La Méduse immortelle : Turritopsis nutricula

13 02 2014

Originaire de la Mer des Caraïbes, cette méduse se développe dans les eaux profondes. Elle mesure entre 1 et 5 mm. Elle se nourrit essentiellement de planctons (ensemble des végétaux et animaux aquatiques microscopiques). Jeune, elle possède huit tentacules tandis qu’à l’âge adulte, elle en a environ 80 ou 90.

meduse

Elle détient une caractéristique particulière : elle est « immortelle ». Elle peut néanmoins être une proie pour d’autres animaux ainsi que succomber à une maladie.

Après maturation, elle est capable d’inverser le processus de vieillissement de ses cellules, transformant ses cellules défaillantes en cellules « neuves ». C’est une énigme pour les scientifiques. De plus, des recherches poussées pourraient peut être nous mener à l’immortalité.

Laura P. et Margot M.




Le rôle des micro-organismes dans le compost

13 02 2014

Les êtres vivants du compost peuvent être classés en deux catégories : les micro-organismes et les macro-organismes. Un micro-organismes est un être vivant microscopique alors qu’un macro-organisme est visible à l’œil nu.

lombric

Les micro-organismes sont de trois types : les bactéries et les champignons.
Les bactéries et les champignons sont les responsables de l’élévation rapide de la température du compost dès les premiers jours.
Le compost constitue un véritable milieu de vie dont le fonctionnement est influencé par des conditions particulières, l’oxygénation, la température, l’humidité, les matières nutritives, etc. …
Les êtres vivants qui le peuplent sont des êtres spécialisés qui doivent disposer des conditions qui leurs sont les plus favorables. C’est la raison pour laquelle, les variations de température ont une influence profonde sur la composition de la flore microbienne notamment, et par conséquence sur le produit final de la dégradation.
Les bactéries : Elles sont toujours présentes dans la masse des déchets organiques dès le début du processus. Elles restent actives durant tout le compostage et en particulier à haute température.

Les champignons : Ils agissent surtout sur les matières qui résistent aux bactéries. Ils ont donc un rôle capital. Les champignons  pour la plupart ne résistent pas à des températures supérieures à 50 °C, ce qui explique qu’on les retrouve plus particulièrement en périphérie du compost.

La température extérieure

La température extérieure

La température à l'intérieur du compost

La température à l’intérieur du compost

D’autres champignons, les actinomycètes : ensemble de cellules associées en filaments, agissent plus tardivement que les bactéries et les autres champignons et se multiplient moins rapidement. Les actinomycètes sont spécialisés dans les derniers stades du compostage en s’attaquant aux structures plus résistantes .
A côté de ces trois types de micro-organismes , on retrouve également dans le compost des algues, des virus, des protozoaires.
Les macro-organismes sont très diversifiés dans le processus du compostage.
Les lombrics, par exemple, agissent au début du processus, sur des éléments peu décomposés. Les grands lombrics entraînent dans leurs terriers des fragments de feuilles ou même des feuilles entières. Ils ingèrent ainsi un mélange de débris organiques et leurs excréments constituent un milieu idéal pour les activités microbiologiques qui conduisent à l’élaboration du compost mûr.

Beaucoup d’autres macro-organismes apparaissent surtout dans la phase de maturation du compost.

Les principaux macro-organismes du compost sont les vers de terre (nombre de genres très élevé), les insectes, les acariens, les gastéropodes, les myriapodes, les cloportes, etc.

Au collège nous possédons un système de tri à la cantine. Cette collecte a été initié par l’atelier animaux et environnement de la Segpa du collège. Tous les déchets qui peuvent être décomposés par les micro-organismes ou biodégradables sont récupérés pour être mis dans les composteurs. Les éléments sélectionnés sont le pain, les serviettes, les légumes et certains fruits etc… On rajoute aussi des feuilles mortes pour enrichir le compost en azote qui sont ensuite déversées dans les composteurs.

Le composteur à faible capacité

Le composteur à faible capacité

L'intérieur du composteu

L’intérieur du composteur

DSC_0655

Le composteur de capacité moyenne

Trente opérations menées de février à mai 2013 ont permis de récupérer 1310,50 kg de déchets qui ont été versés dans les composteurs. Depuis la rentrée 2013, la collecte quotidienne (septembre et octobre) a permis de récupérer 1050 kg (moyenne : 42 kg par jour) on estime a environ 5 tonnes la quantité annuelle de déchets. Depuis septembre 2013, la récupération des déchets de la restauration est faite tous les jours par des élèves volontaires. Cette action s’inscrit dans le programme Eco-Collège dans lequel le collège Korczak est engagé depuis juin 2013.

Aurore A.