L’enfant-loup qui voulait devenir quelqu’un d’autre, écrit par Medine

15:45 J'écris un conte

Il était une fois un marchand très riche qui avait un enfant loup, sa mère était morte. Il habitait dans une villa depuis sa naissance. Il était tellement triste d’être un enfant loup. Mais il avait une intelligence extrême.

Un jour, il eut envie de devenir quelqu’un d’autre. La nuit sans que son père ne s’en rende compte, il partit avec sa valise et laissa une lettre dans laquelle il expliquait qu’il voulait devenir quelqu’un d’autre.

Il traversa l’Egypte, les pyramides et le désert, il parcourut des dangers et finit par se perdre. Il resta trois jours sans manger, sans boire et sans dormir. Au bout de ces trois jours, alors qu’il se reposait près d’une grosse pierre, il retrouva une clé et il se demanda ce que c’était. Un peu plus loin, il y avait un oiseau qui lui dit :

– Tu t’es perdu, mon garçon? Qu’est-ce que tu fais ici? 

– Qui est-ce qui parle? Eh oh! Il y a quelqu’un?

– Regarde en bas tu me verras! Fais attention au sorcier, il va essayer de t’éliminer!  Il n’aime pas les enfants et surtout ceux qui sont intelligents.                                                                                                                                                                                                                                                                                                   – J’ai trouvé une clé, pouvez-vous me dire à quoi elle va me servir ?                                                                                                                                                                                                                                                           – Tu vas le découvrir un peu plus tard ! Dès que tu vas faire une petite mélodie avec cette  flûte enchantée.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 -Merci monsieur, mais je peux le faire combien de fois ?                                                                                                                                                                                                                                                               -Tu peux le faire au maximum trois fois.           

Il le remercia. Un peu plus loin, il rencontra un sorcier très vieux. Au début, il pensa que c’était quelqu’un de gentil mais après il se souvint de ce qu’avait dit le petit oiseau.  Avec une petite mélodie, il appela l’oiseau car il avait oublié de dire quand il allait apparaître. L’oiseau était invisible.  La voix de l’oiseau commença à dire : «  Fais attention ! Il faut que tu fasses comme si tu ne l’avais pas vu ! » Puis l’oiseau disparut. Le sorcier le remarqua et lui posa une petite question un peu difficile, il reprit la flûte enchantée et fit encore une autre petite mélodie. L’oiseau réapparut mais il était toujours invisible. L’oiseau lui dit de donner une réponse au hasard mais fausse. Puis l’oiseau disparut encore une fois. Il répondit mais malheureusement c’était la bonne réponse. Le sorcier lui dit :

–          Tu es intelligent !                                                                        

–          Mais monsieur, j’ai donné une réponse au hasard.                      

Mais le magicien ne le crut pas.              Donc il essaya de l’éliminer. Un peu plus loin, il se déguisa  en une vieille dame et lui donna une pomme empoisonnée mais il savait qu’il fallait toujours faire attention et ne pas se fier à l’apparence.  Puis il fit pour la dernière fois. L’oiseau lui dit : « Ne mange pas cette pomme,  elle est empoisonnée. »

Il marcha pendant quelques jours et arriva dans une maison très belle. Mais cela ne changeait rien car ses parents lui manquaient  de trop. Il trouva une porte fermée à clé puis il se rappela de la sienne qu’il avait trouvée. Il essaya sa clé puis il ouvrit la porte. Il se retrouva à côté  de ses parents. Il retrouva tout ce qu’il croyait avoir perdu. Puis il resta heureux toute sa vie.

 Avoir un vilain visage n’est pas avoir un vilain cœur.

 

Laisser un commentaire

Votre commentaire