Issue possible et non impossible.

8 06 2010

Un son, une voix, un cri, le son de la fin, de notre fin, le cri vient, notre fin aussi, nous tombons, mais la corde qui nous rattache à la terre est aussi celle qui nous rapproche de la mort. Tout le monde regarde, personne n’est resté chez soi : un événement comme celui-ci, personne ne le manque, tous ces visages tournés vers nous voient la vie s’échapper de notre corps, ils nous regardent suffoquer sans rien dire, sans bouger. Nos poumons se vident et ne se remplissent plus, cette corde qui nous retient est aussi notre bourreau, elle nous tient en vie pour que ce spectacle dure plus longtemps.

Mon âme vient de quitter ce corps, je suis mort, la foule se disperse, nos corps, le mien et celui de mon amie, sont transportés jusqu’au charnier où ils seront brûlés parmi tous les autres cadavres.

Après ce « spectacle », tout le monde rentre chez soi comme s’il ne s’était rien passé, les soldats changent et préparent les cordes pour les prochains condamnés, la pendaison est horrible et est revenue comme loi officielle de la « république » francaise après l’arrivée au pouvoir d’un soi-disant président qui écoute le peuple. En fait, il ne l’écoute que quand il s’agit d’argent que quelqu’un peut lui en donner : il a payé l’armée et dirige une France de moins en moins peuplée ; les gens fuient à cause des exécutions et les fuyards sont exécutés donc le pays est en train de mourir.

          PierreT.


Actions

Informations

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire