Site de recherche

Articles récents

Commentaires récents

Archives

décembre 2019
L M M J V S D
« Août    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

699538 visiteurs

Site de recherche

décembre 2019
L M M J V S D
« Août    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Categories

Tags

Ce qui fait changer un établissement

Samedi 14 juin – Collège Françoise Dolto à Paris

Le CRAP-Cahiers pédagogiques, et notamment Roseline N’Diaye, correspondante académique, organise une matinée de présentations et de réflexions autour d’un des derniers numéros parus : « Ce qui fait changer un établissement ».

  • Michèle Amiel : le rôle du chef d’établissement dans les changements de pratique.
  • Sandrine Bénasé (micro lycée 94 + Fespi), Annie Di Martino et Caroline Rousseau (Neo Alta)  : la place des établissements innovants dans les changements des pratiques éducatives.
  • François Muller : les méthodes, et comment en changer, entre autres au travers de la formation.

Annie et moi intervenons donc après une proviseure émérite, une prof dans un micro-lycée et membre de la Fespi, et avant un membre de la Dgesco, pour parler de Neo Alta. Nous avons 10 min. Nous avons donc choisi de nous en remettre au hasard des cartes sur lesquelles Annie a noté des mots clés de notre projet, sur lesquels on rebondit à tour de rôle : travail, lien, évaluation, positif… Mine de rien, on fait presque le tour. La vidéo des filles de 3e1 qui présentent le L.A.B.O. clôt notre temps de parole.

Est demandé ensuite aux participants de se mettre en petits groupes et de choisir une question d’explicitation à poser à un intervenant, une question sur le changement dans un établissement et une bonne idée retenue. Les questions sont notées sur des post-its et placées sur le bon panneau.

Nous reprenons la parole avec Annie car il y a beaucoup de questions sur la structure Neo Alta : l’évaluation, le nouveau bulletin, les obstacles… Les échanges sont riches.

J’ai retenu beaucoup d’idées très intéressantes de cette matinée, qui peuvent nourrir Neo Alta, les voici :

– Les résistances ne sont pas négatives, ce sont des éléments précieux qui doivent s’écouter et être pris en compte.

– On doit faire de l’établissement un lieu nourricier et hospitalier pour les élèves mais aussi pour les personnels. Il faut accueillir tout au long de l’année.

– Il faut évaluer le projet !

– Beaucoup d’humanité !

– Pendant que l’équipe est en concertation, les élèves peuvent travailler de façon autonome.

– Il faut « s’autoriser à… »

– Des enseignants qui apprennent, ce sont des élèves qui réussissent.

– Mettre des post-its en salle des professeurs : « Je sais faire ça. » / « J’ai envie de faire ça. » / « Qu’est-ce qu’on veut / peut en faire ? » / « Qui veut travailler avec moi ? »

– Cela ne sert à rien d’organiser des réunions si les équipes n’en ressentent pas le besoin, n’ont pas de demandes particulières. Cela doit venir d’elles.

– Aller voir les collègues dans leurs classes, et même les collègues de maternelle, primaire… et surtout en parler après.

– Entre une et trois semaines de prérentrée !

– Demander aux élèves comment ils font pour apprendre, réaliser une tâche… = matière de travail. Exemple :

1. Qu’avez-vous appris au collège ?

2. Qu’est-ce qui vous a permis d’apprendre ?

3. Qu’est-ce qui vous a empêché d’apprendre ?

4. Quels conseils donneriez-vous à vous à vos professeurs ?

3 réponses différentes sont attendues pour chaque question : ce qui leur semble le plus important à dire

-> Que faisons-nous de ces réponses ? Quels sont les dispositifs que l’on peut mettre en place ?

À la fin de la matinée, des enseignants participants viennent me dire que c’était très intéressant. Une enseignante de français qui sera stagiaire l’année prochaine me demande si elle peut venir dans ma classe : ma porte est ouverte, Clémentine !

Une maman d’élève du collège F. Dolto demande à Annie si elle peut inscrire sa fille en 4e Neo Alta, ils envisagent de déménager…

C’est encourageant !

Commentaires

Comment de Annie Di Martino
Heure à

Avons-nous TOUT dit? Pas sûr mais évoqué beaucoup de nos axes de travail, certainement.

Un moment très agréable avec un public-participants demandeurs. Avec les éclairages d’experts, Sandrine Bénasé de la FESPI (à laquelle Neo Alta ne peut appartenir pour l’instant) et François Müller de la Dgesco-Drie.

Et comme d’habitude, un compte-rendu de Super- Caroline! Qui écrit plus vite que son ombre.

Comment de Caroline
Heure à

Oui, mais il me manquait les orthographes des noms des intervenants, article complété désormais ; )

Ecrire un commentaire

Vous devez vous connecter pour pouvoir poster des commentaires!