avril

2

Les échanges mondiaux

Le trafic d’organes est un commerce illégal souvent clandestin d’organes humains. Il est souvent exercé par des organisations mafieuses par conséquent criminelles et peu scrupuleuses.

Les pratiquants de ce trafic lucratif font pression sur des personnes en situation de pauvreté pour les inciter à vendre leurs organes. Des humains sont vendus comme pièces détachées pour répondre à la demande des riches malades en attente de transplantations.

C’est dans les années 80 que l’on commence à remarquer le tourisme de transplantation, par de riches asiatiques qui voyagent en Inde et dans d’autres pays du sud est asiatique pour obtenir l’organe qui leur est nécessaire en achetant celui de donneurs pauvres. En conséquence, d’autres destinations ont vu le jour comme le Brésil, les Philippines. La Chine fait commerce des organes prélevés sur des détenus exécutés. En Europe, ce sont la Moldavie, la Bulgarie et la Roumanie qui exercent le trafic d’organes. D’autres pays sont encore concernés, cette pratique illégale est répandue sur tout l’hémisphère.

Le trafic d’organes peut-être considéré comme un marché car il existe des échanges mondiaux entre des pays bien définis. Ce document met en évidence les pays donneurs et les pays receveurs. Vous pouvez remarquer que les pays donneurs sont les pays les plus pauvres. Le plus important est la Chine notamment l’ouest de ce pays où l’économie est moindre, puis l’Inde. Enfin, nous avons les pays sud-africains.

De plus, nous pouvons voir que les pays receveurs sont des pays plutôt aisés tels que les États-Unis et l’Europe. Les donneurs sont de tous types. Il s’agit pour la plupart de pauvres paysans, quand ce ne sont pas des enfants, acculés à vendre un rein, un oeil, pour permettre à leur famille de survivre. Les receveurs sont des personnes riches qui sont prêtes à mettre le paquet pour continuer à vivre. Ce document énonce certains pays donneurs et receveurs mais ce commerce s’étend davantage : il existe des cas de trafic d’organes aussi au Brésil, en Suisse, au Kosovo.

Claire


Dejar un comentario

DebeConectado por dejar un comentario.