Archive de avril, 2014

Chroniques de Jérusalem, suivez le guide ! Mercredi, 16 avril 2014

Guy Delisle est un dessinateur québécois auteur de plusieurs BD formidables sur ses séjours dans différents pays. Chroniques de Jérusalem est son dernier ouvrage : pendant un an, il s’installe en famille à Jérusalem-est où sa femme, qui travaille pour Médecins sans frontières, est en mission. Observateur infatigable, patient et tenace, il croque pour nous ses découvertes sur la ville et ses habitants. Son regard candide laisse le lecteur libre de ses jugements. La dureté de la vie quotidienne du côté palestinien et les tensions très perceptibles n’empêchent pas l’humour, même si c’est parfois un humour noir. Une lecture à la fois très instructive, passionnante et amusante.

Chroniques de Jérusalem, de Guy Delisle, éditions Delcourt, 2011.

Thème abordé : géographie, géopolitique, Jérusalem.

Demandez le programme : Terminale

C’est proche du programme ? Oui, un très bon éclairage sur un aspect de la question « le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Première Guerre mondiale. »

couv-big

,M63067

 

En savoir plus ? 

Stalingrad Khronika, dans le feu de l’action Mardi, 15 avril 2014

Cette BD est disponible en 2 volumes ou en intégrale. Le récit se déroule à Stalingrad pendant le siège de la ville par les nazis en 1942. A la fin du volume de l’intégrale, une page documentaire raconte la bataille et son importance comme tournant de la Seconde guerre mondiale. La BD raconte l’histoire de quatre personnages qui doivent travailler ensemble pour réaliser un film de propagande à la gloire de l’armée soviétique : Yaroslav, le jeune réalisateur, Kazimir, un commissaire du peuple chargé de veiller à l’exécution de la mission, Simon, un ancien prisonnier qui est là pour aider Yaroslav, et Igor, un soldat qui doit les guider dans la ville. On comprend vite que les motivations personnelles et les ordres de mission réels de chaque personnage sont plus compliqués qu’ils n’y paraissent. Le danger n’est pas seulement dans les combats, dont l’ambiance est magnifiquement rendue par le graphisme dépouillé pour représenter les ruines de la ville, mais aussi en chacun d’eux et en ceux qu’ils rencontrent, qu’ils soient allemands ou soviétiques. Dans ce chaos, l’artiste n’est qu’un outil au service du régime, et si besoin est, un outil parfaitement interchangeable.

Stalingrad Khronika, de Sylvain Ricard et Franck Bourgeron, éditions Dupuis, 2013 (pour l’intégrale).

Le thème d’histoire concerné : la Seconde guerre mondiale

Demandez le programme : Première.

C’est proche du programme ? Oui et non. Le récit concerne un épisode encore une fois survolé dans un turbo-programme qui s’attarde peu sur l’événementiel. La bataille de Stalingrad n’est pas racontée pour elle-même dans cette BD, en revanche celle-ci permet d’aborder le thème du totalitarisme à travers la question de la liberté d’opinion et du statut de l’artiste.

9782800157467_1_75

 

9782800157467_pg

En savoir plus ?

Juge Bao, enquêtes en Chine Dimanche, 13 avril 2014

Le juge Bao est un personnage ayant réellement existé en Chine au XIe siècle. Réputé pour son intégrité et son efficacité, il est devenu un véritable élément du patrimoine historique chinois, un héros populaire. Il parcourt le pays pour y faire régner la justice de l’empereur. Incorruptible et impitoyable, défenseur du petit peuple contre les manigances des puissants, il se crée beaucoup d’ennemis qui cherchent à lui tendre des pièges.

Editée en petit format rectangulaire, la BD se lit dans le sens de lecture français (« manhua »). Tous les ressorts du roman-feuilleton y sont : suspens, trahisons, embuscades, complots… J’adore le dessin hyper réaliste des personnages, très fouillé et très expressif, un vrai plaisir pour les yeux !

Juge Bao, de Patrick Marty et Chongrui Nie, éditions Fei, 2011 (5 volumes).

Période historique : Moyen-Age

Demandez le programme : …

C’est proche du programme ? Non, la Chine médiévale est absente des programmes d’histoire de lycée. C’est juste pour le plaisir !

push_3269_juge bao

bao1--69612-b7565

En savoir plus ?

La vie sans mode d’emploi, c’était quoi déjà les années 80 ? Dimanche, 13 avril 2014

Encore une très belle œuvre des auteurs de Dans l’ombre de Charonne. Celle-ci est autobiographique : Désirée Frappier raconte sa jeunesse, ses débuts dans la vie, comme on dit, dans les années 1980. Très touchant par la description fine des espoirs et des désillusions d’une jeune femme qui découvre le monde du travail (et les affres de la création d’entreprise), la recherche d’un logement, les débuts d’une vie de famille pas ordinaire, la politique, la gauche au pouvoir pour la première fois de la Ve République et la victoire idéologique et morale du capitalisme libéral.

Dans le même esprit que leur BD précédente, les auteurs nous offrent un très beau noir et blanc mêlant les pages de BD et les gros plans plus documentaires. Un ensemble à la fois instructif, attachant et passionnant !

La vie sans mode d’emploi, putain d’années 80 ! de Désirée et Alain Frappier, éditions Mauconduit, 2014.

Thème d’histoire concerné : la France contemporaine.

Demandez le programme : Première, toutes séries.

C’est proche du programme ? Oui et non, en tant que gros plan sur une période trop vite survolée par les turbo-programmes.

516kZhm6qaL._

Plus d’informations ? 

Les meilleurs ennemis, les relations entre les Etats-Unis et le Moyen-Orient Jeudi, 10 avril 2014

Une très belle BD en plusieurs volumes (2 parus à ce jour) qui raconte les relations entre les Etats-Unis et le Moyen-Orient depuis les origines (des Etats-Unis) ou presque. Un style graphique que j’adore, un noir et blanc à la fois caricatural, fantastique, onirique, qui sert la narration et rend compréhensible les manœuvres géopolitiques les plus tordues. Avec un début en 1783, la BD aborde des aspects très méconnus pour nous de l’histoire américaine et nous montre des relations avec le Moyen-Orient beaucoup plus anciennes et complexes qu’on n’a l’habitude de les considérer. Une lecture vraiment passionnante sur un sujet majeur du monde actuel !

Les meilleurs ennemis, une histoire des relations entre les Etats-Unis et le Moyen-Orient, de Jean-Pierre Filiu et David B., éditions Futuropolis, 2011.

Le thème d’histoire concerné : les relations internationales, du  XIXe s. à nos jours.

Demandez le programme : Première, Terminale.

C’est proche du programme ? Oui, totalement. Par exemple l’une des études de cas de Terminale STMG porte spécifiquement sur la question du Moyen-Orient et du pétrole, et l’un des points du programme de Terminale L-ES porte sur les Etats-Unis et le monde depuis 1919.

51lgFDWXwlL._

Plus d’informations ?

Dans l’ombre de Charonne, comment la guerre d’Algérie fait irruption dans la vie de lycéens parisiens Jeudi, 10 avril 2014

Une œuvre de référence ! C’est Maryse qui raconte sa vie quotidienne de lycéenne des années 1960, où les échos assourdis de la guerre d’Algérie lui parviennent par l’activité militante de ses parents communistes. Elle et ses amis décident de participer à la manifestation du 8 février 1962 à Paris, à l’issue tragique.

Le style graphique du livre mêle dans un noir et blanc très esthétique les pages de BD traditionnelles et des parties documentaires. L’ensemble est à la fois très beau, émouvant et instructif. C’est passionnant, on n’en décroche pas avant la dernière page !

Dans l’ombre de Charonne, de Désirée et Alain Frappier, préface de Benjamin Stora, éditions Mauconduit, 2012.

Le thème d’histoire concerné : la guerre d’Algérie.

Demandez le programme : Première, Terminale.

C’est proche du programme ? Oui, totalement : aussi bien pour l’événementiel (classe de Première) que pour les éléments sur la mémoire de la guerre (Terminale).

couv

Plus d’informations ?

Sous la bannière étoilée, la guerre du côté de ceux qui restent Jeudi, 10 avril 2014

Cette BD est la mise en image d’un récit antérieur de Benjamin Percy : la vie quotidienne de trois adolescents américains, plus ou moins livrés à eux-mêmes après le départ de leurs pères pour combattre en Irak. Le récit aborde de manière très sensible l’absence, le manque, l’ennui, l’attente de trop rares nouvelles, l’angoisse de l’annonce d’un possible décès, l’angoisse de l’avenir. Je regrette par contre le style graphique : si les paysages et l’ambiance sont bien rendus, le dessin des personnages m’irrite par son aspect maladroit. Ça donne envie de lire plutôt le texte original.

Sous la bannière étoilée, Danica Novgorodoff, Benjamin Percy, James Ponsoldt, chez Casterman, 2010.

Le thème d’histoire concerné : l’Amérique contemporaine, les relations internationales (« nouvelles conflictualités »).

Demandez le programme : Première et Terminale.

C’est proche du programme ? Non dans la mesure où ce ne sont pas les événements en eux-mêmes qui font l’objet du récit, mais l’évocation d’un arrière-plan généralement laissé de côté par les turbo-programmes : les civils loin des combats.

Sous-la-bannière-étoilée-Novgorodoff-Les-lectures-de-Liyah

Plus d’informations ?

 

Thermae Romae, quand la Rome antique percute le Japon contemporain Mercredi, 9 avril 2014

Lucius est un architecte romain qui vit sous le règne de l’empereur Hadrien au IIe sècle après J.-C. Sa vocation est de construire des thermes, mais ses plans démodés ne trouvent plus preneur. En panne d’inspiration, il trouve le salut dans une noyade accidentelle qui le propulse au Japon de notre époque. Et c’est ainsi, de noyade en noyade, qu’il va et vient entre deux époques et deux pays et comment on découvre que les bains publics japonais ont inspiré les thermes romains de l’Antiquité ! Ce ressort fantastique permet au lecteur de se familiariser avec des aspects méconnus des deux cultures. Les nombreux rebondissements comiques ou dramatiques des noyades à répétition de ce pauvre Lucius nous montrent à quel point le thème est riche et passionnant !

Thermae Romae, de Mari Yamazaki, Casterman, 2012 (manga, sens de lecture japonais).

Le thème d’histoire concerné : l’Antiquité romaine

Demandez le programme : Seconde

C’est proche du programme ? Pas vraiment, le thème est trop pointu, mais c’est une lecture qui vaut le coup !

9782203049093_cb

Plus d’informations ? 

Cesare, les Borgia en manga Mercredi, 9 avril 2014

Cesare, c’est l’histoire de César Borgia, personnage flamboyant de la Renaissance italienne, fils du pape Alexandre VI (hé oui…) et inspirateur du Prince, de Machiavel. Son histoire est racontée à travers les yeux du personnage principal du manga, le jeune Angelo. Issu d’une famille modeste, c’est grâce à la protection de Laurent de Médicis, un autre grand prince italien, qu’il accède à l’université de Pise où il rencontre Cesare. Le héros naïf et maladroit est un procédé classique pour présenter une époque et un milieu aussi étrangers au lecteur. C’est bien amené et ne nuit pas du tout à la dynamique du récit. On s’intéresse très vite aux personnages et aux multiples découvertes, gaffes et bévues du héros. Bref, une série prometteuse !

Sur le plan du contenu historique, ce manga est réalisé avec un très grand souci de vraisemblance et basé sur une solide recherche. Chaque volume est accompagné d’une postface dans laquelle l’auteure explique un aspect de son travail, c’est vraiment passionnant ! De plus un historien est à chaque fois invité à détailler un aspect particulier de l’histoire développé dans le volume, que ce soit la vie étudiante à l’université, la religion, l’art, etc.

Cesare, de Fuyumi Soryo, éditions Ki-oon, 2013. Manga, sens de lecture japonais.

Le thème d’histoire concerné : la Renaissance italienne.

Demandez le programme : Seconde.

C’est proche du programme ? Oui, c’est une illustration fidèle (mais une fiction, attention !) du rôle des princes de la Renaissance.

Cesare-manga

cesar-enigme

 

Plus d’informations ?