Pourquoi les félins ne perçoivent pas la même chose que nous ?

28 11 2013

Les félins ou félidés constituent une famille de carnivores féliformes. On y distingue les grands félins des petits félins. Parmi leurs traits caractéristiques, figurent leur tête ronde au crâne raccourci, leur mâchoire dotée d’environ trente dents, et leurs griffes rétractiles. Les félins sont digitigrades, c’est-à-dire qu’ils marchent en s’appuyant sur leurs doigts (la plante du pied ne se pose par sur le sol).

chat

Dans le monde animal, il existe au moins 40 types d’organes visuels. Cette diversité pose la question de l’origine de la perception visuelle. En ce sens, nous pouvons nous demander pourquoi les félins ne perçoivent pas la même chose que nous ?

Tout d’abord, il faut savoir que l’œil humain possède des similitudes avec celui du félin en terme de composants. C’est à dire qu’il est composé d’une rétine sur laquelle se projettent les rayons lumineux ayant traversés l’œil. L’œil est également composé d’une cornée, d’une humeur aqueuse qui permettent aux rayons lumineux de pénétrer ensuite dans l’ouverture réduite qu’est la pupille. L’iris, est une partie colorée de l’œil qui joue un rôle de diaphragme qui contrôle l’intensité lumineuse afin de ne pas endommager la rétine. Il possède enfin un cristallin qui sert le rôle de « lentille » divergente ou convergente. La lumière arrivera, après passage par l’humeur vitrée, sur la rétine qui récupère les informations et les transmet au cerveau par l’intermédiaire du nerf optique.

Coupe_oeil

Coupe d’un oeil et quelques éléments de son anatomie

Cependant, l’œil humain et l’œil du félin possèdent également des différences. L’être humain peut, grâce aux cônes et aux bâtonnets, photorécepteurs qui composent la rétine, percevoir une infinité de couleurs (celles de l’arc en ciel). Les bâtonnets sont très sensibles à la lumière et sont impliqués dans la vision à condition de faible éclairement. Les cônes permettent, la perception des couleurs, ils répondent à des longueurs d’ondes différentes. Cependant, la rétine des félins ne leur permet pas la vision de toutes les couleurs, en cela ils sont très différent de l’homme. Leurs cellules (donnant ensuite lieu à un message nerveux à destination du cerveau pour permettre la vision) n’absorbent que les lumières bleues et vertes, leur permettant une vision essentiellement bleue, verte et jaune (d’après la théorie de la synthèse soustractive). En ce sens, les félins possèdent plus de bâtonnets que de cônes. De plus, ils sont des être nyctalopes puisqu’ils ont la faculté de pouvoir voir dans la pénombre.

Fanny M. et Johanna F.