Tous les billets de novembre 2007

GMS : comment sont perçues les enseignes par les clients…

La presse pro en parle ... 0 commentaire »

Fréquentation, performances et image des enseignes des GMS en 2007

TNS Sofres réalise une étude  anuellement depuis plus de 20 ans permet de faire le point sur l’image, la fréquentation et la performance des enseignes des GMS auprès de leurs clients. Principaux enseignements de cette vague 2007 : l’ouverture de la publicité TV à la distribution n’a pas modifié en profondeur l’image des différentes enseignes. Par ailleurs, la bataille sur les prix continue : les hard discounts sont cette année souvent moins fréquentés pour leur attractivité discount. Même constat pour ce qui est de la bataille des cartes de fidélité : on observe cette année une hausse des raisons de fréquentation d’Auchan et Carrefour sur ce critère (mais pas Leclerc). Parallèlement, les principaux supermarchés ne progressent pas sur ce point cette année.

Résultats enseigne par enseigne

Carrefour confirme son amélioration enregistrée en 2006 : c’est la seule enseigne d’hypermarchés qui progresse en image prix cette année, son image des premiers prix et le rapport qualité-prix de sa MDD s’améliorant également depuis 2 ans. Ces progrès expliquent sans doute que l’enseigne est jugée plus «  citoyenne ». L’enseigne perd cependant un peu en fonctionnalité du point de vue des clients : un recul de la facilité de repérage des produits, du caractère pratique et un temps de courses jugé très long en magasin.

Très grande stabilité d’Auchan que les clients fréquentent plus en raison de la carte de fidélité, même si l’enseigne est jugée un peu moins pratique cette année, comme Carrefour.

Leclerc reste un leader incontournable pour son attractivité discount, mais on note une baisse de l’intérêt pour ses premiers prix (et du rapport qualité-prix de sa MDD en tendance depuis 2 ans). En conséquence, « l’engagement citoyen » de l’enseigne perd du terrain, même si Leclerc reste le leader historique sur ce critère.

Cora évolue peu, même si son programme de fidélité perd un peu d’attrait lorsque les clients visitent les magasins et que ses points de vente semblent moins « rénovés ».

Progrès pour Géant qui accroît son capital confiance. L’enseigne facilite aussi les achats : meilleur repérage en rayon, modernité des magasins.

Système U enregistre de bons résultats avec une image discount relativement stable mais des progrès sur la grande majorité des autres critères (rapport qualité/Prix MDD, le confort d’achat/la fonctionnalité des courses). D’où un progrès de la perception de l’engagement « citoyen » de l’enseigne.

Intermarché reste bien placé pour son positionnement prix (même si les clients citent moins ses prix comme raison de fréquentation cette année) et progresse sur sa MDD (rapport qualité-prix) et sur l’image d’enseigne citoyenne. L’image est stable sur les autres critères.

Champion évolue positivement, tendance que l’on n’avait pas observée depuis au moins 2 ans. Si l’enseigne maintient ses positions en terme de discount et d’offre, elle est jugée plus pratique, plus rapide pour y faire des achats d’où une amélioration de son positionnement « citoyen » et du capital confiance accordé par ses clients.

Casino est mieux perçu en 2007 : ses clients ont une meilleure image du rapport qualité-prix de la MDD. Le confort d’achat en magasin a également tendance à s’améliorer – d’où une image citoyenne et une confiance en progrès.

Atac est moins bien noté cette année avec des prix qui attirent moins et des courses perçues moins rapides par les visiteurs de l’enseigne. Au total, la confiance des clients est en recul.

Tendance à l’érosion de l’image prix pour Match et Monoprix avec une relative stabilité des 2 enseignes sur les autres critères.

Les hard discounts apparaissent « moins dynamiques » sur les prix en 2007 avec Lidl et Aldi moins visités pour leurs prix, Leader Price et Netto accusant en parallèle une baisse de leur image prix. Seul Ed semble mieux résister à cette tendance.

Un extrait de l’étude réalisée par TNS Sofres est téléchargeable sur :

http://www.tns-sofres.com/etudes/consumer/231107_distrivision.htm

Les consommateurs face aux marques

La presse pro en parle ..., Les news 0 commentaire »

La relation aux marques reste investie par les consommateurs qui s’inscrivent désormais dans une fidélité relative, conjoncturelle et pragmatique, avec des exigences plus fortes vis-à-vis des marques, mais aussi vis-à-vis des entreprises qui les commercialisent.

Un excellent dossier permettant de mieux comprendre le comportement du consommateur face à la marque…

Le dossier complet : http://www.laposte.fr/performanceclient/Les-consommateurs-face-aux-marques

Plus d’infos sur le CHARGE D’EXPANSION / DEVELOPPEUR D’ENSEIGNE

La presse pro en parle ... 0 commentaire »

Dans le prolongement du cours sur les stratégies de développement des réseaux (DUC), zoom sur un métier méconnu : le chargé d’expansion / developpeur d’enseigne..

Le chargé d’expansion est souvent rattaché à la direction du développement d’une enseigne. Il participe à la mise en œuvre de la politique d’expansion et de dynamisation d’un réseau de points de vente. Son rôle stratégique nécessite de maîtriser de multiples compétences A l’affût des meilleurs emplacements pour l’implantation de nouveaux magasins en centre-ville ou dans les centres commerciaux, le chargé d’expansion doit en amont réfléchir à la faisabilité de son projet d’implantation.Pour cela, il évalue le potentiel commercial de la ville, prospecte auprès des collectivités locales, des propriétaires fonciers, des agences immobilières ou des notaires, étudie la zone de chalandise, mesure la concurrence et construit un plan financier.


Une fois le diagnostic établi, il négocie les meilleurs emplacements au meilleur prix.
Viennent ensuite la réalisation et le suivi du projet d’aménagement avant l’ouverture du point de vente.
 Il doit maîtriser : 

                    les techniques de négociation commerciale et le marché de l’immobilier (droit de l’immobilier, bâtiment, copropriété, fiscalité…), 

                    les aspects techniques, juridiques, administratifs et financiers d’une opération d’implantation ou de rénovation de point de vente, 

                    Il doit également avoir une bonne appréhension de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire et intégrer une logique marketing

                 

  Les qualités requises …

                    Fin négociateur : il doit convaincre aussi bien sa direction que ses partenaires et prescripteurs, de l’intérêt de son projet
d’implantation, 

                   Sens du dialogue et faculté d’adaptation. Il côtoie aussi bien des politiques, des architectes que des juristes ou des financiers. Une appréhension transversale des problématiques est nécessaire, 

                   Un esprit d’équipe : véritable chef d’orchestre, il encadre, anime, coordonne une équipe, gère des conflits et des pressions de groupes, 

                   Organisé et autonome, il gère un projet de sa conception à sa livraison en respectant un cahier des charges.

                   Capacité d’analyse et esprit de synthèse : pour évaluer et justifier l’intérêt commercial d’une implantation.

            La rémunération        

Un chargé d’expansion/développeur d’enseigne junior perçoit entre 25 et 28 K euros bruts/an.Avec plusieurs années d’expérience, il peut toucher entre 30 et 54 keuros bruts/an.

Source : internet

L’APEL à St Jo

Les news 0 commentaire »

L’association des parents d’élèves jouent un rôle important au sein de chaque établissement scolaire. Son action permet souvent de favoriser l’insertion de jeunes, mais aussi d’aider à la réalisation de projet de lycéens, parents et enseignants.

C’est dans cet esprit que de nombreuses manifestations sont tous les ans organisées par l’assocation.

Ci après le courrier de Michèle Caffier, président de l’APEL de St JO, présentant les differentes évenements.

Mesdames, Messieurs,

Votre équipe A.P.E.L. souhaite partager avec vous les différents évènements qui marqueront la vie du Lycée Saint-Joseph au cours de l’année 2007/2008.

Nos premières rencontres auront lieu à l’occasion de la campagne de Noël du 17 au 21 décembre 2007 avec une célébration gospel prévue le 20 à 17h15. Deux répétitions sont prévues les 12 et 19 décembre à 19h00 (route de Calais) ; venez nombreux.                                                                                             Ensuite, l’A.P.E.L. vous donne rendez-vous le 11 janvier 2008 à la salle Yves Montand à LE PORTEL pour une pièce de Théâtre intitulée « le vison voyageur » signée Ray Cooney et John Chapman, interprétée par les Thibautins.

L’A.P.E.L., dans la convivialité et la bonne humeur, vous propose également de partager les préparatifs d’un repas antillais pour une soirée festive qui nous réunira après la journée « portes ouvertes » du 2 février 2008.

Cette année, plus que jamais, l’A.P.E.L. sera présente sur le circuit des 24h00 de Saint Jo les 16 et 17 mai 2008. 

Puis viendra le temps du Congrès National des A.P.E.L. qui se tiendra à Lille les 30, 31 mai et 1er juin 2008 sur le thème de « l’orientation». Votre Lycée y sera représenté par une délégation composée de membres de la direction et de l’A.P.E.L.

Et tout au long de l’année, l’A.P.E.L. est à votre écoute et accompagnera les réunions Parents-Professeurs. 

A vos agendas et à bientôt,                                                                         

Michèle Caffier                                                                           

Présidente A.P.E.L.                                                                           

[email protected]

L’actu du MUC de St Jo…

Les news 0 commentaire »

Décembre arrive… Si ce mois est souvent synomyme de fin d’examens blancs pour les 1 et 2 muc, c’est aussi un mois riche en actions.

Tout d’abord, une nouvelle fois, les étudiantst répondront présents le premier week end de décembre pour l’action Noël des Margats. Chargés d’animer des têtes de gondole dans l’hypermarché boulonnais, ils auront à coeur de sensibliser les acheteurs à l’action en faveur des enfants moins chanceux de Boulogne et pour qui l’association Noël des Margats s’investit. Cette opération de 3 jours, pendant laquelle les étudiants s’investissent permettra le versement de 7000€ par Auchan à l’association. De quoi faire de nombreux cadeaux…

Dans un autre registre, les étudiants vont traverser la Manche le 13 décembre 2007. Dans le cadre d’une séquence pédagogique proposée par Me Langlet, professeur d’Anglais, les étudiants auront pour mission de comparer Cité Europe Coquelles  et Blue Water, vaste centre commercial situé au sud de Londres, et ce bien sûr dans la langue de Shakespeare… La journée se terminera par une visite de Rochester, ville qui a vu naître Charles Dickens…

Qui dit qu’en décembre c’est déjà les vacances ?…

Géraldine Rénier, Coordinatrice BTS MUC

Les grands principes du marketing viral

Les news 0 commentaire »

Le marketing viral se base sur le bouche-à-oreille, « un concept vieux comme le monde ».Il parait pourtant loin le temps du tout premier concept viralisant innové par Hotmail en 1998.

Durant la période de test de la messagerie gratuite, les internautes avaient la possibilité d’inviter des amis à devenir membre, via l’envoi d’un e-mail comprenant un lien hypertexte. Depuis, les techniques se sont diversifiées et les nouveaux canaux de diffusion du bouche-à-oreille sont plus variés. Un des moyens les plus répandus est aujourd’hui la vidéo virale, sorte de sketch qui passe de boîte mail en boîte mail.

Quelque soit l’outil, le ton adopté doit être volontairement décalé. Il est important d’être anti-conventionnel et de rompre totalement avec la philosophie de la publicité traditionnelle, centrée sur une démarche d’achat. L’idéal est aussi de créer un phénomène qui se prolonge dans le temps, une sorte de rendez-vous à ne pas manquer, comme a bien su l’exploiter la saga de Clio, dont la seconde saison est très attendue .(Lire le cas : Zoom sur la campagne  » l’Affaire Twingo « , 21/06/2007).

Source : www.journadunet.com

Fiche métier : le chef de secteur en grande distribution

La presse pro en parle ... 0 commentaire »

Chef de secteur : un patron de PME dans une grande surface …

Ils sont la courroie de transmission entre l’enseigne et le directeur de magasin d’un côté, les employés et les managers de rayons de l’autre. Les chefs de secteur animent leur département comme un centre de profits, gèrent une PME à l’intérieur du magasin.
Ils s’intitulent «responsables de secteur» (Carrefour, Auchan, Leroy Merlin), «directeurs de secteur» (Ikea), «managers de secteur» (Monoprix) ou «responsables de département» (Fnac)… Quel que soit l’intitulé, la mission est grosso modo la même: gérer et animer l’un des quatre à six départements que compte un hypermarché (bazar, électro-photo-ciné-son, alimentation, liquide, textile, droguerie-parfumerie-hygiène) ou une grande surface spécialisée (bricolage, construction, décoration et jardinage dans un magasin de bricolage, par exemple).

L’essentiel de la fonction

Profil
> Bac+3 à bac + 5 de 30 à 35 ans ayant au moins trois ans d’expérience en magasin, souvent au poste de manager de rayon.

Contrainte
> Mobilité géographique indispensable, sur une «grande» région, voire sur toute la France.

Qualités requises
> Aptitude au management Un directeur de département encadre entre 20 et 40 personnes, dont 4 à 8 managers de rayon.
> Sens du client Faire en sorte qu’il trouve toujours le bon produit avec le bon service, au bon prix, au bon endroit, au bon moment…
> Rigueur dans la gestion Le directeur de département est responsable de son compte d’exploitation et gère son secteur comme un centre de profit.

Missions
> Vendre Un bon directeur de département est avant tout un bon commerçant qui sait accueillir le client, lui proposer une offre adaptée, théâtraliser ses rayons, optimiser les promotions…
> Animer son équipe Recrutement, plan de formation, entretiens d’évaluation, gestion des carrières…
> Gérer son département telle une PME Suivi des stocks, de la masse salariale, du chiffre d’affaires, compte d’exploitation…

Rémunération
> 35 000 à 45 000 € de salaire brut annuel.

Évolutions possibles
> Directeur adjoint, puis directeur pour ceux qui souhaitent rester en magasin, acheteur ou category manager pour ceux qui préfèrent passer au siège.

Plus d’infos  ? : www.lsa.fr