Jan 27 2010

Brevet/Français : Le texte autobiographique

Publié par bebel971 dans Brevet, Français      

I Définition

L’étymologie grecque permet de définir le genre. L’autobiographie est le récit que fait un auteur de sa propre vie.

II Caractéristiques

Importance du « Je »

– L’auteur, le narrateur et le personnage principal sont la même personne.
Le point de vue est interne (donc subjectif): c’est l’auteur qui raconte ses souvenirs, ce que lui a vécu.
– Le récit est donc fait à la première personne.
Deux « je » coexistent : celui du moment de l’événement raconté, de l’enfance, d’hier et celui du moment de l’écriture, d’aujourd’hui.
– L’autobiographie a un double destinataire : soi-même et le lecteur.

Mémoire et sincérité

– Tout ce qui est raconté est présenté comme vrai. L’auteur s’efforce d’être sincère. Mais les années qui ont passé entre le moment où les événements ont eu lieu et le moment où l’auteur les raconte font que les souvenirs peuvent être déformés ou incomplets.
– Tout n’est pas raconté : l’auteur fait une sélection parmi ses souvenirs. Cette sélection a un sens par rapport à l’image qu’il veut donner de lui-même, à son projet autobiographique.

Le rapport au passé

– Le texte fait alterner récit et analyse. L’auteur reconstitue son passé, il le reconstruit. Il analyse aussi ce qu’il a été : selon les cas, au moment de l’écriture, l’auteur peut s’identifier au « je » d’autrefois en revivant les émotions d’alors ou au contraire, il peut prendre du recul en ayant une vision critique sur ce souvenir.

Jeu des temps

Les deux systèmes de temps peuvent être utilisés :
le temps de l’écriture est ancré dans la situation d’énonciation : l’auteur utilise le système du présent (temps de base : le présent d’énonciation) pour faire des commentaires.
le temps du souvenir (passé) est plus ou moins éloigné de la situation d’énonciation : quand l’auteur veut marquer que le souvenir est lointain, quand il veut prendre ses distances, il utilise les temps du passé (passé simple); quand il veut au contraire garder une impression de proximité, il utilise les temps ancrés dans la situation d’énonciation (passé composé)

III Les sous-genres et les genres proches

Sous-genres
– Les mémoires : l’auteur sélectionne dans sa vie les événements liés à l’Histoire dont il a été témoin ou acteur. Il y a peu de place pour sa vie personnelle. L’auteur donne sa vision personnelle de l’Histoire.
– Le journal intime : texte écrit jour après jour, secret, sans projet de publication. Le seul destinataire est l’auteur lui-même. L’auteur raconte avec sincérité les événements de sa vie, les analyse à chaud et donne ses impressions.

Genres proches
– La biographie : récit de la vie d’une personne célèbre fait à la 3ème personne et rédigé par un auteur autre que cette personne. L’auteur fait des recherches sérieuses, se documente, vérifie les éléments. Dans une biographie romancée, l’auteur privilégie le sensationnel plutôt que la vérité.
– Les lettres : les échanges de lettres permettent aussi de reconstituer la vie de quelqu’un.

IV Les intentions de l’autobiographe (mais pourquoi ce besoin de raconter ses souvenirs?)

Laisser une trace de sa vie et lutter contre l’écoulement du temps et l’oubli : l’auteur est le sujet de son livre.
Donner de la cohérence à sa vie en l’écrivant et en lui donnant la forme d’un récit. On peut écrire pour se justifier. Ou écrire pour analyser sa propre évolution, pour mieux se connaître en analysant qui on a été et ce qu’on a fait.
– L’auteur veut témoigner de son expérience : celle-ci est assez importante pour apprendre quelque chose aux autres hommes. Il peut vouloir informer ou dénoncer.

V Les fausses autobiographies (attention au mensonge!)

– Certains récit présentés comme des autobiographies sont en fait des fictions. Tout ou presque y est inventé. Ainsi, on peut trouver de faux journaux intimes, de faux souvenirs, de fausses lettres.
– Il peut aussi arriver que l’auteur s’inspire de sa vie pour en faire une fiction. Certaines choses sont vraies, d’autres sont transformées, d’autres sont inventées.

Quand un récit est écrit à la première personne, il faut toujours se demander s’il s’agit d’un récit autobiographique (vrai, ou présenté ainsi par l’auteur) ou bien d’une fiction (d’un récit inventé). Si le récit est autobiographique, il faut s’interroger sur les raisons pour lesquelles l’auteur raconte sa vie.


Jan 27 2010

Pour apprendre la citoyenneté aux enfants : Les Petits citoyens

Publié par bebel971 dans Education civique      

.

Les petits citoyens.

Le site http://www.lespetitscitoyens.com a pour but de développer l’esprit civique et la citoyenneté chez les enfants par un  apprentissage « en ligne ».

Différentes rubriques permettent aux enfants de s’ouvrir à certains aspects de la vie citoyenne et un magazine (auquel on peut s’abonner gratuitement), également destiné aux enfants, leur permet de parcourir l’actualité.

Le site offre aux jeunes la possibilité d’ouvrir une boîte aux lettres, d’apprendre à devenir un petit citoyen en découvrant des actions citoyennes tel que le « SAMU social », de jouer, de télécharger des fonds d’écran, des reportages sur l’esclavage, l’ONU, etc.

Un Kit pédagogique Europe, composé d’un guide de 32 pages et d’un puzzle de l’Union européenne à 25, peut être commandé gratuitement sur le site Internet.


Jan 27 2010

Auschwitz commémore le 65e anniversaire de sa libération

Publié par bebel971 dans Histoire/Géographie      

L’entrée du camp d’Auschwitz.

.

.

Il y a 65 ans le camp nazi d’Auschwitz-Birkenau, symbole de l’Holocauste, était libéré par l’armée soviétique. Aujourd’hui une centaine de survivants, Benjamin Netanyahu, chef du gouvernement israélien, et d’anciens soldats de l’Armée rouge sont venus se recueillir en souvenir des victimes. Cet après-midi, pour marquer le début de la cérémonie officielle, les sirènes ont retenti sur l’ancien camp.

« Nous rencontrons à la fois le mal le plus absolu et le plus grand courage de toute l’histoire de l’humanité, a déclaré Benjamin Netanyahu, hier, lors d’un discours. Ce n’est pas une rencontre facile mais elle nous donne espoir et nous guide pour l’avenir. »

Le président israélien Shimon Peres a appelé au jugement de tous les participants à l’Holocauste dans un discours devant notamment son homologue allemand Horst Köhler et la chancelière Angela Merkel au parlement allemand.

Le devoir de mémoire

Barack Obama, président des Etats-Unis, s’est exprimé dans un message vidéo diffusé à Crocovi, en Pologne, devant 700 participants lors d’une conférence organisée par le Congrès juif européen. « Nous avons le devoir sacré de nous souvenir de la cruauté qui a régné ici » a-t-il déclaré.

Nicolas Sarkozy a souligné ce mercredi « l’exigence » du devoir de mémoire à l’égard des victimes de la Shoah et répété le soutien de la France aux initiatives destinées à perpétuer leur souvenir. Luc Chatel, ministre de l’Education national s’est quant à lui rendu au Mémorial de la Shoah à Paris.

1,1 million d’hommes, de femmes et d’enfants sont morts gazés, de faim, d’épuisement ou de froid dans le camp d’Auschwitz entre juin 1940 et le 27 janvier 1945. Seulement 7 000 personnes ont survécu. Depuis 2005, le 27 janvier est la journée internationale du souvenir de l’Holocauste.