Life on Mars, version US

04 Life On Mars_

J’aimerai vous faire partager un petit bijou télévisuel que la chaîne Paris Première m’a offert cet été. Il s’agit d’une série intitulée « Life on mars ». C’est l’adaptation américaine de la série britannique originale portant le même nom.

Cette série raconte l’histoire de l’inspecteur Sam Tyler. Dans la série anglaise, il travaille à Manchester. Dans la version américaine, il est bien sûr new-yorkais… Il se fait un jour renverser par un chauffard qui prend la fuite, le laissant inconscient sur le macadam. Quand Tyler revient à lui, il porte un blouson en skaï moulant, une chemise avec un col en forme de pelles à tarte, un pantalon bien large vers le bas et une ceinture dont la boucle est à peine plus petite que sa plaque de police. A côté de lui, se trouve une bagnole carrossée façon « Starsky et Hutch », en beaucoup moins flamboyant. Il lui faut un peu de temps pour comprendre, mais il n’est plus en 2008… Il est en 1973 !

Mais que s’est-il passé ? Cette délicieuse question ne trouvera de réponse qu’à l’issue de la première (et seule) saison, soit au dix-septième épisode. A l’heure où des grandes séries comme Lost nous font attendre pas moins de six saisons pour nous offrir des réponses hasardeuses à toutes els questions semées durant six années de turpitudes diverses, où la série Desperate Housewives n’a pas encore livré tous ses secrets au bout de sept saisons, un tel choix m’inspire déjà le respect. Respect teinté de déception, tant je n’avais pas envie de quitter si tôt les personnages de cette série pas comme les autres.

Jamais, il n’est expliqué clairement si Tyler est fou, s’il est dans le coma et rêve son existence ou s’il a effectivement accompli un voyage dans le temps. Chacun peut le voir comme il a envie et peut interpréter les indices distillés de loin en loin comme il l’entend. L’intérêt est bien sûr de revenir sur les mœurs de l’époque et de les explorer. De se pencher sur une période pas si lointaine et de constater avec le héros combien les choses ont changé, combien le progrès s’est accéléré. Histoire, uchronie, nostalgie, tout y passe et avec quel talent – aussi bien pour les scénaristes que pour les acteurs !

Life on Mars n’est pas une simple (et énième) série policière augmentée de copieuses louches de nostalgie et matinée d’un soupçon de science-fiction. La série, créée en Grande-Bretagne en 2006 par Matthew Graham, se place davantage dans la comparaison avec le présent, Tyler ne pouvant oublier qu’il vient du XXIe siècle. Cet écart entre l’ancien et le nouveau présent de Sam Tyler sert de fil conducteur et il se double d’un fil rouge (en forme de traînée sanglante) et donne des frissons dès les premières images, historien ou non…

En adaptant une production qui n’a connu que deux saisons sur la BBC, le réseau américain (la chaîne ABC) jouait un petit coup de dés, mais avait pris quelques assurances avant le premier tour de manivelle. La production fut confiée à Josh Appelbaum (Alias), la réalisation à Gary Fleder (The Shield, Blind Justice) tandis que le casting incluait Harvey Keitel (inoubliable Mr. White dans Reservoir Dogs) qui semble avoir remonté le temps juste pour trouver une époque qui convienne à sa gueule et au timbre de sa voix. En parlant de voix, évoquons quelques secondes la musique qui accompagne les épisodes : elle est extraordinaire pour ceux qui aiment les seventies. Tous les grands titres US de 1973 sont là, à un moment ou à un autre. On commence évidemment par la chanson de David Bowie qui porte le titre de la série, puis on croise l’orgue de Ray Manzarek des Doors pour l’intro de When The Music’s Over puis on se balance dans son fauteuil dès que monte le tempo au clavier de Baba O’Riley de The Who. Puis après une petite référence à Led Zeppelin, on boucle par Out of Time des Rolling Stones, chanson dérivée d’un thème de Bowie. Un vrai bonheur ! Mais ne cherchez pas, la compilation n’existe pas – certainement trop chère à éditer. Mais grâce à Spotify, j’ai réussi à retrouver 98% des titres entendus dans la série. Si cela vous intéresse, et que Spotify est installé sur votre ordinateur, il vous suffit de cliquer  I  C  I pour découvrir cette playlist inédite !

Si on va plus loin dans la nostalgie, grâce à cette série, les plus anciens pourront effectuer un retour en enfance, à l’époque où n’existaient pas les téléphones portables, les ordinateurs, les voitures avec climatisation et air-bag, l’interdiction de fumer dans les bars et la coupe de cheveux de Fabien Barthez. On revient à une époque où la guerre du Vietnam était perdue, mais pas encore terminée. Les rues de New York n’étaient pas peuplées de Starbucks Coffee, dans le Village, on dansait sur les trottoirs en écoutant de la musique sur un vieux pick-up et la crise n’était pas devenue la source permanente de nos inquiétudes.

Mais Life on Mars n’est pas seulement digne d’intérêt pour les souvenirs qu’elle peut ranimer ou pour une curiosité anthropologique dont seraient soudain pris les plus jeunes, cherchant à explorer l’enfance de leurs parents. C’est surtout un grand moment de télévision où le talents des acteurs et des techniciens est mis au service d’un scénario hors du commun.

Si en plus je vous dis que le meilleur a été gardé pour la fin, vous aurez compris que cette série est à découvrir et à partager de toute urgence ! Elle n’est hélas pas encore éditée en DVD en France – ce qui n’est pas le cas aux États-Unis. Il ne nous reste plus qu’à espérer qu’une grande chaîne se décide, à son tour, à nous l’offrir. Il en est très sérieusement question : ne la laissez surtout pas passer !

Image de prévisualisation YouTube

Fiche technique :

Tournée à New York par 20th Century Fox Television et ABC Studios. Producteurs exécutifs: Josh Appelbaum, Andre Nemec, Scott Rosenberg, Jane Featherstone, Stephen Garrett. Producteur: Jane Raab. Réalisateur: Gary Fleder. Scénaristes: Appelbaum, Nemec, Rosenberg. Inspirée de la série britannique créée par Matthew Graham, Tony Jordan, Ashley Pharoah.

Casting: Detective Sam Tyler(Jason O’Mara), Lieutenant Gene Hunt (Harvey Keitel), Detective Ray Carling (Michael Imperioli), Annie Norris (Gretchen Mol), Detective Chris Skelton (Jonathan Murphy), Maya Daniels (Lisa Bonet). Genre: drame policier. Saison 1. Début: 9 octobre 2008. Durée épisode: 42 minutes.

Sources :

– La critique du site Le Monde des Séries (14/10/2008)

– La fiche du site Allo Ciné pour découvrir photos et casting…

– Le Wikipédia de la série version US (en anglais)

Laisser un commentaire