B.A.A.BA

arts appliqués

Atelier du flan

Monotype sur gélatine

Préparation de la gélatine

  1. Diluer  3 grosses cuillère à soupe de gélatine alimentaire en poudre de 200 bloom dans de l’eau froide.
  2. Puis délayer dans 1/2 litre d’eau bouillante et verser dans un moule
  3. Attendre que cela refroidisse

Impression du motif en négatif

  1. encrer la surface de la gélatine (avec de l’encre pour linogravure ou acrylique avec du retardateur)
  2. poser des objet mince, feuille pétales de fleurs, plumes, papier découpés…
  3. poser une feuille de papier et appuyer avec la tranche de la main pour bien imprimer
  4. relever la feuille

Impression du motif en positif

  1. encrer les objets posés sur la gélatine
  2. poser une autre feuille et appuyer avec la tranche de la main pour bien imprimer
  3. relever la feuille

Impression de l’image fantôme

  1. ôter les objets et poser une nouvelle feuille
  2. appuyer bien avec le plat de la main pour bien imprimer
  3. relever la feuille

Monotype sur verre

travail sur le positif/négatif/ surimpression

Affiche sérigraphiée de Park Kum-jun

un exemple  positif/négatif/ surimpression réalisé en sérigraphie et vu à l’expo « Korea now » au musée des arts décoratifs

  1. dessiner des motifs sur le verre
  2. poser une feuille et appuyer avec le plat de la main pour bien imprimer
  3. relever la feuille
  4. nettoyer la plaque de verre
  5. avec une autre couleur dessiner d’autres motifs
  6. poser la même feuille sur la plaque de verre et appuyer avec la tranche de la main pour bien imprimer
  7. relever la feuille
  8. nettoyer la plaque de verre
  9. encre toute la surface du verre et mettre en place une ou plusieurs silhouette découpée(s)
  10. poser la même feuille de papier et appuyer avec la tranche de la main pour bien imprimer
  11. les motif apparaissent dans la silhouette et anime en surimpression le fond

Marbrures

 Proposition de Sujets 

 Hybridation 

Définiton du Larousse

Croisement entre deux variétés, deux races d’une même espèce ou entre deux espèces différentes.

Mélange entre deux magmas ou contamination d’un magma par son encaissant géologique ; synonyme de assimilation.

 L’expressionnisme abstrait 

 Illustrer un Haïku 

Les Haïku laissent surtout percevoir l’émotion d’un instant, la suscite et la fait perdurer dans nos esprits… ils parlent de la perfectibilité et de l’éphémère et de l’intangible. . Il s’agit donc non d’imager le poème, mais de faire ressentir votre émotion, en jouant avec l’expression graphique et plastique, faire frissonner, gambader, voltiger, ….

Les techniques proposées, sur gélatine, plexi, colle à papier peint, par leurs imperfections jouent justement dans ce registre.

Cachette
La forêt cache
– Troncs et feuillages épais –
Nos lèvres scellées
Inconnu
la voix des roseaux
bruit comme le vent d’automne
mimiques
Matsuo Bashõ ( 1644-1695 )
La branche tremble :
Effrayé par nos rires
L’oiseau s’est enfui !
Inconnu
Une pierre pour oreiller
J’accompagne
Les nuages.
Taneda Santoka ( 1882-1939 )
Une carpe saute
Des rides
À la lune d’automne.
Masaoka Shiki ( 1866-1909 )
Le ciel d’automne
Des milliers de moineaux –
Le bruit de leurs ailes.
Yotsuya Ryu ( 1758 )
Pluie de printemps
Au portail
Le canard clopine.
Kobayashi Issa ( 1763-1828 )
Envolée
La première luciole
Du vent dans ma main !
Kobayashi Issa ( 1763-1828 )
De temps en temps
Les nuages nous reposent
De tant regarder la lune.
Matsuo Bashõ ( 1644-1695 )
du vent d’automne
la porte coulissante de la bouche –
voix perçante
Matsuo Bashõ ( 1644-1695 )
Neige sur neige
cette nuit de décembre
une pleine lune
Matsuo Bashõ ( 1644-1695 )
Bergeronnette…
Le ciel d’hiver
Comme un hoquet.
Conrad Mieli ( 1895-1970 )
Est-ce une araignée
qui pleure
le vent d’automne
Matsuo Bashõ ( 1644-1695 )
Rien ne dit
Dans le chant de la cigale
Qu’elle est près de sa fin.
Matsuo Bashõ ( 1644-1695)
Papillon voltige
Dans un monde
Sans espoir.
Kobayashi Issa ( 1763-1828 )
L’éclat d’un ciel bleu
Et le goût de tes lèvres
Tracent mon chemin.
Inconnu
J’épluche une poire
Du tranchant de la lame
Le goutte à goutte sucré.
Masaoka Shiki ( 1866-1909 )
Pour savoir ce qu’est le feu
Il faut s’y brûler
De même l’amour
Inconnu
Les troncs noirs et nus
Enlacées d’ombres tordues :
Temps d’amour vécu.
Inconnu
Commencement de l’hiver –
Le soleil léger du matin
Naît de l’arrosoir.
Uejima Onitsura ( 1660-1738 )
Pivoine d’hiver
les pluviers doivent être
un coucou dans la neige
Matsuo Bashõ ( 1644-1695 )

Haïku mode d’emploi

Les commentaires sont fermés.