B.A.A.BA

arts appliqués

L’influence de l’art et de la technique sur le design

 

BTS BLANC TECHNO CULTURE DESIGN 2013

P { margin-bottom: 0.21cm; }

Art et technique : objets d’étude

XIXéme

Evolution technique

Contexte artistique

Révolution industrielle de la 2ème moitié du XIXe.

  • Chaise dont les formes sont adaptées à la technique de fabrication. Ces éléments modulaires de bois étuvés et cintrés sur une forme, sont conçus pour optimiser la fabrication, le montage et le transport, et sont adaptés au confort de l’assise. Elle est un jalon dans la compréhension de la nécessité de créer des formes nouvelles pour répondre à la révolution des moyens de production. précurseur

 

 

Dans cette deuxième moitié du XIXe, cette chaise répond aussi à la recherche d’un nouveau langage en rupture avec le néo-classicisme et l’éclectisme dominant dans les arts et les arts décoratifs.

  • L’architecte Viollet-Le-Duc va participer à la redécouverte du patrimoine du Moyen-âge. Il se revendique du bon sens des artisans bâtisseurs de cathédrale. Il vante  les structures  des cathédrales, une grammaire plus proche de la vérité, tension des arcs en ogive et des arcboutant, décors assujettis à l’architecture, nervures des piliers…
  • Gothic revival, Art & Craft et Préraphaélites

En Angleterre, le mouvement du Gothic revival  et les artistes-artisans  Art & Craft, William Moris et John Ruskin,. Nourrit du courant préraphaélite d’Edward Burne Jones, et Gabriel Rossetti, lui-même inspiré de l’art médiéval italien s’érigeant comme contestation de l’éclectisme et de la société industrielle. Ils veulent retrouver les savoir-faire artisanaux traditionnels nationaux. Cette image romantique d’une société d’artisans fière de son travail, des confrérie qui forme une communauté plus solidaire, contre la pauvreté des productions industrielles et contre la pauvreté de la classe ouvrière va être un moteur de l’évolution du design.

  • Impressionnisme et naturalisme

Cet préoccupation de la réalité se retrouve dans le choix des sujets de la peinture impressionniste, études des variations de la Cathédrales de Rouen  et des Meules dans la lumière des différentes heures de la journée de Monet, et dans le naturalisme en littérature : étude de la réalité social dans  « Les Rougon-Macquart » de Zola.

  • Les mouvements Art nouveau en France et en Belgique, Modernstyl en Angleterre, Modernismo en Espagne, Floreal en Italie, Jugendstyl en Allemagne et Secession en Autriche qui créent un nouveau langage dans les arts décoratifs dégagé du classicisme et souvent inspiré des formes organiques la nature.

P { margin-bottom: 0.21cm; }

Entre-deux guerres

Evolution technique

Contexte artistique

 
  • Pour illustrer le rapport étroit qui peut exister entre art et design, l’influence de Mondrian et du mouvement néoplastique  sur le groupe de Stijl et Gerrit Rietveld est exemplaire. Dans sa volonté de rompre avec les particularismes nationaux qui ont été un ferment de la 1ère guerre mondiale, Mondrian va créer un langage abstrait : trame orthogonal, délimitant des surfaces de couleurs neutres, blanc, gris ou primaire, rouge, jaune, bleu, que l’on retrouve dans la Maison Schroëder de Rietveld ou dans son fauteuil rouge et bleu.

 

Bauhaus

  • Réaliser la synthèse de l’art et de la technique est une idée majeure de l’Ecole du Bauhaus de l’entre deux-guerres. Son enseignement alliait l’étude du langage de la composition et les savoir faire artisanaux : étude théorique des rapports point-ligne-plan décrit dans le livre éponyme de Kandinsky,  expérimentations comme les oeuvres cinétiques de Moholy Nagy, et pratique en atelier Cette école forme une nouvelle génération d’architecte et de designer, comme Marcel Breuer. Sa Wassily chair, dont la structure en tube métallique et les assises et dossiers en cuir, sont bien faits pour recevoir un corps confortablement, peut rappeler les rapports des pleins et des vides en tension des sculptures constructivistes russes, de Naum Gabo, Tatline ou El Lissitzki.

 

 

P { margin-bottom: 0.21cm; }

Années 50

Evolution technique

Contexte artistique

Progressisme et fonctionnalisme de l’après guerre

  • Le contexte économique des Trentes glorieuses permet au plus grand nombre d’accéder au confort. L’ergonomie des formes enveloppantes, d’Egg et Swan, et Ant d’Arne Jacobsen, sont la résultante d’une réflexion sur l’emploi de nouveaux matériauxissus de l’évolution des colles et résines de synthèse réalisé pendant la guerre.

Tôle pliée

  • Déjà avant la seconde guerre la firme Citroën met au point la 2CV, une très petite voiture très peu cher,grâce à sa carrosserie en tôle légère rendue résistante par pliage.
  • Le Corbusier et Charlotte Perriand, utilise les qualités de solidité et de légèreté du métal plié des ailes d’avion pour le piétement de leur Chaise longue.
  • Après guerre Jean Prouvé produirades Maisons pour les sinistrés, que l’on peur monter rapidement grâce à ses portiques en tôle pliée.

Good design

  • L’esthétique fonctionnelle des années d’après guerre, toujours définie par la célèbre phrase de l’architecte des années 30, Louis Sullivan, la forme suit la fonction.Le combiné SK4 est réalisé en métal plié. Jusqu’alors les combinés électrophone et radio ressemblaient à des meubles. La miniaturisation des composants électronique et les préceptes du Good design édicté par Dieter Rams, aboutissent à la forme compacte, non ostentatoire, et pratique du SK4. Surnommé Snow White Coffin, sans doute pour sa trop grande sobriété par les détracteurs du design fonctionnel, il est représentatif de l’esthétique fonctionnelle des années d’après guerre, toujours définie par la célèbre phrase de l’architecte Mies Van der Rohe « less is more».

 

  • Synthèse des arts est aussi le nom d’une exposition organisée par Charlotte Perriand au Japon en 1955, dans laquelle elle montre comment les formes fonctionnelles issues du langage du design international, s’adaptent  aux spécificités d’une autre culture. Le confort de la Chaise longue conçu à l’origine en métal est assuré par l’élasticité de bambou dans laquelle elle est réalisée grâce aux arts traditionnels japonais. La chaise Ombre en bois lamellé fait référence à la discrétion du mobilier et au théâtre d’ombre japonais. La beauté formelle ne découle donc pas que de la qualité et de la pertinence des solutions apportées aux fonctions technique et d’usage. Elle est aussi tributaire de références culturelles et artistiques pour répondre aux attentes des usagers dans un temps donné.

 

Formes organiques

Les designers observent la nature pour créer des formes justes et adaptées à leur environnement et à leur fonctionnement. Leur pratique se rapproche de la création artistique.

  • Les dômes géodésique de Buckminster Füller, s’inspirent de formes naturelles comme le squelette des radiolaires.

On retrouve le goût pour l’efficience et l’honnêteté des formes organiques dans le  design scandinaves des années 50. Coques en résine, bois lamellé collé, d’Egg et Swan, et Ant, aux noms évocateurs sont aussi le fruit de l’observation des formes naturelles par leur concepteur.

  • Le luminaire Artichoke de Poul Henningsen est issu de la réflexion conjuguée sur la fonction d’usage, éclairer sans éblouir, du travail du métal, et du même goût pour les sculptures de la nature.
  • Le sculpteur Jean Arp, recherche dans la nature de la plus petite forme unique, l’amibe à la plus grande, le nuage, une inspiration pour des formes abstraites, libres et poétiques. Les productions de Carlo Molino sont influencées par sa passion pour l’aviation, et sa pratique du design se rapproche de celle d’un sculpteur. Il utilise les possibilités du bois lamellé qu’il évide, pour créer des piétements de bureau et des sièges d’une seule pièce aux formes aérienne et souples.
  • Les formes aérodynamiques de la DS rappellent les géométries éoliennes comme sculptées par le vent de Constantin Brancusi. Le designer japonais Isamu Nogushi travail dans l’atelier de Brancusi et le piétement de sa table basse, deux formes similaires, en symétrie inversées dans l’espace, ressemble à une sculpture abstraite

 

 

 

 

P { margin-bottom: 0.21cm; }

Années 60/70

Evolution technique

Contexte artistique

Les nouveaux plastiques ABS

  • Clamd’Alan Fletcher, est un objet fonctionnel car il conçu en fonction des procédés de fabrication et de son usage. Il est composé de 2 coupelles identiques dont la complexité des bords dentellés est réalisable dans un matériaux mince et résistant, l’ABS. Chaque cran de cette dentelure est pratique pour tenir la cigarette au bord du cendrier, car il est à la taille du diamètre d’une cigarette, et permet de fermer hermétiquement, ce qui occulte les odeurs et les mégots.
  • Algol de Richard Sapper et Marco Zanusi, come le SK4 est un objet rendu compact par la miniaturisation électronique. Mais c’est surtout la résistance et la légèreté, les formes douce que permettent l’ABS, qui vont en faire un objet différent parce qu’il va être portable.

 

Contestation de la société de consommation

  • La référence au POP ART

Clam, d’Alan Fletcher, est une boîte ronde en plan et rectangulaire au bord très arrondis en élévation. Il est un objet jouet… Lorsqu’on manipule ces deux couvercles, ils ressemblent à une bouche toute en dent et à un coquillage bivalve semblant sortir de l’univers de la BD comique.
Et effectivement un clam est un coquillage, dont le nom sonne comme l’
onomatopée qu’il ferait en se fermant brusquement.
Tout en plastique brillant, lisse et coloré, il est représentatif du design des années 60-70, que l’on qualifie souvent de pop, pour son recourt à l’imagerie populaire, ici la BD. On retrouve cette référence dans le Pop art et les œuvres de
Roy Lichtenstein comme BLAM. BLAM représente en gros plan une attaque aérienne et l’onomatopée BLAM dans le style dune case de BD surdimensionnée. En choisissant cette image emprunté à un média populaire, Lichtentstein se révolte contre l’impérialisme des codes artistiques et contre les conflits générés par la guerre froide, (guerre de Corée, du Viet Nam…). Clam sous ces aspects ludiques, a un sourire qui ressemble à une grimace et mord. On pourrait alors penser qu’en plus d’être un objet fonctionnel, il est un objet pop rebelle

  • La Valentine est aussi une rebelle, sa coque légère et son emboitage rouge, en font une nomade et une séductrice. D’ailleurs dans aucune des publicités qu’Ettore Sottsass va concevoir pour elle, on ne s’en sert de machine à écrire. Le rôle du design n’est plus ici seulement de répondre à une fonction d’usage, en utilisant de nouvelles technologies, mais de séduire en proposant de choisir sa façon de vivre.

Dématérialisation de l’objet d’art

  • Dans les années 60, Joseph Kossut dans son œuvre One and Three chairs, nous montre une chaise : la chaise en bois (le référent) posée au sol, une définition du mot chaise à sa droite (le signifiant) et une image photographique de la chaise à sa gauche (une interprétation, un signifié), chacun de ses 3 objets étant lui-même un signifiant porteur de signifié.

Cet entrelacement de sens rend l’objet insaisissable et la tentative même de structurer une pensée sur l’objet rend sa réalité plus difficile à saisir.

Dématérialisation de l’objet design

  • On retrouve cette idée de-matérialisation de l’objet dans le re-design de la Chaise d’auteur Wassily de Marcel Breuer par Alessandro Mendini. En utilisant le principe du camouflage des treillis de l’armée (des tâches décomposent la forme) il déstructure la forme des parties en cuir de la chaise. il opère une sorte de camouflet à l’unicité formelle et fonctionnelle de la chaise original de Marcel Breuer, icône du Bauhaus.
  • Cette remise en question de l’honnêteté de l’objet évoluant de fonctionnel, à industriel, puis devenant objet de consommation, va générer au début des années 70, des courant contestataires, comme  l’anti-design, qui dématérialise, l’objet au profit de scénarii de vie. Les unités d’habitation de Joe Colombo se transforment et s’adaptent au besoins de leur utilisateur. Le Cabriolet bed isole les dormeurs ou disparaît de la vue derrière une capote pliable. Le Rotoliving s’escamote en pivotant….
  •  

Les commentaires sont fermés.