Hommage à Max Rippon poète Marie-Galantais (suite)

Ma déchirure

Le jour s’est levé
Plus timide qu’à son ordinaire
Le soleil s’est porté pâle
Ce matin de novembre

Ma mère m’a réveillé…
Infinie douceur à mes oreilles endormies

Mon père m’a furtivement embrassé
Sans questionner mes yeux inquiets

J’avais quatre ans à peine…

Ma mère a soigneusement savonné mon corps
Des larmes de joie coulaient
Le long de mes joues creuses…
Mon corps luisant
Donnait à ma peau une brillance peu commune

Deux dames sont venues
me prirent la main sans oser me connaître

L’une m’a collé de force
Contre la tiédeur de ses seins
L’autre me souriait en silence

J’avais quatre ans à peine…
J’ai été sevré de la vie de mes pairs

Adieu plaines immenses de l’Artibonite inconsolée
Adieu Cité soleil grouillante de soucis trop lourds
Marché Salomon adieu…
Sauve qui peut obligé
adieu !

Je quitte et fuis mon pays sans au revoir
à reculons
Je brade mes amitiés légitimes
Sans avoir le temps…
de les éprouver
Je déserte ma terre en dissident coupable

Je suis la fleur sauvage taillée au cutter
Et ma sève gicle et geint aux alentours
Je suis cette pièce d’ébène
A rouler dans les draps de l’oubli

J’avais quatre ans à peine…

Reverrai-je un jour
Mon Haïti chérie…
Terre ingrate qui me laisse expulser
Comme un crachat mauvais

Terre aride aux mamelons flasques

Ton lait tari creuse des sillons de misère
Dans les cheveux blanchis de ma mère

Adieu cierges dressés
Limitant la cime des mornes rasés
Adieu rizières en soifs

Je demande pardon à vos échines courbées
A vos chairs humiliées
Je fais l’inventaire de vos os décharnés
Hommes de trait des hauteurs de Delmas

J’avais quatre ans à peine…
Ils m’ont adopté
J’étais tout en pleurs
Quand ils m’ont emporté
Vers des ailleurs nouveaux
Laissant peser lourdes
Mes inquiétudes d’enfant
Dans mon cœur blessé à vif

.

Max Rippon

.

Sur la route de Dillon
aux milliers de voix d’espérance

Mon ancrage dans les plis creux des sillons brûlés de ma glaise sans voix
N’est pas ce boulet lourd aux pieds que l’on croit
Pareil au plomb lestant la quille du plus chétif des esquifs
J’ai attendu le jour venu  pour porter ma proue naïve à l’avant des vagues lardées
J’ai attendu le jour de mes ailes assez fortes
De mon cri plus puissant libéré de ses tisons en feu
Pour faire le cadastre des océans capricieux
Mosaïques d’écumes étanchant mes soifs
Et si je songe aux rives du fleuve Niger
Et si je fais mes ablutions dans ses eaux si familières
Et si je fais face au regard si perçant des Dogons
Et si je prends place à la tablée de Tombouctou
C’est pour tester à la lumière du phare d’Alexandrie
Le chemin balisé par la ruse des Nubiens chevauchant les felouques de Philae
Je proclame à travers toi Césaire Aimé
Mes identités d’Alcyon Cove à Altamira
De Kamel Kissing à la Mitad del Mundo
De Bambara à Tivoli de Damas à Calcutta
Car je suis moi aussi de ces ailleurs
Car je suis ce quantième du monde…
Ne regardez pas la puissance du tanin qui a fait brunir ma peau
Ouvrez mon cœur avec la délicatesse de vos scalpels d’ivoire
Pour entendre ma voix vous chanter le langage des genèses
Que j’ai conservé si longtemps au chaud sous mes pas
Me voilà revenu à la vie mon innocence drapée dans ce boubou en basin brodé
Que tes mots ont tissé tout exprès ces jours derniers
Me voilà paumes offertes docile à tes commandements
Disponible pour tes engagements
Hostile à tout renoncement…
J’accepte la force que tu me donnes
D’aller au bout de mes forces

Je ne me dérobe point à l’urgence de faire rebondir la parole de morne en morne
Offrande dévêtue de tout artifice
Immédiatement digeste aux faims les plus prestes
Comme le plus paisible des bols alimentaires
Donnez à mon amylase la puissance de mâcher chaque degré difficile
Pour enfin fouler de mes pieds joints l’ultime bordée de l’horizon

qui fait encore distance

Max Rippon le 22 avril 2008

Nou pa ka sanm mé nou ansanm

Sété an 67
Mwa di mé té paré pou viré bout
Pyé flanboyan té ka pété boukan an bwa savann
Yo volé fèt aw manman pou dé fran nou mandé
Yo fè dé zyé a manman-zanfan koulé san an ravin
Yo fè nou téré-séré lanmò an makout sèl san sonné
Gèl pé zyé sèk…nou mété pléré atè
Kwa si bouch dlo bwak ka chayé zyé alé

Moun ka trapé lanmò…moun ki moun payé atè kon sann
Nou valé doulè floup kon gonmbo ka kapwé lafen
Nou gobé bal a fizi yo ban nou pou plen-vant
Nou kraché brèy atè an dépant a dalo
Ti-wèt é lakou sèvi san an nou
Chimen ka menné lavi bout an péyi-pé-bouch

Nou ni pou sonjé 27 mé…swasantsèt
Pousyè ki an bwa pa touvé branch pou pozé kò
Tout foufou rété lanké ka fè lantèn si laplas
Sonjé pilo vol gwo mouch blé balonné ék san kayé
Sonjé sété an mé 67
Zanfan lékòl té paré mèt sak pran pòz anba wòch

On sèl po…po…popo…pach
Képi rouj ka payé koutyanm si vi an nou
On nonm bòsko tchansé
Zo chikayé an ti-zing é zobèl
Mwèl koulé désann jik an chivi
Sèvèl payé chwa an tif cho
Manglo blo blo blo
Yonn dé yonn dé
Blo blo blo

Sonjé mé 67 kanmarad
Po…popo…wa-ya-yay
Képi rouj ban nou lèstonbé pou sa ki tan nou
Prèmyé hèlp sonné san sonnkès
Konpè Nèstò tonbé anba bal a fizi a yo
Konmen négyon arèsté viv lavi adan on sèl fap-fap
Bouch fann an wayayay…
Kokozyé gran ouvè ka fixzé niyaj

On déziyèm kou pété bim-bo-po
Sé Pincemail ki pasé pa may
Konmen ki pèdi lavi anba bal a fizi ka flangé kò
Lakou Monbrino anvlimé ka pran difé
Anmwé
Anmwé
Anmwé

Nèg ka trapé lanmò san mandé
Pon a Matlo ka koulé san kon rivyè anrajé
San kayé ka ba mouch manjé an koulé
Manglo kòchté an panchinn a Tarèt an tout ti wèt
Kon rat aladébandad

On fòlman krout a pawòl kwa si bouch ka monté-désann san souf
Mé swasantsèt
Mi dalo san fwé an boulvès
Mé swasantsèt
Ka pran palaviré an mémwa an mwen
Lapenn ka chayé doulè chouboulé bouch apiyé si zòrèy
Bobo ankavé san simé san
Ka fè lèd an tout kò an mwen
Sèvèl an mwen ni mak si mak

Mak a lètch a yo ka fè hokèt an lèstonmak an mwen
Lé an ka tòtyé kou viré do fè dékont a kadav ka pit anba sòlèy
An konté blès yo maké kon chimen-chyen si po an nou
An kontré pawòl moun woufizé palé ka viré mwen do

Zanfan péyi-la
Zòt ki ni lèspwa an pawtaj
Si ni on sèl jou nou pépa las sonjé
Si ni on jou pou nou kwazé jounoun atè
Èk lonnè épi rèspé…
Si ni on jou ki plis jou ki tout dòt jou ka fè latè pèd fréchè
Sé 27 mé 67…
Jou bal a fizi a yo pozé krankran si nou pou
Difé liminé lannwit bougo

Dépi mwa di mé ka rivé
Fwè-gogo an mwen
Chak fwa lanmè-kwazé paka fè wach prangad
É silan bousyè ka pran laplas
Sé takatak a fizi anrajé ka opozé mwen pran sonmèy

Mwa-d-mé-lasa nou ka palé-la pa réisi viré bò
Pou jwen pran lanmen é vakans pozé lank…an péyi Gwadloup
Yo fòsé nou téré sa ki tonbé an tè-gras san nich ni sonné
Yo fòsé nou fouré anba tè é lapenn é mizè  é kòlè é doulè
Nou téré san sonné ki jenn ki avòté
É nou hélé-toufé anmwé an tòch sèk san nòz bouch dékoud

Nennenn
Manman
Dada
Sésé vou osi

Zòt ki kaskòd si lavi èvè kip épi manfou ka sèvi lansan
Dé lèv an mwen rété soudé kon dé gwo kéloyid ka souri on ti rizèt òksidé
An plen mitan figi an mwen kon chajman penn sivoké
Si sé jòdijou sèlman an ka maké pòz poèm-lasa
Pa pougalé mwen pa foré ni fè rétif douvan mwen
Lésé mwen pran chans koumansé détòtyé boyo an mwen

Max RIPPON le 31/12/2007


Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.