« Refuges » de Annelise Heurtier

refuges Été 2006. Mila, une jeune italienne, revient avec ses parents sur l’île paradisiaque de son enfance, Lampedusa. Malgré un drame familial, va-t-elle réussir à renouer avec le cours de sa vie ? Depuis le continent africain, les voix de Amir, Saafiya, Amanuel, Meron, Pietros, Meloata, Gebriel, Awat se font entendre. Ils sont jeunes, Erythréens, fugitifs et en quête d’une terre où ils auront la vie sauve. Arriveront-ils tous à quitter l’enfer et rejoindre, vivants, le paradis ? Lampedusa sera-t-elle l’île de tous les refuges ?

Cette fiction donne un nom et une voix à ceux qui traversent au péril de leurs vies terres et mer. Donner une identité à ceux que l’actualité traite en masses anonymes, c’est rappeler qu’il s’agit d’êtres humains. Les destins croisés de Mila et des jeunes Africains mettent en perspective la vie de chaque côté de la Méditerranée. Ile de paradoxes, au carrefour des deux mondes, Lampedusa devient le territoire magnifié des refuges et de l’espoir.

C’est un livre émouvant, redonnant de l’humanité à un sujet traité quotidiennement par les informations.

Ailleurs sur le blog

« Barsakh » de Simon Stranger LYCEE

Expo CDI  « Les migrants »

Ailleurs au catalogue

« Moi, Félix, 10 ans sans papiers » de Marc Cantin COLLEGE
« Moi, Félix, 11 ans Français de papier » de Marc Cantin COLLEGE
« Anka » de Guillaume Guéraud LYCEE
« Clandestin » de Eliette Abecassis LYCEE
« Un clandestin aux paradis » de Vincent Carle COLLEGE
« Territoire interdit » de Emmanuelle Heidsieck COLLEGE

« On bosse ici, on reste ici ! La grève des sans-papiers, une aventure inédite » de Pierre Baron DOCUMENTAIRE
« Paroles clandestines » de Virginie Lydie DOCUMENTAIRE

Du même auteur 

« Sweet sixteen » COLLEGE LYCEE 

Défi photos Avril 2016 : Couleurs de printemps !

Pour fêter le printemps, les documentalistes vous proposent de leur envoyer votre meilleur cliché ayant pour thème les couleurs de printemps !

photographer-868106_1280

Comment faire ?

1- Je prends des photos de végétaux, d’animaux, de minéraux, de paysages etc; j’exclue les selfies et  toute représentation humaine;

2- Je sélectionne celle que je préfère; j’ai le droit de retoucher mes images tant que le thème est respecté…

3- J’envoie mon cliché préféré à l’adresse du CDI en compressant l’image à 800X600 pixels; je recevrai dans les plus brefs délais un message accusant réception de mon image et me demandant mon accord pour la diffusion de mon cliché sur le blog du CDI.

4- A la fin du défi, mon cliché sera publié sur le blog du CDI afin de réaliser une expo virtuelle.

[email protected] CDI

[email protected]

Jonquille et muscari

Jonquille et muscari

« Les regards des autres » de Ahmed Kalouaz

regardDepuis son entrée en 6e, Laure est victime de harcèlement. Mais la situation a empiré ces derniers mois. La bande d’Alice l’a prise pour cible. Les insultes et les coups se succèdent. Tout a commencé par la publication d’une photo la montrant trop proche d’Eric, le bon élève, le rêveur que les autres appellent Le Barjot. Au fil des jours, ils sont devenus amis. Mais les autres se moquent de cette amitié. Laure a peur, n’ose pas en parler aux adultes qui l’entourent : ses parents, ses professeurs, la CPE. Alice l’a prévenue : si elle parle, si elle balance, les filles lui mettront « la tête en vrac ». Et pourtant, Laure voudrait parler, faire cesser cette souffrance, la sienne et celle des autres victimes souvent plus jeunes qu’elle. Elle cherche à comprendre les motivations des harceleurs en discutant avec Léo qui fait partie d’une bande. Peu à peu, elle s’isole, s’enferme dans le silence et la souffrance, sèche les cours. Ses résultats scolaires s’en ressentent. Trouvera-t-elle une « clairière » où elle pourra se reposer, s’apaiser et puiser la force pour sortir de ce piège ?

Un très beau récit d’Ahmed Kalouaz qui trouve les mots justes pour décrire la souffrance quotidienne de Laure face au harcèlement, sa solitude face aux insultes. L’auteur montre comment ces violences morales ont des conséquences sur la vie scolaire mais aussi la vie familiale, combien il est difficile de se construire lorsque l’on est constamment rabaissé. Mais il explique aussi qu’il est possible de sortir de cette spirale en parlant aux parents, aux adultes du collège, aux associations. Grâce à une écriture concise et l’utilisation d’un vocabulaire précis, le lecteur est dans la tête de Laure et ressent sa souffrance et son désarroi. Un message fort.

Autres articles du blog
« L’enfer au collège » de Arthur Ténor COLLEGE
« De la rage dans mon cartable » de Noémya Grohan LYCEE
« Ma réputation » de Gaël Aymon LYCEE

Autres titres au catalogue
« Elliot »de Graham Gardner COLLEGE
« La fille seule dans le vestiaire » de Hubert ben Kemoun COLLEGE
« Je ne suis pas un singe » de Virginie Lou COLLEGE
« Lettre à Line » de Amélie Billon COLLEGE

« Stop au harcèlement » de Nora Fraisse DOCUMENTAIRE

Rencontre du club de lecture : Quel bestiaire !

C’est dans la bonne humeur que le club de lecture  de 1ère L s’est retrouvé ce jeudi 10 mars.

Au programme  : des chats, un loup, un pingouin, des orques, des singes, une mouette  et …un tyrannosaure !

…. à Paris, en Antarctique, au Japon, aux Etats-Unis, en Suède et…même sur Bételgeuse !

Des découvertes à partager et à retrouver (en partie) au CDi…

Au CDi le 10 mars 2016

Au CDi le 10 mars 2016

 

Lire la suite

« Aussi loin que possible » d’Eric Pessan

pessanAntoine et Tony n’ont rien prémédité, rien comploté. Ce matin-là, ils ont fait la course sur le chemin du collège. Comme ça, pour s’amuser, pour savoir qui des deux courait le plus vite. Mais au bout du parking, ils n’ont pas ralenti, ni rebroussé chemin, ils ont continué à petites foulées, sans se concerter. La cité s’est éloignée et ils ont envoyé balader leurs soucis et leurs sombres pensées. Pour Tony, la hantise de se faire expulser vers l’Ukraine et d’avoir à quitter la France. Pour Antoine, la peur de prendre une nouvelle dérouillée parce que son père a envie de se passer les nerfs.  Ils se sentent capables de courir pendant des jours, tant qu’il leur restera une once de force.

C’est un roman « physique ». On ne sait si c’est la tête qui soutient les jambes ou les jambes qui conduisent les pensées bien plus loin qu’on ne l’aurait imaginé. C’est un roman où le souffle a beaucoup d’importance, le souffle de la vie, de l’amitié, de la solidarité et de la capacité à outrepasser ses propres limites. Pour les ados, un roman qui fait grandir…

Mariannick, doc.