Des virus de la variole détectés dans des corps gelés…

22 04 2014

Une tombe sibérienne du XVIIIème siècle contenant cinq momies agite la communauté scientifique.

En effet , des scientifiques ont détecté dans l’une d’elle, un virus que l’on croyait disparu: le virus de la variole.

Une collaboration de deux équipes: des chercheurs russes et français, a permis de repéré plusieurs séquences d’ADN (molécule contenue dans les virus).

La variole est une maladie infectieuse qui provoque une forte fièvre et des éruptions cutanées (sortes de pustules contenant le virus) sur tout le corps. C’est une maladie mortelle (plus d’un cas sur cinq) et fortement contagieuse. Il est transmis par les voies respiratoires ou par contact avec un malade. Le virus fait partie de la famille des poxvirus.

600px-EM_smallpox,_grown_via_tissue,_isolate_by_centrifuge

Le virus de la variole au microscope électronique (taille en nanomètre)

Le virus a été complètement éradiquée le 26 octobre 1977 grâce a une campagne de vaccination de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

La découverte de ce virus dans ces corps prisonniers des glaces peut constituer un danger majeur. Le virus, en effet, est distinct d’un point de vue génétique des autres virus de la variole connus jusque là car l’ADN est un peu différent.On dit que ce virus appartient à une souche inconnue. Il pourrait être utile pour reconstituer l’évolution du virus depuis le XVIIIème siècle jusqu’à aujourd’hui.

Il suscite aussi des inquiétudes car avec le réchauffement climatique, le sol gelé de la Sibérie (appelé pergélisol) risque de fondre et de mettre à jour d’autres corps contenant des virus inconnus et peut être actifs.

 

Thomas V., Fanny M. et Johanna F.