mercatique : Les études quantitatives – le questionnaire

Les étapes de l’enquête par questionnaireCes étapes sont indispensables, dans cet ordre, pour tout type de questionnaire

  1. définition des objectifs du questionnaire
  2. Détermination de l’échantillon
  3. Choix du mode d’administration
  4. Choix des thèmes
  5. Rédaction du questionnaire
  6. Test du questionnaire
  7. Administration du questionnaire
  8. Dépouillement
  9. Analyse des résultats.

Les contraintes du questionnaire

Le coût. Un certain budget est disponible. Il faudra payer les enquêteurs si on les utilise etc.

La précision : pour doubler la précision, il faut multiplier par 4 le nombre de questionnaires administrés.

Les délais

Les méthodes d’échantillonnage.Les méthodes empiriques

  • La méthode des quotas : on construit un échantillon qui est la réplication en modèle réduit de la population concernée. Si par exemple les clients sont à 70 % des femmes, on mettra 70 % de femmes dans l’échantillon.
  • La méthode des itinéraires. L’enquêteur interroge les personnes sélectionnées selon une routine qui lui est imposée comme par exemple 1 immeuble sur 3, coté pair.

Les méthodes aléatoires (probabilistes)

  • le sondage aréolaire

Il consiste à choisir des unités de surface géographiques à partir d’un découpage préalable.

  • le sondage par grappes

Le choix ne porte par sur des individus mais sur des groupes appelés grappes. Il peut s’agir d’un foyer, d’un immeuble. L’ensemble des grappes constitue la population parmi laquelle on tire des grappes où tous les grains seront sondés.

  • le sondage stratifié

En cas de population hétérogène, on regroupe la population en strates homogènes à partir des variables de stratifications et on construit ainsi l’échantillon.

Les techniques d’échantillonnage non représentatif de la population

  • L’échantillon de convenance

L’échantillon est constitué de toute personne désirant répondre à l’étude (cas des sondages sur les sites Internet).

  • L’échantillon ciblé

On interroge les personnes dans des lieux où la probabilité de rencontrer la population cible est forte.

La création du questionnaire Construire le questionnaireIl s’agit de définir les thèmes à aborder, puis pour chaque thème définir les questions à rechercher. On ordonne ensuite les questions en partant du plus général au plus particulier. Les questions sont regroupées par thème.

Il faut prendre soin d’être clair dans ses questions pour que la réponse soit nette. Il faut aussi que l’interviewé réponde avec honnêteté.

Rédiger le questionnaire5 types de questions peuvent être posés :

  • Les questions fermées à choix unique. Réponse oui ou non.
  • Les questions fermées à choix multiples : On peut choisir parmi plusieurs réponses. On peut retenir plusieurs réponses.
  • Les questions fermées à choix multiples ordonnés : Plusieurs réponses peuvent être choisies dans la liste, elles doivent être classées par priorité.
  • Les échelles d’attitudes : questions fermées à choix unique où le choix est une attitude (très important, important, sans importance).
  • Les questions ouvertes : on peut répondre ce que l’on veut.

Souvent la question ouverte est à la fin du questionnaire.

Rédiger le questionnaire c’est utiliser des mots simples et précis ; éviter les termes techniques ou le jargon de spécialiste ; adapter la longueur des questions (les questions peuvent être plus longues à l’écrit qu’à l’oral) ; adapter la longueur du questionnaire qui dépend de la motivation des interviewé pour les questions.

Tester le questionnaireAinsi on détecte les questions inutiles ou mal formulées (peu claires, incomprise), nécessitant un graphique ou une image pour les accompagner.

Réaliser matériellement l’enquête.Cela nécessite de former les enquêteurs au questionnaire et à ses buts. Cela veut dire aussi un planning de déroulement et enfin un mode de contrôle du bon déroulement de l’enquête.

Les modes d’administration de l’enquête

  • face à face à domicile ou sur le lieu de travail (coût plus élevé, délais mais possibilité de poser des questionnaires assez longs)
  • face à face dans la rue (coût peu élevé mais questionnaires courts, questions fermées)
  • téléphone (coût peu élevé, questionnaires courts, questions fermées, taux de réponse variable)
  • voie postale (coût peu élevé, pas d’influence de l’enquêteur, taux de réponse 5 % en moyenne, nécessité d’expliquer très bien les questions, délais)
  • Internet (coût moins élevé que téléphone, rapide, pas d’influence de l’enquêteur, risque de biais dans l’échantillon)

Internet apparaît comme la meilleure formule.

L’analyse des résultatsRéalisation des tris.

Présentation des résultats choix du type de graphique, tableaux statistiques

Interprétation des résultats. Il faut de l’esprit critique, car les déclarations effectuées ne sont pas toujours la réalité (en politique peu de gens déclarent voter Le Pen)

 Pour en savoir plus, un livre critique d’Alain Guarrigou L’ivresse des sondages, sur les sondages politiques.

Laisser un commentaire