Un scoop à tout prix

 

Un scoop, désigne une information importante ou sensationnelle et exclusive vis-à-vis de la concurrence, notamment dans le milieu du journalisme et des médias.

Le Titanic a coulé dans la nuit du 14 au 15 avril 1912. Le 16 avril toutes les unes des journaux de l’époque parlaient de la catastrophe. Le Petit Parisien (un journal de l’époque) publie alors un article en affirmant que tous les passagers ont été sauvés mais en réalité environ 1500 personnes sont mortes et il n’y eu qu’environ 700 rescapés. Le journal n’a pas été bien informé puisque la société du Titanic a préféré dire en premier lieu que tout allait bien. Nous pouvons supposer que le journal n’était vraiment pas au courant puisqu’il publie son article selon l’avancée de la récolte d’informations en précisant que toutes les informations viennent de la compagnie White Star Line qui déclara ensuite « toutes les craintes concernant la sécurité des passagers n’ont pas raisons d’être, le navire ne pouvant sombrer ». Quelques jours plus tard on apprenait la vérité sur ce qui s’était réellement passé.

 

La mort de Martin Bouygues a été un quiproquo. Le 28/02/2015 l’AFP déclare que Martin Bouygues est mort une vingtaine de minutes plus tard il rectifie leur erreur en annonçant que Martin se porte en fait à merveille et que c’est en fait une erreur de leur part. Les journalistes sur le terrain ont voulu aller trop vite et il y a eu un quiproquo : ils ont téléphoné au maire de la ville en demandant si Martin était mort il se trouve qu’un autre Martin était mort et le quiproquo est parti de là. Le journal en voulant aller vite et faire un scoop s’est trompé et a enchainé un mouvement de panique, deuil…

Lya et Eléonore

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *