Dec 13 2009

Soufriere Hills de Monserrat : passage au niveau d’alerte 4 !

Publié par bebel971 dans SVT      

Le 12 décembre 2009 le niveau d’alerte du Soufriere Hills a été élevé à 4 suite à la formation d’une puissante coulée pyroclastique dans Tyers Ghaut. Le front de cet écoulement s’est arrêté à plus de 3km et demie de son point de départ, au niveau de la zone utilisée par les volcanologues du MVO comme repère pour la réévaluation du niveau d’alerte de l’édifice.

Le passage en niveau 4 indique que le Belham Valley, dans laquelle des personnes travaillent parfois à l’extraction de matériaux, peut accueillir des écoulements pyroclasitques volumineux.

.

Niveau de danger actuel : 4


Dans le cadre du niveau d’alerte 4 la zone F de la carte des risques passe en orange (accès interdit sans autorisation) et la zone d’exclusion maritime W (au sud-ouest) devient strictement interdite à la navigation. Source : MVO.


Voici quelques photos et une video réalisées courant novembre et début décembre qui montrent l’activité du volcan.

.

Photo 009Le 2 novembre 2009

.

Photo 146Le 8 novembre 2009, matin

.

Photo 153

Le 8 novembre 2009, après-midi

.

Photo 168

Le 10 novembre 2009 à 16h50

.

thumb_tuitts_pf_

Le 23 novembre 2009 Coulée pyroclastique importante en direction de Tuitt’s Ghaut

.

Photo 198

Le 9 décembre 2009

.


thumb_hls4_tyers

Le 10 décembre à 10 h40 une coulée pyroclastique dans Tyers Ghaut.



Dec 12 2009

Redécouvrir Montserrat l’île d’émeraude des Caraïbes

Publié par bebel971 dans Histoire/Géographie      

Surnommée l’île d’émeraude des Caraïbes en raison de son histoire irlandaise et de ses forêts tropicales luxuriantes, l’île de Montserrat accueille les visiteurs en tamponnant leur passeport d’un trèfle à quatre feuille. Montserrat est en fait la seule île des Caraïbes où la Saint Patrick est un jour férié officiel, célébrée par des concerts et des défilés traditionnels.

Le volcan est l’attraction principale de l’île que l’on peut admirer facilement de l’observatoire. Des visites sont conduites par des scientifiques plusieurs fois par semaine. De Plymouth, il ne reste aujourd’hui qu’une ville fantôme couverte d’une épaisse couche de cendre. On peut accéder à l’ancienne capitale en journée sous escorte policière (visites arrangées par les hôtels ou l’office de tourisme).

Le volcan est toujours en activité mais le tiers nord de Montserrat est sans risque : le volcan est sous le contrôle permanent d’une équipe de scientifiques qui informe les 4.700 habitants actuels de l’île des caprices de Dame Nature.

Les vacances à Montserrat ne sont décidemment pas comme les autres ! Montserrat propose également la plupImage généreusment prêtée par l'Office de Tourisme de Montserratart des activités typiques des Caraïbes. La majorité des plages sont recouvertes de sable noir, mais la plage dorée de Rendezvous Bay est accessible par un chemin au dessus d’un promontoire ou par bateau. La plongée à Lime Kiln Bay est excellente. Le réseau de chemins de randonnée vous emmène dans les forêts tropicales, les anciennes bananeraies et dans des endroits où le panorama est impressionnant. Les gardes forestiers assistent les visiteurs qui veulent apercevoir l’oriole de Monserrat, emblème national en voie de disparition ainsi que d’autres espèces ornithologiques rares.

POUR S’Y RENDRE: Aéroports : nouvel aéroport de Geralds, vols réguliers et vols charters. Plusieurs vols quotidiens directs d’Antigua et St Martin sur WinAir relient Montserrat au reste des Caraïbes, à l’Amérique du Nord et à l’Europe. Des vols charters sont également opérés par Air Montserrat, Carib Aviation et Caribbean Helicopters. De l’Amérique du Nord : Air Canada, American Airlines (via San Juan), Caribbean Airlines, Continental Airlines, Delta Airlines et US Airways proposent des vols directs sur Antigua et St Maarten. D’Europe et des Caraïbes : Air France, American Eagle, British Airways, British Midland, Caribbean Airlines, Caribbean Star, Condor, LIAT et Virgin Atlantic assurent une liaison avec Antigua et St Martin.

CLIMAT: Températures moyennes : 24-32°C, vents constants. Précipitations annuelles : 125-200 cm, réparties sur toute l’année, avec une saison plus humide de juillet à novembre.

RESTAURANTS: Quelques restaurants et de nombreuses auberges servant de succulents plats traditionnels utilisant épices et produits locaux : homards, poissons, cuisses de grenouilles (appelées ici « Mountain Chicken » soit poulet des montagnes), et le Goat Water, plat traditionnel national (épais civet de viande de chèvre accompagné de petits pains croustillants).

Image généreusment prêtée par l'Office de Tourisme de MontserratLANGUE: L’anglais est la langue officielle, souvent parlé avec un reste d’accent irlandais hérité des premiers colons.

VIE NOCTURNE: Quelques discothèques. De nombreux bars aux bords des routes (a host of), appelés “rum shops”, plus fréquentés les vendredis soirs. On les trouve notamment à Salem, St John’s, Cudjoe Head, Davy Hill et Festival Village à Little Bay.

À VOIR: Le volcan Soufriere Hills, magnifique et toujours en activité, est l’attraction principale ; c’est le seul volcan des Caraïbes toujours en activité que l’on peut observer de près en toute sécurité. Au repos pendant des siècles, le volcan s’est réveillé en 1995 et a englouti la capitale Plymouth installée sur ses flancs – version caribéenne d’un Pompéi moderne. Plongée : Les récifs de corail de la côte nord-ouest de Montserrat rassemblent toute une variété de poissons tropicaux et autres vies sous-marines exotiques. Parmi les lieux de plongée les plus spectaculaires, on trouve : Little Redonda, un rocher qui atteint la surface depuis 25 m de profondeur environ ; les Pinnacles au nord-est de l’île ; Yellow Hole, au sud des Pinnacles, où repose l’épave d’une goélette du XIXème siècle qui coula en 1886. Nature et aventure : La forêt luxuriante de Centre Hills est réputée pour sa biodiversité ; tropicale et humide, elle abrite de nombreuses espèces dont la plupart des 34 espèces ornithologiques de l’île : l’oriole de Montserrat (espèce rare et oiseau national du pays), la grive à pieds jaunes, la timide colombe à croissants, le coulicou manioc, le trembleur et le colibri madère. On trouve d’autres espèces endémiques dont le « poulet des montagnes » (en fait une sorte de grenouille) et le galliwasp, mi serpent mi-lézard. Randonnées : De nombreux chemins de randonnées à travers la végétation luxuriante offrent de magnifiques panoramas sur l’intérieur des terres, la mer et le littoral. Le vélo est également une excellente façon de découvrir les charmes cachés de l’île et d’admirer à votre rythme des vues de l’océan à vous couper le souffle ainsi que les incroyables collines verdoyantes que de nombreux visiteurs associent à la campagne irlandaise.

Pour en savoir plus sur Montserrat, rendez-vous sur www.visitmontserrat.com.


Nov 28 2009

Plymouth : une Pompéi moderne

Publié par bebel971 dans Histoire/Géographie, Risque naturel, SVT      



MT_MON_0112

Bienvenue sur l’île volcanique active de Montserrat !

Coulée pyroclastique dans la vallée de Tar River



MT_MONT_PL_01
L’ancienne capitale de l’île (Plymouth), aujourd’hui abandonnée, vue d’avion. La partie centrale de la ville a été ravagée à plusieurs reprises par des coulées pyroclastiques et des lahars (coulées de boue) qui ont atteint la mer. Un chenal couvert d’épais dépôts pyroclastiques gris, où se mêlent blocs gigantesques et troncs d’arbres, traverse la ville de part en part. Aujourd’hui, Plymouth est appelée la « Pompéi » moderne et on comprend pourquoi à la vue de cette photo.

MT_MON_0152
Les énormes dépôts pyroclastiques et de lahars vus d’avion (< SO). A gauche, on aperçoit Plymouth, l’ancienne capitale dévastée par une série de coulées pyroclastiques et de lahars dès juillet 1997.

MT_MONT.099
Soufriere Hills vu d’avion (du NE). A l’avant-plan, le lieu-dit de « Spanish Point » et à l’arrière-plan le nouveau delta de dépôts de la rivière Tar. Les dépôts éruptifs gris récents ont permis à l’île de récupérer quelques hectares sur la mer. La ligne de l’ancien rivage est marquée par la falaise abrupte, plus ou moins haute, visible à l’avant-plan. Au sud de la vallée de la rivière Tar, il n’y a pas eu d’écoulements pyroclastiques et/ou de lahars et, donc, la falaise côtière a été préservée.

MT_Tar_river

Les impressionnants dépôts pyroclastiques à l’embouchure de la rivière Tar, formant une morphologie en éventail. A droite, on distingue la partie haute de la falaise qui formait l’ancien rivage.

MT_MONT_dome_01
La partie la plus haute et la plus active du dôme de Soufrière Hills dégaze abondamment. Photo réalisée du lieu-dit « Jack Boy Point » situé près de l’observatoire volcanologique de Montserrat (M.V.O.)

MT_MONT_dome_04

Le dôme dégazant de toutes parts vu de « Jack Boy Point » près du M.V.O..

MON_0194B_dome_sm

Gros plan sur le sommet du dôme actif (vu de « Jack Boy Point » près de M.V.O.).

MT_MONT_dome_03

Versant abrupte du dôme « fumant ». Le dôme de lave actif a atteint un volume jamais observé jusqu’à présent, environ 250 millions de m3.

MT_MONT_PL_03

La désolation d’une ville abandonnée et couverte en grande partie de cendres grises. En haut à droite les premiers contreforts du volcan.

Plymouth, Montserrat
La capitale Plymouth a été complettement détruite. Les habitants se sont réfugiés dans le nord de l’île ou dans d’autres pays des Caraïbes.

Plymouth, Montserrat
Dans le centre, la destruction est totale.


Et seul le clocher de la cathédrale dépasse encore.

MT_MONT_PL_05

Gros plan sur l’église principale de Plymouth.

MT_MONT_PL_06
Les habitations du centre-ville sont presque ensevelies sous les épais dépôts successifs constitués de cendre, de boue aujourd’hui consolidée et de débris issus du dôme de lave sommital ou des pentes supérieures du volcan de Soufriere Hills. Une atmosphère lourde, magnifiée par la menace toujours bien réelle représentée par le volcan, pèse sur cette ville désormais inhabitable pour une longue période.

MT_MON_0264B

Végétation brûlée par les gaz corrosifs soufrés sur le flanc d’une des collines entourant le massif de Soufriere Hills.

MT_MON_0176

L’ancien aéroport de Montserrat détruit par une série d’écoulements pyroclastiques dès juillet 1997.