Pilote de chasse

Être pilote de chasse

La formation
Pour être pilote de chasse il faut au minimum un bac de l’enseignement technologique ou général, ou d’un titre reconnu équivalent ou d’un diplôme de l’enseignement supérieur. Soit je choisis la filière E.O.P.N. (Elève Officier du Personnel Navigant) accessible sur concours aux titulaires d’un BAC général ou technologique. Cette filière permet de faire une carrière militaire en tant qu’officier sous contrat (OSC ex ORSA). Soit après 3 ans de classe préparatoire, pendre la filière du Corps des officiers de l’air (du personnel navigant) accessible sur concours de niveau mathématiques spécial aux titulaires d’un bac de l’enseignement général. Cette filière permet de faire une carrière militaire de pilote et d’obtenir un diplôme d’ingénieur.

Salon de Provence

 

La nature du travail
Ce travail consiste à faire des missions de surveillance de l’espace aérien français et intercepter les avions n’ayant pas le droit de pénétrer dans l’espace aérien français, il assure aussi la dissuasion nucléaire, et bien d’autre activité en vol ou au sol. Comme par exemple au sol le pilote prépare sa mission, briefing, contrôle de l’aéronef,… et bien sur le débriefing après la mission.

Les conditions de travail
Un pilote de chasse n’a pas vraiment d’horaires, il est la plus part du temps sur la base, et ce rend en salle de briefing environ 1H30 avant la mission. Il ne passe qu’une petite partie de son temps en l’air, il a aussi beaucoup de travail au sol autant avant que après le vol. Le pilote rencontre aussi des difficultés, mais aussi des dangers, comme :
-Les ondes électromagnétiques (radars).
-Risque vasculaire du aux variations de pression.
– Variations brusques de luminosité selon la position par rapport aux nuages, vols de nuit.
-Troubles visuels liés aux accélérations et aux décélérations brusques : voile rouge pour le G négatif et voile noir pour le G positif.
-Contraintes posturales liées au travail en espace confiné.
-Contraintes sur le cou, les épaules et le rachis liées aux accélérations et aux décélérations.

Les qualités requises
Il existe une visite médicale d'aptitude préalable à la formation et une visite médicale d'aptitude préalable à l'affectation. La visite d'admission est la plus pointue. Outre les examens prévus dans les CEMPN (centre d'expertise médicale du personnel navigant) le bilan de santé comprend des radios de l'ensemble de la colonne et des poumons. Eventuellement un électroencéphalogramme. Un pilote de chasse doit bien sûr aussi avoir une vue et une audition excellente.

Evolutions de carrière

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

Pour un aspirant : 2391€ (indemnité pour services aériens incluse).

Perspectives d’emploi
Il y a environ 180 places chaque année pour le poste de pilote de chasse.

  1. Pas encore de commentaire
  1. Pas encore de trackbacks
Vous devez être identifié pour poster un commentaire