façade de San Carlo alle Quatro Fontane de Borromini, 1665

12 Cathédrale Saint Paul, Wren, Londres, 1696-1708

.

Commentaires Clos.