Site de recherche

Articles récents

Commentaires récents

Archives

août 2019
L M M J V S D
« Août    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

686004 visiteurs

Site de recherche

août 2019
L M M J V S D
« Août    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Categories

Tags

Écrire pour le plaisir

Si les élèves associent l’écriture à la contrainte scolaire, les professeurs en sont responsables. Il faut leur redonner de l’espace créatif, des libertés et mélanger écriture-apprentissage avec écriture-plaisir.

De belles idées, mais la réalité nous impose à tous un temps plus contraignant encore que nos sujets de rédaction.

Toutefois, toujours en flânant sur le Web, j’ai trouvé l’idée d’un professeur de français en collège séduisante. Extrait :

« …dès l’entrée au collège, l’habitus scolaire organise l’émiettement et la dépossession à travers le dispositif traditionnel de la copie adressée au professeur, puis retournée à l’élève avec sa sanction/gratification au stylo rouge.

 

Le cahier, au contraire, installe l’enfant dans l’univers du livre et de l’écriture à partir de sa propre production et d’un horizon de lecteurs potentiels. Ce n’est plus un cahier : c’est « mon cahier ».

 

Le cahier, se transforme ainsi en objet fétiche. Les textes personnels y côtoient le travail sur les textes de littérature. Les séquences présentées chacune sur une double page invitent les élèves à partir à la recherche d’une idée plastique qui est bien autre chose qu’une décoration. Elles sont aussi prétexte à photos, petits mots et secrets divers.

L‘évaluation devient une invitation à l‘évolution, les suggestions faites au crayon proposent des retours sur les textes.

 

Auprès de mes élèves du Collège Jean-Baptiste Clément (collège classé en ZEP, situé dans le quartier de Ménilmontant, où on accueille des élèves aux origines extrêmement variées), le succès du cahier se confirme d’années en années : il se mesure à l’investissement soutenu des élèves qui aboutit à une production foisonnante et parfois étonnante.

 

Le cahier est une fausse innovation, car il est vieux comme notre enseignement.

Mais il avait été abandonné depuis trop longtemps. Le réintroduire, en faire un outil d’enseignement et d’appropriation, c’est renouveler la relation de l’élève à l’écriture.

 

 

« Lieu de mémoire » et de réalisation, ce cahier sera conservé comme trace, trace de l’appropriation de la langue, de l’écriture, du goût, donc de soi. »

 

Claude Chuzel, professeur de lettres, octobre 2004

 

 

 

Collège Jean-Baptiste Clément, 26, rue Henri Chevreau, 75020 Paris

 

Des images scannées de quelques doubles pages de cahiers de ses élèves suivent ; et c’est vrai que ça donne envie ! Des textes personnels se mêlent aux cours, des collages et dessins font vivre les univers proposés… Je ne doute pas que les élèves soient motivés pour ces réalisations et que l’apprentissage en soit facilité.

 

Le problème est que, dans beaucoup d’établissements dont le mien, le choix du classeur s’impose pour d’autres raisons convaincantes (notamment la gestion de l’oubli du classeur en question pallié par une feuille à ajouter, ou l’apprentissage de l’autonomie liée au rangement), et qu’il est plus difficile de créer avec ce support.

 

Toutefois, j’ai retenu de cette expérience (vive le partage !) un élément de réflexion intéressant me semble-t-il, à savoir que l’écriture n’existe pas seulement dans les rédactions, mais de façon beaucoup plus large et diversifiée : classeur ou cahier, brouillons, exposés ; mais aussi carnet de correspondance, agenda…

D’autres sujets à aborder !

Pour finir sur l’écriture-plaisir, j’aimerais vous renvoyer aux idées de sujets d’écriture ou « propositions d’écriture » pour un atelier : Puisées chez François BON et Georges PEREC, elles sont « délicieuses », pour les professeurs, les élèves… mais également tous ceux qui aiment exploiter et partager leur imagination, leur plume…

Ecrire un commentaire

Vous devez vous connecter pour pouvoir poster des commentaires!