La Grande Guerre des médias

Toutes les illustrations de cette page sont des cartes postales

Dans le cadre de l’Histoire des Arts : Arts, Etats et Pouvoir.

Visite de  l’exposition

Orages de Papier

La grande Guerre des médias

BDIC – Hôtel National des Invalides. Paris

du 26 Octobre 2010 au 15 Janvier 2011

Cette exposition, fruit du partenariat franco-allemand,  a d’abord été présentée à Strasbourg puis en Allemagne avant de venir à Paris. Elle montre comment la première guerre mondiale est aussi la première guerre des médias et donc la matrice des guerres modernes. Grâce aux nouveaux moyens d’impression (tracts, affiches, cartes postales ) au progrès de la photographie et du cinéma, à des moyens de diffusion plus rapides (trains, avions), c’est un  « Orage de Papier » qui va s’abattre de part et d’autre des  frontières et non plus  seulement un Orage d’Acier ( titre du roman de l’écrivain allemand Ernst Jünger 1920 ). C’est aussi grâce à l’école de Jules Ferry qui a permis à la population d’apprendre à lire et à écrire que l’écrit va devenir si important dans cette guerre. Parallèlement à la propagande, les soldats vont beaucoup écrire, des carnets, des journaux, des lettres, des poèmes, des cartes postales.  Dans un conflit qui fait, par jour, 800 morts, côté français et 1200 morts, côté allemand, il est nécessaire de maintenir un contact quotidien entre le front et l’arrière. Ainsi; un million de lettres seront échangées chaque jour.

Au dessus : la carte postale « On les aura » d’Abel Faivre. (cliquez pour lire l’analyse de l’image) Par son attitude, le personnage rappelle un autre tableau : La liberté guidant le peuple de Delacroix. Dans les deux cas, les personnages sont des allégories de la liberté et de la défense du droit. Ils indiquent la voie à suivre  et incitent le peuple à combattre.

La carte postale

Grâce à l’évolution des techniques dont l’invention de la photographie, la carte postale va devenir un moyen de communication très rependu, presque quotidien de 1900 jusqu’à la deuxième guerre mondiale. Elle déclinera avec l’invention du téléphone.

Deux techniques graphiques sont utilisées : la photographie colorisée ou la gravure.

Certaines cartes utilisent le photo montage montrant la réalité du soldat au front et le souvenir des êtres chers.


 

Une jeune fille, allégorie de la France, appelle à défendre la terre des aïeux

Carte de vœux pour l’année 1916. Vœux de victoire symbolisée par le rameau et souhait pour les soldats de retrouver leur famille. Le bébé peut aussi être interprété comme une allégorie des générations futures. L’aube se lève sur une France  jeune, libre et victorieuse.

D’un côté, la pureté, la candeur de la jeune fille ou du nouveau-né, de l’autre la monstruosité, la bête immonde. C’est sous la forme d’une pieuvre que l’Allemagne est représentée sur cette carte de propagande. La pieuvre germanique coiffée du casque à pointe est une allégorie de l’Allemagne

Mais, de l’autre côté de la frontière, les cartes postales allemandes développent les mêmes thèmes de propagande : héroïsme, courage, sacrifice, camaraderie,  femme aimée  présente par la pensée et le souvenir.

 

 

Pour en savoir plus et  préparer votre visite,  consultez le dossier de presse de l’exposition: Orages de Papier>

Consultez le document pédagogique de l’exposition

Lisez le compte rendu de la visite de Raiyan

Sur le journal du collège, FGNews, des photos de la sortie.

Découvrez d’autres documents (photos peintures, affiches) sur le site du ministère de la culture :

Poilus- L’histoire par l’image

Au Musée de l’armée

 

Laisser un commentaire