Affaire politique ou réalité ?

4 05 2010

A l’heure où le réchauffement climatique fait débat, plusieurs idées sont émises afin de limiter nos rejets de CO2 ou bien de stopper ce réchauffement. Certains, comme Ariès opteraient pour la décroissance et la simplicité volontaire. Il faudrait ainsi renoncer à certains objets (téléphones portables, ordinateurs, etc…) recycler, échanger, prendre son temps,… tandis que d’autres, comme Allègre, affirment qu’il n’y a aucun réchauffement et que tout ceci ne serait qu’affaire politique. Pour ces personnes, il faudrait ne rien changer et continuer ainsi, la nature s’adapterait comme elle l’a toujours faite jusqu’à aujourd’hui.

Pierre R.



La décroissance VS l’imposture climatique

4 05 2010

Paul Ariès, convaincu de la responsabilité humaine par rapport au réchauffement climatique, veut absolument le réduire au maximum en mettant en oeuvre la simplicité volontaire, contrairement à Claude Allègre qui la nie et pense qu’il suffit de réduire le CO2 ; il contredit Ariès en comparant ses convictions à un retour à l’âge de pierre. Quand bien même Paul Ariès et les climatologues du GIEC s’affolent pour notre planète, Allègre affirme que l’augmentation minime de la température terrestre est dûe à un phénomène naturel qui a toujours existé.

Leurs thèses diffèrent en tous points. Premièrement, les décroissants utilisent au maximum le vélo et les transports en commun et bannissent la voiture, alors que les convaincus de l’imposture climatique proposent de développer les voitures hybrides. A l’inverse de Paul Ariès qui souhaite arrêter toutes les émissions CO2, Claude Allègre propose de l’enfouir, de développer le plancton en mettant du fer dans l’océan et d’y déplacer les nitrates des plages bretonnes.

Deuxièmement, Claude Allègre propose de développer les OGM en France pour réduire la faim dans le monde car ces nouvelles plantes utiliseraient 50% d’eau en moins, et ainsi d’empêcher Monsanto de faire tous les profits sur ces nouvelles plantes hybrides, alors que Paul Ariès et Greenpeace craignent la catastrophe naturelle, ne croient en rien que cela en serait la solution, et nous conseilllent de faire nos courses dans de petits supermarchés ou biocoop, ou sur les marchés.

A chacun de se faire une opinion, et reste à savoir laquelle des deux thèses est la plus juste.

Margot.



Illusion!

4 05 2010

Quand je me suis réveillé,j’étais dans un champ désertique.

Il faisait nuit et tout autour de ce champ se trouvait une forêt.Cette forêt avait l’air étrange : en la regardant,j e me sentais mal dans ma peau. Je décidai d’aller dans la forêt malgré ma terreur et de trouver de l’aide. Je marchais dans la forêt pendant plus de cinq heures et rien en vue, je n’entendis même pas d’animaux. J’étais fatigué et j’avais soif. Après avoir marché pendant encore une heure, je trouvai un lac, mais la couleur était noire et il avait l’odeur du pétrole,c’était sûr que cétait du pétrole.

Alors que je pensais m’en aller, je vis à 10 mètres de moi un passage qui menait jusqu’au milieu du lac de pétrole ; de nature curieuse, j’empruntai le passage et arrivai jusqu’au milieu du lac. Comme je m’y attendais,de là, je pouvais voir tous les alentours du lac. Alors que j’observais la couleur du pétrole réfléchissant la lumière de la lune, je vis de l’autre côté du lac, au bout du chemin, un homme tenant une chandelle allumée pour l’éclairer, alors que j’allais lui demander de m’aider, il me dévisagea et me lança un sourire terrifiant, je le vis lancer la chandelle sur le lac.

Sans m’en rendre compte, le feu avait déjà recouvert tout le lac et commencé à venir sur moi et à me brûler. En l’espace d’une seconde, tout est devenu noir : je fermai les yeux et les rouvrai. Je me trouvais  dans mon jardin entouré de beaucoup de monde et voyant ma maison brûler. Il se trouvait que le pyromane qui avait brûlé ma maison ressemblait traît pour traît à une amie.

Axel.



Que faut-il choisir ?

4 05 2010

Pour Claude Allègre, le réchauffement climatique n’est qu’une hypothèse qui ne se confirme pas, qu’il n’est là que pour faire culpabiliser les Hommes et que la terre ne fait qu’entamer un cycle comme on a pu le voir dans le passé ; de plus selon lui cela serait plutôt un cycle de refroidissement.

Tout au contraire Paul Ariès est partisan de la décroissance et propose un retour à la simplicité volontaire et la fin d’un régime capitaliste, de la société de consommation, de la publicité et du culte de l’argent et du travail. Parmi les solutions de simplicité volontaire, Paul Ariès propose de ne plus utiliser la voiture individuelle au profit des transports en commun et d’être capable de renoncer à certains objets comme les téléphones portables et les ordinateurs qui sont selon lui l’aboutissement de la société de consommation actuelle qui nous pousse à acheter des produits qui donnent l’illusion d’être heureux.

 Claude Allègre pense tout autrement sur l’utilisation de la voiture : pour lui il faut promouvoir la recherche pour développer les voiture hybrides, électriques et à hydrogène déjà existantes et il ne voit pas pourquoi on devrait arrêter d’utiliser certains objets jugés inutiles par d’autres alors que l’homme a toujours réussi à s’adapter à ces changements dans l’Histoire.

Théo.



Deux thèses.

4 05 2010

Pour le développement durable, Claude Allègre soumet l’utilisation de sacs biodégradables, faits en amidon de pomme de terre, alors que Paul Ariès dit qu’il faut totalement en arrêter la production.

Il est aussi question de l’émission du CO² : tandis que de son côté Paul Ariès dit qu’il faut arrêter l’utilisation de tout véhicule, Claude Allègre répond que c’est impossible et qu’il faut en limiter la consommation et utiliser des voitures électriques. Il propose même d’enterrer le CO² sous la mer et sous la terre pour qu’il se transforme en calcaire et d’utiliser le plancton comme élément naturel pour l’élimination du CO².

Pour Paul Ariès, le réchauffement climatique est là et bien là et c’est pour lui une grande préoccupation alors que du côté de Claude Allègre le manque d’eau passe avant tout.

Chloé.



Principes opposés sur l’écologie

23 04 2010

Claude Allègre, politicien et chercheur,  rapporte que si la température a augmenté ces dernières années, elle n’est pas liée au développement industriel tandis que Paul Ariès, écrivain et professeur de sciences politiques, a affirmé que le réchauffement est fortement lié à l’industrialisation.

Claude Allègre et Paul Ariès sont 2 personnalités avec des points de vue différents: Paul Ariès lui est conscient du réchauffement climatique alors que Claude Allègre le nie. Les 2 politiciens proposent donc 2 solutions différentes ; Paul Ariès est pour renoncer à l’utilisation de certains objets (ex: ordinateur, voiture…) or Claude Allègre dit qu’il faut s’adapter à notre monde d’aujourd’hui et donc ne pas spécialement se priver des ces outils.

Thibault



Imposture climatique ou décroissance ?

23 04 2010

Sauvegarder la planète tout le monde est d’accord, mais de quelle(s) façon(s) ? Plusieurs théories existent, à chacun de se forger son opinion .

Il faut préserver la Terre mais les avis divergent : il faut les connaître pour choisir sa façon d’agir en faveur de la planète .

En exemple, deux théories qui s’opposent : l’imposture climatique de Claude Allègre et la décroissance de Paul Ariès . Selon le premier, le réchauffement climatique n’existe pas ; pour le second il est réel mais pas inéluctable : si nous revenions en arrière par exemple en abandonnant l’ordinateur et en utilisant la voiture le moins possible nous pourrions le freiner voire l’arrêter .

Se rajoute à cela la théorie du développement durable. La question qui se pose : quelles idées appliquer ?

Perrine



Théories contradictoires

23 04 2010

Les deux hommes qui font parler d’eux sont bien sûr Claude Allègre et Paul Ariès pour leurs idées du développement durable.

Beaucoup de personnes voient le développement des énergies renouvelables tel l’éolien du bon œil alors que C. Allègre parle de supprimer cette énergie et la production des éoliennes, qui pour lui ne servirait pas à grand chose.

Quant à Paul Ariès, il propose le mode de vie de la décroissance: c’est à dire se passer d’objets inutiles tels que : le téléphone portable, la télévision,  l’ordinateur et la voiture, ainsi que d’acheter aux coopératives locales, mais un problème se pose : le marché et le développement des technologies comme l’ordinateur par exemple augmente constamment, donc est-ce possible? Mais là encore, des familles nous prouvent que l’on  peut vivre sous ce mode vie simple et qui semblerait favoriser les relations sociales.

Paul Ariès dénonce aussi la société de consommation et la publicité, qui pour lui pollue ; il y a production de produits totalement inutiles qui pour lui donnent l’illusion d’être heureux, encore qu’il serait difficile d’obliger les producteurs de pubs de ne plus diffuser leurs produits ainsi que pour les chaînes privées .

La majorité de la population pense que nous subissons un réchauffement climatique, mais C. Allègre dénoncerait cette hypothèse fausse : ce serait plutôt un refroidissement et l’impact imputé à l’homme serait exagéré pour nous faire culpabiliser. Suite à cette dénonciation les climatologues et scientifiques protestent contre la remise en cause de leurs recherches.

Beaucoup d’idées contradictoires  sur le développement durable circulent, mais sont-elles vraies?

Anycia



Différentes idées..

23 04 2010

Certains parlent d’imposture climatique, d’autres de décroissance. Claude Allègre et Paul Aries prennent chacun parti pour l’une de ces 2 idées. L’un préférerait renoncer à tout objet de haute-technologie qu’il dit inutiles, l’autre favoriserait le progrès permettant d’éviter un problème climatique en créant de nouvelles techniques.

Puis, Claude Allègre trouve que cette théorie de réchauffement ne sert qu’à éloigner les autres réels problèmes de la Terre, tandis que Paul Aries affirme que si l’on veut arrêter ce réel réchauffement, il nous faudrait « revenir à l’âge de pierre ». Ce dernier, qui prône la simplicité volontaire, aimerait beaucoup que notre monde achète de façon responsable, aux entreprises locales et du bio par exemple, contrairement à Allègre qui lui rêverait que l’agriculture massive des OGM du modèle européen s’étende dans le reste du monde. 

A ces deux idées s’oppose encore une autre, celle du développement durable. Elle serait pour favoriser l’agriculture bio, tout comme Aries mais désapprouvée par Claude Allègre. Elle voudrait également favoriser les énergies renouvelables. Dans ce cas-là, Paul Aries est plutôt contre en voulant supprimer tous les objets gaspillant de l’énergie et Allègre seulement contre l’éolien qu’il dit trop cher et issu de l’industrie chinoise.

Alexandra.



rapporter des arguments opposés …

23 04 2010

Nicolas Hulot pense qu’il faudrait baisser nos radiateurs d’au moins 1 degré et garder une alimentation électrique produite par des énergies non renouvelables, ce qui n’est pas de l’avis de Claude Allègre, qui lui pense à mieux isoler les maisons et utiliser les énergies renouvelables pour une dépense en éléctricité moins importante et même de fournir de l’énergie supplémentaire.

Franck.