Les nouvelles technologies, à l’image d’Internet, de la carte RFID ou du téléphone mobile, offrent aux marques la possibilité d’aller toujours plus loin dans la connaissance client. Pour autant, cette course à l’information et ce traçage des consommateurs ont leurs limites. Ces derniers ne sont pas prêts à tout accepter et redoutent le «big brother» qui pointe à l’horizon.

Internet représente sans conteste le meilleur exemple en matière de traçage. Les sites consultés, les bannières publicitaires «cliquées», les mots-clés saisis sur les moteurs de recherche, les achats réalisés… Tout est surveillé, stocké puis analysé. Si la Cnil a protégé les consommateurs en déclarant, l’an dernier, que l’adresse IP constituait en soi une donnée à caractère personnel, il existe une autre technique pour analyser le comportement des internautes à leur insu, à l’image des cookies.   

Les cinq règles d’or de la Cnil .

La Cnil (Commission nationale de l’informatique et des libertés), qui a pour mission essentielle la protection de la vie privée et des libertés individuelles ou publiques, met en avant cinq «règles d’or» de protection des données personnelles:

Finalité
Les données doivent être recueillies pour des finalités déterminées et légitimes. Le fichier doit avoir un objectif précis.
Proportionnalité
Les données collectées doivent être adéquates, pertinentes et non excessives au regard de ces finalités.
Droit à l’oubli
La durée de conservation des données dans un fichier de recherche doit être limitée et proportionnée aux objectifs poursuivis. La Cnil recommande de ne pas conserver le fichier après deux sollicitations infructueuses.
Sécurité des données
Toutes mesures doivent être prises pour assurer la confidentialité des données et éviter leur divulgation.
Respect des droits des personnes
Tout recueil de données sur des personnes (par questionnaires ou exploitation de fichiers), impose que celles-ci soient informées des conditions d’utilisation de ces données, de leur droit d’obtenir communication de celles-ci, de demander leur rectification, voire leur suppression si elles sont inexactes, et sous certaines conditions de s’opposer à leur traitement. 

Plus d’infos sur : http://www.emarketing.fr/Magazines/ConsultArticle.asp?ID_Article=24410