Bébel : Un collège UNESCO

Collège Bébel

rue Grignan
97115 Sainte RoseTél : 05 90 28 70 83
Fax : 05 90 28 76 08
Email : ce.9710023y@ac-guadeloupe.fr Académie : Guadeloupe
Collège Bebel
Présentation :

Le collège Bebel, situé dans la commune de Sainte Rose, au lieu dit Bébel, est un collège associé UNESCO, il est implanté à quelques 800 mètres du centre ville, dans un milieu rural en plein développement.

La population du collège est en constante augmentation. La population scolaire est majoritairement issue d’une classe sociale défavorisée, d’où la nécessité d’enrichir l’univers des élèves par des activités scolaires et extra-scolaires. Il nous a semblé nécessaire de modifier le comportement des élèves vers plus de civisme, de responsabilité et de respect de l’école, de l’autre et de l’environement.

Notre établissement compte également une classe relais, une S.E.G.P.A. et un C.I.P.P.A. (Cycle d’Insertion Professionnelle par Alternance).

Le réseau des écoles associées à l’UNESCO (réSEAU) est un laboratoire pédagogique est au service de la paix et du développement durable


image_article_qsn_1 image_article_qsn_2
image_article_qsn_3 image_article_qsn_4

1- Qu’est-ce qu’une école associée ?

Un établissement scolaire (de la maternelle à l’institut de formation des enseignants, en passant par les écoles primaires et secondaires), ancré dans le système éducatif de chaque pays, qui a inscrit dans son projet d’établissement des actions éducatives pluridisciplinaires, à visée internationale. Ces actions répondent aux enjeux suivants :

  • éducation à la paix et aux droits de l’homme (voir un exemple)
  • éducation au développement durable et à l’environnement (voir un exemple)
  • problèmes mondiaux (solidarité internationale) (voir un exemple)

2- Où sont-elles implantées ?

Aujourd’hui, les écoles associées à l’UNESCO sont présentes dans 177 pays, regroupant près d’un million d’enseignants et plusieurs millions d’écoliers dans 8 000 établissements scolaires. En France, il y en a 189.

La CNFU

La coordination nationale du réSEAU est un service de la Commission nationale française pour l’UNESCO

La Commission française a été créée par un décret qui en établit la composition : membres élus par les groupements éducatifs, scientifiques et culturels, personnalités désignées par le gouvernement, représentants du Parlement, des grands corps de l’état, de l’administration, des principales institutions et organismes oeuvrant dans les domaines de compétence de l’UNESCO. Elle exprime ainsi, par rapport aux grands objectifs de l’UNESCO, les attentes de la communauté intellectuelle française et des ministères représentés en son sein. Ces attentes, qui se traduisent par autant de propositions formulées pour les programmes de l’UNESCO, se manifestent également dans son propre programme d’activités, qui comprend notamment des études et des publications, ainsi que l’organisation de rencontres nationales et internationales.

L’une des principales missions de la Commission nationale est de contribuer à l’influence intellectuelle de la France à l’UNESCO. Elle constitue en ce sens un réservoir d’expertise de haut niveau, ainsi qu’un lieu d’échange d’idées et d’élaboration de propositions destinées à nourrir, à enrichir et à renouveler les programmes de l’Organisation internationale, par rapport à des priorités comme la construction de sociétés du savoir, la bioéthique ou le développement durable, l’éducation pour tous ou le développement de l’enseignement supérieur, la diversité culturelle ou la sauvegarde du patrimoine sous toutes ses formes.

Dans un mouvement inverse, et en quelque sorte symétrique, la Commission nationale s’efforce de promouvoir l’influence de l’UNESCO et de ses valeurs auprès de la société française. Cela implique des actions d’information et de sensibilisation sur l’UNESCO et sur les grands débats qui s’y déroulent. Cela se traduit aussi par le développement de nombreuses coopérations, en particulier avec les acteurs du milieu associatif et du secteur privé. La Commission nationale accorde une importance toute particulière à la sensibilisation du public scolaire en coordonnant et en animant le réseau des écoles associées à l’UNESCO ainsi qu’en assurant la liaison avec les clubs UNESCO par le biais de leur fédération nationale.

Pour l’ensemble de ses activités, la Commission nationale s’attache à impulser et à mettre en œuvre des coopérations internationales dans les domaines de compétence de l’UNESCO. En particulier, elle entretient des relations suivies avec les autres commissions nationales, qui se traduisent par des consultations régulières sur les activités de l’UNESCO dans chaque pays ou par le lancement de projets conjoints. Des partenariats durables ont également été établis avec d’autres organisations internationales oeuvrant dans les domaines de l’éducation, de la science, de la culture et de la communication, comme le Conseil de l’Europe et l’Organisation intergouvernementale de la Francophonie.

logo_cnfu

L’UNESCO

Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science, la Culture

Créée en 1946 selon l’idée majeure que : « les guerres prenant naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix », cette organisation internationale a pour but de contribuer au maintien de la paix et de la sécurité en resserrant, par l’éducation, la science, la culture et la communication, la collaboration entre nations.

Elle remplit quatre fonctions principales :

  • encourager la coopération intellectuelle internationale
  • contribuer à l’élaboration du droit international
  • fournir une assistance opérationnelle aux Etats membres
  • promouvoir la paix, le respect des droits de l’homme et la compréhension mutuelle entre les peuples.

L’UNESCO, en tant qu’organisation internationale, prend appui, dans chaque Etat membre, sur des institutions ou des réseaux nationaux.

En France :

En savoir plus

logo_unesco_fr

Les actions menées par le réSEAU
s’inscrivent dans cinq grands domaines.

L’éducation à la paix et aux droits de l’homme

L’éducation à la paix et aux droits de l’homme fait partie intégrante du droit à l’éducation. La connaissance des droits et libertés est considérée comme un outil fondamental afin de garantir le respect des droits de tous. L’éducation doit inclure des valeurs telles que la paix, la non-discrimination, l’égalité, la justice, la non-violence, la tolérance et le respect de la dignité humaine.

L’éducation au développement durable et à l’environnement

Le développement durable consiste à répondre « aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs». Un important effort éducatif dans ce domaine encourage les changements de comportements afin de créer un avenir meilleur du point de vue de l’intégrité de l’environnement, de la viabilité économique et d’une société juste pour les générations présentes et futures.

L’éducation aux problèmes mondiaux et à la solidarité

L’analyse de problèmes tels que la faim dans le monde, la maladie, le chômage, la pollution, l’analphabétisme, l’identité culturelle, la condition de la femme, la démographie, le V.I.H. / SIDA (pour n’en citer que quelques-uns) est proposée aux élèves qui tentent de mesurer les répercussions de ces problèmes à l’échelle locale, nationale et internationale. Ils sont également invités à s’impliquer de façon concrète dans des projets de solidarité nationale et i

L’apprentissage interculturel

L’apprentissage interculturel se fixe pour objectif d’inciter les jeunes du monde entier à vivre ensemble. Il s’agit pour eux de participer et de coopérer dans des sociétés de plus en plus multiculturelles. Ils apprennent à comprendre d’autres peuples et leurs histoires, leurs traditions, leurs croyances, leurs valeurs et leurs cultures et, au-delà, à développer tolérance et respect. Cet apprentissage propose de valoriser la différence et la diversité, afin d’aider les jeunes à tenter de bannir les situations de tension, d’exclusion, de conflit et de violence.

L’éducation au patrimoine

L’éducation des jeunes au patrimoine mondial de l’UNESCO cherche à encourager la participation des décideurs de demain à la conservation du patrimoine et à répondre aux menaces permanentes qui pèsent sur notre patrimoine. Cet apprentissage fournit aux jeunes les connaissances suffisantes, les compétences, le réseau et la possibilité de s’impliquer dans la protection du patrimoine mondial à un niveau local et international. De nouvelles approches pédagogiques sont mises en place pour mobiliser les jeunes à participer activement à la promotion du patrimoine mondial.



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.