B.A.A.BA

arts appliqués

Memphis

| 1 Commentaire

Memphis Milano

Pdf memphis_milano

Moins pessimiste et fort de son expérience pluridisciplinaire, Ettore Sottsass fonde en 1981 le groupe Memphis« À force de marcher dans des zones d’incertitude, à force de dialoguer avec la métaphore et l’utopie, à force de rester à part, nous avons accumulé aujourd’hui une certaine expérience. Nous sommes devenus de bons explorateurs. » (Ettore Sottsass, in Le Nouveau design italien, Nally Bellati, édition Terrail, 1991.)

Tandis que l’expérience d’Alchimia restait confidentielle, Memphis allait donner une résonance internationale au Nouveau design italien. Inspiré d’une chanson de Bob Dylan, le nom est apparu un soir où le groupe définissait ses orientations. Évoquant également la capitale de l’empire égyptien, Memphis représentait à la fois le raffinement de grandes civilisations passées et la culture américaine.

En obtenant l’appui financier d’Ernesto Gismondi, patron d’Artémide, société italienne d’art de la table et de luminaires (14), l’assistance commerciale du magasin Godani et l’aide technique de l’ébéniste Renzo Brugola, Sottsass réunit dès le début les conditions de la réussite. Il s’entoure également de jeunes designers comme Matteo Thun, Aldo Cibic ou Michele De Lucchi et de Barbara Radice, journaliste et critique d’art qui prend la direction artistique du groupe. Ensemble, ils définissent le langage formel et coloré de Memphis, donnant la priorité à la présence de l’objet.

La présentation de leur collection de pièces uniques au Salon international du mobilier à Milan est un choc. Loin du sage compromis du design industriel, les objets Memphis (mobilier, luminaires, orfèvrerie, tapis, céramiques) sont, selon Sottsass, « plus colorés, plus joyeux, plus optimistes, plus humoristiques ». Ils s’affichent dans une polychromie affirmée, des revêtements insolites et des associations contradictoires de matériaux. Les laminés décoratifs de la société Abet Laminati, matériau idéal puisque sans culture, permettent de créer des objets expressifs. Couramment utilisée dans les cuisines et les salles de bain, la texture de ces stratifiés donne un caractère volontairement kitch et ironique aux meubles. Ils deviennent le revêtement essentiel et le support de motifs excentriques comme le Rete, le Serpente ou le Bacterio, motif fourmillant lui-même issu du Spugnato, sorte de tâche organique que Sottsass imagine dès 1979.

Memphis fait du design un phénomène médiatique tourné vers une communication visuelle spectaculaire. Suivi avec intérêt depuis l’étranger le mouvement s’internationalise par l’intermédiaire de plusieurs designers : Nathalie Du Pasquier en France, Javier Mariscal en Espagne, Hans Hollein en Autriche, Shiro Kuramata au Japon, Mickeal Graves et Peter Shire aux Etats-Unis.

Sans jamais s’orienter vers une véritable production industrielle, les objets Memphis, produits en séries limitées, cherchent à fuir la banalité du quotidien. Ils deviennent rapidement le symbole visible d’un nouveau style de vie cependant réservé à une élite. Fer de lance du Nuovo design, ce groupe marque durablement les esprits et l’univers de la mode, du graphisme et de la publicité.

(12) Post-modernisme courant majeur de la pensée architecturale et du design dont les origines remontent aux années 60 avec l’émergence des mouvements radicaux et qui atteint son apogée dans les années 80 notamment avec le groupeMemphis.
Dans Langage de l’architecture post-moderne, premier livre manifeste du mouvement, l’architecte Charles Jencks incite à l’éclectisme. Contrairement au modernisme qui fait table rase de l’histoire, les tenants du post-modernisme juxtaposent présent et passé en revendiquant la citation, l’emprunt et souvent l’hommage ironique aux styles. Antithèse de la modernité dont ils critiquent l’aspect déshumanisant et aliénant, le courant post-moderne prône le retour au symbolique. Parmi les créateurs les plus représentatifs figurent Ricardo Bofill, Mickeal Graves, Ettore Sottsass, Alessandro Mendini, Hans Hollein, Andrea Branzi, Matteo Thun, Mario Botta, etc. Toutes leurs créations ont été relayées par des sociétés comme Alessi, Poltronova, Cleto Munari, Cassina, Artémide, véritables vecteurs de diffusion internationale.

(13) Re-design : imaginé par Alessandro Mendini, théoricien, designer et architecte, le re-design est une critique esthétique qui tente de démystifier les prétentions du modernisme en s’attaquant à ses icônes. Les classiques du design sont détournés par ajouts d’ornements et de couleurs. Mendini débute ce travail avec le célèbre fauteuil Wassily de Marcel Breuer représentatif du Bauhaus qu’il habille en treillis militaire.

(14) Artemide : fondée en 1959 en Italie, cette société spécialisée dans le luminaire vise à couvrir tous les besoins de la sphère publique et privée. Ses compétences technologiques et productives sont la preuve d’une grande capacité d’innovation qui va de la valorisation des savoir-faire traditionnels jusqu’aux techniques les plus novatrices.

Extrait de http://mediation.centrepompidou.fr/education/ressources/ENS-sottsass/ENS-sottsass.html

Un Commentaire

  1. Pingback : Ettore Sottsass : vers Memphis | B.A.A.BA

Laisser un commentaire