Critique du film Django

https://tse3.mm.bing.net/th?id=OIP.6oSJJX4RuynfUOeopQERagHaJI&pid=ApiCritique de Jade  3e E

 Nous allons nous intéresser au film qui s’intitule « Django », sorti en 2017 au cinéma et ainsi en faire une critique. Ce long métrage a pour but de nous faire découvrir la vie très mouvementée du célèbre guitariste et jazziste Django Reinhardt lors de l’Occupation allemande. Ce film autobiographique a été réalisé par Etienne Comar et l’auteur principal est Reda Kateb. Le film est-il vraiment représentatif de la vie de Django ?

 

   Nous allons dans un premier temps nous pencher sur la vie des personnages et figurants. Ensuite, nous nous questionnerons pour savoir si le réalisateur a été fidèle ou non à la biographie de Django tout au long du film. Pour finir, nous chercherons dans le film des faits qui ont marqué la vie de l’artiste.

Tout d’abord, nous allons nous intéresser aux personnages de ce film et plus particulièrement à celui de Beata Palya et de Bimbam Merstein dans les rôles de Naguine et Negros.

   Ces deux femmes pleines de charisme et de bonne humeur ne sont pas de réelles actrices mais bien de vraies manouches résidant dans des caravanes. Leur situation personnelle nous plonge d’autant plus dans cette belle véracité de l’histoire.

   Cependant, les musiciens du Hot Club de France qui jouaient dans le film, ne sont pas eux non plus des acteurs. En effet, ces personnages sont de vrais musiciens professionnels ce qui a permis de ne pas avoir eu à doubler leur musique. Cela rend leurs concerts encore plus vivants et entrainants.

   En revanche, Reba Kateb, lui, est un excellent acteur qui a su interpréter le rôle du célèbre musicien Django. Bien qu’il joue à la perfection ce rôle à la fois charmeur et insouciant de Django, il me semble très décevant que ce personnage n’ait pas été attribué à un manouche.

   Incontestablement, le réalisateur a fait preuve d’attention face aux éléments marquants de la vie de Django. Dans ce film, son histoire paraissait plus ou moins réaliste. On peut tout de même retracer son parcours avec ses débuts dans de gigantesques et brillantissimes théâtres de Paris mais aussi avec ses tentatives de passages en Suisse.

   Au contraire, ces deux tentatives ne se seraient pas déroulées comme dans la réalité. Effectivement, lors de son second essai, le film laisse croire qu’il a réussi à passer la frontière, or, dans la réalité, il s’est fait renvoyer à Paris car les douanes estimaient qu’il ne courait aucun danger.

   De plus, le personnage de Louise de Klerk n’a certainement pas sa place dans l’histoire. Il est vrai que Django n’a jamais été en contact avec une résistante lorsqu’il résidait à Thonon-les-Bains. Ainsi, ce bémol apporte une source de fausseté à l’aventure du musicien.

   Ce film biographique nous apprend de nombreux faits sur la vie de Django. En premier lieu, on peut apercevoir la main mutilée de Django causée par un accident d’enfance dans sa roulotte. Puis, nous pouvons également avoir l’impression que Django a possédé un adorable singe en tant qu’animal de compagnie. On nous a aussi convaincu de l’admiration des Allemands à l’égard du jazziste français. On a pu sans doute s’en rendre compte lorsqu’ils lui ont proposé une tournée en Allemagne.

   Enfin, le film nous a rappelé l’abominable massacre des Tziganes qui amène des éléments historiques tragiques dans cette biographie déjà pleine de rebondissements.

 Selon moi, ce film a un rendu un peu mitigé. D’une part, le scénario est réaliste grâce aux « faux acteurs » présents et aux vrais musiciens qui l’animent. A mon avis, le réalisateur a plutôt bien réussi à retracer la vie de Django durant ces années d’occupation. Seulement, je trouve extrêmement dommage que le génocide des Tziganes soit omniprésent dans le film, même si cela reste un élément marquant de l’Histoire. De plus, j’ai apprécié les efforts que le réalisateur a apporté pour mettre en évidence différents faits de sa vie. Malheureusement, d’après moi, la présence du personnage de Louise de Klerk n’était pas indispensable. Enfin, je pense tout de même que ce film présente plutôt bien la vie de Django Reinhardt.

Critique de Séléna 3°C

  Le film « Django » est un long métrage biographique sur Jean Reinhardt (1910-1953) dit Django Reinhardt. C’est un guitariste qui jouait du jazz manouche. Ce film a été réalisé par Etienne Comar en 2017. A l’issu de la séance, on peut s’interroger : le premier long métrage du réalisateur est -il un échec ou une réussite ? Nous examinerons d’abord les différences entre la biographie de Django et le personnage du film puis les conditions de vie (guerre, artistes, manouches …) et enfin l’esthétique du film.

       Le film retrace une période de la vie du musicien lorsqu’il avait environ trente cinq ans, pendant la Seconde Guerre mondiale. Cependant, le film ne fait pas référence à son enfance. On sait seulement qu’il s’est brulé à la main gauche à cause de fleurs en celluloïde qui se sont enflammés et qu’il en a gardé de graves séquelles. Cet évènement est présent dans le film comme dans sa biographie. Cependant, dans le film, les circonstances de l’accident ne sont pas vraiment expliquées. Cet accident est certainement une des choses qui l’a rendu très célèbre. « Grâce » à cette brulure, il a acquis une technique de jeu très spéciale et il est devenu et est encore un des guitaristes les plus renommés et respectés dans le monde du Jazz. Nous savons aussi qu’il a été élevé dans une caravane, au sein d’une famille manouche. Hélas, le réalisateur a décidé de faire l’impasse sur de nombreux éléments de sa vie … Par exemple, on ne nous parle pas de ses enfants, de ses autres passions (peinture, pêche …), des dix-huit mois qu’il a passés à l’hôpital à cause de ses brulures… Et c’est dommage !

Le film « Django » est très instructif et intéressant. Il faut tout de même être un minimum documenté et instruit sur Django Reinhardt pour avoir le luxe de bien comprendre le film. Peut-être que le réalisateur visait un public déjà bien renseigné sur Django ? Peut-être que l’ajout de plus d’éléments biographiques auraient aidé les moins connaisseurs à mieux comprendre le film ?

         Au moment de la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), les conditions de vie n’étaient pas très faciles, surtout pour les artistes. En effet, sous le régime nazi, il y avait des « manières de faire » pour jouer d’un instrument : pas de musiques dansantes, pas le droit de taper du pied … Django et son quintette furent confrontés à ces obligations. Mais Django est quand même relativement chanceux, car il est beau et séduisant, il a même une maîtresse. C’est un virtuose et les allemands l’adorent et le respectent beaucoup. Malgré les contraintes, Django vit dans le luxe et le confort parisien. Il profite de tous « ses plaisirs » pendant que sa famille manouche est persécutée et discriminée par les nazis. Il ne fait rien pour essayer de les aider.

Je trouve que Django est un homme égoïste, il s’occupe de lui et ne se soucie pas du « malheur des autres ». Il rendra visite à sa famille seulement quand il aura besoin d’eux. Même au moment de sa fuite en Suisse, il va abandonner sa femme qui est enceinte et sa mère dans la forêt pour pouvoir se sauver. Est-ce que Django est aussi égoïste dans la réalité que dans le film ?

            Les décors étaient très beaux, réalistes et caractéristiques de l’époque durant laquelle se déroule le film (salles de spectacles poussiéreuses, personnages qui fument à l’intérieur …). Le fait que les décors soient aussi réalistes procure un sentiment d’évasion, donne l’impression de voyager dans le temps. Hélas, j’ai trouvé la fin du film assez incompréhensible, il n’y avait pas de dialogues et aucune explication sur ce qu’il se passe.

Cependant le film peut paraitre un peu long à certains moments. Il aurait peut-être été préférable qu’il y ait plus d’actions ? Un peu moins de musique ? Ou un peu plus de dialogues ?

            Je trouve finalement que le premier long métrage d’Etienne Comar est une réussite car même s’il y a encore des points à améliorer (plus d’informations sur d’autres périodes de sa vie ? Qu’est-il devenu après la guerre ?), c’est un bon film. En effet, ce film est très prenant et touchant car il nous plonge au cœur de la vie de ce génie de la musique pendant une période relativement compliquée de notre histoire

Critique de Jeanne. 5°C

Django est un film biographique coécrit et coproduit par Etienne Comar sorti en 2017.

Etienne Comar décide de présenter la vie de Django Reinhardt pendant l’époque ou la France est occupé par les allemands pendant la seconde guerre mondiale. A ce moment-là, Django souhaitait échapper aux forces allemandes, qui voulaient l’inviter à faire une tourner en Allemagne.

Nous examinerons d’abord les critiques positives comme le jeu des acteurs, la musique et l’esthétique et enfin les négatives d’une biographie incomplète, le manque de rigueur sur l’histoire et un film compliqué à comprendre pour les personnes non documentées.

Dans ce film j’ai trouvé que Reda Kateb qui joue le rôle de Django est très talentueux il interprète très bien son rôle qui lui colle à la peau ainsi qu’une Cécile de France aussi éblouissante dans son interprétation de Louise.

L’esthétique est aussi bien présente dans le film, il y a beaucoup de détails très minutieux que l’on peut remarquer comme la main mutilée, le singe de Django, la vie parisienne et luxueuse de Django pendant l’occupation. Ce qui permet de refléter un vrai travail sur la mise en scène de ce film ce qui pour moi est très important. Mais le plus remarquable est la musique magnifique, surprenante, vibrante… Pour moi elle compose une partie du film et nous permet de rester concentré sur le scénario qui malheureusement et soit disant basé sur la vie de Django Reinhardt qui est incomplète.

 Ce n’est qu’une petite partie de sa vie durant la seconde guerre mondiale on ne peut donc pas considérer ce film comme une biographie et c’est bien dommage. Le scénario manque de rigueur sur le plan historique avec beaucoup de raccourcis et de manques de détails sur cette période de l’histoire ce qui le rend peu réaliste. Le film est difficile à comprendre pour une personne de mon âge qui ne connaît pas Django Reinhardt et celui-ci ne m’apprend pas grand-chose sur lui. De plus certains moments sont longs surtout le début d’où la difficulté à me concentrer

J’ai beaucoup apprécié la musique de Django dans ce film. Ce genre de musique que je ne connaissais pas  y trouve une place remarquable. C’est grâce à elle que j’ ai suivi ce film malheureusement incomplet sur l’histoire de ce grand musicien. Je trouve cela dommage de ne raconter qu’une période de sa vie.

Les acteurs jouent très bien mais le scénario manque de détails sur l’histoire de la seconde guerre mondiale et beaucoup de moments sont très longs. Je peux donc reconnaître que ce n’est pas un film que je retournerai voir car pas assez attractif pour moi.

***********************************************************************************************

Critique d’Alexis. 3°E

Django, est un film sorti en 2017 et réalisé par Etienne Comar. Le film a pour sujet, la vie de l’artiste de jazz manouche, Django Reinhardt, pendant l’Occupation allemande en France.Ce film a pour objectif de retracer le parcours de Django durant cette période. Cet objectif est-il atteint ou non ? Dans une première partie, nous présenterons quelques aspects négatifs du film par rapport à la réalité puis dans une seconde partie, nous montrerons que ce film est réussi.

            Ce film ne retranscrit pas fidèlement la vie de Django. En effet, certains passages ont été inventés ou modifiés pour mieux les faire passer à l’écran. Parfois, les personnages qui l’entourent, n’ont jamais existé comme Louise de Klerk, celle qui dans le film va l’aider à rejoindre la Suisse. On lui attribue une liaison avec elle, alors que cela n’a jamais été le cas.             D’autre part, le rythme de ce film est souvent très lent, ce qui fait que le spectateur peut décrocher voire s’endormir devant le film.

            En revanche, certains faits évoqués dans le film sont réels. Par exemple, l’artiste a vraiment une main mutilée, conséquence d’un incendie, ce qui l’a obligé à ne jouer qu’avec 2 ou 3 doigts. Il menait également une vie parisienne, bien remplie grâce au succès qu’il connaît à cette époque.

            Un autre aspect du film est particulièrement vrai, celui du contexte historique. L’Occupation allemande était bien réelle, de même que le sort réservé aux Juifs et Tziganes

    D’un point de vue esthétique, le film est plutôt réussi concernant les scènes de musique, lorsque les manouches jouent dans leur campement ainsi que le final du film, au moment du Requiem, moment d’émotion.

     Malgré des événements et quelques personnages totalement inventés, ce film retrace la vie de Django dans le contexte de l’Occupation. Ce film est pour moi, plutôt réussi même si je n’ai pas de réponse à certaines questions. Je m’interroge encore sur le rôle de Louise de Klerk, est-elle du côté des Allemands ou de celui des Tziganes, comme Django ?

 

Laisser un commentaire