Archive du categorie: ‘19e-20e siècles

Hokusai, quelle vie ! Vendredi, 10 juillet 2015

Hokusai, à qui a été consacré une exposition importante au Grand Palais à l’automne 2014, est le peintre japonais le plus célèbre à travers le monde. Mort à 89 ans en 1849, Hokusai a vécu mille vies. Passionné par son art, il lui sacrifie tout et mène une vie errante, changeant de nom à chaque fois qu’il veut se renouveler pour atteindre une forme plus haute de la peinture. Il abandonne les familles qu’il fonde, ses amis, ses disciples, pour toujours se réinventer ailleurs, parfois d’ailleurs poursuivi par ceux qu’il a blessés ou ceux qui l’adorent. Il passe de la plus grande célébrité à la misère la plus absolue, sans que jamais ces péripéties semblent l’atteindre.

Ce manga n’est pas un simple récit linéaire de la vie d’Hokusai. Son intérêt vient de sa construction qui privilégie certains épisodes de sa vie et les emboîte dans le désordre. Cette structure demande une petite gymnastique mentale, mais se révèle passionnante dans le sens où elle renforce le côté énigmatique de la personnalité exceptionnelle d’Hokusai, « le vieux fou de peinture ». Le dessin est remarquable d’expressivité. L’art de l’auteur réside dans l’élégance avec laquelle il insère dans ses pages les œuvres d’Hokusai lui-même, en les reproduisant avec fidélité. C’est un album magnifique dont la lecture ravit de bout en bout !

Hokusai, de Shôtarô Ishinomori, éd. Kana, 2014.

Thème : la vie du peintre japonais Hokusai.

Demandez le programme : pas de rapport avec un programme d’histoire en particulier, mais peut être une ressource en histoire des arts.

 

IMG_6382        IMG_6383

En savoir plus ?

Et si les Soviétiques avaient gagné la course à la Lune ? Mardi, 2 septembre 2014

Et si les choses ne s’étaient pas passées comme elles se sont passées ? Que se serait-il passé si… ? Les cours d’histoire ne laissent généralement pas de place à cette question, mais elle nourrit depuis longtemps un courant littéraire appelé l’uchronie, qui s’illustre aussi plus récemment en BD. La collection « Jour J », chez Delcourt, est consacrée à ces « et si ? ». Le premier volume porte sur la conquête spatiale. Les Américains, on le sait, après avoir été distancés par les Soviétiques dans les débuts de l’aventure spatiale, ont mis les bouchées doubles pour être les premiers sur la Lune et y sont arrivés de peu en 1969. Et si les Soviétiques avaient gagné cette course ? Le monde aurait-il été différent ensuite ?

La réponse est ici décalée et assez drôle dans le traitement des interactions entre  protagonistes (Russes et Américains fraternisant autour de la vodka et du haschisch) ou dans celui de certains personnages réels (Poutine pas vraiment sous son meilleur jour), et plus optimiste que beaucoup d’œuvres du genre, ce qui n’exclut pas un certain degré de violence. On peut regretter quelques développements inutiles qui donnent trop d’importance à des personnages qu’on aurait pu cerner plus vite, mais l’ensemble est plaisant et se lit facilement.

Les Russes sur la Lune ! par Duval, Pécau et Buchet, Delcourt, collection Jour J, 2010.

Thème : la conquête spatiale, les relations internationales dans les années 1970-80.

Demandez le programme : Première et Terminale.

C’est proche du programme ? Le rapport est forcément assez lointain puisqu’on est dans l’uchronie et non dans l’histoire. Mais on y comprend bien que la conquête spatiale fut un enjeu majeur de la guerre froide et un élément de la course aux armements qui a entraîné la ruine de l’URSS.

Unknown  Unknown-1

En savoir plus ?

Putain de guerre ! Mardi, 2 septembre 2014

Jacques Tardi n’a pas attendu le centenaire de la première guerre mondiale pour publier une BD sur le sujet. Avec son style graphique si reconnaissable, et qui rappelle les gravures du peintre Félix Vallotton, il dénonce dans Putain de guerre le militarisme, la hiérarchie militaire et tous les organisateurs de cette boucherie dont sont victimes les simples soldats. Les deux volumes se composent de deux parties chacun : une partie dessinée, qui raconte la guerre du point de vue d’un jeune ouvrier parisien, à hauteur de tranchée, sans prise sur les événements ni vue d’ensemble, mais avec lucidité et ironie désespérée, et une partie historique rédigée et illustrée de nombreuses photos d’archives. L’horreur vue d’en bas mise en relation avec les choix et les objectifs vus d’en haut.

Le résultat est une BD aussi prenante et émouvante qu’instructive.

Putain de guerre ! de Tardi et Verney, Casterman, 2008.

Thème : la première guerre mondiale.

Demandez le programme : Première, toutes séries.

C’est proche du programme ? Oui dans la description du vécu des Poilus pour le thème sur « l’expérience combattante ». La partie historique est beaucoup plus détaillée et pointue que les programmes, mais constitue une lecture intéressante et éclairante sur le déroulement chronologique de la guerre.

Unknown Resize_of_fin-3

En savoir plus ?

Numéro spécial d’Historia : les super-héros, sentinelles de l’histoire du XXe siècle. Vendredi, 29 août 2014

La revue Historia a sorti cet été un numéro spécial consacré aux super-héros. Enfin pas exactement à l’histoire des comics consacrés aux super-héros en eux-mêmes, sujet qui a déjà fait l’objet d’autres publications, mais plutôt à l’histoire du XXe siècle illustrée par les super-héros. On y trouve ainsi des articles thématiques qui dépeignent un aspect de l’histoire, essentiellement américaine, mais pas uniquement, particulièrement bien incarné par les aventures d’un ou plusieurs personnages : Batman illustre la lutte contre le crime dans l’article consacré à la criminalité organisée née de la Prohibition des années 1920 ; Captain America permet d’expliquer l’engagement des Etats-Unis dans la Seconde guerre mondiale, Hulk illustre les débuts de la technologie atomique, et ainsi de suite. Le numéro se termine par une ouverture sur des horizons autres qu’américains avec un article sur le succès en France des super-héros et un autre sur la naissance de personnages moyen-orientaux, Les 99, ou « mondialisation et super-héros », en quelque sorte.

En bref, une lecture agréable et instructive pour les programmes du cycle terminal du lycée, toutes séries.

En savoir plus ? 

Gaza, pour mieux comprendre le conflit israélo-palestinien Mercredi, 18 juin 2014

Gaza est inclassable : un ouvrage collectif qui mêle BD, illustration, textes, pour témoigner et analyser un moment particulier du conflit israélo-palestinien, l’opération « plomb durci » de l’hiver 2008-2009. Le projet est né du choc ressenti par un illustrateur, Maximilien Le Roy, devant la violence de cette opération militaire et le nombre de victimes civiles. Il a rassemblé un collectif d’auteurs d’horizons diversifiés pour constituer cette somme d’un intérêt remarquable. On y trouve des textes d’analyse de spécialistes de l’histoire de la région qui replacent cet épisode dans un contexte régional et historique plus large et apportent une aide précieuse à sa compréhension. On y trouve aussi des témoignages sous la forme de lettres, d’entretiens, de photographies ou d’illustrations. La partie dessinée représente presque la moitié de l’ouvrage, ce qui contribue à le rendre très accessible malgré la somme d’informations qu’il nous apporte.

C’est au final un livre passionnant et très dense. On peut le lire de la première à la dernière page, mais aussi, si le format impressionne, le feuilleter au gré des illustrations et picorer ce qui nous intéresse.

Gaza, collectif, La boîte à bulles, 2009.

Thème : le conflit israélo-palestinien à travers l’opération « plomb durci » de l’hiver 2008

Demandez le programme : Terminale

C’est proche du programme ? Oui, ça correspond au thème 3 du programme d’histoire de Terminale L/ES (un foyer de conflits, Proche et moyen-Orient) (qui est le thème 2 du nouveau programme de Tle S). C’est déjà plus éloigné pour les programmes de série STMG qui abordent les relations internationales de manière moins détaillée.

 

 

 

gaza_TN_1  gaza_TN_2

En savoir plus ?

Economix, l’histoire de l’économie en BD Mardi, 20 mai 2014

Economix est un projet original : l’histoire de l’économie en bande dessinée, ça n’existait pas encore. Le résultat est formidable ! Particulièrement clair, instructif, souvent amusant. Le récit va du 17e siècle à nos jours et porte aussi bien sur l’histoire économique que sur celle des théories économiques. Il faut noter que l’ensemble reste quand même très dense : ce n’est pas une BD qui s’avale en une heure ! Il faut prendre son temps, y revenir, la déguster par petites bouchées, ce qui est après tout très cohérent avec son propos très pédagogique.

Economix, de Michael Goodwin et Dan Burr, Les Arènes, 2013.

Thème abordé : l’histoire de l’économie.

Demandez le programme : Seconde, SES, et toutes classes pour l’histoire économique.

C’est proche du programme ? Pour les SES, je n’ai pas vérifié. Pour l’histoire, c’est un très bon éclairage qui complètera très utilement bien des chapitres.

Unknown

61RE3DI3GBL

En savoir plus ? 

Chroniques de Jérusalem, suivez le guide ! Mercredi, 16 avril 2014

Guy Delisle est un dessinateur québécois auteur de plusieurs BD formidables sur ses séjours dans différents pays. Chroniques de Jérusalem est son dernier ouvrage : pendant un an, il s’installe en famille à Jérusalem-est où sa femme, qui travaille pour Médecins sans frontières, est en mission. Observateur infatigable, patient et tenace, il croque pour nous ses découvertes sur la ville et ses habitants. Son regard candide laisse le lecteur libre de ses jugements. La dureté de la vie quotidienne du côté palestinien et les tensions très perceptibles n’empêchent pas l’humour, même si c’est parfois un humour noir. Une lecture à la fois très instructive, passionnante et amusante.

Chroniques de Jérusalem, de Guy Delisle, éditions Delcourt, 2011.

Thème abordé : géographie, géopolitique, Jérusalem.

Demandez le programme : Terminale

C’est proche du programme ? Oui, un très bon éclairage sur un aspect de la question « le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Première Guerre mondiale. »

couv-big

,M63067

 

En savoir plus ? 

Stalingrad Khronika, dans le feu de l’action Mardi, 15 avril 2014

Cette BD est disponible en 2 volumes ou en intégrale. Le récit se déroule à Stalingrad pendant le siège de la ville par les nazis en 1942. A la fin du volume de l’intégrale, une page documentaire raconte la bataille et son importance comme tournant de la Seconde guerre mondiale. La BD raconte l’histoire de quatre personnages qui doivent travailler ensemble pour réaliser un film de propagande à la gloire de l’armée soviétique : Yaroslav, le jeune réalisateur, Kazimir, un commissaire du peuple chargé de veiller à l’exécution de la mission, Simon, un ancien prisonnier qui est là pour aider Yaroslav, et Igor, un soldat qui doit les guider dans la ville. On comprend vite que les motivations personnelles et les ordres de mission réels de chaque personnage sont plus compliqués qu’ils n’y paraissent. Le danger n’est pas seulement dans les combats, dont l’ambiance est magnifiquement rendue par le graphisme dépouillé pour représenter les ruines de la ville, mais aussi en chacun d’eux et en ceux qu’ils rencontrent, qu’ils soient allemands ou soviétiques. Dans ce chaos, l’artiste n’est qu’un outil au service du régime, et si besoin est, un outil parfaitement interchangeable.

Stalingrad Khronika, de Sylvain Ricard et Franck Bourgeron, éditions Dupuis, 2013 (pour l’intégrale).

Le thème d’histoire concerné : la Seconde guerre mondiale

Demandez le programme : Première.

C’est proche du programme ? Oui et non. Le récit concerne un épisode encore une fois survolé dans un turbo-programme qui s’attarde peu sur l’événementiel. La bataille de Stalingrad n’est pas racontée pour elle-même dans cette BD, en revanche celle-ci permet d’aborder le thème du totalitarisme à travers la question de la liberté d’opinion et du statut de l’artiste.

9782800157467_1_75

 

9782800157467_pg

En savoir plus ?

La vie sans mode d’emploi, c’était quoi déjà les années 80 ? Dimanche, 13 avril 2014

Encore une très belle œuvre des auteurs de Dans l’ombre de Charonne. Celle-ci est autobiographique : Désirée Frappier raconte sa jeunesse, ses débuts dans la vie, comme on dit, dans les années 1980. Très touchant par la description fine des espoirs et des désillusions d’une jeune femme qui découvre le monde du travail (et les affres de la création d’entreprise), la recherche d’un logement, les débuts d’une vie de famille pas ordinaire, la politique, la gauche au pouvoir pour la première fois de la Ve République et la victoire idéologique et morale du capitalisme libéral.

Dans le même esprit que leur BD précédente, les auteurs nous offrent un très beau noir et blanc mêlant les pages de BD et les gros plans plus documentaires. Un ensemble à la fois instructif, attachant et passionnant !

La vie sans mode d’emploi, putain d’années 80 ! de Désirée et Alain Frappier, éditions Mauconduit, 2014.

Thème d’histoire concerné : la France contemporaine.

Demandez le programme : Première, toutes séries.

C’est proche du programme ? Oui et non, en tant que gros plan sur une période trop vite survolée par les turbo-programmes.

516kZhm6qaL._

Plus d’informations ? 

Les meilleurs ennemis, les relations entre les Etats-Unis et le Moyen-Orient Jeudi, 10 avril 2014

Une très belle BD en plusieurs volumes (2 parus à ce jour) qui raconte les relations entre les Etats-Unis et le Moyen-Orient depuis les origines (des Etats-Unis) ou presque. Un style graphique que j’adore, un noir et blanc à la fois caricatural, fantastique, onirique, qui sert la narration et rend compréhensible les manœuvres géopolitiques les plus tordues. Avec un début en 1783, la BD aborde des aspects très méconnus pour nous de l’histoire américaine et nous montre des relations avec le Moyen-Orient beaucoup plus anciennes et complexes qu’on n’a l’habitude de les considérer. Une lecture vraiment passionnante sur un sujet majeur du monde actuel !

Les meilleurs ennemis, une histoire des relations entre les Etats-Unis et le Moyen-Orient, de Jean-Pierre Filiu et David B., éditions Futuropolis, 2011.

Le thème d’histoire concerné : les relations internationales, du  XIXe s. à nos jours.

Demandez le programme : Première, Terminale.

C’est proche du programme ? Oui, totalement. Par exemple l’une des études de cas de Terminale STMG porte spécifiquement sur la question du Moyen-Orient et du pétrole, et l’un des points du programme de Terminale L-ES porte sur les Etats-Unis et le monde depuis 1919.

51lgFDWXwlL._

Plus d’informations ?