L´humanité en péril (Chío)

Posted by on 17 novembre 2019

L´été le plus long de l’histoire ! L’éternité de l’été ! Les températures rêvées ! Ce sont certains titres des journaux dans les premiers mois. Mais maintenant, c’est un grave problème parce que nous sommes en novembre et les températures n’ont pas cessé de monter depuis février de cette année.

Ce qui a commencé comme le printemps parfait pour son climat tropical, avec des bonnes températures, pour tout le monde est, en ce moment, le plus grand changement de la sensation thermique jamais produit antérieurement.

Parce que, d’après ce que j’ai compris, aller en bikini ou en maillot de bain dans la rue n’est pas quelque chose de très habituel aujourd’hui et moins encore à cette époque de l’année. Mais c’est déjà le point du désespoir que nous avons atteint, causée par la chaleur suffocante.

À cause de la chaleur, il a commencé un fort réchauffement des pôles donc ils fondent et cela a produit un important problème :

D’abord, la marée est montée en flèche dans les zones côtières de l’Espagne comme Ferrol, Cadix, Carthagène, Valence, Barcelone, dans lesquels des accidents se sont produits sur les plages en raison d’une montée brusque du niveau de la mer et plusieurs personnes ont été endommagées.

Quelques jours plus tard, ces accidents dépassaient les plages et même le centre des villes et environs, inondant les zones deux et trois mètres de haut.

Et donc, c’est la situation actuelle, ce conflit augmente progressivement et affecte aussi les communautés proches de la côte.

Il s’agit du problème le plus grave qui ait des répercussions sur toutes les populations mondiales.

Oui, nous connaissons l’origine, mais nous ne pouvons rien résoudre avec cela, à cause des températures élevées pendant plusieurs mois, les glaciers sont en train de fondre et ils vont continuer à le faire jusqu’à ce qu’on en trouve une solution rapide. Cette réponse n’arrive pas et, pendant ce temps, le niveau de l’eau continue à monter et à empêcher la vie dans la plus grande partie du pays et la salivation (¿?) se trouve au centre du pays.

Les gens s’enfuient dans tous les moyens de transport possibles, comme des caravanes pleines d’objets personnels et toute la famille effrayée, cherchant un refuge dans les maisons de famille. Madrid est actuellement surpeuplé : tous les habitants avant distribués et organisés dans les 17 communautés sont tous réunis dans une infime partie de l’Espagne.

Et ici, c’est mon cas personnel : j´habite dans une petite maison dans le centre de Madrid avec ma famille : mes parents, mes deux sœurs, mes deux frères et ma chienne. Mais toute ma famille paternelle et celle du côté de ma mère vit à Séville, donc, en raison de ce problème, mes trente-sept cousins ont voyagé et maintenant ils sont chez moi, ce qui est très amusant, mais, peut-être, c’est aussi un peu oppressant et difficile.

En ce moment, nous sommes à l’école et nous pouvons voir par les fenêtres l’eau inondant les rues, la catastrophe est arrivée à la capitale. Et une atmosphère de terreur et de crise a commencée :

-Tranquilles ! Ceux qui vivent près peuvent rentrer chez eux. Vite et avec beaucoup de soin ! – s’exclamée Margarita. – Le reste, suivez Carmen, en ordre, s’il vous plaît.

Et, sans y penser deux fois, j’ai couru jusqu’à ma maison. Le trajet m’a semblé éternel, et vous penserez : mais, Chío, tu vis en face du collège ! oui, c’est vrai, mais quand pour toi chaque moment est comme si c’était le dernier, tout est horrible. Et toutes ces pensées se sont calmées avec un soudain et habituel… :

-Chío, c’est lundi, tu vas arriver en retard à l’école ! Vas-y !

Et, avec plus de force que jamais, je me suis levée de mon cher lit en souriant soulagée parce que ce n’était pas plus qu’un rêve.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *