B.A.A.BA

arts appliqués

Fonctionnalisme : MR chair, Mies van der Rohe, 1927 / Pressed chair, Harry Thaler, 2001

| 0 Commentaires

Fonctionnalisme

les 2 dimensions du fonctionnalisme 

fonction d’usage

conception en fonction des matériaux et des moyens de communication

valeur d’estime

 50/XXIe siècle

modernité/engagement écologique

service/appropriation

objets manifestes

La MR chair de Mies Van der Rohe est une icône du design fonctionnel de l’entre deux-guerres, dont l’esthétique moderniste et la valeur d’estime sont liées à l’adage « Form follow fonction ». Répondre à une fonction d’usage, mais aussi être conçu en fonction des matériaux et des moyens de production sont les 2 dimensions du design fonctionnel rationnel. Pour la MR chair, l’élasticité du porte à faux, la largeur, la hauteur, la profondeur de l’assise, l’inclinaison du dossier ont été conçues pour le confort de la fonction s’asseoir.  Cependant, la MR chair doit surtout sa célébrité à l’unicité de forme et de matière de sa structure porteuse réalisée en en acier tubulaire chromé. Ainsi l’économie de matière corrélée à la réduction des opérations de fabrication, ainsi que ces qualités ergonomiques, ont contribué à lui donner cette esthétique moderniste, rationnelle et fonctionnelle.

Par sa forme la Pressed chair d’Harry Thaler est proche du fonctionnalisme de la MR chair. Elle est réalisé dans une seule plaque d’aluminium, très fine, estampée, dont la rigidité est assurée par un réseau de nervures, gardant cependant suffisamment d’élasticité, avec un dossier légèrement incliné pour assurer le confort de l’assise. Mais aux 2 dimensions précédemment citées, s’ajoute une 3ème,  celle d’appropriation. Lorsqu’elle est sortie de la presse, la Pressed chair ressemble à un petit personnage bondissant de joie qui va se plier à nous rendre service. Une signification cachée, que vous seul peut-être connaîtrez, et qui vous rendra l’objet plus intime. Et surtout son esthétique renvoie à des règles de durabilité, économie de matériaux, matériaux  recyclable, économie d’énergie grise (production en une seule opération, empilable, donc prenant moins de place dans le transport) et correspond ainsi à l’engagement écologique de l’usager responsable.

Ainsi l’image que renvoie ces 2 chaises est à l’image du zeitgeist de l’entre deux-guerres et des années 2001. D’un côté, une société qui se construit autour de la machine, les machine à s’asseoir, les « machines à habiter » de Le Corbusier, les machines des peintures de Fernand léger, les machines des films de Moholo Nagy… les machines et les procédés de fabrications, explorés, exploités, réinventer, pour faire émerger une société d’objets de « confort », éloignée des contingences de la nature. De l’autre, des objets qui répondent à une prise en considération de l’environnement, au sein duquel l’homme prend sa place joyeusement…

Laisser un commentaire