Birmanie : la chute d’une dictature ?

Malgré des mises en garde répétées du régime, quelque 100 000 personnes menées par des bonzes ont encore aujourd’hui dans Rangoon, la plus grande ville de Birmanie. Des soldats et des policiers anti-émeutes birmans se sont déployés autour d’au moins six monastères bouddhistes de Rangoon, à la pointe des manifestations des derniers jours contre la junte militaire. Un manifestant est mort alors que la police dispersait des opposants au régime.

Pourquoi de telles manifestations ?

Contre la hausse des prix et contre une junte militaire qui a conduit le pays à la misère, des milliers de personnes semblent aujourd’hui être prêtes à aller jusqu’au bout. Frappés de plein fouet par la hausse brutale, le 15 août, du tarif officiel des carburants – qui s’est aussitôt répercutée sur le coût des transports et des produits de base – la plupart des 52 millions d’habitants se maintenaient déjà, à grand-peine, sur le seuil de la survie: 9 sur 10 gagnent chaque jour à peine 1 000 kyats, la monnaie locale, liée au dollar. Au taux de change du marché noir, le seul en rapport avec la réalité, cela ne représente guère que 80 cents. Aung San Suu Kyi, leader de l’opposition démocratique et Prix Nobel de la paix, assignée à résidence depuis des années, a soudain été conduite à la prison d’Insein, 24 heures après être apparue, en larmes, devant sa résidence pour saluer les moines qui défilaient dans les rues, défiant la junte du «généralissime» Than Shwe.

Jusqu’où ces manifestations peuvent-elles aller ?

Nul ne le sait à l’heure actuelle. Tout le monde est cependant hanté par le souvenir du bain de sang de 1988, quand le pouvoir n’avait pas hésité à donner l’ordre de tirer sur les protestataires d’une grande manifestation. D’un côté, les derniers rapports de l’O.N.U ont souligné un risque très fort d’une «véritable crise humanitaire» dans un pays où la pauvreté est croissante croissante et où le sida et la malaria ne cessent de faire des victimes de plus en plus nombreuses de jours en jours. De l’autre, les statistiques officielles gratifient l’économie nationale d’une croissance à deux chiffres depuis 1999: 12,2% en 2005, plus de 13% en 2006! Le taux réel serait inférieur à 3%. Encore est-il largement dû aux exportations de gaz naturel dont les bénéfices servent essentiellement la richesse des dirigeants en place. Conviés au printemps dernier à l’inauguration de la nouvelle capitale, Naypyidaw («Demeure des rois»), édifiée à quelque 500 kilomètres au nord de Rangoon, au milieu de nulle part, les diplomates chinois eux-mêmes, malgré les excellentes relations de Pékin avec la junte, n’ont pu se retenir d’éprouver un choc, tant ce projet dispendieux contraste avec l’état du pays. Son coût aurait absorbé entre 1 et 2% du PIB annuel ces dernières années. Par comparaison, la Santé n’a droit qu’à 0,5% du budget!

Pourquoi ces manifestations ont-elle lieu aujourd’hui ?

Beaucoup s’accordent à penser que la tenue de l’Assemblée générale de l’O.N.U cette semaine n’y est pas étrangère. Si les projecteurs de l’actualité sont braqués en Birmanie, les yeux des délégués du Conseil de sécurité également. Même la Chine, l’un des cinq grands du dit conseil (avec les États-Unis, la Russie, le Royaume-Uni et la France) n’ose plus apporter ouvertement son soutien au pouvoir en place. Son image de « démocratie fréquentable » à la veille des Jeux Olympiques de Pékin en 2008 pourrait gravement en pâtir.

Le pouvoir peut-il être renversé ?

Than Shwe est loin d’être sans ressource puisqu’il a accordé à la Défense plus de 35% des dépenses budgétaires du pays ! Et c’est sans compter des ressources cachées… Ses forces comptent ainsi déjà plus de 400 000 hommes, des milliers d’armes chinoises, russes, des tanks, des avions. Mais contre quel ennemi ce régime s’est-il donc prémunit ? Oui, hélas… Il semblebien que ce soit contre ses propres compatriotes. En ce cas, la guerre civile est inévitable et elle sera d’autant plus sanglante qu’elle est déséquilibrée. D’un côté,des manifestants descendus dans les rues, avec à leur tête 10.000 bonzes pacifistes, scandant le mot de « Démocratie! Démocratie! » En signe de défi, certains manifestants agitaient le drapeau rouge du « paon combattant », emblème des syndicats étudiants qui s’étaient placés à la pointe du mouvement insurrectionnel de 1988. En face, l’armée… Elle a tiré aujourd’hui. Et demain ?

Pour en savoir plus :

  8 comments for “Birmanie : la chute d’une dictature ?

  1. 27 septembre 2007 at 20:29

    « Au moins 5 personnes ont été tuées et 100 autres blessées » le 26 septembre au Myanmar. Les forces de sécurité ont commencé à réprimer les manifestations massives menées ces derniers jours par les moines bouddhistes. Trois bonzes auraient été tués par balles, et deux autres battus à mort, rapporte le quotidien thaïlandais. Trois cents personnes auraient été arrêtées. Ban Ki-moon, le secrétaire général de l’ONU, a dépêché sur place un envoyé spécial. « Il faut cesser tout soutien au régime diabolique » de Rangoon, s’exclame le journal en éditorial. Il s’adresse à la Thaïlande, au Japon, à l’Inde, à l’Indonésie et même à la Chine qui, « si elle n’est pas démocratique, a la responsabilité de poser un exemple moral »
    d’après le Journal The Nation

  2. 28 septembre 2007 at 23:34

    Opérant dans la clandestinité, des « journalistes citoyens » défient la censure en Birmanie en fournissant au monde images et informations sur le mouvement de protestation le plus massif qu’ait affronté la junte birmane depuis deux décennies. Isolés, les durs aux commandes de l’armée birmane se retrouvent le dos au mur. Le chef de la junte, Than Shwe, pourrait avoir du mal à tenir des troupes très affectées par le mouvement des moines bouddhistes, juge le correspondant d’Asia Sentinel.

  3. valentine
    29 septembre 2007 at 09:20

    Nous, les français, comment avons-nous la possibilité d’arrêter un tel massacre ? Comment éviter un tel drame, des milliers de morts ??

  4. 29 septembre 2007 at 16:53

    Malheureusement, ce genre d’évènement est très difficile à maitriser de l’étranger. Sois convaincue que nos diplomates s’activent énergiquement en coulisses, mais à notre niveau de citoyen, à moins de soutenir Reporters sans frontières ou bien de de manifester devant leur ambassade à Paris, je ne vois pas bien ce qui est possible de faire…

  5. 29 septembre 2007 at 16:57

    Les généraux birmans tentent aujourd’hui de bloquer les connections Internet du pays. Signe du rôle crucial qu’ont joué les nouveaux moyens de communication pour diffuser informations et images des manifestations… En visionnant donc les images qui précèdent, vous faites un acte de rébellion vis-à-vis d’eux ! En effet, malgré les similitudes entre les manifestations [réprimées dans le sang] de 1988 et celles d’aujourd’hui, une différence de taille les sépare. Les progrès considérables enregistrés par les technologies de l’information ces dix-neuf dernières années permettent au monde horrifié d’assister en temps réel à ce qui se déroule actuellement dans les rues de Rangoon. Malgré les efforts du régime pour isoler sa population du reste du monde, des preuves en images des crimes actuellement commis par la junte parviennent à sortir du pays, essentiellement grâce à l’ingéniosité d’une jeunesse birmane qui, forte de sa modernité, parvient à déjouer les tentatives de bâillonnement du pouvoir. On leur souhaite de réussir !

  6. 29 septembre 2007 at 20:12

    A Rangoun, le nombre de manifestants semble avoir fortement chuté selon le témoignages. «Les membres des forces de sécurité dépassent en nombre les manifestants dans le centre-ville. Les manifestants n’osent plus venir dans le centre-ville, vu qu’ils risquent de façon certaine d’être sévèrement frappés et arrêtés», constatait un témoin.

    Environ 500 manifestants s’étaient rassemblés près du marché Bogyoke Aung San, également connu sous le nom du marché Scott. Ils se sont dispersés quand les forces de sécurité ont tiré en l’air. «Ils ont frappé les gens si violemment, je me demandais comment ces personnes pouvaient le supporter, a dit un habitant. J’ai vu les forces de sécurité interpeller cinq personnes dans la rue.»
    Voilà une évolution assez pessimiste de la situation sur la capitale. Cependant, le mouvement semble avoir fait tâche d’huile puisqu’à 500 kilomètres au nord de Rangoun, à Pakokku, des milliers de personnes ont manifesté pendant deux heures. Sans répression…

  7. Teddy 3°E
    10 octobre 2007 at 13:41

    En fait, si j’ai bien compris, l’Etat Birman se bat contre son propre peuple : c’est une vraie guerre civile ! C’est terrible de voir de telles choses en 2007… C’est en outre scandaleux de voir que la santé n’a le droit qu’a 0.5% du budget de l’État.

  8. GALLET Jérémy
    18 août 2009 at 22:59

    C’est devant un DVD (fiction) que je me suis intéressé de plus près à la situation en Birmanie. Avant de visiter quelques sites spécialisés, je n’en avais jamais entendu parlé. Je suis horrifié par ce que j’ai vu et indigné par ce qui est arrivé à Aung Aan Suu Kyi. On doit bien pouvoir faire quelque chose, non ?!

Laisser un commentaire