Demain, la Palestine à l’ONU ?

Le président palestinien Mahmoud Abbas présentera la demande d’adhésion à part entière d’un Etat de Palestine aux Nations unies le 20 septembre 2011. Cette demande d’adhésion des Palestiniens aux Nations unies sera d’ailleurs faite par la Ligue arabe, comme l’avait annoncé le 14 juillet dernier, à Doha le chef de l’organisation panarabe, Nabil al-Arabi. Plongé dans la crise et ses soubresauts, cet évènement risque d’échapper à notre attention quelque peu embrumé par les torpeurs de l’été – si, si, même sous la pluie…

Plus sérieusement, cette démarche historique ne va pas être faite par hasard. Une fois la requête remise par le président de l’Autorité palestinienne au secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon – le jour de l’ouverture de la prochaine Assemblée générale de l’ONU – , ce dernier la transmettra au président du Conseil de sécurité. Pourquoi soudain cette hâte à déposer cette demande ? Tout simplement parce qu’à cette date, le Liban assurera alors la présidence du Conseil de sécurité… « Cela nous va nous aider, car le rôle du président du Conseil de sécurité, qui a des prérogatives, est crucial », a expliqué M. al-Malki, chef de la diplomatie palestinienne. Les Palestiniens ont en effet l’intention de demander au Conseil de sécurité l’adhésion de leur Etat à l’ONU tout en excluant une reprise des négociations avec Israël ! Plutôt que de faire parler les armes, voici donc un bras de fer diplomatique qui va se mettre en place. Chacun pourrait s’en réjouir si la situation dans la région n’était pas aussi sensible. Encore ébranlée par le vent de révolte né du mouvement tunisien de 2010 et blessée par les déchirures en Libye et en Syrie, toute la région du Moyen-Orient sera, à n’en pas douter, très sensible à ce nouvel évènement.

Palestine est le nom de l’État auto-proclamé depuis Alger par l’OLP en 1988, et le terme utilisé par l’Autorité Palestinienne pour désigner l’État revendiqué par les Palestiniens. Le pouvoir de cette Autorité s’exerce, de façon continue depuis l’application en 1994 des Accords d’Oslo, sur une partie restreinte des Territoires palestiniens de Cisjordanie, tandis que la bande de Gaza est désormais administrée par le Hamas depuis les élections libres de 2006, d’abord dans le cadre de l’Autorité palestinienne puis depuis juin 2007, après une guerre civile meurtrière, en rupture avec cette dernière. Seuls 94 États reconnaissent un « État de Palestine », et 11 pays ne le reconnaissent pas officiellement comme un État mais accordent un statut diplomatique particulier à une représentation palestinienne. Aujourd’hui, les Palestiniens veulent obtenir une adhésion à part entière à l’ONU et la reconnaissance de la Palestine sur les lignes du 4 juin 1967, avant la Guerre des Six jours, soit la totalité de la Cisjordanie, de la bande de Gaza et de Jérusalem-Est.

A quelles réactions devrions-nous nous attendre ? Les Etats-Unis ont déjà clairement annoncé qu’ils étaient contre ce projet. Ils menacent même de faire échouer la requête palestinienne en utilisant leur veto au Conseil de sécurité. Toute demande d’adhésion à l’ONU doit en effet être validée par le Conseil où seuls 5 pays (EUA, Chine, Russie, France et Royaume-Uni) ont ce droit de bloquer toute prise de décision. Tout comme les États-Unis, Israël conteste cette initiative. Comme bien (trop ?) souvent, les Européens sont – pour le moment – partagés. De son côté, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, assure que l’absence de déclaration du Quartette (les 5 membres permanents cités plus haut) « ne signifie pas que nous avons abandonné nos efforts [et] que nous sommes en désaccord ». Il ajoute que tous souhaitent que les Palestiniens et les Israéliens retournent à la table des négociations.. Ce que ne souhaitent pas les Palestiniens, justement…

Pour contourner le veto américain, les Palestiniens pourraient alors se tourner vers l’Assemblée générale afin de lui demander « d’élever (leur) statut à l’ONU d’observateur à Etat non membre ». Une telle situation leur permettrait de devenir membre à part entière de toutes les agences de l’ONU, comme l’OMS, l’Unesco, l’Unicef, où les Palestiniens ne siègent jusqu’alors qu’en tant qu’observateurs. M. al-Malki a dit s’attendre à ce que « plus de 130 Etats reconnaissent l’Etat de Palestine » aux frontières de 1967.  Déterminés à aller à l’ONU faute de perspective réaliste de reprise des négociations de paix avec Israël, enlisées depuis près d’un an, les responsables palestiniens exigent un nouveau moratoire sur la colonisation avant toute reprise des discussions

Pour toute réponse, le gouvernement israélien a annoncé cette semaine son intention de continuer à construire massivement dans les quartiers de colonisation à Jérusalem-Est.

Sources :

– article « Les Palestiniens déposeront leur demande d’adhésion à l’ONU le 20 septembre » (13-08-11) du site 20 minutes

– article « Palestine » sur Wikipedia 

– article « Adhésion d’un État palestinien à l’ONU : Abbas ira de l’avant » (12-07-11)  sur le site Radio-Canada

– article « La Ligue arabe veut faire reconnaître la Palestine à l’ONU » du site Le monde.fr

  2 comments for “Demain, la Palestine à l’ONU ?

  1. 11 septembre 2011 at 16:04

    Bonjour M Sentier
    Je suis Alexandre Himmelein (l’un de vos élèves en 1ere S1)
    Pensez vous que cette volonté d’appartenir à L’ONU pourrait aboutir sur de nouvelles discussions entre Israël et la Palestine, peut être via le biais de l’ONU, ou au contraire raviver des tensions dans le monde arabe, et où l’ONU ne pourrait pas intervenir efficacement à cause des récents problèmes en Libye et en Syrie ?

  2. 14 septembre 2011 at 00:27

    Ta question pose, indirectement, le problème de la capacité d’intervention de l’ONU. En fait, comme tu l’as certainement pressenti – c’est du moins l’impression que donne ta question, la Palestine souhaite une reprise des discussions avec Israël. Mais ce n’est pas réciproque… Par voie de fait, on peut hélas redouter, une nouvelle fois, un regain de tensions dans la région. L’ONU pourra t’elle y faire quelque chose ? Si elle en avait la capacité, depuis 1947, pourquoi ne l’aurait-elle pas encore fait. Et la Libye et la Syrie n’ont rien à y voir : c’est inhérent à son statut et à la puissance souveraine des 5 membres permanents du Conseil de Sécurité. Le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a déclaré le 5 juillet dernier, lors d’une conférence sur la sécurité à Munich, en Allemagne, que les forces de maintien de la paix de l’ONU n’arrivaient pas à remplir efficacement leurs missions… CQFD

Laisser un commentaire