Germinal, Emile Zola

17 01 2010

Germinal est une oeuvre d’Emile Zola . Il s’agit du treizième Rougon-Macquart .

L’histoire est celle d’Etienne Lantier (fils de Germaine  Macquart)qui est chômeur au début du roman,puis qui se fait engager à la mine de Montsou.Il y rencontre Catherine, fille des Maheu, dont il tombera amoureux .

Plus tard, il ira s’installer chez les Maheu, ce qui lui permettra de se rapprocher de Catherine, malgré le fait que celle-ci soit en couple avec un autre mineur, Chaval . Les Maheu ont sept enfants et Etienne sera horrifié de leurs conditions de vie, de même que celles de tous les mineurs . Il se fera d’ailleurs vite accepter parmi eux, et lorsque les salaires seront encore réduits, ce sera lui qui prendra la tête du mouvement de grève .

Beaucoup de personnes seront tuées, de par le fait que la Compagnie des Mines refusera toute négociation et que les mineurs s’enfonceront de plus en plus dans la misère et la précarité .

Un homme mystérieux aux idées plutôt anarchistes, Souvarine sabotera la mine avant de quitter la mine . Malheureusement, de nombreuses personnes partiront travailler, y compris Etienne, car Catherine ne veut pas laisser sa famille dans le besoin .

Le roman s’achève par un désastre, car beaucoup de gens sont victimes du sabotage de Souvarine dont plusieurs personnages principaux, mais malgré tout sur une note d’espoir, car même si cette révolte a échoué, Etienne est persuadé qu’un jour, les ouvriers vaincront l’injustice …

Ce roman est intéressant car on y apprend le fonctionnement d’une mine et les conditions de vie des ouvriers sont fidèlement dépeintes.



Un autre regard

17 01 2010

Mon regard est plongé dans ce ciel si clair et étoilé , illuminé par cette pleine lune qui éclaire toute la vallée . Je suis assis sur cette herbe si rafraîchie par la douceur de cette soirée d’été ,où mon esprit est emporté dans un autre univers ,que je ne cesse de contempler à l’envers .Je m’oublie du monde sur cette plaine étoilée ,avec pour seul accompagnement la nuit ,qui vaut à elle seul tout le réconfort des amis .Le silence qui m’entoure vaut plus qu’un long discours ,il nous fait chercher en nous toutes les solutions à nos problèmes ,nous fait réfléchir à la réalité du monde dans lequel on ne cesse de survivre chaque jour .Je n’ai pas à me justifier sur ma déduction philosophique de l’amitié ,pour la simple raison que l’amitié la plus profonde que je ne cesse de donner aux personnes que j’aime ,ne peut pas en échange me réconforter complètement ,je suis le seul maître de mes choix ,moi seul peux répondre à mes questions .Mais ce jour-là ,mon regard levé vers un ciel magnifique ,j’aimerais voir des miracles se produire , comme cette étoile filante qui traverse mon regard illuminé .Je suis heureux ,apaisé en sachant qu’à l’aube , le soleil me regardera l’admirer ,et saura ce que je dois faire .Je resterai allongé au sol les bras derrière ma nuque à sourire à l’idée que je ne sois pas unique .Pour qu’au premier rayon de chaleur qui ira réchauffer les cœurs , je me réveille avec dans les yeux ,l’espoir de voir enfin mon destin ,de partir dans un sourire ,retrouver les cieux .