Le Chagrin et la Pitié

18 09 2008

Le Chagrin et la Pitié est un documentaire français de Marcel Ophüls sorti en 1969.

En partant de l’étude du cas de Clermont-Ferrand, le film dresse la chronique de la vie d’une ville de province entre 1940 et 1944.

D’une durée d’environ 4 heures, ce film, constitué essentiellement d’entrevues, est la première plongée effectuée dans la mémoire collective française sur la période de l’Occupation allemande au cours de la Seconde Guerre mondiale. À une idéologie qui ne faisait pratiquement état jusque là que des faits de Résistance, Ophüls permit de mettre l’accent sur des comportements quotidiens beaucoup plus ambigus à l’égard de l’occupant, voire de franche collaboration. En brisant l’image unanime d’une France résistante, le film a joué un rôle important dans l’inauguration d’une phase de la mémoire de l’occupation que l’historien Henry Rousso appelle « le miroir brisé », à partir des années 1970.

En France, ce film a été censuré pendant plus de 10 ans à la télévision. En effet, il donne une vision très négative de la France, plus tournée vers Pétain que vers de Gaulle. La droite française, soucieuse de mettre l’accent sur une France résistante incarnée par le général de Gaulle a souvent tenté de minimiser la collaboration pour préserver la cohésion nationale. C’est ainsi que ce film sera banni du petit écran jusque en 1981.

extrait :

http://www.dailymotion.com/video/x619fy



Les Français en 1944: l’heure de la libération

13 09 2008

La Libération de la France en 1944/1945 a été une période complexe où se mêlèrent joie et enthousiasme pour certains mais aussi crainte et tristesse pour d’autres.

Vichy

Quelques images pour replacer le contexte, extraites du documentaire de Patrick Rotman Eté 44

http://www.dailymotion.com/video/x4xyyu

La Libération de Paris

Images de liesse populaire autour du « héros » De Gaulle (documentaire Ils ont filmé la guerre en couleurs)

http://www.dailymotion.com/video/x1zza3

L’ épuration

Pour cimenter cette joie collective, un exutoire commun permet d’exprimer ces retrouvailles : s’en prendre aux collaborateurs, aux prisonniers allemands, à tous ceux qui ont eu des comportements jugés indignes.

Parmi ceux-là, les femmes qui ont eu des relations affectives avec des soldats allemands seront tondues. Pour la plupart de ces femmes, c’est presque toujours la même histoire, celle d’une France occupée dans laquelle des jeunes filles, par insouciance ou inconscience, franchissent les interdits et commettent l’impensable : le délit d’adultère avec l’ennemi de la Nation.

un extrait du documentaire de Jean Pierre Carlon, passé sur France 3 en 2007

http://www.dailymotion.com/video/x5qtet