Mar 22 2010

Hommage à Max Rippon poète Marie-Galantais (suite)

Publié par bebel971 dans Temps des poètes      

Ma déchirure

Le jour s’est levé
Plus timide qu’à son ordinaire
Le soleil s’est porté pâle
Ce matin de novembre

Ma mère m’a réveillé…
Infinie douceur à mes oreilles endormies

Mon père m’a furtivement embrassé
Sans questionner mes yeux inquiets

J’avais quatre ans à peine…

Ma mère a soigneusement savonné mon corps
Des larmes de joie coulaient
Le long de mes joues creuses…
Mon corps luisant
Donnait à ma peau une brillance peu commune

Deux dames sont venues
me prirent la main sans oser me connaître

L’une m’a collé de force
Contre la tiédeur de ses seins
L’autre me souriait en silence

J’avais quatre ans à peine…
J’ai été sevré de la vie de mes pairs

Adieu plaines immenses de l’Artibonite inconsolée
Adieu Cité soleil grouillante de soucis trop lourds
Marché Salomon adieu…
Sauve qui peut obligé
adieu !

Je quitte et fuis mon pays sans au revoir
à reculons
Je brade mes amitiés légitimes
Sans avoir le temps…
de les éprouver
Je déserte ma terre en dissident coupable

Je suis la fleur sauvage taillée au cutter
Et ma sève gicle et geint aux alentours
Je suis cette pièce d’ébène
A rouler dans les draps de l’oubli

J’avais quatre ans à peine…

Reverrai-je un jour
Mon Haïti chérie…
Terre ingrate qui me laisse expulser
Comme un crachat mauvais

Terre aride aux mamelons flasques

Ton lait tari creuse des sillons de misère
Dans les cheveux blanchis de ma mère

Adieu cierges dressés
Limitant la cime des mornes rasés
Adieu rizières en soifs

Je demande pardon à vos échines courbées
A vos chairs humiliées
Je fais l’inventaire de vos os décharnés
Hommes de trait des hauteurs de Delmas

J’avais quatre ans à peine…
Ils m’ont adopté
J’étais tout en pleurs
Quand ils m’ont emporté
Vers des ailleurs nouveaux
Laissant peser lourdes
Mes inquiétudes d’enfant
Dans mon cœur blessé à vif

.

Max Rippon

.

Sur la route de Dillon
aux milliers de voix d’espérance

Mon ancrage dans les plis creux des sillons brûlés de ma glaise sans voix
N’est pas ce boulet lourd aux pieds que l’on croit
Pareil au plomb lestant la quille du plus chétif des esquifs
J’ai attendu le jour venu  pour porter ma proue naïve à l’avant des vagues lardées
J’ai attendu le jour de mes ailes assez fortes
De mon cri plus puissant libéré de ses tisons en feu
Pour faire le cadastre des océans capricieux
Mosaïques d’écumes étanchant mes soifs
Et si je songe aux rives du fleuve Niger
Et si je fais mes ablutions dans ses eaux si familières
Et si je fais face au regard si perçant des Dogons
Et si je prends place à la tablée de Tombouctou
C’est pour tester à la lumière du phare d’Alexandrie
Le chemin balisé par la ruse des Nubiens chevauchant les felouques de Philae
Je proclame à travers toi Césaire Aimé
Mes identités d’Alcyon Cove à Altamira
De Kamel Kissing à la Mitad del Mundo
De Bambara à Tivoli de Damas à Calcutta
Car je suis moi aussi de ces ailleurs
Car je suis ce quantième du monde…
Ne regardez pas la puissance du tanin qui a fait brunir ma peau
Ouvrez mon cœur avec la délicatesse de vos scalpels d’ivoire
Pour entendre ma voix vous chanter le langage des genèses
Que j’ai conservé si longtemps au chaud sous mes pas
Me voilà revenu à la vie mon innocence drapée dans ce boubou en basin brodé
Que tes mots ont tissé tout exprès ces jours derniers
Me voilà paumes offertes docile à tes commandements
Disponible pour tes engagements
Hostile à tout renoncement…
J’accepte la force que tu me donnes
D’aller au bout de mes forces

Je ne me dérobe point à l’urgence de faire rebondir la parole de morne en morne
Offrande dévêtue de tout artifice
Immédiatement digeste aux faims les plus prestes
Comme le plus paisible des bols alimentaires
Donnez à mon amylase la puissance de mâcher chaque degré difficile
Pour enfin fouler de mes pieds joints l’ultime bordée de l’horizon

qui fait encore distance

Max Rippon le 22 avril 2008

Nou pa ka sanm mé nou ansanm

Sété an 67
Mwa di mé té paré pou viré bout
Pyé flanboyan té ka pété boukan an bwa savann
Yo volé fèt aw manman pou dé fran nou mandé
Yo fè dé zyé a manman-zanfan koulé san an ravin
Yo fè nou téré-séré lanmò an makout sèl san sonné
Gèl pé zyé sèk…nou mété pléré atè
Kwa si bouch dlo bwak ka chayé zyé alé

Moun ka trapé lanmò…moun ki moun payé atè kon sann
Nou valé doulè floup kon gonmbo ka kapwé lafen
Nou gobé bal a fizi yo ban nou pou plen-vant
Nou kraché brèy atè an dépant a dalo
Ti-wèt é lakou sèvi san an nou
Chimen ka menné lavi bout an péyi-pé-bouch

Nou ni pou sonjé 27 mé…swasantsèt
Pousyè ki an bwa pa touvé branch pou pozé kò
Tout foufou rété lanké ka fè lantèn si laplas
Sonjé pilo vol gwo mouch blé balonné ék san kayé
Sonjé sété an mé 67
Zanfan lékòl té paré mèt sak pran pòz anba wòch

On sèl po…po…popo…pach
Képi rouj ka payé koutyanm si vi an nou
On nonm bòsko tchansé
Zo chikayé an ti-zing é zobèl
Mwèl koulé désann jik an chivi
Sèvèl payé chwa an tif cho
Manglo blo blo blo
Yonn dé yonn dé
Blo blo blo

Sonjé mé 67 kanmarad
Po…popo…wa-ya-yay
Képi rouj ban nou lèstonbé pou sa ki tan nou
Prèmyé hèlp sonné san sonnkès
Konpè Nèstò tonbé anba bal a fizi a yo
Konmen négyon arèsté viv lavi adan on sèl fap-fap
Bouch fann an wayayay…
Kokozyé gran ouvè ka fixzé niyaj

On déziyèm kou pété bim-bo-po
Sé Pincemail ki pasé pa may
Konmen ki pèdi lavi anba bal a fizi ka flangé kò
Lakou Monbrino anvlimé ka pran difé
Anmwé
Anmwé
Anmwé

Nèg ka trapé lanmò san mandé
Pon a Matlo ka koulé san kon rivyè anrajé
San kayé ka ba mouch manjé an koulé
Manglo kòchté an panchinn a Tarèt an tout ti wèt
Kon rat aladébandad

On fòlman krout a pawòl kwa si bouch ka monté-désann san souf
Mé swasantsèt
Mi dalo san fwé an boulvès
Mé swasantsèt
Ka pran palaviré an mémwa an mwen
Lapenn ka chayé doulè chouboulé bouch apiyé si zòrèy
Bobo ankavé san simé san
Ka fè lèd an tout kò an mwen
Sèvèl an mwen ni mak si mak

Mak a lètch a yo ka fè hokèt an lèstonmak an mwen
Lé an ka tòtyé kou viré do fè dékont a kadav ka pit anba sòlèy
An konté blès yo maké kon chimen-chyen si po an nou
An kontré pawòl moun woufizé palé ka viré mwen do

Zanfan péyi-la
Zòt ki ni lèspwa an pawtaj
Si ni on sèl jou nou pépa las sonjé
Si ni on jou pou nou kwazé jounoun atè
Èk lonnè épi rèspé…
Si ni on jou ki plis jou ki tout dòt jou ka fè latè pèd fréchè
Sé 27 mé 67…
Jou bal a fizi a yo pozé krankran si nou pou
Difé liminé lannwit bougo

Dépi mwa di mé ka rivé
Fwè-gogo an mwen
Chak fwa lanmè-kwazé paka fè wach prangad
É silan bousyè ka pran laplas
Sé takatak a fizi anrajé ka opozé mwen pran sonmèy

Mwa-d-mé-lasa nou ka palé-la pa réisi viré bò
Pou jwen pran lanmen é vakans pozé lank…an péyi Gwadloup
Yo fòsé nou téré sa ki tonbé an tè-gras san nich ni sonné
Yo fòsé nou fouré anba tè é lapenn é mizè  é kòlè é doulè
Nou téré san sonné ki jenn ki avòté
É nou hélé-toufé anmwé an tòch sèk san nòz bouch dékoud

Nennenn
Manman
Dada
Sésé vou osi

Zòt ki kaskòd si lavi èvè kip épi manfou ka sèvi lansan
Dé lèv an mwen rété soudé kon dé gwo kéloyid ka souri on ti rizèt òksidé
An plen mitan figi an mwen kon chajman penn sivoké
Si sé jòdijou sèlman an ka maké pòz poèm-lasa
Pa pougalé mwen pa foré ni fè rétif douvan mwen
Lésé mwen pran chans koumansé détòtyé boyo an mwen

Max RIPPON le 31/12/2007


Mar 17 2010

Temps des poètes « couleur femme »

Publié par bebel971 dans Danse, Français, Temps des poètes      

Le 18 mars 2010 à 18H30  à Pointe A Pitre  :  SCDUAG. Bibliothèque universitaire de Guadeloupe


Temps des poètes « couleur femme »

Dans le cadre du Temps des poètes « couleur femme » La Bibliothèque Universitaire et la Commission culturelle du Pôle Universitaire Guadeloupe vous invitent à un N’KA SLAMIK avec la slameuse NEFTA autour de son recueil « les bleus de l’existence »

Accompagnée Stephane Nabajoth, instrumentiste, et de Florence NAPRIX, choriste.

Slameurs et musiciens, venez déclamer et partager ce moment de poésie L’UAG en partenariat avec la Ville de Pointe-à- Pitre et le CROUS


Mar 16 2010

Hommage à Antony Phelps (suite)

Publié par bebel971 dans Français, Temps des poètes      

« Ne révèle pas nos mots de passe »

(À Claudia, merveilleuse guide)

Je suis Venise blanche Venise.
Ô blonde oblongue femme
chroniqueuse de silhouettes
en trompe l’œil et attrapes.
Aucun dit mensonger
ne transmutera mes ors
en cuivre
algue ou calcaire.

Tu circules innocente et cendrée
dans mes blanches ruelles
ravives de tes lèvres
rotules et crânes
tessons prisons
de très ancienne barbarie.
Ta main gantée recueille flocons
et dessine sur mes pierres des noms de lieux.

Garde-toi bien de révéler nos mots de passe.
Ne traduis point pour étrangères oreilles
les soupirs de mes ponts.
Brouille les traces de tes pas
bien que la neige bavarde ne garde aucun secret.

Femme blonde
détentrice du mystère des asphodèles
la parole de l’aîné caraïbe
se refait gamme nouvelle.
Se mêlera-t-elle
aux dits de mes nombreux poètes ?
Portera-t-elle plus loin le couchant de l’Histoire ?

Quand tu t’avances consciente de ton rythme
et le berçant de la mathématique
du professeur critique
quand tu procèdes sur ma mémoire
et la lissant de ton talon
les regards s’illuminent sous le pont des voyeurs.

Femme blonde
guide de mes beautés
sous la boiterie de mon hiver
si tu es corde non pour te pendre
je suis archet pour te jouer.

Et chaque fois
que l’affection coule ses notes
dans la rousseur de Vivaldi
je t’inscris dans le silence
où ma musique refait sa pause.
Venise suis-je.
Blanche de neige.
Blanche tu es sous ton blond vénitien.

– Anthony Phelps
le 12 janvier 2002
nouvelle version 27 décembre 2002


Mar 13 2010

Temps des Poètes 2010 : Hommage à Max Rippon

Publié par bebel971 dans Français, Temps des poètes      

Max Rippon

Max Rippon est né le 29 février 1944 à Grand-Bourg (Marie-Galante). Son enfance se déroule à Grand-Bourg jusqu’à l’âge de onze ou douze ans quand il quitte son île pour aller à Point-à-Pitre, au Lycée Carnot.

Depuis il vit en Guadeloupe continentale. Et pourtant, comme forcené, il se définit et reste fondamentalement marie-galantais. Écrivain d’une grande rigueur, Max Rippon a le souci du détail vrai. Il dit de façon originale ce que chacun côtoie, voit, ressent, respire.

I have a Blues

J’ai donné à ma voix le tranchant de la faucille
J’ai donné à mes paroles la puissance des marteaux
Mon chant est demeuré ce long sanglot seul et triste
Usé sur l’enclume du temps qui passe sa paresse
Et pourtant l’espoir engage chaque arpent resté vif en moi
Voilà ma nuit de pleine lune venue à bout de mes matins neufs
Voilà la pluvine qui ruisselle et fait luire mon corps
Voilà le chemin rendu savonneux et plus glissant encor
Et ma lutte chaque jour plus rude
Et ma solitude accrochée au flanc des récifs
J’ai accepté de soumettre mon être aux souffrances des hommes
J’ai accepté en solitaire de gravir le morne le plus haut
Pour lire bien avant la route des quatorze détours
J’ai suivi ces tracés capricieux
Pour mener mes frères dans ces lieux paisibles que tu m’as indiqués
Et voilà qu’il pleut sur nous des larmes tièdes
Saumure tenace à la commissure de mes lèvres
Gland d’ancrage où se pose mon repos
J’ai peine à donner cadence aux espérances
J’ai peine à porter haut la voix à effilocher la paix des nuages
Pour convaincre le dernier des attardés
Et ma solitude accrochée aux portes béantes des avens
J’ai si souvent refusé d’être cette macula asservie
Qui lit le monde la nuit paupières closes
J’ai rêvé d’être à l’égal des autres hommes
Qui vont leur route le long les cannaies imberbes
Mais tu as voulu que je sois commissaire de ce peuple-là
Mais tu as voulu que je sois comptable soumis de ses errements
Et tu as voulu qu’avec mes seules mains nues
Je retourne la terre rêche pour faire fleurir les savanes inquiètes…
Je suis à ce point triste et point las de combattre la bombance des fromagers en rut
Je veux reforger l’acier dans lequel nous sommes trempés
Je veux connaître le jargon intime des galaxies
Pour lever l’unique route qui domine la crête des cyclones en feux
Je veux planter mon totem dans l’œil des tourbillons haineux
J’ai fait l’inventaire des étiers pour lier des espérances inabouties
Et ma solitude demeure accrochée à la barbe des vagues  furieuses
Donnez à mes mains  pouvoir de forger le destin des hommes à leur insu
Donnez à ma parole pouvoir d’apaiser ces silences grondants
Qui font trébucher nos pas lourds à porter
Donnez aussi à mon cœur force d’aimer le fossoyeur
Qui m’accordera la paix ultime
Au creux de cette terre que j’aurai tant aimée
Alors je rendrai aux matins tristes
La beauté d’une gouttelette de rosée
Suspendue au menton peureux de la feuille de siguine

Max Rippon

Cataplasme

Les hasards d’un commerce cupide
Nous a fait germer sur des rives distantes
Nous, long lasso d’îles chevauchant les failles profondes
Tétons hérissés dans les turquoises caraïbes
Te voilà Haïti Toma
Sœur blessée
Terre lardée
Linceul césarisé à vif
Si je devais parler de toi encore
Jumelle aride tant de fois éprouvée
J’épouserais le plus infime battement de ton cœur
Pour essorer tes plaintes résignées
Avec mon drap trop vieux, de hardes remisées
Les hasards de ce commerce cupide et honteux
A fait partition de terres soumises
Et ton sol tant de fois mis à rude partie
De sang asséché depuis si longtemps
S’est laissé briser en une seule semonce à sept degrés décomptés
Si je devais alors
Dire ma part de souffrances
Quand tes tripes le soir
S’étalent à même les flancs des coulées cathodiques
Je me ferais fils de Toma chérie
Délitant mes douleurs dans les rizières silencieuses de l’Artibonite inconsolée
Je me ferais messager vagabond des guerriers aphones
Pour chambouler la sieste des puissants
Je me voudrais buvard multiple, docile et poreux
Pour éponger tes larmes
Pour partager tes doutes et lever tes inquiétudes
J’interrogerais les lendemains lointains plongés dans la gorge des horizons
Pour donner à tes jours le meilleur du brillant des soleils
Je fermerais les yeux aux assauts des midis grondants
Pour t’inventer des aubes qui esquivent l’engourdissement du dernier angélus

Max Rippon « Une parole pour Haïti. Janvier 2010 »

Wi tan ka pasé

Menm si sé pou nou kouché do pou do
Bannou chofé po an kabann kanmenm
Doudou
Menm si sé pou nou kouché san dégoudi machwa
Annou kabanné on ti-gouté
San chastren niyaj ka ba sòlèy masko
Lapli fifiné si nan kaz ka ba tòl karès an do
Annou profité titak pou ba lanmou on ti chans lofé
Doudou
Lanné ki lanné ja filoché janmsé si nou
Ki fè lanvi rété pa ka réisi désann
Pli ba ki an bòdaj a lonbrik
Tan dja pasé si tan
Ki ba chak zobèl po a kò a-w
Gou ék lodè a lanmou ki rété lanké nèf é fwé an sèvèl an mwen
Kon gran-moman a dousin an fenfon ravin
Bèl tan pousyè tan pa ka rivé dolé…
Mi tan a kip épi élas rivé
Mi doulè é mi blès ka pran lanmen
Doudou sé fòs ka manké mwen pou an fè lèspri a-w pèd-tè
Jistan chofwèt a lanmou palanké nou an syèl douvan-jou
Doudou…
Nou sav sa nou sav é sé pousa kwa ka baré bouch

Max Rippon « Contribution à la journée du créole 2009 »


Mar 13 2010

Hommage à Anthony Phelps (suite)

Publié par bebel971 dans Français, Temps des poètes      
Mon Pays a un caillot de sang dans la gorge
Nous n’irons plus jouer à la marelle et lancer nos pions par-dessus le ciel de terre. Nous n’irons pas pêcher la lune au Quai Christophe Colomb.
Lorsque que j’ai appris qu’un tremblement de terre avait détruit ma ville natale, plusieurs passages de mon recueil : Mon Pays que voici, me sont revenus à la mémoire. Je ne me doutais pas, en 1965, qu’en écrivant cette marche poétique à l’intérieur de l’Histoire d’Haïti, je décrivais le drame qui frappe aujourd’hui mon Pays.
J’ignore encore si la maison familiale est restée debout, mais mes sœurs, neveux et nièce ont été épargnés. Certains amis manquent à l’appel. Plusieurs sont saufs. Mon appartement, dans mon ancienne station de radio Radio Cacique, a tenu le coup et abrite toujours mon lieu de mémoire.
Nos n’irons pas poser nos nasses dans le lit de la voie lactée pour piéger des étoiles doubles. Nous n’irons pas, le temps n’est plus au jeu nous avons dépassé le chant des marionnettes. Nous avons dépassé le chant de l’enfant-do. Et l’enfant ne dormira pas. Il fait un temps de veille. Mon Pays a un caillot de sang dans la gorge.
L’église de mon enfance a été détruite, le Sacré-Cœur. Mon collège a disparu, l’Institution Saint Louis de Gonzague. Qu’est devenu le Centre d’Art et ses collections ? Les lycées, universités et autres écoles n’existent plus. Tant de voix se sont tues à jamais ! Tant de victimes d’une aveugle colère de cette terre qui nous a portés !…
Entre la liane des racines tout un peuple affligé de silence se déplace dans l’argileux mutisme des abîmes et s’inscrivant dans les rétines le mouvement ouateux a remplacé le verbe. La vie partout est veilleuse.
En nous nos veines au sang tourné sur nous, le cataplasme de la peur et sa tiédeur gluante et notre peau fanée, doublée de crainte, comme un habit trop ample baille sur des vestiges d’hommes. La vie partout est en veilleuse. Ô mon pays si triste est la saison qu’il est venu le temps de se parler par signe.
Qui donc va me redessiner mon Pays ?
Nous n’avons plus de bouche pour parler nous portons les malheurs du monde et les oiseaux ont fui notre odeur de cadavre. Le jour n’a plus sa transparence et ressemble à la nuit. O mon Pays si triste est la saison qu’il est venu le temps de se parler par signe.
Merci à celles et ceux dont les gestes viennent soulager notre détresse et nous aident à nous relever.
Étranger qui marches dans ma ville, souviens-toi que la terre que tu foules est terre du Poète et la plus noble et la plus belle, puisqu’avant tout c’est ma terre natale.
À la table de concertation pour la reconstruction du pays, en plus de la voix des gros bailleurs de fonds, qu’on entende celle de Cuba, celle de la République dominicaine pour une réconciliation dans la dignité. Celles des créateurs. Que les citoyennes et citoyens des beaux quartiers et des quartiers défavorisés soient consultés. Plus jamais de bidonville.
Mais, qui dirigera un tel projet ? Déjà le grand voisin s’est clairement manifesté. Il a dépêché dix mille soldats du corps le plus aguerri, le plus brutal de l’armée états-unienne : les marines. Dix mille marines pour lutter contre les tremblements de terre ? Ou pour agrandir les bases qu’ils viennent d’installer en Colombie ? Presque cent ans après l’invasion d’Haïti par les marines, assistons-nous à une nouvelle forme d’interventionnisme au nom de l’aide humanitaire ?
Je me demande ô mon pays quelle main a tracé sur le registre des nations une petite étoile à côté de ton nom.
Yankee de mon cœur qui entres chez moi en pays conquis, Yankee de mon cœur qui viens dans ma caille parler en anglais qui changes le nom de mes vieilles rues, Yankee de mon cœur, j’attends dans ma nuit que le vent change d’aire.
Une fois de plus nous avons rendez-vous avec l’Histoire. Ne ratons pas cette opportunité de construire, sur cet immense malheur, une société plus juste où chacun aura sa place.
Réinventons un pays, pour que ce petit garçon et cette petite fille, qu’on a sortis des décombres, aient une ville où il fera bon vivre.
Après les pleurs et les douleurs, on entendra monter le chant qui séchera toutes tes larmes, ô mon beau Pays sans écho. On entendra monter le chant des enfants qui auront seize ans, à la prochaine pleine lune. Même si je dors sous la terre, leur chanson saura me rejoindre et je dirai dans un poème que j’écrirai avec mes os : Mon beau Pays ? Pas mort ! Pas mort !
Anthony Phelps

Mar 12 2010

Hommage à Anthony Phelps

Publié par bebel971 dans Actualité, Français, Temps des poètes      

Anthony Phelps, poète, romancier et diseur, est né à Port-au-Prince, Haïti, le 25 août 1928. Après des études de chimie et de céramique aux États-Unis et au Canada, il se consacre surtout à la littérature.

Anthony Phelps

En 1961 il fonde – avec les poètes Davertige, Serge Legagneur, Roland Morisseau, René Philoctète et Auguste Thénor – le groupe Haïti Littéraire et la revue Semences. Il met sur pied et anime la troupe de comédiens, Prisme, et réalise des émissions hebdomadaires de poésie et de théâtre à Radio Cacique, dont il est cofondateur.

Il publie trois recueils de poèmes, et collabore à divers journaux et revues.

Après un séjour dans les prisons du docteur-dictateur-à-vie, Anthony Phelps est contraint de s’exiler.

Établi à Montréal en mai 1964, il y fait du théâtre – scène, radio et télé – puis du journalisme. Il participe à la narration de plusieurs films.

Il réalise et produit une dizaine de disques de poésie de poètes haïtiens et québécois.

Plusieurs fois boursier du Conseil des Arts du Canada (bourse de création libre), il a obtenu, deux fois, le Prix de Poésie Casa de las Américas, Cuba.

Le 2 février 2001, Anthony Phelps reçoit du Ministère des Relations avec les citoyens et de l’Immigration (du gouvernement du Québec) une plaque en hommage, à l’occasion du forum « Encre noire, littérature et communautés noires ».

Son œuvre, soit une vingtaine de titres, est traduite en espagnol, anglais, russe, ukrainien, allemand, italien, japonais et certains de ses livres figurent au programme des études françaises de plusieurs universités des États-Unis dont : Princeton, Saint Michael’s College (Vermont) et Iowa State University.

En 1985, après vingt ans de service à la Salle des nouvelles TV de Radio Canada, il prends une retraite anticipée pour se consacrer entièrement à l’écriture.


Découvrez ce très grand poète en lisant et en écoutant le magnifique poème :



Écoutez l’auteur lire ce poème
en cliquant sur l’icone
Cliquez pour écouter la deuxième partie de « Mon Pays que Voici » dit par Anthony Phelps
(16,36 minutes)
tous droits réservés


.

« Mon Pays Que Voici »
(2e partie)

.

Je continue ô mon pays ma lente marche de
poète
un bruit de chaîne dans l’oreille
un bruit de houle et de ressac
et sur les lèvres un goût de sel et de soleil
Je continue ma lente marche dans les ténèbres
car c’est le règne des vaisseaux de mort

Ils sont venus à fond de cale
tes nouveaux fils à la peau noire
pour la relève de l’Indien au fond des mines
( Le dieu de l’Espagnol n’a point de préjugés
pourvu que ses grands lieux de pierres et de prières
soient rehaussés de sa présence aux reflets jaunes
peu lui importe la main
qui le remonte du ventre de la terre )
Et l’homme noir est arrivé
avec sa force et sa chanson
Il était prêt pour la relève
et prêt aussi pour le dépassement
Sa peau tannée défia la trique et le supplice
Son corps de bronze n’était pas fait pour l’esclavage
car s’il était couleur d’ébène
c’est qu’il avait connu
la grande plaine brûlée de liberté

Alors
pour que l’Indien suivi du chien muet
chasse l’oiseau chanteur dans le pays des abricots
avec la flèche protégée d’un tampon de coton
pour que le fils connaisse son père
et que la fille ne soit plus
une fontaine au bord des routes
et pour que l’homme soit respecté
et dans sa chair et dans sa foi
ce fut la Trouée Noire
et dans l’Histoire la haute brèche de couleur

Ô Pères de la Patrie
Précurseur Empereur Roi bâtisseur Républicain
Pères glorieux que je ne nommerai point
car tous mêmement avez droit à notre amour
ô Pères de la Patrie
accordez-nous le don du courage et de l’honneur

Je continue ô mon pays ma lente marche de poète
et je remonte lentement le lit de ton Histoire
avec dans la mémoire la noblesse de tes enfants

La terre avait atteint son angle de repos
et chaque pierre prise en sa couche d’argile
portait le Choeur immense et le grand jet du mât
la partition martiale et le drapeau tout neuf

Onze décades et une année
malgré tumulte et bruits de guerre
la pierre sans faille des fondations
ne roula point hors de sa glaise

Onze décades et une année
dans la douleur ou l’allégresse
dans le désordre ou dans la paix
l’argile tint la pierre neuve

Or un matin
le dieu de l’Espagnol
trouva d’autres adorateurs
et qui s’en vinrent
par la porte mouvante
avec en main le tissu étoilé
et dans la bouche une langue inconnue

Et un matin de sang trop vif
chut le grand mât et s’effondra le Choeur
La pierre incorruptible avait quitté sa couche

Et ce fut Pierre Sully
Et ce fut fort Capois
Et ce fut Marchaterre

En vain sur une porte
fut crucifié Charlemagne Péralte
et les cinq mille Cacos
en vain donnèrent leur sang
par toutes leurs blessures

Le dieu vert des yankees était plus for que les
loas

Et tout fut à recommencer
selon le rythme de leur vie
selon leur lois leurs préjugés

Et tout fut à recommencer
car un matin ils sont venus
ces protecteurs vêtus de jaune
nous enseigner avec la honte
la délation et la servilité

Et la leçon fut profitable
car dans ma lente marche de Poète
j’ai vu ô mon Pays tes enfants sans mémoire
dans toutes les capitales de l’Amérique
le coui tendu et toute fierté bue
genoux ployés devant le dieu-papier
à l’effigie de Washington

À quoi bon ce passé de douleurs et de gloire
et à quoi bon dix huit cent quatre

Ô mon Pays je t’aime comme un être de chair
et je sais ta souffrance et je vois ta misère
et me demande la rage au coeur
quelle main a tracé sur le registre des nations
une petite étoile à côté de ton nom

Yankee de mon coeur
qui bois mon café
et mon cacao
qui pompes la sève
de ma canne à sucre

Yankee de mon coeur
qui entres chez moi
en pays conquis
imprimes ma gourde
et bats ma monnaie

Yankee de mon coeur
qui viens dans ma caille
parler en anglais
qui changes le nom
de mes vieilles rues

Yankee de mon coeur
j’attends dans ma nuit
que le vent change d’aire

Je continue ô mon Pays ma lente marche de Poète
à travers les forêts de ta nuit
et le reflet de la Polaire
parmi l’essence et la sève
dénombrant sous l’écorce les cercles de l’aubier
Entre la liane des racines
tout un peuple affligé de silence
se déplace dans l’argileux mutisme des abîmes
et s’inscrivant dans les rétines
le mouvement ouateux a remplacé le verbe
La vie partout est en veilleuse

Le ciel s’est oxydé l’amour passé au laminoir
Il a poussé des champignons sur les étoiles
et la nuit sent le renfermé
Et nos doigts sont tranchants comme des lames
coupant le geste au ras de l’épiderme

En nous : nos veines au sang tourné
Sur nous : le cataplasme de la peur
et sa tiédeur gluante
et notre peau fanée doublée de crainte
comme un habit trop ample
bâille sur des vestiges d’homme

Semaine sans dimanche
Le maïs : sec comme la pierre
Le pain : tout en croûtons qui blessent
Les maisons closes les rues les places
livrées au vent
Et les fidèles de la résignation
agenouillés dans les églises

La vie partout est en veilleuse
La vie vécue à la campagne
La vie vécue à la grand’ville
La vie au bord des tables
Le long des sources
La vie vécue à l’ombre des églises
La vie vécue à l’ombre des houmforts
dans le mystère et la fumée des rites
La vie dans les chaumières
la vie dans les villas
la vie entre les draps
ou sur la paille humide
la vie vivante
la vie présente
partout la même
la vie partout est en veilleuse

Ô mon Pays si triste est la saison
qu’il est venu le temps de se parler par signes
Le langage des yeux s’enrichit chaque jour
un geste de la main dit plus long qu’un discours
et pour rêver ma vie au tranchant du sommeil
à la doublure de ma taie
j’aurais cousu mes épisodes les plus beaux
mais l’amour même est triste
les escarres de la souffrance écailleraient le rêve

Immobile comme un pieu enfoncé dans le sable
je porte en moi la densité de la nuit
et les insectes font l’amour sur mes mains inutiles

Ah!… quand éclatera le bourgeon sous le poids de
l’abeille
Je veux entendre le sang de ma Terre
marcher dans les caféiers aux fleurs blanches
Je veux entendre geindre le vent blessé dans les cannaies
coupantes sont les feuilles de la canne à sucre
Quand donc viendra cette heure
où nous irons amorcer le soleil
où le baiser justifiera nos lèvres

Ô mon Pays si triste est la saison
qu’il est venu le temps de se parler par signes

Je continue ma lente marche de Poète
à travers les forêts de ta nuit
province d’ombre peuplée d’aphones

Qui ose rire dans le noir ?
Nous n’avons plus de bouche pour parler
Quel choeur obscène chante dans l’ombre
cette chanson dans mon sommeil
cette chanson des grands marrons
marquant le rythme au ras des lèvres
Qui ose rire dans le noir ?

Nous n’avons plus de bouche pour parler
Les mots usuels sont arrondis
collants du miel de la résignation
et la parole feutrée de peur
s’enroule dans nos cerveaux capitonnés
Qui ose rire dans le noir ?

Nous n’avons plus de bouche pour parler
nous portons les malheurs du monde
et les oiseaux ont fui notre odeur de cadavre
Le jour n’a plus sa transparence et ressemble à
la nuit
Tous les fruits ont coulé nous les avons montrés
du doigt
Qui ose rire dans le noir ?

Nous n’avons plus de bouche pour parler
car le clavier des maîtres mots des Pères de la
Patrie
au grenier du passé se désaccorde abandonné

Ô mon Pays si triste est la saison
qu’il est venu le temps de se parler par signe

Homme de vigie
du grand bateau fou
qui roule et qui tangue sur les hautes vagues
Homme de vigie
dis-moi que vois-tu dans la nuit des mers
Ton oeil est de lynx et lit l’avenir
Homme de vigie qu’y a-t-il de neuf

Homme de vigie
me répondras-tu
Toi seul peux comprendre
et donner un sens à la voix du vent
Homme de vigie
qu’y a-t-il dans l’ombre par delà les crêtes
Est-ce l’espérance qui blanchit les nues

Homme de vigie
pourquoi ce mutisme
Dis-moi je t’en prie
si je peux chanter plus haut que le vent
et crier ma joie d’une aube nouvelle

Homme de vigie
je n’entends point ta voix
Que fais-tu là-haut sur la passerrelle
du grand bateau fou
qui roule et qui tangue sur les hautes vagues
Homme de vigie me répondras-tu
Homme de vigie
Ma parole ! Tu dors !

Ne réveille pas l’eau qui dort derrière ma rétine
La nuit est jeune encore et la nouvelle aurore
n’a pas bouclé le cycle de sa maturation
L’heure n’est pas sonné de faire danser la vie
sur les parallèles du monde
Ne trouble pas l’eau de la joie
en veilleuse derrière ma rétine

Il y a dans ma gorge ce cri d’amour en flèche
pour crever l’étonnement des nuages
Ce chant sous ma luette pour écarteler les ténèbres
Et la chaux vive du verbe derrière ma bouche close

Il y a les mots non parlés
que l’on se passe par les paupières
Les corps sans étendue
Les couleurs sans supports
La graine à ébosser
pour la germination des espoirs à l’air libre
Et tout le ciel à ramoner
L’eau lustrale à répandre
avant l’attouchement magique
et il y a ton nom
Ton nom charnière
ton nom pivot
ton nom sésame
ô mon Pays que voici

Je continue ma lente marche de Poète
car j’ai la vocation de l’invisible
Je suis l’aubain dans la Cité des hommes de ma race
Je suis celui qui sort de toutes parts
et qui n’est point d’ici
Je viens sur la musique de mes mots
sur l’aile du poème et les quatorze pieds du vers
enseigner une nouvelle partition
renouveler le répertoire des voix plaintives et cassées
car des maîtres de choeur surannés et pervers
ont ramené la Geste Unique
aux dimensions de l’anecdote
et des intellectuels aux fines mains
versés dans l’art des mots sonores
ont maintenu le peuple
dans le mystère et l’ignorance

Porteur du levain à tout un peuple sans défense
à tout un peuple sans conseil
peuple bavard conteur de légendes sous la tonnelle
vivant dans l’allongement perpétuel du désir
peuple insouciant et bon enfant
allant son va et vient de fourmi folle
pêchant au pied des quais la pièce d’or de l’étranger
taillant foulard dans le tissu aux quarante-huit étoiles
peuple noir comme la nuit
( et parce que le maître a visité l’esclave
sur sa couche de paille
certains ont les cheveux frisés et couleur isabelle )
et Porteur du levain à tout un peuple azyme
je viens des plages du savoir
par les chemins mouvants de l’eau
avec mission de préserver
l’ardente boucle de la soif
ce noeud de sable à la frontière du tangible

Terre déliée au coeur d’étoile chaude
Fille bâtarde de Colomb et de la mer
nous sommes du Nouveau Monde
et nous vivons dans le présent
Nous ne saurons marcher à reculons
n’ayant point d’yeux derrière la tête
et le moulin du vent broie les paroles sur nos lèvres
car sur les socles de la mémoire
dans la farine de nos mots ô mon Pays
nous pétrissons pour toi des visages nouveaux
Il te faut des héros vivants et non des morts

Mon chargement de gestes et de mots magnétiques
est de bonne mesure et fait bon poids
dans la balance
et au seuil de l’été je te salue
dans l’écarlate floraison des flamboyants
Je jaillirai de toi comme la source
mon chant pur t’ouvrira le chemin de la gloire
et mon cri crèvera le tympan de ta nuit
car mon amour en pointe de silex
à jamais s’est fiché dans ton coeur d’étoile chaude
ô mon Pays que voici

© Anthony Phelps