Les collégiens de Bébel s’informent pour mieux se protéger

Le moment tant attendu par certains : la distribution du préservatif, masculin ou féminin. Filles comme garçons n’ont pas rechigné à en prendre. (C. B.)

Sainte-Rose a participé, cette année, à la Journée mondiale de lutte contre le sida. La municipalité, le centre d’action sociale et de solidarité et l’Association des familles monoparentales ont voulu toucher le jeune public, et notamment les collégiens. Ainsi, toute la journée de mardi, les collégiens de Bébel, principalement des classes de troisième, ont visité les différents stands installés sur la place Tricolore, au bourg. Car « s’informer, c’est se protéger » .

Dès leur arrivée, les élèves se sont rendus au stand de « maternité consciente » . Là, Suzelle Élise, conseillère conjugale et familiale, a répondu à leurs questions. « Quels sont les symptômes qui montrent que nous avons le VIH ? » , a demandé un élève. « Tout dépend des personnes, a répondu la professionnelle, on peut avoir mal au ventre, mal à la tête, sans savoir qu’on est séropositif. Le virus se développe au bout de quelques semaines, puis il s’installe. Après dix ans, on découvre la maladie. Il n’existe pas de remède, juste un traitement qui permet aux personnes séropositives de continuer à vivre dignement. »

La conseillère a vérifié leurs connaissances sur un sujet encore tabou. La plupart connaissaient les différentes manières d’attraper le sida : les rapports sexuels, la toxicomanie ou encore la transmission de la mère à l’enfant.

Suzelle Élise leur a montré, en dépliant un préservatif, comment l’utiliser, avec toutefois quelques recommandations : ne pas le mettre au réfrigérateur, ne pas l’exposer au soleil, ne pas utiliser des ciseaux pour déchirer l’emballage et, après usage, ne pas le tordre.


Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.