Brasilia, ville capitale

Brasilia est la capitale du Brésil ; elle compte 2 455 903 habitants.  Située au Centre-Ouest du pays sur un plateau à 1 100 m d’altitude, son climat est de type tropical, avec 22°de température moyenne, pour un taux d’humidité très bas l’hiver (25%).

Construite au centre-Ouest du pays afin de répartir les richesses et éviter les conflits entre Rio de Janeiro et de São Paulo. Contrairement aux autres villes de ce pays, elle ne fait pas partie d’un État, mais du District Fédéral. Brasilia est une véritable capitale politique et administrative. L’urbaniste Lucio Costa a dessiné le plan de cette ville qui vit le jour en 3 ans sous la forme d’un avion. Vu du ciel, les quartiers résidentiels, centres commerciaux, écoles et parcs se situent dans « les ailes de cet avion » et se gèrent seuls ; les habitants n’ont donc pas besoin de voiture.

Les entreprises privées représentent peu de l’activité locale et les industries lourdes et polluantes sont interdites dans la ville. L’architecte  Oscar Niemeyer a construit les principaux bâtiments de Brasilia : le congrès nationale, le ministère des affaires étrangères tribunal et palais de la présidence, ainsi que la cathédrale. La Cathédrale « Notre Dame de l’apparition » est de structure hyperboloïde d’un diamètre de 70 m, obtenue par l’assemblage de 16 colonnes de 90 tonnes chacune, représente deux mains se rejoignant. Les évangélistes Matthieu, Marc et Luc sur la gauche et Jean sur la droite. La cathédrale a été consacrée le 31 mai 1970.
La langue parlée y est principalement le portugais. Les habitants sont appelés « Brasilienses » et les ouvriers « Candagos » ; son origine vient de l’esclavage. Les travailleurs de classes moyenne et supérieure furent désignés comme « Pioneiros ». Les Brésiliens de la nouvelle génération nés à Brasilia, s’appellent entre eux « Calangos », terme qui désigne une espèce de lézard de la région.

Les populations pauvres habitent les abords de la ville dans les favelas. Maisons construites avec des matériaux trouvés et ramassés sur les chantiers de la ville. Feuilles de palmiers tressées, tôles … pour le toit ; planches et poteaux de bois pour la structure. Le sol est en terre, la cuisine s’effectue à l’extérieur de la baraque sur un feu de bois. Les favelas s’étendent et se transforment pour devenir de véritables villes dans la ville. Les habitants s’organisent, on y trouve des boulangers, artisans, écoles, lieux de cultes … mais aussi des gangs qui se disputent le pouvoir et y font régner la terreur.

Références : Wikipédia – Asopa.free.fr/racine/favelas.html – www.journaldunet.com

Garance UBALDI (5ème D)

Laisser un commentaire