Archives du 13 février, 2010

13 Fév
2010

texte libre de Zoé

la plaine de Zoé

Sa famille est grande. Mais elle aime tellement tout le monde que pour elle, c’est comme si elle connaissait tous les membres par cœur. Elle a donc l’impression que sa famille n’est pas si grande que prévu. Il y a son grand-père et sa grand-mère, elle y va souvent, chez eux, dans leur grande maison, trop grande pour eux deux, mais où habitait avant une ribambelle d’enfants. Elle aime y aller avec sa cousine, dans ce petit village, mais où, en même temps, il y a plein de rues et de chemins qui se rejoignent. Ensemble, elles aiment prendre un vélo dans le vieil atelier de leur grand-père. Et comme souvent, il n’y en a qu’un qui n’est pas dégonflé, alors l’une pédale et l’autre grimpe sur le porte-bagage. Elles sortent donc du jardin pour tourner à gauche et faire la boucle dans la campagne, « la plaine » comme tout le monde l’appelle, il y a plein de champs, et un chemin les traverse. Celui qu’elles empruntent, inlassablement.

Zoé

Posté dans ÉCRIT | Aucun Commentaire »