La petite fille qui ne savait pas sourire, écrit par Chahrazade

J'écris un conte Aucun commentaire

Il était une fois une  fille qui s’appelait  Zoé et qui ne savait plus sourire depuis que sa maman était morte. Son papa la prenait pour la bonne à tout faire, elle habitait dans un château perdu.

Un jour, elle décida de quitter son père  et, la nuit, elle traversa une mer de sable épouvantable. Elle se perdit dans une grande forêt et  déroba la formule aux trois secrets. Peu après, elle découvrit une vieille dame et elle demanda :

–   Madame, est-ce que vous connaissez la sortie de cette forêt ?  –   Bien sûr, jeune demoiselle, vous continuez tout droit puis vous tournez à gauche et vous serez arrivée.

Mais cette vieille dame n’était pas tellement vieille : c’était une sorcière qui lui avait indiqué un mauvais chemin.  Elle fit ce que la dame lui dit mais elle vit qu’elle n’était toujours pas sortie et elle fut déçue. Elle  dormit dehors trois jours. Le matin du quatrième jour, elle entendit un oiseau chanter, elle l’appela et lui dit :             

   -Dis-moi petit oiseau, sais tu où est la sortie de cette forêt ?

  -Oui bien sûr,  jeune fille que je sais, allez suis-moi !

  -Mais vous êtes sûr ?

  -Oui, si je vous le dis suivez-moi !

  -Bon, je vous suis, mais si je vous le demande, c’est qu’il y a trois jours, une vieille femme m’a indiqué un mauvais chemin !

  -Pas de chance! Mais moi je ne te ferai pas sa !         

Sur le chemin, Zoé raconta tout à l oiseau, puis ils tombèrent sur un château habité, l’oiseau semblait connaître les propriétaires.  Puis ils décidèrent d’adopter la fille, et le chat lui rendit souvent visite !

A la recherche de sa mère, écrit par Pamela

J'écris un conte Aucun commentaire

Il était une fois une princesse  appelée Rosa qui habitait dans une belle demeure. Elle ne savait pas sourire car sa mère, à l’âge de 10 ans l’avait quittée pour partir loin de ce pays. Son père, le roi désespéré, était triste que sa femme l’ait quitté pour partir loin d’ici. Rosa ne voulut jamais plus retrouver le sourire à cause de cela. Plus le temps passait, plus elle était triste de ne pas voir sa mère qu’elle aimait tant.

Un jour, quand elle rentra de promenade, elle vit une petite fille avec sa mère. En voyant cela, elle en avait les larmes aux yeux. Puis elle décida de partir à la recherche de sa mère, mais quand elle partit son père fut inquiet qu’elle ne rentre pas, appela toute la ville et leur demanda :

-Bonjour monsieur ! Avez-vous vu ma jeune fille Rose ?

-Bonjour mon roi ! Non je ne l’ai pas vue ! Y a-t-il un problème  mon roi ?

-Oui, ma fille a disparu, elle était dehors tranquillement et n’est pas rentrée, je suis sorti mais elle n’était pas dehors.

-Peut-être est-elle à la recherche de sa mère ?

-Peut-être, mais pourquoi ne m’a t elle pas prévenu ! Je m’inquiète, imaginez qu’il lui soit arrivé quelque chose !

-Mais non mon roi ! Elle ne voulait peut être pas que vous le sachiez, car peut être vous n’auriez pas voulu qu’elle parte à la recherche de sa mère. Et votre fille veut peut être savoir où se trouve sa mère, si elle est encore vivante, comment elle va.

-Vous avez raison ! Mais elle aurait quand même pu me dire quelle partait à la recherche de sa mère. Car je m’inquiète ! Bon je vous laisse Monsieur ! Merci de m’avoir aidé.

-D’accord ! De rien mon roi ! Vous pouvez toujours  compter sur moi.

-Merci, et au revoir !

Après tout cela, le temps passa et il commença à faire nuit. La princesse fut fatiguée de marcher. Un peu plus loin, elle trouva une petite grotte, elle alla se coucher dans cette grotte. Après son réveil, elle alla près d’un lac pour se débarbouiller. Puis elle reprit le chemin, un peu plus loin elle vit une petite maison. Elle n’était pas habitée, donc la princesse rentra. En rentrant dans cette petite maison, elle espérait trouver de la nourriture mais il n’y avait rien. Donc elle dut ne rien manger pendant 3 jours. Cela la rendit encore plus triste.

Quelques heures plus tard, elle entendit un drôle de bruit qui lui a fit peur, elle se retourna et vit un homme. Cet homme avait une tête de loup, en le voyant elle s’effraya brusquement. L’homme lui dit :

-Bonjour Rosa ! 

– Bonjour ! Qui es-tu ? Comment connais- tu mon prénom ?

            –  Je te connais, c’est normal !

            – Moi je ne vous connais pas ! Alors, comment me connaissez-vous ?

            – Je connais ta maman !

            – Ah. Amenez-moi à elle alors s’il vous plaît !

            – Bien sûr !

Il l’emmena chez sa maman, en marchant ils découvrirent une boutique. Ils s’arrêtèrent pour boire. Mais en rentrant dans la boutique, une jeune femme leur jeta trois graines mais le loup la tua. Tout à coup, Rosa et le loup ne se souvinrent plus de rien, à part de leur rencontre. Alors, elle se souvint qu’elle était à la recherche de sa mère. Le loup l’emmena chez sa mère, Rosa surprise, vit un beau château. Elle rentra dans le château avec le loup. Le loup dit :

–          C’est votre fille, ma reine !

–          Merci de l’avoir emmenée jusqu’à ici !

–          De rien, ma reine !

La reine embrassa sa fille très fort, elle était heureuse ! Tout comme sa fille. Rosa envoya une lettre à son père pour le prévenir. Apres cela ils vécurent heureux jusqu’à la fin des temps.

La petite fille de la nuit, écrit par Yusuf

J'écris un conte Aucun commentaire

Il était une fois une petite fille, une fille pas comme les autres. Elle vivait avec sa mère, elle n’avait ni frère ni sœur, elle se sentait seule. Sa mère ne s’occupait presque jamais de son enfant.

Un jour, elle voulut devenir quelqu’un d’autre, une fille comme les autres car aucun des habitants de son village ne la considérait comme une personne normale. Alors elle partit sans laisser de trace, dans la forêt. Et puis après trois nuits passées sans manger et sans dormir, elle ne sut plus quoi faire… Peu après, un oiseau s’approcha de la petite fille, elle eut peur, mais l’oiseau lui dit : « N’aie pas peur, je suis là pour t’aider. » La fille lui répondit : « Comment allez-vous m’aider monsieur l’oiseau ? » L’oiseau continua : « Tu dois traverser la mer de sable puis tu trouveras un élixir de vérité ensuite tu le boiras et tu sauras quoi faire… » La petite fille sourit et remercia l’oiseau, et reprit la route aussitôt.

Après quelques jours, elle vit la mer de sable, mais à ce moment-là une sorcière déguisée en une vieille femme vint lui parler : « Bonjour, petite fille, que fais-tu ici ? » « Je dois traverser la mer de sable pour y trouver un élixir de vérité. » Puis la sorcière la supplia de ne pas passer la mer de sable. La petite fille se posa des questions. Elle demanda à la vielle femme pourquoi elle ne devait pas passer cette mer, la sorcière lui répondit : « Si tu passes cet endroit, tu mourras ! » Peu après, l’oiseau revint voir la petite fille. « Vas-y, petite fille n’écoute pas cette vieille dame ! » L’oiseau jeta un sort à cette sorcière et elle fut changée en crapaud dégoutant. Elle commença à courir vers la mer de sable, et réussit à la franchir. La petite très contente trouva l’élixir et le but, une voix lui dit de ne pas changer, de rester elle même.

La petite fille n’avait pas bien compris le message, elle reprit la route vers chez elle. Quand elle arriva, sa mère avait les larmes aux yeux, elle expliqua à sa fille qu’elle avait eu très peur et qu’elle la cherchait partout dans le village… Le lendemain, les filles du village vinrent voir la petite fille et l’invitèrent à jouer avec elles, la petite très contente accepta et comprit enfin le message de la voix, sa mère très heureuse passa beaucoup plus de temps avec sa fille, et tout le village aimait à présent beaucoup la petite.


La chatte blanche, écrit par Claudia

J'écris un conte Aucun commentaire

Il  était une fois une  belle chatte très belle  et très gentille qui pouvait parler. Elle  habitait près d’une vallée  enchantée où tous les chats pouvaient  parler.

Mais un jour, un jeune sorcier très méchant  était jaloux de la chatte qui avait une bonté incroyable.                                                            Le sorcier décida de l’ensorceler et de rendre la chatte la plus laide du monde. Il enleva toute la nourriture et partit. La chatte était triste de son sort. Tout à coup, un jeune oiseau se posa  sur une branche  et lui dit :

–           Tu peux annuler le sort qui est sur toi.

–           Comment pourrais-je  annuler le sort ?

–          Tu  dois éliminer  le sorcier et reprendre de la nourriture mais avant de partir tu dois aller dans une maison de paille. Tu devras parcourir  3 épreuves pour y arriver.

–          Merci, dit la chatte en souriant.

Elle se lança dans sa propre  aventure à la recherche de pièce d or. Une fois arrivée là-bas, elle vit un personnage maléfique  que le sorcier avait engagé pour protéger les pièces. Elle essaya de se souvenir de ce que l’oiseau lui avait dit. Il lui avait donné un parfum magique.  Elle s’en servit et brûla les yeux de celui qui gardait la porte. Elle rentra à l’intérieur et vit une richesse incroyable. L’oiseau vint et chanta. D’un coup, tout disparut dans la seconde. L’oiseau lui dit : « Tu as réussi la première  épreuve. Marche encore un peu et tu arriveras à la prochaine épreuve. »

La chatte courut et vit cette fois-ci  une pierre sur laquelle était gravé : « Je suis une clé : les humains peuvent  me voir mais pas me toucher. » Elle chercha longtemps et trouva une grotte : la clé était enfoncée dans le mur. La chatte arracha la clé et la prit. Elle descendit et l oiseau apparut.  Il lui dit qu’elle devait garder la clé sur elle. Elle l écouta et la garda sur elle puis partit pour la prochaine épreuve.

Cette fois-ci elle devait voler une formule  magique à trois sorcières. Elle utilisa le parfum et devint invisible. Elle se faufila à l’intérieur de la maison des trois sorcières.  Elle trouva la formule et partit en courant sans se retourner. Un petit peu plus loin,  elle l’a donna à l’oiseau et lui dit qu’il fallait qu’elle utilise la clé qui était enfoncée dans la grotte. Elle vit au loin la maison de paille et courut comme une folle. Elle ouvrit la porte grâce à la clé, vit le sorcier et l’affronta. Quand elle voulut utiliser le parfum, le sorcier cassa la fiole. Elle sortit alors la formule magique  et le sorcier éclata comme un feu d’artifice. Tous les sorts qu’il avait jetés avaient été annulés.

Elle partit avec les provisions et retrouva sa beauté divine. Elle vit son royaume et cria qu’elle avait retrouvé de la nourriture ainsi que son apparence. Le royaume  fit une grande fête en son honneur  et elle devint la reine de ce royaume. Elle régna jusqu’à sa mort.

La sorcière qui voulait être belle, écrit par Sema

J'écris un conte Aucun commentaire

Il était une fois une vieille sorcière rousse qui habitait dans une maison très sombre et un peu vivante car elle était ensorcelée. Elle vivait toute seule dans cette maison car elle était très laide  alors personne ne voulait rester avec elle. Elle s’ennuyait vraiment.  

Un jour, elle décida de quitter la maison pour avoir une nouvelle vie, qui  serait meilleure que celle-ci. Alors elle se rendit dans une forêt très sombre. Mais tout à coup, un dragon très fort qui crachait des flammes les plus merveilleuses qu’aucun autre dragon ne peut cracher apparut devant elle. La sorcière qui n’avait pas le choix essaya de tuer le dragon, mai elle n’y arriva pas. Alors elle retourna chez elle et chercha  dans ses livres magiques une formule qui pourrait tuer le dragon. Elle trouva, mai elle n’avait pas tous les ingrédients.

C’était alors qu’elle se mit en route et alla chez son amie pour lui demander de l’aide. Son amie lui dit qu’il fallait qu’elle dérobe la formule à la dame épouvantail. La sorcière se mit encore une fois sur la route et alla chez les trois petits cochons maléfiques. Les trois petits cochons n’étaient pas à la maison. Alors elle rentra très doucement dans la maison et prit la potion magique. Elle prépara la potion et la mit dans un petit flacon puis elle retourna dans la maudite forêt.

Une fois devant le dragon, elle ouvrit le flacon et lança toute la potion.  Elle réussit à le tuer. Mais il y avait un arbre en ascenseur. Pour y rentrer, il fallait traduire la phrase qui était écrite en albanais. Mais la sorcière ne savait pas parler albanais. Heureusement qu’elle avait ramené son gros dictionnaire de toutes les langues. En albanais, il était écrit : « Shtupe boutonin ne te majten ». En français, cela signifiait : « Appuie sur le bouton en haut à gauche>.  Alors la sorcière appuya sur le bouton à gauche.

Elle  entra dans l’ascenseur  et monta tout en haut de l’arbre. « Cric crac » On entendit des bruits bizarres.  Un petit lutin qui se nommait Gnome venait de se réveiller. La sorcière dit :

–          Qui êtes-vous ?

–          Je suis l’homme qui va exaucer trois de tes vœux préférés.

–          Je voudrais une belle maison qui n’est pas sombre, agréable et belle,  je ne voudrais plus être une sorcière et je voudrais être belle.

Le lutin exauça ses trois vœux, et quand la sorcière se réveilla dans son lit, elle vit tout ce qu’elle avait demandé et elle fut très contente de sa vie.

Belle et l’anneau d’or, écrit par Suzanne

J'écris un conte Aucun commentaire

Il était une fois une jeune fille qui s’appelait Belle, elle avait une sœur qui, elle, s’appelait Cassandra. Cette famille vivait sous l’eau au milieu de l’océan pacifique et comme animal de compagnie, elle avait un hippocampe. Cette jeune fille était d’une beauté à couper le souffle.

Un jour, alors que la jeune fille caressait son hippocampe, sa mère lui donna un anneau d’or et le jour même elle apprit qu’elle allait mourir d’une maladie grave.

Le jour de ses 16 ans, sa mère mourut. La pauvre pleura tellement que son père crut qu’elle allait se transformer en fontaine. Alors qu’elle faisait une balade avec son hippocampe, elle perdit l’anneau. Elle vit un chat lui prendre l’anneau qu’elle avait perdu, un anneau si précieux à ses yeux qu’elle aurait fait n’importe quoi pour le récupérer. Alors elle décida d’aller le récupérer sur terre, ce pays inconnu appelé Marseille. Sur sa route, elle croisa une carte avec indiqué le chemin où il fallait aller  récupérer une carte pour se rendre jusqu’à l’endroit où était caché le trésor qu’elle aimait temps, son anneau. Elle prit la carte pour pouvoir atteindre son but. Sur son chemin, elle rencontra un prince ébloui par sa beauté :

-Bonjour, belle demoiselle, je m’appelle Richard, je suis le roi de ce pays.

-Alors bonjour.

– Pourquoi êtes-vous ici ?

– Et bien je cherche mon anneau d or volé par un chat.

– J’ai une flûte enchantée qui peut l’arrête pendant 5 minutes alors je pourrais vous aider ?

-Oui j aimerais bien car je ne sais pas lire cette carte : j’aimerais que vous me montriez le chemin.

– Avec plaisir, j’aide toutes les demoiselles de mon royaume.

Sur son chemin elle croisa un tigre qui la prévint que le jour où elle arrivera au château du chat maléfique, il allait falloir faire vite et utiliser une flûte magique en or pour figer le chat pendant deux minutes.

-Mais attention, cette flûte n’a assez d’énergie que pour une seule utilisation !, ajouta le tigre. Si vous voulez trouver cette énergie, il vous faut chercher des champignons, les manger par deux et souffler dans la flûte.

La jeune fille accepta, alla chercher six champignons et reprit le chemin avec le roi. Arrivée au château, elle prit les deux flûtes enchantées dans ses mains et comme prévu, le chat l’attendait. Il lui dit : « Cette carte était fausse alors qu’il ne reste que moi. Il va falloir que tu fasses tout ce que je te dis de faire. Le prince qui vit l anneau à sa patte, prit deux champignons, les mit dans sa bouche et souffla dans la flûte. Il prit l’anneau et s’en alla avec sa belle jusqu’à l’océan pacifique. Une fois arrivés, il la demanda en mariage et la fille accepta.

Trois ans après, ils eurent leur premier enfant et il vécurent heureux.

L’enfant-loup qui voulait devenir quelqu’un d’autre, écrit par Medine

J'écris un conte Aucun commentaire

Il était une fois un marchand très riche qui avait un enfant loup, sa mère était morte. Il habitait dans une villa depuis sa naissance. Il était tellement triste d’être un enfant loup. Mais il avait une intelligence extrême.

Un jour, il eut envie de devenir quelqu’un d’autre. La nuit sans que son père ne s’en rende compte, il partit avec sa valise et laissa une lettre dans laquelle il expliquait qu’il voulait devenir quelqu’un d’autre.

Il traversa l’Egypte, les pyramides et le désert, il parcourut des dangers et finit par se perdre. Il resta trois jours sans manger, sans boire et sans dormir. Au bout de ces trois jours, alors qu’il se reposait près d’une grosse pierre, il retrouva une clé et il se demanda ce que c’était. Un peu plus loin, il y avait un oiseau qui lui dit :

– Tu t’es perdu, mon garçon? Qu’est-ce que tu fais ici? 

– Qui est-ce qui parle? Eh oh! Il y a quelqu’un?

– Regarde en bas tu me verras! Fais attention au sorcier, il va essayer de t’éliminer!  Il n’aime pas les enfants et surtout ceux qui sont intelligents.                                                                                                                                                                                                                                                                                                   – J’ai trouvé une clé, pouvez-vous me dire à quoi elle va me servir ?                                                                                                                                                                                                                                                           – Tu vas le découvrir un peu plus tard ! Dès que tu vas faire une petite mélodie avec cette  flûte enchantée.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 -Merci monsieur, mais je peux le faire combien de fois ?                                                                                                                                                                                                                                                               -Tu peux le faire au maximum trois fois.           

Il le remercia. Un peu plus loin, il rencontra un sorcier très vieux. Au début, il pensa que c’était quelqu’un de gentil mais après il se souvint de ce qu’avait dit le petit oiseau.  Avec une petite mélodie, il appela l’oiseau car il avait oublié de dire quand il allait apparaître. L’oiseau était invisible.  La voix de l’oiseau commença à dire : «  Fais attention ! Il faut que tu fasses comme si tu ne l’avais pas vu ! » Puis l’oiseau disparut. Le sorcier le remarqua et lui posa une petite question un peu difficile, il reprit la flûte enchantée et fit encore une autre petite mélodie. L’oiseau réapparut mais il était toujours invisible. L’oiseau lui dit de donner une réponse au hasard mais fausse. Puis l’oiseau disparut encore une fois. Il répondit mais malheureusement c’était la bonne réponse. Le sorcier lui dit :

–          Tu es intelligent !                                                                        

–          Mais monsieur, j’ai donné une réponse au hasard.                      

Mais le magicien ne le crut pas.              Donc il essaya de l’éliminer. Un peu plus loin, il se déguisa  en une vieille dame et lui donna une pomme empoisonnée mais il savait qu’il fallait toujours faire attention et ne pas se fier à l’apparence.  Puis il fit pour la dernière fois. L’oiseau lui dit : « Ne mange pas cette pomme,  elle est empoisonnée. »

Il marcha pendant quelques jours et arriva dans une maison très belle. Mais cela ne changeait rien car ses parents lui manquaient  de trop. Il trouva une porte fermée à clé puis il se rappela de la sienne qu’il avait trouvée. Il essaya sa clé puis il ouvrit la porte. Il se retrouva à côté  de ses parents. Il retrouva tout ce qu’il croyait avoir perdu. Puis il resta heureux toute sa vie.

 Avoir un vilain visage n’est pas avoir un vilain cœur.

 

Le garçon qui avait toujours faim, écrit par Amandine

J'écris un conte Aucun commentaire

Il était une fois une reine et un roi qui vivaient avec leur fils qui s’appelait Rémi. Ils  vivaient dans un palais. La reine  donnait à manger à  son fils mais il avait toujours encore faim. Il dit : « Mère je ne t’aime plus car j’ai toujours faim. Je voudrais avoir une nouvelle vie. »

 Un jour, sa mère demanda à  son fils : « Mon fils  va chercher du bois dans un pays inconnu car il fait très  froid. »  Il commença à marcher vers la forêt et il rencontra des nains. Ils demandèrent au fils de la reine :

-Est-ce que tu as quelque chose à boire ? On a vraiment soif. 

-Non désolé, je n’ai rien à boire, dit Remi.

Les nains donnèrent un message invisible et ils dirent : « Tu devras déchiffrer ce message invisible. » Il commença à faire nuit. Alors, il passa la nuit dans ce pays inconnu et étrange. Il cacha précieusement le message invisible.

Le lendemain, il se réveilla et il continua à déchiffrer le message. Il passa tellement de temps à essayer de comprendre le message que le soir arriva. C’était son deuxième soir. Soudain, il commença à lire les deux premiers mots qu’il avait déchiffrés : « Mon prince ».Il Trouva le troisième mot : « Mon prince sauve ». Il passait douze heures sur chaque mo. Il avait sommeil alors, il partit dormir. C’était son troisième soir. Soudain, il trouva tous les mots qu’ils devaient trouver. Puis il lit le texte: «Mon prince, sauve moi je suis emprisonné par les nains qui  t’ont donné ce message invisible. Fait attention à toi ils vont t’emprisonner comme moi. Mais d’abord tu devras trouver l’anneau d’or attention tu ne peux l’utiliser que trois fois. »

Alors, le garçon partit à la recherche de l’anneau d’or. Les nains, eux qui le cherchaient, ne le trouvèrent pas. Le prince voulut revenir près des nains, il s’échappa. La nuit tomba et il avait sommeil. Il trouva un arbre pour dormir. Il grimpa et dormit tranquillement. C’était son dernier soir. Alors, il trouva l’anneau d’or perché sur une branche. Il descendit de l’arbre et il trouva un labyrinthe. Il se perdit six fois. La septième fois, il trouva la sortie. Il partit retrouver la fille qui avait écrit la lettre. En chemin, il rencontra une sorcière mais c’était une sorcière gentille. Mais il croyait qu’elle était méchante. Elle marcha vers lui pour lui demander si elle pouvait l’aider.

-Bonjour, tu veux que je t’aide ?

-Bonjour, oui je voudrais bien que vous m’aidiez.

-Alors tu veux que je fasse quoi ?

-Je voudrais que vous alliez sauver une fille. Elle m’a écrit une lettre et elle m’a dit que je devais venir la sauver car il y a des nains qui me cherchent pour m’emprisonner. Je dois quitter cet endroit sinon ils vont me trouver.

Alors elle fonça pour la délivrer. Pendant ce temps, le fils de la reine avait quitté la forêt. La sorcière la sauva et il la retrouva. Elle lui demanda :

-Mon prince veux-tu m’épouser ?

-Oui, je t’épouserai car je suis venu te délivrer.

Ils se marièrent, ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants.  


Le garçon aux deux visages, écrit par Samet

J'écris un conte Aucun commentaire

Il était une fois un garçon à deux visages car quand il était petit, il s’était brulé la moitié de son visage. Il habitait dans une maison en pierre avec un toit couvert de pailles, il était très malheureux car ses parents étaient dans la cage que le grand dragon de feu surveillait.

 Un jour il quitta sa maison pour aller à la recherche de ses parents. Il se mit en route et rentra dans un pays inconnu. C’était un désert où il rencontra un vieux, il était très laid et avait des dents cassées. Le vieux lui dit de traverser le labyrinthe pour continuer sa route, et le garçon à deux visages essaya de le traverser, mais il se perdit car il était rempli d’arbres et d’insectes.

Il rencontra un singe qui savait voler et lui demanda de l’aider, et le singe accepta. L’animal prit le garçon sur son dos et l’emporta au bout du labyrinthe. Il trouva un tapis et se mit dessus, d’un coup le tapis commença à voler. Le garçon essaya de le contrôler, et il y arriva puis il continua sa route. Il rencontra le fameux dragon de feu, ensuite se il battit contre le monstre, mais il échoua. Il vit un puits, et prit de l’eau. Puis il le renversa sur sa tête et vainquit le grand dragon. Il prit la clé de la main du dragon, ouvrit la cage et sauva ses parents. Ils rentrèrent à la maison et continuèrent leur vie.

 


 

La petite fille et le lutin, écrit par Cynderella

J'écris un conte Aucun commentaire

Il était une fois une petite fille si moche  que son regard rendait très malade les autres qui en mouraient. À l’école, tous les enfants se moquaient d’elle et ses parents en rigolaient. Elle vivait  dans un très beau château.

Un jour, elle décida de partir très loin de chez elle car elle en avait assez de sa laideur. En sortant de chez elle, elle vit un lutin si pauvre que personne ne voulait s’approcher de lui. Il était aussi moche qu’elle. Elle lui donna de l’argent, il lui dit : « Voilà, tu n’es plus pauvre. »

  Ils traversèrent des pays inconnus ensemble. Ils virent un boucher qui leur proposa de s’arrêter manger chez lui. La fille avait très faim et le pauvre garçon aussi donc ils  rentrèrent. Mais ce qu’ils ne savaient pas, c’est que ce n’était pas vraiment boucher. Il voulait à tout prix les tuer parce qu’il voulait s’emparer du royaume ! Une vielle dame arriva en courant :

–         Vite vous devez partir, cria-t-elle.

–         Mais on arrive à peine, répondit la jeune fille.

Elle leur expliqua qu’il allait les tuer s’ils restaient là. Ils étaient effrayés et ils partirent à toute allure. La petite était effrayée, la vieille dame la rattrapa et lui dit qu’il y avait quelqu’un qui pourrait l’aider pour son problème. Les deux partirent à la recherche de cet homme.

Cinq jours passèrent, enfin ils y étaient arrivés au royaume enchanté. Elle tapa à la porte mais personnes n’ouvrit donc elle se permit d’entrer. Le vieil homme était là  en train de travailler sur une nouvelle potion magique. Il se tourna et dit : «  Je vous attendais mademoiselle. » Il prit la potion et la versa sur  elle. Elle était magnifique. Elle remercia le vieil homme et partit avec le lutin qui était lui aussi devenu un ravissant jeune homme. Et depuis ce jour, tout le monde l’admira comme une vraie princesse.                                                                                                                                                    

Morale : Vilain visage n’est pas vilain cœur !

« Billets précédents Billets suivants »