Mar 30 2010

Le LHC remonte le temps !

Publié par bebel971 dans sciences-physiques, SVT      

.

.

Mardi, sous la frontière franco-suisse, deux paquets de particules subatomiques se sont fracassés l’un contre l’autre, à une vitesse proche de celle de la lumière. Chargés d’une énergie jamais atteinte dans un accélérateur de particules, ils ont provoqué de jolis feux d’artifice, invisibles pour le commun des mortels. Les physiciens des particules exultent.

Pour réaliser cet exploit, le CERN – l’Organisation européenne de recherche nucléaire – a construit la machine la plus complexe du monde, le Grand Collisionneur de hadrons – LHC. Facture: 6 milliards de francs. C’est beaucoup pour de si petites choses.

.

.

Vraiment? Le LHC est un des projets les plus enthousiasmants et les plus fabuleux de tous les temps. Précisément, la machine permet de remonter le temps. Elle vise à comprendre ce qui s’est passé il y a quatorze milliards d’années, lors des premiers instants de l’univers. Hier, ces infimes collisions nous ont rapprochés comme jamais du big bang. La route est encore longue pour y parvenir, mais s’ouvre désormais une nouvelle porte sur l’origine de l’univers. Celle qui nous permettra de confirmer ce que l’on croit savoir et de découvrir l’inconnu.

Le LHC est une formidable aventure humaine. Il force la communication et la compréhension entre les peuples. Six milliards de francs pour plus d’humanité, c’est peu comparé aux milliers de milliards dévolus à la détruire.


Mar 28 2010

Brevet/Education civique : la citoyenneté

Publié par bebel971 dans Brevet, Education civique      


I
. La citoyenneté

Origine
L’idée de citoyenneté trouve son origine dans la Grèce Antique.
Mais pour être citoyen à cette époque, il faut être né de père et de grand-père eux même citoyens.
En 212, l’édit de Caracalla établit que tous les hommes libres, sujets de l’Empire, deviennent citoyens romains. L’idée de citoyenneté devient un concept politique.
Qui peut être citoyen ?
La citoyenneté en France est liée à l’idée de Démocratie.
Chaque citoyen est détenteur d’une part de la souveraineté politique, qu’il peut exprimer directement ou indirectement.
Etre citoyen, c’est pouvoir participer à la vie de la société, par exemple en votant.
Pour pouvoir voter il faut :
– avoir 18 ans,
– être inscrit sur les listes électorales,
– jouir de ses droits civiques et politiques (ne pas avoir été condamné),
– avoir la nationalité française (de naissance ou par naturalisation).
NB : Depuis le 17 mars 1998, tout enfant vivant en France, né en France de parents étrangers, ayant vécu au moins 5 ans en France entre 11 et 18 ans, acquiert la nationalité française à sa majorité.
Chaque citoyen est titulaire de droits et d’obligations qui obéissent au principe d’égalité, indépendamment de ses appartenances particulières ou de ses convictions.
On ne naît pas citoyen : on le devient. L’éducation permet d’acquérir les connaissances nécessaires pour exercer ses droits et remplir ses devoirs.
En principe, la nationalité est une condition nécessaire pour exercer la citoyenneté, mais les résidents étrangers possèdent aujourd’hui des droits, sont protégés par la loi et peuvent participer aux institutions professionnelles avec droits de vote et d’éligibilité.
Ils sont soumis à la plupart des obligations faites aux citoyens français, à l’impôt et plus largement aux lois.

II. Etre citoyen
Les devoirs du citoyen
Etre citoyen consiste à :
– connaître, comprendre et respecter les lois et règlements, à contribuer à leur amélioration ;
– voter, c’est-à-dire à confier à des représentants, une partie de ses droits et de ses responsabilités pour diriger ;
– contribuer aux dépenses publiques par le paiement de l’impôt ;
– participer à la défense et à la prospérité du pays.
Les droits du citoyen
Le citoyen dispose de certaines libertés essentielles dont :
– la liberté individuelle,
– la liberté de la presse,
– la liberté de conscience,
– la liberté d’association,
– la liberté politique.
Il dispose aussi de certains droits économiques et sociaux :
– le droit de se déplacer librement,
– le droit à l’instruction,
– le droit au travail,
– le droit de grève,
– le droit à la protection de la santé.
Ces droits sont réaffirmés dans le préambule de la Constitution de 1958.

III. La citoyenneté européenne
La formation de lEurope
Après la Seconde guerre mondiale, des hommes ont souhaité rapprocher les pays européens, pour éviter une nouvelle guerre. Ils ont créé une communauté européenne.
Une collaboration économique a d’abord été établie :
– dans un premier temps, ce fut la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier (CECA).
– puis, en 1957, naît la Communauté Economique Europénne (CEE).
L’étape suivante était la création d’une Europe politique et civique.
Les symboles de lEurope
La France, ayant participé depuis le début à la construction de l’Europe, elle a adopté ses symboles :
– le drapeau bleu avec 12 étoiles jaunes,
– l’Hymne à la joie de Beethoven,
– la journée de l’Europe, le 9 mars.
LUnion Européenne
En 1992, les Français ont ratifié, par référendum, le Traité de Maastricht. Ce traité permet à tous les citoyens des pays membres de l’UE, d’avoir la double citoyenneté.
La citoyenneté européenne s’ajoute à la nationalité française sans la remplacer. Elle est matérialisée par le passeport européen.
Le citoyen de l’UE, quel que soit le pays où il réside :
– a le droit de vote et d’éligibilité au Parlement européen,
– a le droit de vote et d’éligibilité aux élections municipales,
– est protégé par les diplomates,
– peut séjourner et circuler librement sur le territoires des Etats membres (pour les membres de l’Espace Shengen, seulement),
– a le droit de pétition devant le Parlement européen,
– peut saisir la Cour européenne de Justice.


Mar 28 2010

Éduquiz

Publié par bebel971 dans Anglais      

Éduquiz

Des quiz pour apprendre du vocabulaire en anglais. Simple mais efficace.

http://eduquiz.free.fr/anglais/index.html


Mar 28 2010

Cyberschoolbus

Publié par bebel971 dans Brevet, Histoire/Géographie      

Cyberschoolbus

Créé par l’ONU, ce site d’histoire et de géographie en français te permet d’obtenir des infos sur l’histoire du 20e siècle, sur la déclaration des Droits de l’homme, mais aussi de faire le point sur toutes les connaissances du Brevet.

www.cyberschoolbus.un.org/french/index.asp


Mar 28 2010

Orientation : Zoom sur le métier de pharmacien

Publié par bebel971 dans Orientation      

Si Sandra Louis a choisi d’exercer en officine, c’est d’abord parce qu’elle aime la proximité avec les patients. Du petit souci de santé à la grosse pathologie, elle délivre des médicaments et prodigue de précieux conseils. Une vidéo pour découvrir les coulisses de votre pharmacie…


Mar 28 2010

Les grands repères spatiaux et historiques

Publié par bebel971 dans Brevet, Histoire/Géographie      

L’académie de Rouen met à votre disposition des exercices interactifs de localisation sur des planisphères physiques et des exercices sur les repères chronologiques.

http://accel10.mettre-put-idata.over-blog.com/1/29/65/59/Histoire/Rep--res-terrestres.jpg

Un site est assez complet et très convenable pour réviser le Brevet !


Mar 28 2010

Brevet/Histoire-Géographie: les conseils d’un professeur !

Publié par bebel971 dans Brevet, Histoire/Géographie      


Brevet d’histoire-géo : les cinq erreurs à ne pas commettre


Mar 28 2010

Brevet/Histoire-Géographie : L’inégale répartition des richesses

Publié par bebel971 dans Brevet, Histoire/Géographie      


I. Définir la richesse, la pauvreté et les inégalités
Mesurer
A l’échelle des hommes, revenus et pouvoirs d’achats permettent de mesurer les niveaux de vie des individus.
A l’échelle des Etats, le PNB (Produit National Brut) et le PIB (Produit Intérieur Brut) évaluent la richesse grâce à la valeur de la production : plus ils sont élevés , plus l’Etat est riche.
Les pays pauvres ont souvent un IDH (Indice de Développement Humain) faible et une croissance démographique forte.
L’essentiel de la population est paysanne et l’industrialisation est faible.
A l’intérieur des sociétés, l’IPH (Indice de Pauvreté Humaine) mesure la pauvreté des populations.

Classer
On peut répertorier les pays en fonction du revenu par habitant.
Les pays pauvres : il y a les PMA (Pays les Moins Avancés), mais d’autres ont acquis des statuts de puissance régionale (Chine, Inde, Brésil )
Les nouveaux pauvres : ils sont situés en Europe de l’est ou en ex-URSS. Ils se sont appauvris depuis la disparition de l’Union soviétique, privés des structures économiques du bloc communiste.
Les anciens pauvres : certains pays d’Asie et du Moyen-Orient se sont enrichis grâce aux bénéfices de l’industrie high-tech et du pétrole.
Les pays riches : industrialisés de longue date (Etats de l’Europe du Nord ) ou pays neufs ( Etats d’Amérique du Nord et d’Océanie), ils cumulent richesses et pouvoirs.
Nuancer
La pauvreté absolue se manifeste par le manque de ce qui est nécessaire à la vie.
La pauvreté relative désigne la part des personnes défavorisées par rapport à l’ensemble de la population. Elle se mesure en fonction des seuils de pauvreté.
La notion de richesse ou de pauvreté dépend aussi du pouvoir d’achat et du mode de vie.

II. Les inégalités de richesse à léchelle mondiale
De forts contrastes NordSud
Les pays pauvres représentent 80% de la population mais ne concentrent que 20% des richesses.
Le tropique du Cancer est une ligne de partage de la richesse.
La plupart des pays pauvres se situent au sud de cette ligne.
Des causes multiples et cumulées
Les contraintes naturelles non maîtrisées par les hommes (déserts, hautes montagnes, forêt équatoriale) handicapent les pays pauvres. Elles sont souvent aggravées par des catastrophes naturelles.
Tardivement autonomes dans leur gestion économique et politique du fait de la colonisation, les pays pauvres sont peu industrialisés et ont des régimes politiques instables.
Les pays du Nord, déjà industrialisés, se sont enrichis après 1945 au détriment de ceux du Sud.
Des rapports de dépendance
Très lourdement endettés, les pays pauvres sont dépendants des pays industrialisés pour la vente de leur matières premières.
L’aide technique et financière est souvent mal utilisée, détournée et insuffisante.
Les inégalités stimulent des migrations vers les villes des pays riches, vitrines de l’opulence.
Recherchant une main d’œuvre moins coûteuse, de nombreux entrepreneurs des pays riches délocalisent vers les « Suds ».

III. Les inégalités de richesse à lintérieur des sociétés
Des pauvres dans les pays riches
Dans les pays développés, 25% de la population, le Quart monde, est exclue de la société de consommation. Les femmes et les immigrés sont les principales victimes des inégalités de richesse.
Les paysages portent la marque de l’inégale distribution des richesses. Certaines régions rurales et isolées sont désertées (Massif central). A New-York, des quartiers déshérités (Harlem, le Bronx ) s’opposent aux riches avenues bordées de villas ou d’immeubles cossus (Brooklyn).
La hausse du nombre des pauvres depuis 25 ans est due aux excès du libéralisme économique et au passage à une économie néo-industrielle.
Des riches dans les pays pauvres
Les écarts sont encore plus marqués entre une élite réduite et des pauvres très nombreux. Les catégories intermédiaires sont très peu représentées, contrairement à celle des pays riches.
On observe une forte ségrégation spatiale, à toutes les échelles.
Certains Etats, comme les géants d’Asie, juxtaposent sur leurs territoires une modernité urbaine et un archaïsme rural. Les bidonvilles côtoient les quartiers d’affaires calqués sur ceux des pays du Nord.
L’insuffisance du développement économique, le manque de formation de haut niveau, la corruption et la mondialisation de l’économie contribuent à expliquer ces écarts.


Mar 22 2010

Sagascience

Publié par bebel971 dans SVT      

sagascience

Allez sur le site Sagascience et retrouvez 11 dossiers thématiques du CNRS pour mieux comprendre certains phénomènes comme les mouvements de la Terre, l’évolution ou le climat.


Mar 22 2010

Hommage à Max Rippon poète Marie-Galantais (suite)

Publié par bebel971 dans Temps des poètes      

Ma déchirure

Le jour s’est levé
Plus timide qu’à son ordinaire
Le soleil s’est porté pâle
Ce matin de novembre

Ma mère m’a réveillé…
Infinie douceur à mes oreilles endormies

Mon père m’a furtivement embrassé
Sans questionner mes yeux inquiets

J’avais quatre ans à peine…

Ma mère a soigneusement savonné mon corps
Des larmes de joie coulaient
Le long de mes joues creuses…
Mon corps luisant
Donnait à ma peau une brillance peu commune

Deux dames sont venues
me prirent la main sans oser me connaître

L’une m’a collé de force
Contre la tiédeur de ses seins
L’autre me souriait en silence

J’avais quatre ans à peine…
J’ai été sevré de la vie de mes pairs

Adieu plaines immenses de l’Artibonite inconsolée
Adieu Cité soleil grouillante de soucis trop lourds
Marché Salomon adieu…
Sauve qui peut obligé
adieu !

Je quitte et fuis mon pays sans au revoir
à reculons
Je brade mes amitiés légitimes
Sans avoir le temps…
de les éprouver
Je déserte ma terre en dissident coupable

Je suis la fleur sauvage taillée au cutter
Et ma sève gicle et geint aux alentours
Je suis cette pièce d’ébène
A rouler dans les draps de l’oubli

J’avais quatre ans à peine…

Reverrai-je un jour
Mon Haïti chérie…
Terre ingrate qui me laisse expulser
Comme un crachat mauvais

Terre aride aux mamelons flasques

Ton lait tari creuse des sillons de misère
Dans les cheveux blanchis de ma mère

Adieu cierges dressés
Limitant la cime des mornes rasés
Adieu rizières en soifs

Je demande pardon à vos échines courbées
A vos chairs humiliées
Je fais l’inventaire de vos os décharnés
Hommes de trait des hauteurs de Delmas

J’avais quatre ans à peine…
Ils m’ont adopté
J’étais tout en pleurs
Quand ils m’ont emporté
Vers des ailleurs nouveaux
Laissant peser lourdes
Mes inquiétudes d’enfant
Dans mon cœur blessé à vif

.

Max Rippon

.

Sur la route de Dillon
aux milliers de voix d’espérance

Mon ancrage dans les plis creux des sillons brûlés de ma glaise sans voix
N’est pas ce boulet lourd aux pieds que l’on croit
Pareil au plomb lestant la quille du plus chétif des esquifs
J’ai attendu le jour venu  pour porter ma proue naïve à l’avant des vagues lardées
J’ai attendu le jour de mes ailes assez fortes
De mon cri plus puissant libéré de ses tisons en feu
Pour faire le cadastre des océans capricieux
Mosaïques d’écumes étanchant mes soifs
Et si je songe aux rives du fleuve Niger
Et si je fais mes ablutions dans ses eaux si familières
Et si je fais face au regard si perçant des Dogons
Et si je prends place à la tablée de Tombouctou
C’est pour tester à la lumière du phare d’Alexandrie
Le chemin balisé par la ruse des Nubiens chevauchant les felouques de Philae
Je proclame à travers toi Césaire Aimé
Mes identités d’Alcyon Cove à Altamira
De Kamel Kissing à la Mitad del Mundo
De Bambara à Tivoli de Damas à Calcutta
Car je suis moi aussi de ces ailleurs
Car je suis ce quantième du monde…
Ne regardez pas la puissance du tanin qui a fait brunir ma peau
Ouvrez mon cœur avec la délicatesse de vos scalpels d’ivoire
Pour entendre ma voix vous chanter le langage des genèses
Que j’ai conservé si longtemps au chaud sous mes pas
Me voilà revenu à la vie mon innocence drapée dans ce boubou en basin brodé
Que tes mots ont tissé tout exprès ces jours derniers
Me voilà paumes offertes docile à tes commandements
Disponible pour tes engagements
Hostile à tout renoncement…
J’accepte la force que tu me donnes
D’aller au bout de mes forces

Je ne me dérobe point à l’urgence de faire rebondir la parole de morne en morne
Offrande dévêtue de tout artifice
Immédiatement digeste aux faims les plus prestes
Comme le plus paisible des bols alimentaires
Donnez à mon amylase la puissance de mâcher chaque degré difficile
Pour enfin fouler de mes pieds joints l’ultime bordée de l’horizon

qui fait encore distance

Max Rippon le 22 avril 2008

Nou pa ka sanm mé nou ansanm

Sété an 67
Mwa di mé té paré pou viré bout
Pyé flanboyan té ka pété boukan an bwa savann
Yo volé fèt aw manman pou dé fran nou mandé
Yo fè dé zyé a manman-zanfan koulé san an ravin
Yo fè nou téré-séré lanmò an makout sèl san sonné
Gèl pé zyé sèk…nou mété pléré atè
Kwa si bouch dlo bwak ka chayé zyé alé

Moun ka trapé lanmò…moun ki moun payé atè kon sann
Nou valé doulè floup kon gonmbo ka kapwé lafen
Nou gobé bal a fizi yo ban nou pou plen-vant
Nou kraché brèy atè an dépant a dalo
Ti-wèt é lakou sèvi san an nou
Chimen ka menné lavi bout an péyi-pé-bouch

Nou ni pou sonjé 27 mé…swasantsèt
Pousyè ki an bwa pa touvé branch pou pozé kò
Tout foufou rété lanké ka fè lantèn si laplas
Sonjé pilo vol gwo mouch blé balonné ék san kayé
Sonjé sété an mé 67
Zanfan lékòl té paré mèt sak pran pòz anba wòch

On sèl po…po…popo…pach
Képi rouj ka payé koutyanm si vi an nou
On nonm bòsko tchansé
Zo chikayé an ti-zing é zobèl
Mwèl koulé désann jik an chivi
Sèvèl payé chwa an tif cho
Manglo blo blo blo
Yonn dé yonn dé
Blo blo blo

Sonjé mé 67 kanmarad
Po…popo…wa-ya-yay
Képi rouj ban nou lèstonbé pou sa ki tan nou
Prèmyé hèlp sonné san sonnkès
Konpè Nèstò tonbé anba bal a fizi a yo
Konmen négyon arèsté viv lavi adan on sèl fap-fap
Bouch fann an wayayay…
Kokozyé gran ouvè ka fixzé niyaj

On déziyèm kou pété bim-bo-po
Sé Pincemail ki pasé pa may
Konmen ki pèdi lavi anba bal a fizi ka flangé kò
Lakou Monbrino anvlimé ka pran difé
Anmwé
Anmwé
Anmwé

Nèg ka trapé lanmò san mandé
Pon a Matlo ka koulé san kon rivyè anrajé
San kayé ka ba mouch manjé an koulé
Manglo kòchté an panchinn a Tarèt an tout ti wèt
Kon rat aladébandad

On fòlman krout a pawòl kwa si bouch ka monté-désann san souf
Mé swasantsèt
Mi dalo san fwé an boulvès
Mé swasantsèt
Ka pran palaviré an mémwa an mwen
Lapenn ka chayé doulè chouboulé bouch apiyé si zòrèy
Bobo ankavé san simé san
Ka fè lèd an tout kò an mwen
Sèvèl an mwen ni mak si mak

Mak a lètch a yo ka fè hokèt an lèstonmak an mwen
Lé an ka tòtyé kou viré do fè dékont a kadav ka pit anba sòlèy
An konté blès yo maké kon chimen-chyen si po an nou
An kontré pawòl moun woufizé palé ka viré mwen do

Zanfan péyi-la
Zòt ki ni lèspwa an pawtaj
Si ni on sèl jou nou pépa las sonjé
Si ni on jou pou nou kwazé jounoun atè
Èk lonnè épi rèspé…
Si ni on jou ki plis jou ki tout dòt jou ka fè latè pèd fréchè
Sé 27 mé 67…
Jou bal a fizi a yo pozé krankran si nou pou
Difé liminé lannwit bougo

Dépi mwa di mé ka rivé
Fwè-gogo an mwen
Chak fwa lanmè-kwazé paka fè wach prangad
É silan bousyè ka pran laplas
Sé takatak a fizi anrajé ka opozé mwen pran sonmèy

Mwa-d-mé-lasa nou ka palé-la pa réisi viré bò
Pou jwen pran lanmen é vakans pozé lank…an péyi Gwadloup
Yo fòsé nou téré sa ki tonbé an tè-gras san nich ni sonné
Yo fòsé nou fouré anba tè é lapenn é mizè  é kòlè é doulè
Nou téré san sonné ki jenn ki avòté
É nou hélé-toufé anmwé an tòch sèk san nòz bouch dékoud

Nennenn
Manman
Dada
Sésé vou osi

Zòt ki kaskòd si lavi èvè kip épi manfou ka sèvi lansan
Dé lèv an mwen rété soudé kon dé gwo kéloyid ka souri on ti rizèt òksidé
An plen mitan figi an mwen kon chajman penn sivoké
Si sé jòdijou sèlman an ka maké pòz poèm-lasa
Pa pougalé mwen pa foré ni fè rétif douvan mwen
Lésé mwen pran chans koumansé détòtyé boyo an mwen

Max RIPPON le 31/12/2007


Mar 22 2010

Orientation : zoom sur le métier de sage-femme

Publié par bebel971 dans Orientation      
.
Avec quelque 800 000 naissances par an et le plus fort taux de fécondité en Europe, la France a besoin de sages-femmes ! Nathalie Bertereau exerce en salle d’accouchement d’une clinique de la région parisienne (92). Elle nous raconte son quotidien passionnant et riche en imprévus, qui font de son métier l’un des plus beaux du monde.

Mar 21 2010

Brevet/Education civique : les institutions de la Ve République

Publié par bebel971 dans Brevet, Education civique      


I
. La Constitution, support de la République

La Constitution est l’ensemble des règles qui définissent l’organisation et le fonctionnement des institutions publiques au sein d’un Etat.
Son le :
– protéger les droits de chaque citoyen et assurer le respect des libertés publiques,
– définir la forme d’un Etat (monarchie, République, …) et les pouvoirs des représentants du peuple.
Le Conseil Constitutionnel (9 membres, nommés pour 9 ans par le président de la République, le président de l’Assemblée Nationale et le président du Sénat) est chargé de la faire respecter.
Modifier la constitution
La Constitution peut être modifiée pour s’adapter aux attentes de la société. L’article 89 a été prévu pour cela.
La révision de la Constitution peut être décidée à la fois :
– par le Président de la République sur proposition du Premier Ministre,
– par les membres du Parlement : les députés et les sénateurs.
Le projet ou la proposition de révision doit être voté par les députés et les sénateurs, sur un texte identique.
La révision n’est définitive qu’après avoir été approuvée par le peuple, par voie de Référendum.
La Constitution de la Ve République a été rédigée et adoptée en 1958 pour résoudre le problème de l’instabilité ministérielle.

II. Des pouvoirs clairement définis
Pour protéger la Démocratie, tous les pouvoirs sont séparés.
Lexercice de la souveraineté nationale : les pouvoirs du citoyen
Le citoyen participe à la vie politique grâce au Référendum.
Il élit le Président de la République et un certain nombre de ses représentants (députés et maires notamment).
Le pouvoir exécutif : pouvoirs du Président de la République et du gouvernement :
Faire exécuter les lois et adopter les règlements
Le Président de la République (= chef de lEtat)
Il est élu pour 5 ans, au suffrage universel direct (depuis 1962). Il est rééligible indéfiniment.
Il est le chef des armées, est garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité du territoire, de l’indépendance de l’autorité judiciaire.
Il nomme le Premier Ministre et met fin à ses fonctions, préside le conseil des ministres, signe des décrets et ordonnances et promulgue des lois.
Il peut dissoudre l’Assemblée nationale, être investi des pleins pouvoirs en cas de crise grave.
Le Gouvernement
Le Premier Ministre est le chef du Gouvernement. Il dirige l’action du gouvernement, est responsable de la défense nationale, assure l’exécution des lois, exerce le pouvoir règlementaire. Il propose les autres membres de son gouvernement au Président qui les nomme.
Un membre du gouvernement ne peut exercer de mandat parlementaire, ni d’activité professionnelle.
Le gouvernement détient l’initiative des lois. Il peut prendre des décrets et des arrêtés ministériels si le Parlement l’y autorise pour une période limitée.
Le gouvernement est responsable devant le Parlement.
Le pouvoir législatif : pouvoirs du Parlement (Assemblée Nationale + Sénat )
Faire les lois.
Le Parlement a l’initiative des lois (avec le gouvernement). Il adopte, rejette ou amende les lois présentées. Il vote les lois et le budget. Il autorise la déclaration de guerre.
Le Parlement contrôle l’action du gouvernement. Il peut le renverser en votant une motion de censure.
L’Assemblée Nationale :
Elle est composée de 577 députés, âgés de plus de 23 ans, élus au suffrage universel direct pour 5 ans (sauf dissolution), selon un mode de scrutin uninominal majoritaire à 2 tours.
L’Assemblée Nationale siège au Palais Bourbon.
Le Sénat :
Il est composé de 319 sénateurs, âgés de plus de 35 ans, élus pour 9 ans.
Ils sont élus au suffrage universel indirect par un collège electoral qui permet une plus grande représentativité des collectivités territoriales. Le Sénat est renouvellé par tiers tous les 3 ans.
Le Sénat siège à Paris au Palais du Luxembourg.
Le président du Sénat assure la vacance de la présidence de la République.
Le pouvoir judiciaire : pouvoirs des magistrats
Juger selon la loi.

III. Les élections des représentants du peuple
La plupart des représentants du peuple sont élus au suffrage universel direct. Mais il y a 2 modes de scrutin différents.
Le scrutin uninominal majoritaire
Les électeurs choisissent 1 personne. Celle qui est élue est celle qui a obtenu la majorité des voix. Ce mode de scrutin est utilisé pour les élections des :
– Conseillers généraux,
– Députés,
– Président de la République.
Le scrutin de liste
Les électeurs votent pour une liste de candidats. Ces candidats obtiennent un nombre de sièges proportionnel au pourcentage des voix acquises. Ce mode de scrutin est utilisé pour les élections des :
– Conseillers municipaux,
– Conseillers régionaux,
– Parlement européen.
Le mode de scrutin influe sur la représentation nationale.
Avec un scrutin majoritaire, les grands partis seront plus représentés et les petits partis très peu.
Un scrutin proportionnel permet de mieux représenter les différentes tendances, parce que les sièges seront répartis proportionnellement aux votes exprimés. Mais dans une telle assemblée, les décisions sont plus difficiles à prendre parce qu’il n’y a pas de majorité claire.


Mar 21 2010

Brevet/Education civique : l’administration de l’Etat et des collectivités territoriales

Publié par bebel971 dans Brevet, Education civique      

I. Ladministration de l‘Etat ...
Les ministères : ladministration centralisée
L’Etat est responsable de tous les domaines qui concernent l’ensemble des Français, comme par exemple la Défense, la Santé
l’Education nationale, la Culture …
Le gouvernement (pouvoir exécutif) est en charge du bon fonctionnement de ces différentes administrations.
Ces domaines sont chacun pris en charge par un ministère à Paris.
Les services décentralisés : ladministration locale
L’autorité des ministres est relayée localement par :
– les préfets de départements qui ont autorité sur les services décentralisés comme les directions départementales de
l’équipement, de l’action sanitaire et sociale …
– les préfets de région pour le développement économique et social.
Les établissements publics nationaux
Pour assurer à toute la population des services dont chacun à besoin, l’Etat contrôle des établissements publics nationaux : les hôpitaux, les transports, les universités …
Les autorités administratives indépendantes
Elles sont chargées du contrôle et de la réglementation de certains domaines. Ces autorités sont entre autre : la Commission Nationale
Informatique et Liberté (CNIL), le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA), la Commission des Opérations en Bourses (COB).
Les personnes qui travaillent dans ces administrations ou ces services publics sont des fonctionnaires. Ils sont payés par l’Etat.

II. ... au service du citoyen
Toutes les administrations doivent respecter le droit.
Les citoyens qui s’estiment lésés peuvent aller devant un tribunal administratif : c’est la juridiction administrative.
Le Conseil d’Etat, à la tête de toutes les juridictions administratives, peut annuler les décisions qu’elles ont prises.
L’administration publique étant au service de tous les citoyens, son fonctionnement est assuré par l’argent public, c’est-à-dire une partie
des impôts payés par chacun.
En conséquence, tout le monde doit pouvoir savoir comment est utilisé cet argent.
Un organisme, la Cour des Comptes, est chargé de :
– publier un rapport sur l’utilisation de l’argent public,
– juger toutes les questions concernant cet argent,
– surveiller les comptes des entreprises publiques.
La Cour des Comptes est représentée localement par les Chambres régionales de la Cour des Comptes. Ces chambres vérifient les
comptes des collectivités locales.

III. La décentralisation
Depuis 1982, il a été décidé de rapprocher la démocratie des citoyens.
Les membres des conseils sont élus au suffrage universel direct.
A la tête des conseils régionaux et départementaux se trouvent des présidents.
A la tête des conseils municipaux, il y a le maire.
Les préfets, représentants de l’Etat dans les régions et départements, veillent à ce que les décisions des conseils
respectent la loi.
Les ressources des collectivités territoriales sont assurées par :
– les impôts directs (taxe d’habitation, taxes foncières, taxe professionnelle …) et indirects (taxes sur les permis de conduire,
sur les cartes grises… ) qu’elles perçoivent ;
– les dotations de l’Etat ;
– les emprunts.


Mar 21 2010

Journée Mieux Connaître Haïti

Publié par bebel971 dans Actualité      

Le 27 mars 2010 à 10H00  à Basse Terre à la Médiathèque Caraïbe, Le Carmel

Journée Mieux Connaître Haïti

Au programme de la journée :  » Mieux Connaître Haïti”.

10 H/ Préambule :Lecture d’extraits de la première Constitution d’Haïti par Joël Jernidier accompagné d’un musicien.

10 h 30 / Ateliers de la matinée• « Parle-moi de ton pays » :Témoignages d’Haïtiens parmi lesquels Mr. Louis (jardinier), les lycéens de Baimbridge et leurs accompagnateurs, M. Jean-René Pierre ( ouvrier agricole)Modérateur : Philippe Zacaïr – • Court-métrages / Documentaires sur Haïti • Lecture de textes d’Haïti pour la jeunesse

12 h 00 / Décryptage de la culture haïtienne par Louis-Auguste Joint, représentant de la Fédération des associations haïtiennes. *

13 h 00 – 16 h 00/ Projection en continu de longs métrages sur Haïti

16 h 00 / Ateliers de l’après-midi • « Parle-moi de ton pays » :Témoignage de Mme Blandine Virassamy (marchande haitienne à Pointe-à-Pitre) • Présentation artistique par de jeunes haïtiens de Basse-Terre (chorégraphie, chant, poème) • Projection de courts métrages et documentaires sur Haïti • Lecture de textes haitiens à destination du jeune public • Lecture de textes par Joël Jernidier (Les sans papiers de Frantz Succab et Au rendez-vous de la vie de René Depestre)

18 h 00/ Interventions:• Diaspora haïtienne et caribéanité (Stéphanie Mélyon-Reinette ) • Immigrés guadeloupéens en Haïti (Philippe Zacaïr) • La géopolitique d’Haïti (Julien Mérion) Modératrice : Marie-José Viscard

19 h 00 / L’Art d’Haïti vus par Joël Nankin et Maurice Vital

20 h 00/ Prestation musicale de Marie-Line Dahomey. Partenariats : LAMECA, Comité Sud-Basse-Terre de Solidarité Guadeloupe-Haïti, RFO, Radio Inter S’cool Toute la journée : Collecte de fonds (contributions volontaires) / Vente diverses / Vente de l’ouvrage de Stéphanie Mélyon-Reinette « Haïtiens à New York City, entre Amérique noire et Amérique multiculturelle »


Mar 21 2010

Karujet 2010

Publié par bebel971 dans Actualité, EPS      

Karujet 2010

A Petit Bourg, plage de Viard, du 24 au 28 mars, c’est la treizième édition de la karujet 2010 . Plus de 70 concurrents sont attendus. A noter la première étape longue de 150 Km. ( 2 allers retours Gosier -Les saintes)

Mercredi 24 mars Contrôles techniques, présentation des pilotes

Jeudi 25 Le Gosier – Les Saintes (2 allers-retours), 150 km-13h30 : championnat du monde, départ de la 1re manche

Vendredi 26 Viard – Pointe-Noire (80 km, via Les Saintes) 10h30 : championnat du monde, départ de la 2e manche/10 h35 : Karujet (amateurs), départ de la 1re manche Pointe-Noire – Viard (80 km, via Les Saintes)/14h45 : championnat du monde, départ de la 3e manche/14h50 : Karujet (amateurs), départ de la 2e manche

Samedi 27 Petit-Bourg – Saint-François (65 km, via la pointe des Châteaux)/10h30 : championnat du monde, départ de la 4e manche/10 h35 : Karujet (amateurs), départ de la 3e manche Saint-François – Viard (65 km, via la pointe des Châteaux)/15heures : championnat du monde, départ de la 5e manche/15 h05 : Karujet (amateurs), départ de la 4e manche

Dimanche 28 Viard – Saint-Félix – Viard/9h45 : Karujet (amateurs), départ de la 5e manche (2 tours + 20′)/11h30 : championnat du monde, départ de la 6e manche (4 tours + 20′) Circuit devant Viard/15heures : championnat du monde, départ de la 7e manche (40′)/16heures : Karujet (amateurs), départ de la 6e manche (20′)


Mar 18 2010

Brevet/Histoire-Géographie : Le Japon

Publié par bebel971 dans Brevet, Histoire/Géographie      

I. La maîtrise du territoire
Un peuple à létroit
126 millions de japonais vivent sur un archipel montagneux et exigu (327000 km2). Les îles principales sont Honshu, Hokkaido, Shikoku et Kyushu.
La population, très dense, se concentre sur des plaines littorales étroites. Les Japonais, citadins à 90%, vivent surtout dans la mégalopole de 1200 km qui va de Tokyo à Fukuoka.
Trois agglomérations composent la mégalopole : Tokyo (32,5 M hab.), Osaka-Kobe (15,5 M hab.), Nagoya (7 M hab.). L’espace y est un des plus chers au monde.
La nature japonaise, entre contraintes et art de vivre
Les Japonais affrontent des risques naturels permanents liés au climat et à la géologie. Typhons, éruptions volcaniques, séismes, tsunamis provoquent des catastrophes comme à Kobe en 1995.
Le sous-sol japonais est pauvre. Le pays a recours à des importations massives et a opté pour l’électricité nucléaire.
Malgré une nature contraignante, les Japonais vivent en harmonie avec elle.
La maîtrise des rapports homme-nature et l’art des jardins sont des traits essentiels de la civilisation japonaise.
Les atouts de linsularité
Le domaine maritime est important. Les Japonais développent une pêche et une aquaculture performante.
La longueur des côtes (33 000 km) offre de multiples possibilités d’aménagement. Les ports sont nombreux. Les complexes industrialoportuaires sont les plaques tournantes des importations et la base de départs des produits finis.

II. La deuxième puissance économique mondiale
De léchec militaire au triomphe économique
La capitulation de 1945 a mis fin à la domination japonaise sur l’Asie. Le pays a bâti alors une économie sur le modèle de l’occupant américain.
L’économie se fonde sur un Etat très actif avec le ministère du Commerce international et de l’Industrie (MITI). Elle s’appuie sur la société japonaise à la main d’œuvre très qualifiée et disciplinée.
La deuxième industrie du monde
L’industrie est marquée par la littoralisation. L’importation de matières premières et l’exportation de produits manufacturés expliquent l’implantation des industries sur la côte.
Les industries traditionnelles ( textile et construction navale) doivent se reconvertir car elles sont concurrencées par les « dragons » d’Asie.
Les grandes firmes dominent l’industrie de la machine-outil et de l’automobile dont le Japon est le premier producteur mondial. Les industries de pointe (informatique, robotique, électronique) le placent aussi au premier plan.
L’industrie consacre d’énormes budgets à la recherche. L’innovation et la création sont le souci constant des sociétés.
Une puissance commerciale et financière
Le protectionnisme permet de préserver le marché national. La balance commerciale, très excédentaire, permet de gros investissements.
Depuis 1980, le Japon investit dans le monde entier et les banques sont au premier rang mondial.
La Bourse de Tokyo est la deuxième du monde et le yen, qui est une monnaie très forte, est un outil de la puissance japonaise.
Pourtant, la crise financière asiatique (1997) a fragilisé le système, provoquant faillite et chute des valeurs boursières.

III. La puissance japonaise dans le monde
Louverture sur le monde
Après l’échec militaire de 1945, le pays s’oriente vers la conquête des marchés.
Il fait d’énormes investissements à l’étranger, délocalise des entreprises et crée des joint-ventures. Il fait ainsi des économies sur les coûts de production ou y vend directement ses produits.
L’Occident influence de plus en plus le Japon dans son mode de vie. Les touristes japonais sillonnent les pays voisins, les Etats-Unis et l’Europe.
En même temps, la culture japonaise de masse se répand avec les jeux vidéo et les gadgets.
Le Japon et ses partenaires
Le Japon est un élément clé de la Triade (Etats-Unis, Union européenne, Japon), qui représente 70% du commerce mondial et 80% de l’investissement.
Les Etats-Unis restent son premier partenaire, mais il s’intéresse aussi à l’Europe (France, Royaume-Uni).
Il veut s’imposer dans la zone Pacifique, malgré la mauvaise image laissée pendant la Seconde Guerre mondiale.
Le Japon est un pays riche dans une zone pauvre.
Les limites de la puissance
Comme les pays riches, le Japon subit un vieillissement de sa population.
Il dépend des EU pour sa défense militaire et n’a qu’un rôle politique international limité.
La société affronte de profondes mutations (rôle des femmes, problèmes des jeunes, place de l’individu dans l’entreprise). Les chômeurs et les pauvres se multiplient.
Depuis la crise financière de 1997, le pays est entré dans une profonde crise économique et sociale.
Le Japon est un des pays les plus pollués au monde : l’air des villes, la mer avec les déchets industriels, le sol avec les infiltrations chimiques et le bruit.

IV. Lespace industriel japonais


Mar 18 2010

Orientation : AIREMPLOI, les métiers du Transport Aérien et de l’Industrie Aéronautique et Spatiale

Publié par bebel971 dans Orientation      
AIREMPLOI  Espace Orientation est avant tout un lieu d’accueil pour toute personne souhaitant s’informer et/ou s’orienter vers les métiers du Transport Aérien et de l’Industrie Aéronautique et Spatiale .

L’aérien ou l’Aéronautique, « secteur de pointe », bénéficie d’une image forte mais est souvent vecteur d’idées reçues.
Chacun, femme ou homme, du niveau CAP au niveau Ingénieur, peut y trouver sa place. Les entreprises ont avant tout besoin d’hommes et de femmes passionnés ayant un savoir faire humain et des compétences pour répondre aux exigences des entreprises.

  • INFORMATIONS SUR LE SECTEUR

AIREMPLOI Espace Orientation vous informe sur l’actualité du secteur, les activités des entreprises, la réalité des métiers et les compétences requises.
  • ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISÉ

Vous trouverez, en contactant AIREMPLOI Espace Orientation, des conseils et un accompagnement personnalisés. Les conseillers font un travail d’aide à la construction du projet professionnel et un travail d’évaluation en rapport avec le métier envisagé. Ils aiguillent les personnes notamment vers les organismes de formations ou vers les POLE EMPLOI spécialisées, entreprises, sites Internet
« Emploi » pour des emplois identifiés.

L’équipe vous aidera à utiliser au mieux les outils d’information mis à votre disposition : site Internet, DVD métiers, documentation sur les établissements de formations et les entreprises.

.

air emploi


Mar 17 2010

Temps des poètes « couleur femme »

Publié par bebel971 dans Danse, Français, Temps des poètes      

Le 18 mars 2010 à 18H30  à Pointe A Pitre  :  SCDUAG. Bibliothèque universitaire de Guadeloupe


Temps des poètes « couleur femme »

Dans le cadre du Temps des poètes « couleur femme » La Bibliothèque Universitaire et la Commission culturelle du Pôle Universitaire Guadeloupe vous invitent à un N’KA SLAMIK avec la slameuse NEFTA autour de son recueil « les bleus de l’existence »

Accompagnée Stephane Nabajoth, instrumentiste, et de Florence NAPRIX, choriste.

Slameurs et musiciens, venez déclamer et partager ce moment de poésie L’UAG en partenariat avec la Ville de Pointe-à- Pitre et le CROUS


Mar 17 2010

Orientation : êtremarin.fr, le jeu qui fait sensation !

Publié par bebel971 dans Jeux, Orientation      

.

etre marin le jeu

Vous avez probablement vu à la TV les spots publicitaires de la Marine Nationale. Sachez donc qu’un site est également disponible : EtreMarin.fr. Avant tout, on note déjà un approche très incitative dans le nom du site, avant même d’y aller, on ne s’attend pas à un site institutionnel !

Et c’est en effet le cas ! EtreMarin.fr est une véritable plateforme de communication pour la Marine Nationale. On y retrouve un site très beau, avec une ambiance… aquatique…, des belles vidéos et des minis-jeux ! Et oui, quoi de mieux pour immerger (immerger…sous-marin…marine nationale…) l’internaute que de le faire participer jouer l’apprenti marin ! Pour avoir un aperçu de cette réalisation efficace et active regardez la vidéo ci-dessous.

8 jeux ont été développés qui représentent 8 missions de la Marine Nationale : du secours au déminage en passant par la logistique ou la mécanique. Une sorte de Portfolio des compétences nécessaires et utilisées au sein de ce corps de l’armée Française.

etremarin-jeux

Nous nous sommes vite pris au jeu car la réalisation est TRES correcte pour ce type de site. On s’attendait à une série un peu moyenne mais il n’en est rien, On y trouve même un petit coté très impliquant et On imagine bien que c’était le but !

Quand on regarde l’ensemble de la réalisation (vidéos très professionnelles, discours adapté, minis-jeux immersifs), on se rend compte que la Marine Nationale prend exemple (à son échelle) sur le système de recrutement américain ! On donne envie, on parle de sentation, d’adrénaline, de missions importantes, d’esprits de corps… cela apporte un fort capital sympathie à la Marine Nationale.

Intéressant de voir qu’à la fin de la visite sur EtreMarin.fr (le coté « je te présente ce que l’on fait dans la marine ») il y a DevenirMarin.fr ! et la on passe vraiment aux choses sérieuses… Engagez-vous !

En tout cas, si vous n’avez pas l’intention de vous engager mais que vous voulez passer un peu le temps, on vous conseille les minis-jeux, c’est rapide et amusant 😉

D’ailleurs la Marine travaille beaucoup sur son image et utilise de plus en plus les nouveaux médias. Il existe un canal dédié sur Dailymotion où l’on se rend compte que la Marine produit bon nombre vidéos ! Retrouvez également les photos des différents tournages pour la réalisation des vidéos.


Mar 17 2010

Journée mondiale de l’eau : la nuit de l’eau

Publié par bebel971 dans Environnement, EPS      

Journée mondiale de l’eau : la nuit de l'eau La nuit de l’eau à Gourbeyre à la piscine du CGOSH à la Marina de rivière sens de 18H00 à minuit : Soirée caritative, dans le cadre de la journée mondiale de l’eau, en faveur des familles et des enfants déshérités du Togo (pays d’Afrique Noire), en manque d’alimentation en eau.

.
En partenariat avec la Fédération Française de Natation (F.F.N) et l’U.N.I.C.E.F (organisme mondial).

– Initiation • Apprentissage • Perfectionnement des 4 nages de la Natation.
– Apnée • Plongée subaquatique • Parcours sous-marin
Nage avec Palmes.
– Sauvetage Sportif • Secourisme • Jeux • Concours
Expositions • Projections • Handisports.
– Animations aquatiques • Spectacles Nautiques
Triathlon aquatique.

Allez-y nombreux !


Mar 17 2010

Antan d’enfance en Guadeloupe

Publié par bebel971 dans Arts plastiques, Culture générale, Histoire/Géographie      


Consacrée au temps de l’enfance. C’est dit-on celui de l’innocence et de l’insouciance comme celui de l’éducation et de la découverte. Les facteurs historiques, culturels, sociaux et économiques le conditionnent. Ainsi au siècle dernier, avec la substitution d’une société urbaine individualiste à la société rurale traditionnelle, le statut de l’enfant a évolué, les méthodes éducatives, les jeux et les repères ont changé. Cette exposition se veut une promenade non nostalgique dans le passé.

.

Antan d'enfance en Guadeloupe

Oui, sans nostalgie parce que l’éducation qui préparait les enfants à vivre dans un certain monde s’avère manifestement inadaptée à celui du 21eme siècle, même si quelques préceptes s’avèrent inoxydables. Comme nous en avons pris la bonne habitude, nous ne nous satisfaisons pas de la seule évocation du passé récent. Notre regard porte sur la place des enfants chez les Kalinas, aussi bien que dans la société esclavagiste et post esclavagiste. Cette exposition s’adresse aux grands-parents et aux parents – ces derniers souvent très vifs à rejeter en bloc les méthodes anciennes – ainsi qu’aux enfants qui découvriront, avec cette manifestation, les riches heures qu’ont connues leurs grands parents. Pour atteindre cet objectif, l’exposition couvre tout le champ de la vie des enfants en plusieurs tableaux.

Exposition jusqu’au 30/04 à Petit Canal rue de l’Eglise.


Mar 17 2010

Brevet/Histoire-Géographie : 1945-1975, un monde bipolaire

Publié par bebel971 dans Brevet, Histoire/Géographie      

I. 19451949, lente en guerre froide
De lalliance à la rupture
La guerre n’est pas encore terminée que des tensions opposent déjà les futurs vainqueurs. Staline s’inquiète de la puissance atomique des Américains, tandis que Churchill déclare « qu’un rideau de fer est tombé sur l’Europe ».
Pour arrêter la progression du communisme, Truman décide une aide économique massive aux pays menacés. La doctrine Truman au sujet de « l’ endiguement » (mars 1947) prend forme avec le plan Marshall.
L’URSS réplique par la doctrine Jdanov, qui exige une solidarité communiste à travers le monde, par le Kominform.
La formation de deux blocs ennemis
Un choix idéologique s’impose alors à l’Europe et au monde : Le bloc américain regroupe les pays d’Europe de l’Ouest, associés dans l’OECE (Organisation Européenne de Coopération économique) et adhérant à l’OTAN.
Face à lui, le bloc soviétique est constitué des démocraties populaires d’Europe de l’Est où les gouvernements sont contrôlés par les communistes.
Au cœur de la guerre froide, le problème allemand
Dès la conférence de Yalta, les Alliés s’opposent : l’URSS veut une Allemagne affaiblie et démembrée; les États-Unis souhaitent en faire un partenaire économique.
Les Soviétiques organisent le blocus de Berlin-Ouest en juin 1948.
L’Allemagne est maintenant coupée en deux Etats : la RFA et la RDA.

II. 19501962, vers une coexistence pacifique
19501953, lapogée de la guerre froide
Coupée en deux depuis le départ des Japonais, la Corée connaît une guerre opposant le Nord communiste, soutenu par l’URSS, et le Sud, allié des Etats-Unis.
19531962, une nécessaire coexistence
La déstalinisation menée par Khrouchtchev, la possession des bombes H et A et l’émergence des non-alignés poussent l’Union soviétique vers une coexistence pacifique.
Malgré cela, la méfiance reste immense. L’entrée de la RFA dans l’OTAN, la création du Pacte de Varsovie relancent la course aux armements et à la conquête de l’espace : c’est l’équilibre de la terreur.
Des crises violentes
Afin d’arrêter l’exode vers l’Ouest de millions d’est-allemands, Moscou exige que le secteur occidental de Berlin devienne une ville neutre. La RDA construit dans la nuit du 12 au 13 août 1961 un mur qui coupe la ville en deux.
Après « l’affaire de la baie des cochons », Kennedy menace Cuba, Etat dirigé par Fidel Castro. En renonçant à lui fournir l’arme atomique, Khrouchtchev évite de justesse une troisième guerre mondiale.

III. Les décolonisations
La domination coloniale en question
Durant l’entre-deux-guerres, les métropoles ont ignoré les demandes de réformes de leurs colonies. Réprimés, les mouvements nationalistes se durcissent et réclament l’indépendance.
Le prestige des métropoles est très affaibli par le désastre de 1939-45. Les colonisés, qui ont fourni troupes et ressources n’obtiennent qu’une émancipation relative au sein des empires.
L’ONU proclame le droit à l’autodétermination des peuples, dont elle devient le porte-parole.
Une décolonisation progressive
Entamée en Asie où les nationalismes sont anciens, la décolonisation touche ensuite le Maghreb, puis l’Afrique noire.
Les indépendances sont soit négociées (Maroc, Tunisie, pays du Commonwealth), soit arrachées (Vietnam, Algérie). Menée par son leader Ghandi, une résistance originale en Inde aboutit à l’indépendance en 1947.
La conférence de Bandoeng et le non-alignement illustrent l’émergence du Tiers monde.

IV. 19631975, une détente cessaire
Questce que la détente ?
C’est la recherche de l’équilibre des forces. Par des accords internationaux, les Grands cherchent à limiter la prolifération des armes atomiques.
De nouveaux hommes au pouvoir, Brejnev d’un côté et Nixon et Kissinger de l’autre, cherchent à se reconnaître mutuellement.
De nouvelles voix, de nouvelles puissances
A l’Est, Mao Zedong rompt avec Moscou et des critiques émanent des étudiants à Prague.
A l’Ouest, la France se retire de l’OTAN (1966) et se rapproche de l’URSS et de la Chine.
L’Europe s’organise en un Marché commun (1957) et se fait entendre lors des négociations commerciales.
Les pays du Tiers monde émergent par le non-alignement et par l’O.U.A.
Des affrontements périphériques
Au Moyen-Orient, Israël agrandit ses territoires au détriment des pays arabes voisins, par les guerres de 1967 et 1973.
En Asie du Sud-Est, la guerre du Vietnam marque un déclin relatif des États-Unis et de leur rôle de gendarmes du monde.

V. Dates et mots-clés
Dates
mars 1947 : application du plan Marshall
1947 : indépendance de l’Inde
septembre 1947 : doctrine Jdanov
juin 1949 : création de la RFA et de la RDA
1949 : création de l’OTAN
1954 : indépendance du Vietnam
1954-1962 : guerre d’Algérie
1955 : création du Pacte de Varsovie
1955 : conférence de Bandoeng
1956 : indépendance du Maroc et de la Tunisie
1957 : acte de Rome qui donne naissance à la CEE
1960 : indépendance de la plupart des pays d’Afrique noire
12-13 août 1961 : édification par la RDA du mur de Berlin
1962 : indépendance de l’Algérie
1964-1968 : guerre du Vietnam
Mots-clés
guerre froide ; rideau de fer ; « endiguement » ; plan Marshall ; doctrine ; Jdanov ; Kominform ; OTAN ( Organisation du Traité de l’Atlantique Nord) ; démocraties populaires ; RFA (République Fédérale Allemande) ; RDA (République Démocratique Allemande) ; coexistence pacifique ; non-alignés ;
Pacte de Varsovie ; équilibre de la terreur ; décolonisation ; Tiers monde ; détente ; Marché commun ; guerre du Vietnam.
Biographies
Nikita Sergueïevitch Khrouchtchev (1894-1971) : dirigeant de l’URSS à la mort de Staline, il entreprend dès 1956 la déstalinisation et prône, à l’extérieur, la coexistence pacifique.
Richard Nixon (1913-1994) : président des Etats-Unis de 1968 à 1974, il favorise la détente avec Pékin et Moscou et se désengage du Vietnam. Il est compromis dans le scandale des écoutes du Watergate et démissionne en 1974.


Mar 17 2010

Semaine d’information sur la santé mentale

Publié par bebel971 dans Santé      

Semaine d’information sur la santé mentale

La semaine d’information sur la santé mentale (SISM) se tiendra cette année du 15 au 21 mars, sur le thème «Santé mentale : comment en parler sans stigmatiser ?». Cette manifestation nationale est coordonnée par 12 partenaires avec leur tête l’Association française de psychiatre, mais aussi le CCOMS, l’Association des Maires de France, la FNAPSY (association des usagers de la psychiatrie), l’UNAFAM (Union des amis et familles de malades psychiques)… Il s’agit d’informer un public encore peu sensibilisé aux questions de santé mentale, afin de dédramatiser ces soins.

Dans ce contexte, la ville de Trois Rivières, en association avec le centre Hospitalier de Montéran (Saint Claude) et l’association Men si Kè (Association des professionnels, usagers, familles et partenaires du Pôle cote au vent) propose une Journée de découverte de la santé mentale Jeudi 18 mars 2010, de 9H à 17H Salle Polyvalente de Trois Rivières (Derrière la Mairie)

Au cours de cette journée, seront présentés des stands d’informations sur les maladies mentales, les addictions, la maladie d’Alzheimer. Il sera possible de rencontrer et échanger avec les professionnels et les usagers des services de santé mentale. Films, stands, exposition d’artisanat et d’oeuvres d’art plastiques, démonstration de Ka, foire aux gâteaux jalonneront ce temps de rencontre et d’information.

La manifestation se terminera à 15 h par une table ronde sur le thème «Santé mentale : soigner autrement».

Dès la veille, Mercredi 17 mars à 18H à la Mairie de Trois Rivières, une soirée débat sera proposée par le centre de soins en Toxicomanie de Basse terre sur le thème : «Addictions et Séniors : quels enjeux ?»


Mar 16 2010

Eruption sous-marine

Publié par bebel971 dans SVT      

C’est court mais c’est beau. Des scientifiques ont enregistré l’éruption sous-marine la plus profonde jamais captée par une caméra. Ça c’est passé à 1200 mètres de profondeur, au fond de l’océan Pacifique, dans une zone proche des îles Fidji. Dans cette séquence, on peut voir le violent dégagement de magma depuis la croûte terrestre. Il arrive liquide, mais se solidifie instantanément au contact de l’eau, créant ce superbe spectacle pyrotechnique.


Mar 16 2010

La calculatrice

Publié par bebel971 dans Insolite, SVT      

calculatrice

Plus de piles dans ta calculatrice ? Tant mieux ! Tu as maintenant une bonne raison pour visiter ce site, où tu peux non seulement utiliser une calculatrice et plusieurs convertisseurs, mais aussi découvrir d’autres calculatrices plus amusantes, comme  la calculatrice de l’amour.  Va sur le site www.la-calculatrice.com


Mar 16 2010

Francorum

Publié par bebel971 dans Histoire/Géographie      

francorum histoire

Revis toute l’histoire de la France depuis les Gaulois jusqu’à nos jours sur le site www.francorum.fr


Mar 16 2010

Brevet/Histoire-Géographie : Les Etats-Unis

Publié par bebel971 dans Brevet, Histoire/Géographie      

I. Territoire et population
Limmensité du territoire, atout ou handicap ?
Les Etats-Unis ont un territoire-continent : 9,3 millions de km2.
Trois grands ensembles composent le relief. D’ouest en est : les Rocheuses, les Grandes Plaines – drainées par le Mississippi – et la chaîne des Appalaches.
La variété des climats est propice à l’agriculture, sauf à l’ouest du 100e méridien où les pluies sont insuffisantes.
Les ressources énergétiques (pétrole, gaz, charbon) et minérales (cuivre, fer) sont très abondantes.
La conquête d’un immense territoire a nécessité la mise en place d’un important réseau de transport. Les voyageurs préfèrent utiliser l’avion et l’automobile. Le transport des marchandises est assuré par des camions, des trains et des tubes. Un important réseau de télécommunication (téléphone, Internet) permet la transmission rapide d’informations.
270 millions dAméricains
Le territoire des Etats-Unis a été peuplé par des immigrants venus majoritairement d’Europe. Aujourd’hui, les nouveaux arrivants viennent surtout d’Amérique latine et d’Asie.
Les minorités représentent plus de 25% de la population. Ce sont les Noirs, les Hispaniques, les Asiatiques et les Indiens. Le mélange des différentes ethnies dans le melting-pot se fait difficilement.
La population est celle d’un pays développé. La croissance démographique s’est ralentie depuis les années 60 et 70% des actifs sont dans le secteur tertiaire.
70% des Américains vivent dans le Nord-Est, mais héritiers des premiers migrants, ils sont très mobiles. Depuis la crise de la Manufacturing Belt, ils se déplacent vers la Sun Belt, qui bénéficie d’un climat agréable et d’une économie dynamique.

II. Une Amérique urbaine
Un territoire dominé par des métropoles
80% des américains résident en ville. L’exode rural déclenché par la révolution industrielle a entretenu une forte croissance urbaine dès 1920.
L’Amérique est un pays de grandes agglomérations, inégalement réparties sur le territoire. Les 3 plus grandes sont New-York (20 millions), Los Angeles (16 millions) et Chicago (9 millions).
La Mégalopolis rassemble à elle seule 50 millions d’habitants. Mais elle stagne, alors que la métropolisation progresse dans la Sun Belt.
Des agglomérations organisées sur un même modèle
Les agglomérations américaines sont divisées en quartiers qui séparent les riches des pauvres et les Blancs des minorités.
Le centre est partagé en deux zones :
– le quartier des affaires (CBD), reconnaissable à ses gratte-ciel.
– les quartiers d’habitation, souvent dégradés, où les minorités vivent en ghetto.
Autour du centre s’étendent d’immenses banlieues pavillonnaires, habitées par les populations aisées. De nombreuses entreprises vont s’installer dans ces banlieues, où elles créent de nouveaux quartiers d’affaires.
Des agglomérations en difficulté
Aux Etats-Unis, la crise urbaine concerne les centres et non les banlieues, contrairement à la France.
Appauvris par le départ des populations aisées, les centres ne sont plus entretenus. On y remarque une augmentation de la délinquance et de la criminalité.
Parfois, la restauration des vieux quartiers favorise le retour des populations aisées. A New-York, certains Blancs reviennent habiter Harlem depuis sa rénovation.

III. Les EtatsUnis, seule puissance dominante ?
La domination économique et financière
Les Etats-Unis sont la première puissance économique du monde. C’est la première agriculture, la première industrie, et le premier pays commerçant.
Peut-être l’évolution spatiale des activités (déclin relatif du NE en reconversion ; renforcement du poids éco de la Sun Belt ; l’intérieur plus rural.
Ces performances s’expliquent par l’esprit d’entreprise des Américains, favorisé par le capitalisme. De plus, depuis 1929, l’Etat américain intervient dans la vie économique.
La monnaie américaine, le dollar, demeure la devise de référence dans les échanges internationaux et les investissements américains dans le monde sont considérables.
Toutefois, on observe des signes de faiblesse. L’industrie et l’agriculture américaines sont concurrencées par le Japon et l’Union Européenne, et les Etats-Unis sont le pays le plus endetté du monde.
La domination politique et militaire
Depuis 1945, les Etats-Unis se présentent comme les défenseurs du monde libre. Ils interviennent dans quelques conflits (Vietnam, Irak ), jouent le rôle d’arbitre, mais défendent surtout leurs propres intérêts.
Ils disposent d’une place influente à l’ONU (droit de veto), d’un vaste système d’alliances, et de la première armée du monde.
Leur domination est remise en question par certains alliés, et est contestée également par les Américains eux-mêmes, qui refusent de mourir dans des guerres qui ne les concernent pas.
La domination scientifique et culturelle
La plupart des grandes inventions de la seconde moitié du XXe siècle sont américaines. Les universités attirent de nombreux étudiants étrangers.
Depuis la Seconde Guerre mondiale, le monde est envahi par la culture américaine, diffusée par de puissants médias.
L’anglo-américain est devenu la langue internationale des scientifiques et des chercheurs.

IV. Loccupation du territoire américain


Mar 16 2010

Hommage à Antony Phelps (suite)

Publié par bebel971 dans Français, Temps des poètes      

« Ne révèle pas nos mots de passe »

(À Claudia, merveilleuse guide)

Je suis Venise blanche Venise.
Ô blonde oblongue femme
chroniqueuse de silhouettes
en trompe l’œil et attrapes.
Aucun dit mensonger
ne transmutera mes ors
en cuivre
algue ou calcaire.

Tu circules innocente et cendrée
dans mes blanches ruelles
ravives de tes lèvres
rotules et crânes
tessons prisons
de très ancienne barbarie.
Ta main gantée recueille flocons
et dessine sur mes pierres des noms de lieux.

Garde-toi bien de révéler nos mots de passe.
Ne traduis point pour étrangères oreilles
les soupirs de mes ponts.
Brouille les traces de tes pas
bien que la neige bavarde ne garde aucun secret.

Femme blonde
détentrice du mystère des asphodèles
la parole de l’aîné caraïbe
se refait gamme nouvelle.
Se mêlera-t-elle
aux dits de mes nombreux poètes ?
Portera-t-elle plus loin le couchant de l’Histoire ?

Quand tu t’avances consciente de ton rythme
et le berçant de la mathématique
du professeur critique
quand tu procèdes sur ma mémoire
et la lissant de ton talon
les regards s’illuminent sous le pont des voyeurs.

Femme blonde
guide de mes beautés
sous la boiterie de mon hiver
si tu es corde non pour te pendre
je suis archet pour te jouer.

Et chaque fois
que l’affection coule ses notes
dans la rousseur de Vivaldi
je t’inscris dans le silence
où ma musique refait sa pause.
Venise suis-je.
Blanche de neige.
Blanche tu es sous ton blond vénitien.

– Anthony Phelps
le 12 janvier 2002
nouvelle version 27 décembre 2002


Mar 16 2010

Orientation : Zoom sur le métier de masseur-kinésithérapeute

Publié par bebel971 dans Orientation      


Métier : kinésithérapeute
Uploaded by L_Etudiant. – Have a look at more lifestyle videos.

Mal de dos, cheville en souffrance, rééducation du genou…. les masseurs-kinésithérapeutes sont là pour nous soulager ! Dans l’enceinte d’un cabinet ou à l’hôpital, ces thérapeutes traitent de pathologies très diverses et redonnent aux patients force et mobilité. Une vidéo musclée !


Mar 16 2010

Brevet/Histoire-Géographie : L’espace monde, échanges et mobilité des hommes

Publié par bebel971 dans Brevet, Histoire/Géographie      

I. Des flux qui organisent l‘espace mondial
Les raisons de l’essor des flux
La croissance économique et la baisse du coût des transports depuis 1945 expliquent que tout circule aujourd’hui partout dans le monde.
Le volume des marchandises échangées est 16 fois supérieur à celui de 1950 et le tourisme concerne chaque année 600 millions de personnes.
Depuis 1945, la majorité des pays a adopté le système du libre échange, ce qui a permis l’essor des flux de produits. Depuis 1995, l’OMC ( Organisation Mondiale du Commerce) organise les échanges internationaux.
De plus en plus de marchandises échangées
Les produits manufacturés représentent 60% des volumes échangés. Aux premiers rangs, on trouve le pétrole, le blé, les automobiles et les matériaux de transport. Les pondéreux sont transportés par conteneurs.
Les flux de marchandises sont très inégalement distribués.
L’essentiel du fret a lieu dans l’hémisphère Nord, mais l’émergence de l’Asie a mis les flux transpacifiques à la première place.
Le monde s’organise désormais en grandes zones régionales d’échanges.
Des hommes de plus en plus mobiles
Les migrations de travail sont le reflet des inégalités de la planète. Elles sont orientées des pays pauvres vers les pays riches.
Les flux touristiques, massifs, se font surtout entre pays riches (France, Espagne, Etats-Unis) et vers certains bassins attractifs : la Méditerranée, les Caraïbes et le Pacifique.

II. Des flux qui modifient les espaces
Un espace mondial réduit et unifié
Il y a de plus en plus de flux mondiaux. En 1948, le GATT comptait 23 pays ; en 1998, l’OMC en regroupait 131. Les pays de l’OPEP, les NPI, la Chine, les anciens pays communistes sont devenus des nouveaux pôles du commerce mondial.
Les distances sont réduites : marques et touristes ne connaissent plus de frontières et, en tout point du globe, les hommes consomment les mêmes produits.
Les destinations les plus éloignées sont desservies chaque jour rapidement et à prix réduits. Les modes de vie s’uniformisent. On parle de « village planétaire ».
Un monde dominé par trois centres : la Triade // Amérique du Nord, Europe de l’ouest, Asie Orientale.
Des pôles dominants organisent ces flux
Les entreprises et les Etats sont à l’origine de ces flux. Matières premières et composants, produits fabriqués, main-d’œuvre, circulent pour les entreprises et parfois avec elles.
Avec les délocalisations, en Asie du Sud-Est par exemple, les trajets sont modifiés et orientés.
Les façades océaniques bénéficient de ces échanges avec la création de grands ports et de réseaux de communications avec l’arrière-pays. On voit ainsi se développer des mégalopoles côtières.
Des frontières encore valables ?
Les échanges entre firmes et la réduction, voire la suppression, des barrières douanières dans le monde occidental rendent parfois inutile les frontières des Etats.
Les Etats pratiquent souvent une ouverture maximale aux flux de toutes sortes, sources d’enrichissement.
Cependant, les frontières peuvent constituer une barrière pour des hommes à la recherche de travail ou de meilleures conditions de vie. Elles n’empêchent pas 15 millions de clandestins de circuler dans le monde.

III. Des flux qui modifient les hiérarchies
Les échanges, sources de croissance
Les flux apportent des devises et des capitaux, créent des emplois et suscitent la construction d’infrastructures ( aéroports, réseaux de transports, zones industrielles, Bourses) dans les zones qui les produisent.
Médicaments, progrès en matière d’hygiène et conseils techniques ont accru l’espérance de vie et par conséquent la population des PED. Souvent trop nombreuse, la main d’œuvre émigre.
La mondialisation des échanges accélère aussi l’urbanisation, la ville concentrant énergies, pouvoirs et marchés.
Les échanges, sources d‘inégalités
Les échanges s’expliquent par les différences et les inégalités. Un pays importe les produits qui lui manquent. La misère, les troubles politiques motivent les migrations de travail vers les pays développés.
Les échanges aggravent les inégalités et les dépendances. Les PED empruntent pour payer leurs importations en devises aux prix fixés dans les pays du Nord. Certains espaces mais aussi certaines catégories sociales sont appauvris par la mondialisation, victimes de la concurrence.
Notion de centre et périphérie.
L‘Etat en marge ?
40% des échanges internationaux se font à l’intérieur des entreprises. Les Etats, poussés à se désengager au nom du libéralisme, ne contrôlent pas tous les flux et doivent souvent reculer face aux ententes entre firmes.
Les Etats peuvent néanmoins tempérer ce libre-échange, en protégeant certains produits. Mais avec la crise économique et la montée de la concurrence, ils sont surtout à l’origine de réflexes protectionnistes et fixent des quotas d’immigrants.


Mar 16 2010

Orientation : Devenir marin !

Publié par bebel971 dans Orientation      

La Marine nationale propose chaque année, près de 3500 postes de niveaux 3ème à BAC +5, dans de nombreuses spécialités. Pour des informations plus complètes rendez-vous sur le site la marine nationale.

.

Devenir marin


Mar 13 2010

Temps des Poètes 2010 : Hommage à Max Rippon

Publié par bebel971 dans Français, Temps des poètes      

Max Rippon

Max Rippon est né le 29 février 1944 à Grand-Bourg (Marie-Galante). Son enfance se déroule à Grand-Bourg jusqu’à l’âge de onze ou douze ans quand il quitte son île pour aller à Point-à-Pitre, au Lycée Carnot.

Depuis il vit en Guadeloupe continentale. Et pourtant, comme forcené, il se définit et reste fondamentalement marie-galantais. Écrivain d’une grande rigueur, Max Rippon a le souci du détail vrai. Il dit de façon originale ce que chacun côtoie, voit, ressent, respire.

I have a Blues

J’ai donné à ma voix le tranchant de la faucille
J’ai donné à mes paroles la puissance des marteaux
Mon chant est demeuré ce long sanglot seul et triste
Usé sur l’enclume du temps qui passe sa paresse
Et pourtant l’espoir engage chaque arpent resté vif en moi
Voilà ma nuit de pleine lune venue à bout de mes matins neufs
Voilà la pluvine qui ruisselle et fait luire mon corps
Voilà le chemin rendu savonneux et plus glissant encor
Et ma lutte chaque jour plus rude
Et ma solitude accrochée au flanc des récifs
J’ai accepté de soumettre mon être aux souffrances des hommes
J’ai accepté en solitaire de gravir le morne le plus haut
Pour lire bien avant la route des quatorze détours
J’ai suivi ces tracés capricieux
Pour mener mes frères dans ces lieux paisibles que tu m’as indiqués
Et voilà qu’il pleut sur nous des larmes tièdes
Saumure tenace à la commissure de mes lèvres
Gland d’ancrage où se pose mon repos
J’ai peine à donner cadence aux espérances
J’ai peine à porter haut la voix à effilocher la paix des nuages
Pour convaincre le dernier des attardés
Et ma solitude accrochée aux portes béantes des avens
J’ai si souvent refusé d’être cette macula asservie
Qui lit le monde la nuit paupières closes
J’ai rêvé d’être à l’égal des autres hommes
Qui vont leur route le long les cannaies imberbes
Mais tu as voulu que je sois commissaire de ce peuple-là
Mais tu as voulu que je sois comptable soumis de ses errements
Et tu as voulu qu’avec mes seules mains nues
Je retourne la terre rêche pour faire fleurir les savanes inquiètes…
Je suis à ce point triste et point las de combattre la bombance des fromagers en rut
Je veux reforger l’acier dans lequel nous sommes trempés
Je veux connaître le jargon intime des galaxies
Pour lever l’unique route qui domine la crête des cyclones en feux
Je veux planter mon totem dans l’œil des tourbillons haineux
J’ai fait l’inventaire des étiers pour lier des espérances inabouties
Et ma solitude demeure accrochée à la barbe des vagues  furieuses
Donnez à mes mains  pouvoir de forger le destin des hommes à leur insu
Donnez à ma parole pouvoir d’apaiser ces silences grondants
Qui font trébucher nos pas lourds à porter
Donnez aussi à mon cœur force d’aimer le fossoyeur
Qui m’accordera la paix ultime
Au creux de cette terre que j’aurai tant aimée
Alors je rendrai aux matins tristes
La beauté d’une gouttelette de rosée
Suspendue au menton peureux de la feuille de siguine

Max Rippon

Cataplasme

Les hasards d’un commerce cupide
Nous a fait germer sur des rives distantes
Nous, long lasso d’îles chevauchant les failles profondes
Tétons hérissés dans les turquoises caraïbes
Te voilà Haïti Toma
Sœur blessée
Terre lardée
Linceul césarisé à vif
Si je devais parler de toi encore
Jumelle aride tant de fois éprouvée
J’épouserais le plus infime battement de ton cœur
Pour essorer tes plaintes résignées
Avec mon drap trop vieux, de hardes remisées
Les hasards de ce commerce cupide et honteux
A fait partition de terres soumises
Et ton sol tant de fois mis à rude partie
De sang asséché depuis si longtemps
S’est laissé briser en une seule semonce à sept degrés décomptés
Si je devais alors
Dire ma part de souffrances
Quand tes tripes le soir
S’étalent à même les flancs des coulées cathodiques
Je me ferais fils de Toma chérie
Délitant mes douleurs dans les rizières silencieuses de l’Artibonite inconsolée
Je me ferais messager vagabond des guerriers aphones
Pour chambouler la sieste des puissants
Je me voudrais buvard multiple, docile et poreux
Pour éponger tes larmes
Pour partager tes doutes et lever tes inquiétudes
J’interrogerais les lendemains lointains plongés dans la gorge des horizons
Pour donner à tes jours le meilleur du brillant des soleils
Je fermerais les yeux aux assauts des midis grondants
Pour t’inventer des aubes qui esquivent l’engourdissement du dernier angélus

Max Rippon « Une parole pour Haïti. Janvier 2010 »

Wi tan ka pasé

Menm si sé pou nou kouché do pou do
Bannou chofé po an kabann kanmenm
Doudou
Menm si sé pou nou kouché san dégoudi machwa
Annou kabanné on ti-gouté
San chastren niyaj ka ba sòlèy masko
Lapli fifiné si nan kaz ka ba tòl karès an do
Annou profité titak pou ba lanmou on ti chans lofé
Doudou
Lanné ki lanné ja filoché janmsé si nou
Ki fè lanvi rété pa ka réisi désann
Pli ba ki an bòdaj a lonbrik
Tan dja pasé si tan
Ki ba chak zobèl po a kò a-w
Gou ék lodè a lanmou ki rété lanké nèf é fwé an sèvèl an mwen
Kon gran-moman a dousin an fenfon ravin
Bèl tan pousyè tan pa ka rivé dolé…
Mi tan a kip épi élas rivé
Mi doulè é mi blès ka pran lanmen
Doudou sé fòs ka manké mwen pou an fè lèspri a-w pèd-tè
Jistan chofwèt a lanmou palanké nou an syèl douvan-jou
Doudou…
Nou sav sa nou sav é sé pousa kwa ka baré bouch

Max Rippon « Contribution à la journée du créole 2009 »


Mar 13 2010

Brevet/Histoire-Géographie : L’Union Européenne

Publié par bebel971 dans Brevet, Histoire/Géographie      

I. La réalisation d’une union dEtats
Construction et institutions de lU.E.
L’Union européenne s’est fixé des objectifs généraux :
– renforcer les relations entre les peuples européens pour favoriser la paix.
– affirmer son identité sur la scène internationale et ses valeurs démocratiques.
– renforcer la protection des droits, la croissance, l’accès à l’emploi pour les habitants de l’Union.
L’édifice communautaire s’est bâti par phases successives : la CECA, la CEE, l’UE. Cette construction s’inscrit selon des textes fondamentaux : le Traité de Rome, l’Acte unique, les traités de Maastricht et d’Amsterdam.
Les conditions de candidature sont d’être une démocratie et avoir une économie de marché.
L’UE s’est dotée d’organes institutionnels qui permettent son fonctionnement : le Conseil de l’Europe, la Commission européenne, le Parlement européen, la Cour de justice, la Cour des comptes.
Une union dEtats indépendants et différents
Les quinze Etats communautaires restent indépendants, malgré les transferts de compétence en faveur de Bruxelles.
Les Etats communautaires constituent par leur diversité une mosaïque d’identités nationales. Il existe au sein de l’Union 11 langues, différentes religions et des systèmes politiques très variés.
Il existe une forte hétérogénéité des niveaux de développement et ces disparités influencent l’organisation spatiale de l’Union européenne.
Le centre est le « cœur » de l’Europe, où se prennent les grandes décisions. Il englobe le bassin de Londres et le couloir rhénan. Les espaces intermédiaires sont constitués de zones plus ou moins dynamiques. Les espaces périphériques sont en marge.

II. Des politiques communes pour une puissance économique
Des politiques communes efficaces
La politique agricole commune (PAC) est une action communautaire majeure : elle représente la moitié du budget.
Ses objectifs reposent sur 4 principes : le marché unique, la préférence communautaire, des prix uniques et la modernisation des exploitations.
Les fortes productivités agricoles permettent à la l’UE de dégager des surplus exportables. Mais la PAC connaît aujourd’hui de nombreux problèmes (productions excédentaires, endettement). Intégrée au complexe agro-alimentaire, elle est devenue dépendante des circuits de distribution.
La coopération industrielle (Airbus, Ariane) est très dynamique.
L’UE favorise le développement de la coopération technologique et scientifique. Elle encourage les associations d’entreprises, les « eurofirmes » et accorde des aides financières aux secteurs en difficulté.
L’UE s’est dotée d’une Banque centrale, qui siège à Francfort.
Les transports, l’éducation (SOCRATES), l’environnement et la culture font l’objet de politiques spécifiques.
Un pôle majeur
Grâce à ses succès agricoles et industriels, l’UE est la première zone d’échange du monde. Les échanges intracommunautaires augmentent grâce à la libéralisation des échanges (abolition des frontières et des taxes douanières).
Important foyer d’immigration.
Rayonnement culturel (idéaux des droits de l’homme et de la démocratie).
L’UE est un décideur sur la scène politique internationale. La France et le Royaume-Uni sont des membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU.
L’Union attire les capitaux étrangers en devenant un espace d’implantation de firmes transnationales, renforcé par le rôle important des Bourses européennes (Paris, Londres, Francfort).

III. Les défis à venir de lEurope
Un rayonnement mondial
Il existe un modèle culturel européen. L’anglais, le français et l’espagnol sont parlés sur les 5 continents. L’UE est un foyer culturel avec ses universités renommées, ses chercheurs, ses artistes et ses écrivains.
L’UE protège son identité culturelle face à l’influence américaine ( cinéma, musique, télévision).
L’UE mène de nombreuses missions de solidarité et de coopération humanitaire avec les pays en développement. Les principaux bénéficiaires sont les Etats voisins et les anciennes colonies.
Les conventions de Lomé unissent depuis 1975 les pays ACP et l’UE.
C’est le premier espace touristique mondial, avec 2/3 des arrivées mondiales. Le tourisme, estival autant qu’hivernal, religieux ou d’affaires, est une activité créatrice d’emplois directs ou indirects.
Les problèmes et les limites de la communauté
Les Européens sont divisés sur de nombreux dossiers. L’affaire de la « vache folle » et l’embargo sur les produits bovins importés du Royaume-Uni l’a montré.
En politique étrangère, les Quinze adoptent difficilement une politique commune (ex-Yougoslavie).
L’UE est déséquilibrée car l’Allemagne, la France, l’Italie et le Royaume-Uni assument l’essentiel du poids politique et économique et il existe une concurrence interne.
Les problèmes de chômage sont accrus par la concurrence et la mondialisation, qui poussent des secteurs à s’adapter ou à se reconvertir.
Sur le plan politique, l’Union doit construire une Europe à l’échelle humaine. A l’occasion des futurs élargissements, une réforme des institutions s’imposera.


Mar 13 2010

Hommage à Anthony Phelps (suite)

Publié par bebel971 dans Français, Temps des poètes      
Mon Pays a un caillot de sang dans la gorge
Nous n’irons plus jouer à la marelle et lancer nos pions par-dessus le ciel de terre. Nous n’irons pas pêcher la lune au Quai Christophe Colomb.
Lorsque que j’ai appris qu’un tremblement de terre avait détruit ma ville natale, plusieurs passages de mon recueil : Mon Pays que voici, me sont revenus à la mémoire. Je ne me doutais pas, en 1965, qu’en écrivant cette marche poétique à l’intérieur de l’Histoire d’Haïti, je décrivais le drame qui frappe aujourd’hui mon Pays.
J’ignore encore si la maison familiale est restée debout, mais mes sœurs, neveux et nièce ont été épargnés. Certains amis manquent à l’appel. Plusieurs sont saufs. Mon appartement, dans mon ancienne station de radio Radio Cacique, a tenu le coup et abrite toujours mon lieu de mémoire.
Nos n’irons pas poser nos nasses dans le lit de la voie lactée pour piéger des étoiles doubles. Nous n’irons pas, le temps n’est plus au jeu nous avons dépassé le chant des marionnettes. Nous avons dépassé le chant de l’enfant-do. Et l’enfant ne dormira pas. Il fait un temps de veille. Mon Pays a un caillot de sang dans la gorge.
L’église de mon enfance a été détruite, le Sacré-Cœur. Mon collège a disparu, l’Institution Saint Louis de Gonzague. Qu’est devenu le Centre d’Art et ses collections ? Les lycées, universités et autres écoles n’existent plus. Tant de voix se sont tues à jamais ! Tant de victimes d’une aveugle colère de cette terre qui nous a portés !…
Entre la liane des racines tout un peuple affligé de silence se déplace dans l’argileux mutisme des abîmes et s’inscrivant dans les rétines le mouvement ouateux a remplacé le verbe. La vie partout est veilleuse.
En nous nos veines au sang tourné sur nous, le cataplasme de la peur et sa tiédeur gluante et notre peau fanée, doublée de crainte, comme un habit trop ample baille sur des vestiges d’hommes. La vie partout est en veilleuse. Ô mon pays si triste est la saison qu’il est venu le temps de se parler par signe.
Qui donc va me redessiner mon Pays ?
Nous n’avons plus de bouche pour parler nous portons les malheurs du monde et les oiseaux ont fui notre odeur de cadavre. Le jour n’a plus sa transparence et ressemble à la nuit. O mon Pays si triste est la saison qu’il est venu le temps de se parler par signe.
Merci à celles et ceux dont les gestes viennent soulager notre détresse et nous aident à nous relever.
Étranger qui marches dans ma ville, souviens-toi que la terre que tu foules est terre du Poète et la plus noble et la plus belle, puisqu’avant tout c’est ma terre natale.
À la table de concertation pour la reconstruction du pays, en plus de la voix des gros bailleurs de fonds, qu’on entende celle de Cuba, celle de la République dominicaine pour une réconciliation dans la dignité. Celles des créateurs. Que les citoyennes et citoyens des beaux quartiers et des quartiers défavorisés soient consultés. Plus jamais de bidonville.
Mais, qui dirigera un tel projet ? Déjà le grand voisin s’est clairement manifesté. Il a dépêché dix mille soldats du corps le plus aguerri, le plus brutal de l’armée états-unienne : les marines. Dix mille marines pour lutter contre les tremblements de terre ? Ou pour agrandir les bases qu’ils viennent d’installer en Colombie ? Presque cent ans après l’invasion d’Haïti par les marines, assistons-nous à une nouvelle forme d’interventionnisme au nom de l’aide humanitaire ?
Je me demande ô mon pays quelle main a tracé sur le registre des nations une petite étoile à côté de ton nom.
Yankee de mon cœur qui entres chez moi en pays conquis, Yankee de mon cœur qui viens dans ma caille parler en anglais qui changes le nom de mes vieilles rues, Yankee de mon cœur, j’attends dans ma nuit que le vent change d’aire.
Une fois de plus nous avons rendez-vous avec l’Histoire. Ne ratons pas cette opportunité de construire, sur cet immense malheur, une société plus juste où chacun aura sa place.
Réinventons un pays, pour que ce petit garçon et cette petite fille, qu’on a sortis des décombres, aient une ville où il fera bon vivre.
Après les pleurs et les douleurs, on entendra monter le chant qui séchera toutes tes larmes, ô mon beau Pays sans écho. On entendra monter le chant des enfants qui auront seize ans, à la prochaine pleine lune. Même si je dors sous la terre, leur chanson saura me rejoindre et je dirai dans un poème que j’écrirai avec mes os : Mon beau Pays ? Pas mort ! Pas mort !
Anthony Phelps

Mar 13 2010

La surveillance des tortues marines a repris!

Publié par bebel971 dans Environnement      

Souhaitez-vous participer activement à la protection des tortues marines ?

OUI !

Alors rejoignez les équipes de bénévoles pour la campagne 2010
de suivi des pontes des tortues marines dans le Nord Basse-Terre !
L’

Les patrouilles ont repris !

En effet les membres de l’association Le Gaïac qui font partie du réseau tortues marines de Guadeloupe, regroupés par binôme, se rendent chaque jour et chaque nuit sur les deux plages de Cluny  ainsi que sur la plage de Nogent à Sainte-Rose pour faire le comptage des tortues marines qui viennent pondre sur ces plages. Cette surveillance est importante aussi parce qu’elle éloigne les braconniers en les empêchant d’agir par dissuasion.

Des élèves du collège participent à cette action vous pouvez encore vous joindre à eux et former de nouvelles patrouilles. Renseignez-vous auprès de Madame Flanet et de Monsieur Vibert.

Voici les tortues que vous aurez à surveiller…

La Tortue Verte

.

Philippe Deproft

La Tortue Luth

.

La Tortue Imbriquée

.

Kap Natirel

Johan Chevalier

Matthieu Roulet

Cloe Marien

Laurent Malglaive

SOYEZ NOMBREUX A DECOUVRIR ET PROTEGER
LES TORTUES MARINES !


Mar 12 2010

Grand Corps Malade en Guadeloupe

Publié par bebel971 dans Actualité, Français      

Grand Corps Malade en Guadeloupe et Martinique

Nous avons rencontré Grand Corps Malade en tournée aux Antilles. Entretien.

D’où vient votre nom d’artiste  » Grand corps malade » ?
GCM : Un soir j’ai participé à une soirée slam, et tous les slameurs avaient un surnom, et moi, comme j’aimais bien les mots indiens, sioux, je pensais que je l’aurais gardé juste pour cette soirée là. Eh ben non ! Personne ne m’appelle plus Fabien mais « Grand Corps Malade » !

Connaissez-vous déjà des slameurs antillais , la culture antillaise ?
GCM : Je connais très peu la culture antillaise , juste les antillais de la métropole de ma ville de Saint-Denis. Je ne connais pas du tout les artistes slameurs antillais plutôt les artistes originaires des antilles mais qui vivent en France. Cette tournée est l’occasion de les rencontrer.

Qu’est ce qui vous pousse à écrire ?
GCM : J’écris quand j’ai envie d’écrire. C’est une pulsion , un besoin. Ce n’est pas un passage obligé. C’est devenu une habitude de vie. J’ai écris quand j’étais adolescent comme tout le monde, mais le déclic est venu en 2003 quand j’ai rencontré le slam avec ces anonymes qui se retrouvent juste pour le plaisir des mots.

Elle passait des heures sur internet pour une sortie scolaire gratuite à la Cité des Sciences…

Pourquoi un slam sur l’éducation nationale ?
GCM : L’éducation de nos enfants c’est l’avenir. C’est la base et en plus j’ai des potes enseignants qui me parlent de leurs problèmes. J’ai fait pas mal d’ateliers d’écritures dans les écoles. Mais le déclic a été au cours d’un atelier à Epinay sur Seine. J’y ai rencontré une enseignante qui avait plein de projets pour sa classe mais qui n’avait pas de moyens. Elle n’arrivait même pas à avoir de cars pour sortir avec ses élèves. Et, quand je l’ai rencontrée, elle essayait de gagner un concours pour permettre à sa classe d’aller à la cité des sciences à la Vilette. Elle y passait des heures sur internet p.Je me suis dit si on en arrive là c’est que c’est grave !

On pourrait dire que c’est vous qui avez démocratisé le slam en France ?
GCM : Je ne sais pas si on peut dire que c’est moi qui l’ai démocratisé. L’album Midi 20 a très bien marché. Du coup j’ai été très médiatisé . J’en ai profité pour parler du slam. Pour faire connaitre le slam à un public qui ne le connait pas. J’avais envie de faire connaitre cette culture. Au delà de la réussite de mon album et de mes tournées les gens ont vraiment fait connaissance avec le slam. En France métropolitaine, il y a du slam partout. Dans les écoles, les prisons , les hopitaux, des ateliers slam, des scènes ouvertes.. . Je suis content d’avoir participé à ça.


Mar 12 2010

Gwada Kwan remporte le SLAM ART 2010 !

Publié par bebel971 dans Actualité, Français      

Slam'Arts # 2

Roi de l’impro ! Le vendredi 5 Mars, à la salle George Tarer à Lauricisque, a eu lieu un concours de slam. L’ambiance était chaleureuse et enrichissante. La manifestation était organisée par l’association Slamblag dans le cadre du Slam Art 2.

.

grand-corps-malade-3.jpg

Le tout en présence de Grand Corps Malade, figure de proue du slam français qui a trouvé que le niveau du slam en Guadeloupe était particulièrement élevé.

.

slam-guadeloupe-2010-17.jpg Iman a perdu la couronne (acquise en 2008) qu’il avait mis en jeu, ce fut avec le sourire et dans la bonne humeur, puisqu’elle est revenue à son meilleur ami Gwadakwan le grand vainqueur de cette soirée du SLAM Art 2010.

.

slam-guadeloupe-2010-18.jpg



Mar 12 2010

Hommage à Anthony Phelps

Publié par bebel971 dans Actualité, Français, Temps des poètes      

Anthony Phelps, poète, romancier et diseur, est né à Port-au-Prince, Haïti, le 25 août 1928. Après des études de chimie et de céramique aux États-Unis et au Canada, il se consacre surtout à la littérature.

Anthony Phelps

En 1961 il fonde – avec les poètes Davertige, Serge Legagneur, Roland Morisseau, René Philoctète et Auguste Thénor – le groupe Haïti Littéraire et la revue Semences. Il met sur pied et anime la troupe de comédiens, Prisme, et réalise des émissions hebdomadaires de poésie et de théâtre à Radio Cacique, dont il est cofondateur.

Il publie trois recueils de poèmes, et collabore à divers journaux et revues.

Après un séjour dans les prisons du docteur-dictateur-à-vie, Anthony Phelps est contraint de s’exiler.

Établi à Montréal en mai 1964, il y fait du théâtre – scène, radio et télé – puis du journalisme. Il participe à la narration de plusieurs films.

Il réalise et produit une dizaine de disques de poésie de poètes haïtiens et québécois.

Plusieurs fois boursier du Conseil des Arts du Canada (bourse de création libre), il a obtenu, deux fois, le Prix de Poésie Casa de las Américas, Cuba.

Le 2 février 2001, Anthony Phelps reçoit du Ministère des Relations avec les citoyens et de l’Immigration (du gouvernement du Québec) une plaque en hommage, à l’occasion du forum « Encre noire, littérature et communautés noires ».

Son œuvre, soit une vingtaine de titres, est traduite en espagnol, anglais, russe, ukrainien, allemand, italien, japonais et certains de ses livres figurent au programme des études françaises de plusieurs universités des États-Unis dont : Princeton, Saint Michael’s College (Vermont) et Iowa State University.

En 1985, après vingt ans de service à la Salle des nouvelles TV de Radio Canada, il prends une retraite anticipée pour se consacrer entièrement à l’écriture.


Découvrez ce très grand poète en lisant et en écoutant le magnifique poème :



Écoutez l’auteur lire ce poème
en cliquant sur l’icone
Cliquez pour écouter la deuxième partie de « Mon Pays que Voici » dit par Anthony Phelps
(16,36 minutes)
tous droits réservés


.

« Mon Pays Que Voici »
(2e partie)

.

Je continue ô mon pays ma lente marche de
poète
un bruit de chaîne dans l’oreille
un bruit de houle et de ressac
et sur les lèvres un goût de sel et de soleil
Je continue ma lente marche dans les ténèbres
car c’est le règne des vaisseaux de mort

Ils sont venus à fond de cale
tes nouveaux fils à la peau noire
pour la relève de l’Indien au fond des mines
( Le dieu de l’Espagnol n’a point de préjugés
pourvu que ses grands lieux de pierres et de prières
soient rehaussés de sa présence aux reflets jaunes
peu lui importe la main
qui le remonte du ventre de la terre )
Et l’homme noir est arrivé
avec sa force et sa chanson
Il était prêt pour la relève
et prêt aussi pour le dépassement
Sa peau tannée défia la trique et le supplice
Son corps de bronze n’était pas fait pour l’esclavage
car s’il était couleur d’ébène
c’est qu’il avait connu
la grande plaine brûlée de liberté

Alors
pour que l’Indien suivi du chien muet
chasse l’oiseau chanteur dans le pays des abricots
avec la flèche protégée d’un tampon de coton
pour que le fils connaisse son père
et que la fille ne soit plus
une fontaine au bord des routes
et pour que l’homme soit respecté
et dans sa chair et dans sa foi
ce fut la Trouée Noire
et dans l’Histoire la haute brèche de couleur

Ô Pères de la Patrie
Précurseur Empereur Roi bâtisseur Républicain
Pères glorieux que je ne nommerai point
car tous mêmement avez droit à notre amour
ô Pères de la Patrie
accordez-nous le don du courage et de l’honneur

Je continue ô mon pays ma lente marche de poète
et je remonte lentement le lit de ton Histoire
avec dans la mémoire la noblesse de tes enfants

La terre avait atteint son angle de repos
et chaque pierre prise en sa couche d’argile
portait le Choeur immense et le grand jet du mât
la partition martiale et le drapeau tout neuf

Onze décades et une année
malgré tumulte et bruits de guerre
la pierre sans faille des fondations
ne roula point hors de sa glaise

Onze décades et une année
dans la douleur ou l’allégresse
dans le désordre ou dans la paix
l’argile tint la pierre neuve

Or un matin
le dieu de l’Espagnol
trouva d’autres adorateurs
et qui s’en vinrent
par la porte mouvante
avec en main le tissu étoilé
et dans la bouche une langue inconnue

Et un matin de sang trop vif
chut le grand mât et s’effondra le Choeur
La pierre incorruptible avait quitté sa couche

Et ce fut Pierre Sully
Et ce fut fort Capois
Et ce fut Marchaterre

En vain sur une porte
fut crucifié Charlemagne Péralte
et les cinq mille Cacos
en vain donnèrent leur sang
par toutes leurs blessures

Le dieu vert des yankees était plus for que les
loas

Et tout fut à recommencer
selon le rythme de leur vie
selon leur lois leurs préjugés

Et tout fut à recommencer
car un matin ils sont venus
ces protecteurs vêtus de jaune
nous enseigner avec la honte
la délation et la servilité

Et la leçon fut profitable
car dans ma lente marche de Poète
j’ai vu ô mon Pays tes enfants sans mémoire
dans toutes les capitales de l’Amérique
le coui tendu et toute fierté bue
genoux ployés devant le dieu-papier
à l’effigie de Washington

À quoi bon ce passé de douleurs et de gloire
et à quoi bon dix huit cent quatre

Ô mon Pays je t’aime comme un être de chair
et je sais ta souffrance et je vois ta misère
et me demande la rage au coeur
quelle main a tracé sur le registre des nations
une petite étoile à côté de ton nom

Yankee de mon coeur
qui bois mon café
et mon cacao
qui pompes la sève
de ma canne à sucre

Yankee de mon coeur
qui entres chez moi
en pays conquis
imprimes ma gourde
et bats ma monnaie

Yankee de mon coeur
qui viens dans ma caille
parler en anglais
qui changes le nom
de mes vieilles rues

Yankee de mon coeur
j’attends dans ma nuit
que le vent change d’aire

Je continue ô mon Pays ma lente marche de Poète
à travers les forêts de ta nuit
et le reflet de la Polaire
parmi l’essence et la sève
dénombrant sous l’écorce les cercles de l’aubier
Entre la liane des racines
tout un peuple affligé de silence
se déplace dans l’argileux mutisme des abîmes
et s’inscrivant dans les rétines
le mouvement ouateux a remplacé le verbe
La vie partout est en veilleuse

Le ciel s’est oxydé l’amour passé au laminoir
Il a poussé des champignons sur les étoiles
et la nuit sent le renfermé
Et nos doigts sont tranchants comme des lames
coupant le geste au ras de l’épiderme

En nous : nos veines au sang tourné
Sur nous : le cataplasme de la peur
et sa tiédeur gluante
et notre peau fanée doublée de crainte
comme un habit trop ample
bâille sur des vestiges d’homme

Semaine sans dimanche
Le maïs : sec comme la pierre
Le pain : tout en croûtons qui blessent
Les maisons closes les rues les places
livrées au vent
Et les fidèles de la résignation
agenouillés dans les églises

La vie partout est en veilleuse
La vie vécue à la campagne
La vie vécue à la grand’ville
La vie au bord des tables
Le long des sources
La vie vécue à l’ombre des églises
La vie vécue à l’ombre des houmforts
dans le mystère et la fumée des rites
La vie dans les chaumières
la vie dans les villas
la vie entre les draps
ou sur la paille humide
la vie vivante
la vie présente
partout la même
la vie partout est en veilleuse

Ô mon Pays si triste est la saison
qu’il est venu le temps de se parler par signes
Le langage des yeux s’enrichit chaque jour
un geste de la main dit plus long qu’un discours
et pour rêver ma vie au tranchant du sommeil
à la doublure de ma taie
j’aurais cousu mes épisodes les plus beaux
mais l’amour même est triste
les escarres de la souffrance écailleraient le rêve

Immobile comme un pieu enfoncé dans le sable
je porte en moi la densité de la nuit
et les insectes font l’amour sur mes mains inutiles

Ah!… quand éclatera le bourgeon sous le poids de
l’abeille
Je veux entendre le sang de ma Terre
marcher dans les caféiers aux fleurs blanches
Je veux entendre geindre le vent blessé dans les cannaies
coupantes sont les feuilles de la canne à sucre
Quand donc viendra cette heure
où nous irons amorcer le soleil
où le baiser justifiera nos lèvres

Ô mon Pays si triste est la saison
qu’il est venu le temps de se parler par signes

Je continue ma lente marche de Poète
à travers les forêts de ta nuit
province d’ombre peuplée d’aphones

Qui ose rire dans le noir ?
Nous n’avons plus de bouche pour parler
Quel choeur obscène chante dans l’ombre
cette chanson dans mon sommeil
cette chanson des grands marrons
marquant le rythme au ras des lèvres
Qui ose rire dans le noir ?

Nous n’avons plus de bouche pour parler
Les mots usuels sont arrondis
collants du miel de la résignation
et la parole feutrée de peur
s’enroule dans nos cerveaux capitonnés
Qui ose rire dans le noir ?

Nous n’avons plus de bouche pour parler
nous portons les malheurs du monde
et les oiseaux ont fui notre odeur de cadavre
Le jour n’a plus sa transparence et ressemble à
la nuit
Tous les fruits ont coulé nous les avons montrés
du doigt
Qui ose rire dans le noir ?

Nous n’avons plus de bouche pour parler
car le clavier des maîtres mots des Pères de la
Patrie
au grenier du passé se désaccorde abandonné

Ô mon Pays si triste est la saison
qu’il est venu le temps de se parler par signe

Homme de vigie
du grand bateau fou
qui roule et qui tangue sur les hautes vagues
Homme de vigie
dis-moi que vois-tu dans la nuit des mers
Ton oeil est de lynx et lit l’avenir
Homme de vigie qu’y a-t-il de neuf

Homme de vigie
me répondras-tu
Toi seul peux comprendre
et donner un sens à la voix du vent
Homme de vigie
qu’y a-t-il dans l’ombre par delà les crêtes
Est-ce l’espérance qui blanchit les nues

Homme de vigie
pourquoi ce mutisme
Dis-moi je t’en prie
si je peux chanter plus haut que le vent
et crier ma joie d’une aube nouvelle

Homme de vigie
je n’entends point ta voix
Que fais-tu là-haut sur la passerrelle
du grand bateau fou
qui roule et qui tangue sur les hautes vagues
Homme de vigie me répondras-tu
Homme de vigie
Ma parole ! Tu dors !

Ne réveille pas l’eau qui dort derrière ma rétine
La nuit est jeune encore et la nouvelle aurore
n’a pas bouclé le cycle de sa maturation
L’heure n’est pas sonné de faire danser la vie
sur les parallèles du monde
Ne trouble pas l’eau de la joie
en veilleuse derrière ma rétine

Il y a dans ma gorge ce cri d’amour en flèche
pour crever l’étonnement des nuages
Ce chant sous ma luette pour écarteler les ténèbres
Et la chaux vive du verbe derrière ma bouche close

Il y a les mots non parlés
que l’on se passe par les paupières
Les corps sans étendue
Les couleurs sans supports
La graine à ébosser
pour la germination des espoirs à l’air libre
Et tout le ciel à ramoner
L’eau lustrale à répandre
avant l’attouchement magique
et il y a ton nom
Ton nom charnière
ton nom pivot
ton nom sésame
ô mon Pays que voici

Je continue ma lente marche de Poète
car j’ai la vocation de l’invisible
Je suis l’aubain dans la Cité des hommes de ma race
Je suis celui qui sort de toutes parts
et qui n’est point d’ici
Je viens sur la musique de mes mots
sur l’aile du poème et les quatorze pieds du vers
enseigner une nouvelle partition
renouveler le répertoire des voix plaintives et cassées
car des maîtres de choeur surannés et pervers
ont ramené la Geste Unique
aux dimensions de l’anecdote
et des intellectuels aux fines mains
versés dans l’art des mots sonores
ont maintenu le peuple
dans le mystère et l’ignorance

Porteur du levain à tout un peuple sans défense
à tout un peuple sans conseil
peuple bavard conteur de légendes sous la tonnelle
vivant dans l’allongement perpétuel du désir
peuple insouciant et bon enfant
allant son va et vient de fourmi folle
pêchant au pied des quais la pièce d’or de l’étranger
taillant foulard dans le tissu aux quarante-huit étoiles
peuple noir comme la nuit
( et parce que le maître a visité l’esclave
sur sa couche de paille
certains ont les cheveux frisés et couleur isabelle )
et Porteur du levain à tout un peuple azyme
je viens des plages du savoir
par les chemins mouvants de l’eau
avec mission de préserver
l’ardente boucle de la soif
ce noeud de sable à la frontière du tangible

Terre déliée au coeur d’étoile chaude
Fille bâtarde de Colomb et de la mer
nous sommes du Nouveau Monde
et nous vivons dans le présent
Nous ne saurons marcher à reculons
n’ayant point d’yeux derrière la tête
et le moulin du vent broie les paroles sur nos lèvres
car sur les socles de la mémoire
dans la farine de nos mots ô mon Pays
nous pétrissons pour toi des visages nouveaux
Il te faut des héros vivants et non des morts

Mon chargement de gestes et de mots magnétiques
est de bonne mesure et fait bon poids
dans la balance
et au seuil de l’été je te salue
dans l’écarlate floraison des flamboyants
Je jaillirai de toi comme la source
mon chant pur t’ouvrira le chemin de la gloire
et mon cri crèvera le tympan de ta nuit
car mon amour en pointe de silex
à jamais s’est fiché dans ton coeur d’étoile chaude
ô mon Pays que voici

© Anthony Phelps

Mar 11 2010

Massacre de dauphins Calderones !!!

Publié par bebel971 dans Environnement      




Chaque année, ce massacre brutal et sanguinaire se reproduit aux îles Féroé, qui appartiennent au Danemark, un pays « civilisé » et membre de l’Union Européenne. Il est effectué par des jeunes hommes pour fêter leur passage à l’âge adulte. Cette barbarie est la meilleure preuve qu’ils sont devenus adultes.


Le « jouet » servant à ce rite de passage n’est autre que le dauphin « CALDERONE », un dauphin très intelligent et sociable qui s’approche des gens par curiosité et sympathie.


Qu’en pensez-vous ? Laissez un commentaire !


Mar 10 2010

Kayakathlon du 3/02/2010

Publié par bebel971 dans EPS, UNSS      

Voici enfin les Photos !

Epreuves :

1 triathlon minime (Natation : 100m ; Kayak : 200m ; Course : 1km)

1 triathlon cadet-junior (Natation : 200m ; Kayak : 400m ; Course 2km)

1 tri-relais (Natation : 250m ; Kayak : 400m ; Course : 2km)

Etablissements présents : Collège front de mer (Lauricisque) ; Lycée Gerville Réache ; Collège Bebèl ; collège Carnot

.

Départ cadets et juniors

.

Discussions avant le départ

.

Explications des parcours

La pression monte.

Le hors-bord pour la sécurité

Quelques participants.

Natation cadets et juniors

...encore eux..

.

...et encore.

...le réconfort

.


Mar 10 2010

L’Assemblée nationale

Publié par bebel971 dans Education civique      

assemblee nationale

Allez sur le le site www.assemblee-nationale.fr/histoire et découvrez l’histoire de l’Assemblée nationale et des institutions françaises.


Mar 10 2010

Brevet/Français : Bien écrire, bien rédiger une rédaction

Publié par bebel971 dans Brevet, conseils, Conseils aux élèves, Français      

1. Lire et relire la consigne : ce conseil tout bête peut vous éviter le hors-sujet et donc une note en dessous de la moyenne ! Il vaut mieux perdre 5 minutes à relire le sujet.

2. Faire un brouillon : organisez vos idées sur un brouillon, faites un plan. Parfois, la consigne donne des indices sur l’organisation du plan.

3. Introduction : il faut toujours faire une introduction. Celle-ci ne doit-être ni trop longue ni trop courte.

Argumentation : si le sujet est une argumentation, l’introduction doit donner une idée de votre plan.

Récit : si vous devez rédiger un récit, l’introduction présente l’histoire, plante le décor.

Portrait, description : pour un portrait, comme pour une description, l’introduction présente ce que vous allez décrire.

4. Conclusion : elle est également indispensable. Elle achève un récit, elle résume vos idées dans le cas d’une argumentation. Cependant, elle peut aussi servir d’ouverture vers un sujet proche, et prendre la forme d’une question…

5. Développement : le développement est le plus gros du travail.

Pour bien réussir, il y a quelques règles à savoir :

Alinéas : on commence toujours un nouveau paragraphe par un alinéa, c’est-à-dire par un écart, un espace entre la marge et le premier mot du paragraphe.

Sauter une ligne : lorsque que l’on change totalement de sujet ou d’idée, on saute une ligne pour écrire le nouveau paragraphe.

Connecteurs : lorsque l’on passe d’un paragraphe à un autre, il ne faut pas oublier que ce qu’on écrit n’est pas une suite de paragraphes sans liens mais un texte entier. On écrit un ensemble de paragraphes qui sont liés les uns aux autres, même s’ils ont des sujets différents.

Pour lier les paragraphes et les idées, on utilise donc des connecteurs, c’est-à-dire des mots de liaison ou de transition. Ces connecteurs peuvent servir à comparer des éléments, à ajouter un élément, à justifier quelque chose, à expliquer un argument ou une situation, à conclure, à introduire, à illustrer…

Exemples de connecteurs : et, de plus, d’ailleurs, d’une part, d’autre part, aussi, donc, alors, non seulement… mais encore, en réalité, parce que, car, puisque, étant donné que, en effet, premièrement, deuxièmement, d’abord, avant tout, afin que, pour que, grâce à, sans doute, par exemple, ensuite, après….

Arguments : lorsque vous argumentez, essayez d’organiser votre texte de façon à donner les arguments les plus convaincants en dernier. Commencez par le moins important pour terminer par celui qui vous semble le plus percutant.

Temps : regardez-bien les temps des verbes que vous avez employés. Est-ce qu’ils sont correctement utilisés? (sinon, révisez la valeur des temps).

Style : faites attention au style, aux registres de langue lorsque vous écrivez! Si vous écrivez de façon soutenue, n’employez pas juste après des expressions familières et vice versa. De même, faites attention à ne pas écrire comme vous parlez : on a tendance, par exemple, à dire « je sais pas » mais on doit écrire « je ne sais pas ».

6. Lire et relire : maintenant que vous avez bien suivi ces conseils et rédigé votre travail, relisez-le attentivement. Faites comme si vous lisiez le texte de quelqu’un d’autre, dans un journal ou un roman; si vous trouvez que c’est intéressant et surtout agréable à lire, vous pouvez déjà être fier de vous!

7. Orthographe : si le devoir que vous faites est à faire à la maison, profitez des outils autour de vous tels que le dictionnaire, Internet ou même vos parents ou amis. Si le devoir est à faire en classe, regardez surtout vos accords (sujet accordé avec le verbe, adjectif accordé avec le nom, accord avec les auxiliaires être et avoir…) et le temps des verbes. En effet, si vous écrivez mal un mot, c’est que vous ne le connaissez peut-être pas vraiment et vous êtes excusables, par contre les règles d’accords sont toujours les mêmes et vous n’avez donc pas d’excuse.

8. Bon courage!


Mar 8 2010

Journée internationale de la femme

Publié par bebel971 dans Actualité      

La journée internationale des droits de la femme (ou journée internationale de la  femme) est célébrée le 8 mars et trouve son origine dans les manifestations de femmes au début du XXe siècle en Europe et aux États-Unis, réclamant l’égalité, de meilleures conditions de travail et le droit de vote. Elle a été officialisée par les Nations unies en 1977, invitant chaque pays de la planète à célébrer une journée pour les droits des femmes.

C’est une journée de manifestations à travers le monde : l’occasion de revendiquer l’égalité, de faire un bilan sur la situation des femmes dans la société. Traditionnellement les groupes et associations de femmes militantes préparent des manifestations partout dans le monde, pour faire aboutir leurs revendications, améliorer la condition des femmes, fêter les victoires et les avancées.

.

Fichier:8marchrallydhaka (55).JPG

Mobilisation féministe à Dhaka au Bangladesh

.

Ecoutez le message de M. Ban Ki-moon, Secrétaire général de l’ONU


Mar 5 2010

Le temps des poètes 2010

Publié par bebel971 dans Actualité, Français      

Le temps des poètes du 1er au 13 mars 2010

Du 1er au 13 mars 2010 se déroulera la 11ème édition du « temps des poètes »

qui  rend hommage au poète guadeloupéen Max Rippon et au poète haïtien Anthony Phelps.

Cette manifestation a pour objectif de sensibiliser les publics scolaires à la poésie qu’elle appartienne au patrimoine ou qu’elle soit issue de la création la plus contemporaine.

Cette année, comme les années précédentes, un disque compact audio, réalisé en partenariat avec la DRAC Guadeloupe, accompagné d’un livret édité par le CRDP  de la Guadeloupe, associera la poésie et la musique.

Des actions telles que des correspondances avec les poètes, des ateliers de poésie, des brigades d’intervention poétique, « un jour, un poème », des arbres à poèmes… seront mises place dans les établissements scolaires afin de favoriser l’ouverture du regard des élèves sur la poésie et d’encourager la lecture des poèmes comme pratique culturelle.

Au niveau national, le « Printemps des poètes » se déroulera du 8 au 21 mars 2010 sur le thème « Couleur femme ». Il sera dédié au poète Andrée Chédid.


Mar 3 2010

Expression libre : des messages d’espoir et de soutien

Publié par bebel971 dans Actualité      

Lors de la journée Haïti les élèves du collège Bébel ont adressé des messages de  soutien au peuple haïtien en souffrance.

.

Photo 2010 364

.

Photo 2010 369

.

Photo 2010 367.

Photo 2010 366

.

Photo 2010 371