Archives du 28 mars, 2010

28 Mar
2010

Heureuse

Il pleuvait ce jour-là. On m’avait prévenue qu’elle devait être arrivée.

Je suis sortie en courant de la maison, la petite clé de la boîte aux lettres serrée bien fort dans la paume de ma main. Je me suis élancée, et suis arrivée devant la boîte. Là, j’ai enfoncé la clé dans la serrure. C’était la première lettre, celle du dessus de la pile. J’ai ouvert de grands yeux admiratifs. J’ai saisi tout le contenu de la boîte, puis l’ai refermée avec une rapidité dont je ne me croyais pas capable. Je suis repartie en courant, le paquet serré contre ma poitrine. Mon cœur, dedans, tambourinait tellement que si j’avais penché ma tête en avant, je l’aurais entendu battre.

J’ai ouvert la porte et essuyé mes chaussures trempées. J’ai posé la pile d’enveloppes sur la table de la cuisine, et ouvert celle qui m’était adressée d’un air fébrile. Mes mains tremblaient. J’ai déplié la feuille à l’intérieur, puis l’ai parcourue du regard. Mes yeux semblèrent s’ouvrir et s’animer d’une lueur méconnaissable. J’avais à la fois envie de crier, de courir, et de pleurer. Les deux premiers l’emportèrent sur la troisième. Je me suis élancée, la lettre à la main, en hurlant. Ma mère est apparue dans l’embrasure de la porte, et j’ai dû lui lire la lettre du ton le plus détaché que j’ai pu. Mais ma voix tremblait, et j’ai dû reprendre plusieurs fois ma respiration. D’une voix qui ne semblait pas m’appartenir, j’ai lancé:

« Vous avez bien voulu participer à notre grand prix et nous vous en remercions. Le jury s’est réuni au salon de Montaigu, et vous a décerné le Prix qui vous sera remis le dimanche onze avril. Dans l’attente de vous rencontrer. »

Bien sûr, je ne lisais que le principal, et sautais quelques mots. Mais j’étais tellement heureuse. Cela faisait maintenant plus de trois semaines que j’attendais la réponse. Sur une centaine de collégiens, le jury m’avait remarquée.

Pendant tout le reste de la soirée, je n’ai pas pu m’arrêter une seconde. Je ne tenais pas en place. Mais ceci n’est tellement rien quand on veut devenir écrivain.

J’espère simplement que je pourrai dormir cette nuit…

Lisa.

Posté dans ÉCRIT | 10 Commentaires »