L’apostrophe

15:51 Je m'améliore en orthographe

L’apostrophe marque une élision, c’est-à-dire la suppression de la voyelle finale a, e, ou i dans certains mots. Cette suppression a lieu quand le mot qui suit commence par une voyelle (a, e, i, o, u, y) ou un h muet.

s’ au lieu de si             à        s’il nous aidait

j’ au lieu de je              à        j’oublie

m’ au lieu de me         à        je m’amuse

t’ au lieu de te             à        tu t’amuses

s’ au lieu de se            à        il s’amuse

l’ au lieu de le              à        l’arbre

l’ au lieu de la              à        l’ombre

d’ au lieu de de           à        un soir d’hiver

c’ au lieu de ce (cela) à        c’est la nuit

 

Exemples :

  • L’automobile, l’homme, l’hôpital, s’il (si il), ç’a (ça a), jusqu’à, jusqu’ici…

mais : la honte (h aspiré), le oui, je crois que oui, le onzième, le hululement, le yaourt, le yacht, la yole, le yoga, le youyou

Cas particuliers

  • o Le « de lorsque (et de puisque) ne s’élide que devant il, elle, on, un, une, en.
  • § Lorsqu’il, lorsqu’on, … Mais: lorsque je pars; lorsque mon père rentre…
  • o Le « de parce que ne s’élide que devant il, elle, on, un, une, à.
  • § Parce qu’il, parce qu’elle, … Mais: parce que tu manges; parce que le coq chante…
  • o !!! quelqu’un quelques-uns // quelqu’une – quelques-unes!!!

Laisser un commentaire

Votre commentaire