Archives du 19 mai, 2010

19 Mai
2010

Histoire fictive de l’invention de la guitare

Un jour où j’étais comme d’habitude à errer dans la forêt en m’amusant avec un bout de bois et une ficelle , j’eus l’idée d’attacher la ficelle au bout de bois pour pouvoir le porter avec. Après avoir solidement attaché la ficelle au maigre bout d’arbre, j’essayai de prendre la corde mais elle me glissa des mains et délivra un son , non pas harmonieux ni beau … mai elle délivra un son !

Ce fut pour moi le son qui guida ma vie. Je la passai à essayer toutes sortes de bois, de fils ou de câbles pour enfin réussir à confectionner un instrument. Un jour je découvris que si on faisait un trou dans le bout de bois à peu près à ses deux tiers alors on obtenait un bien meilleur son. Je découvris aussi que les fils de fer avaient un bien meilleur son qu’une simple ficelle . Avec toutes ces découvertes successives et bien d’autres encore, à mes 72 ans, j’ai réussi à finir le tout premier prototype de guitare .

1902

Orvile Gibson

Simon 4D

Posté dans ÉCRIT | Aucun Commentaire »

19 Mai
2010

Le début de la fin, Partie 1

Un super temps règne en maître sur Ohara.

Un soleil chargé de sang, une brise de vent qui rafraîchit tout en douceur et qui fait voler mes cheveux en arrière. Je les tiens d’un bref coup de ma main et regarde mon livre qui repose entre mes mains, adossé à Sauro ; je regarde de temps en temps le paysage.

Face à la mer, quelques vagues viennent s’échouer sur le bord, laissant des coquillages aux passages. Derrière moi il y a une imposante forêt qui abrite quelques animaux inoffensifs, c’était là que je passais la plupart de mon temps quand j’étais toute seule, au milieu des arbres sur lesquels règne l’arbre de la connaissance, là où vit le professeur Clover et tous les archéologues.

Je suis bien contente de vivre avec eux. Récemment, Sauro s’est échoué sur un banc de sable ; en passant par là, je l’ai rencontré et j’ai appris beaucoup de choses, à rire quand je suis triste par exemple, le rire nommé de dereshi. Il faut bien avouer qu’il est tout sauf banal, mais je ris toujours comme ça maintenant. Je me souviens aussi que la première fois que je l’ai rencontré, que je l’ai entendu rire, il me disait que je devais rire plus souvent parce que j’étais plus mignonne, à ce moment-là, j’ai était très gênée… Beaucoup de souvenirs comme ça me tiennent à cœur. Sauro bouge légèrement et je tombe sur le côté, je décide de monter sur un rocher qui atteint à peu près sa taille. Arrivée dessus, je m’assois en tailleur et regarde le géant.

– Dis moi Sauro. Tu sais, il y a une période de cent ans dans l’histoire mondiale qui est complètement inconnue. Personne ne sait ce qui c’est passé.

– Ouais, les cents années perdues… C’est intéressant, mais le gouvernement interdit les recherches dessus.

– Ma mère enquête là-dessus, elle est partie parcourir le monde, mais faut pas le dire.

– Robin ! Tu connais le nom de ta mère ?!

– Oui, Olvia !

à suivre …

Antoine C.

Posté dans ÉCRIT | Aucun Commentaire »